Pourquoi si peu de femmes pdg ? Enfin, la preuve qui tue !

Le journal Les Affaires nous apprend dans sa dernière édition que :

Sur les 466 plus hauts dirigeants des 100 plus grandes entreprises québécoises cotées en Bourse, seulement 36 sont des femmes, soit 7,73 %.

Pas entrepreneuses, les femmes ? Au contraire, 40 % des PME sont détenues à majorité par des femmes. Mais, ajoute Les affaires:

De grandes entreprises comme BCE, Bombardier, Industrielle Alliance, Power Corporation, Saputo et SNC-Lavalin ne comptent aucune femme parmi leurs cinq plus importants dirigeants. Encore plus étonnant, c’est aussi le cas des détaillants Couche-Tard, BMTC, Jean Coutu et Rona.

Comment expliquer que les femmes qui, comme chacun sait, travaillent davantage et sont plus productives que les hommes, n’arrivent-elles pas à franchir le dernier droit, à s’insérer dans le saint des saints, le lieu de réel pouvoir.

Depuis des décennies, les féministes croient savoir pourquoi. L’hebdo The New Yorker a récemment diffusé la preuve définitive:

Ah Ah ! Exactement ce que je soupçonnais !
Ah Ah ! Exactement ce que je soupçonnais !

Attention: Une fois sur le site du New Yorker, il faut parfois entendre deux fois la même pub avant d’atteindre le très bref dessin animé.

Laisser un commentaire

Il existe plusieurs raisons à cela

1) Comme les colonisés les femmes sont exclus de hautes directions

2) La femme à cause des enfants à moins de temps à consacrer à son travail

3) la femmes est sur le marché du travail depuis peu de temps

4) la femme suit des cours incompatibles avec la haute direction

5) certains hommes n’accepteront jamais les manières des femmes plus personnaliste que les directions collégiales des hommes

6) la femme à des facultés que les hommes n’ont pas mais les hommes ont des facultés que les femmes n’ont pas

7) la femme va toujours faire passer sa famille avant l’entreprise et n’accepte pas de faire vivre l’homme avec ses enfants

8) La femme est incapable de dominer l,homme sur plusieurs plans et non seulement physique

9)) L,égalitarisme homme femme est un vulgaire mensonge une utopie

10) Dieu à tiré la femme de l’homme et pas le contraire même si tous les êtres humains sortent du sein des femmes

MichelG

« Comment expliquer que les femmes qui, comme chacun sait, travaillent davantage et sont plus productives que les hommes, n’arrivent-elles pas à … s’insérer dans le saint des saints, le lieu de réel pouvoir? » La réponse est déjà dans la question M. Lisée : parce qu’elles travaillent plus et qu’elles sont plus productives. Déjà juste comme employées elle nous font déjà filer cheap! Y a quand même des limites à se fendre le cul au travail, non?

Pourquoi faudrait-il que dans la tête d’un certain genre de personnes devenir PDG d’une entreprise éléphantesque soit un objectif absolu et surtout noble? Il faut être maladivement macho et avoir un égo gros comme le cosmos pour ressentir le besoin de jouer aux apprentis Bons Dieux. Les femmes sont trop intelligentes pour tomber dans ce panneau qui consiste à mesurer sa puissance et son importance en fonction de la grosseur de son joujou, de ses bijoux ou de son entreprise. Elles ont compris depuis longtemps que la recherche du bonheur est infiniment plus importante et plus prometteuse que la recherche du pouvoir et de la fortune. Quand va-t-on enfin leur foutre la paix et cesser de vouloir faire avec les femmes des quasi hommes avec un cerveau gros comme un petit pois? Il faut bien le dire. Les hommes les plus puissants de la planète sont également les plus nombrilistes, les plus ternes, les plus emmerdants, les plus moches et les moins humains. À tel point qu’un bon nombre d’entre eux recommandent fortement à leurs semblables de se départir de leur trop plein au profit des plus démunis. Les femmes ont peut-être des ambitions moins gargantuesques mais oh combien plus nobles et plus humaines. Elles semblent avoir compris qu’il est plus sage de ne pas trop dépouiller les gens pour ne pas avoir à redistribuer par la suite ce surplus de richesse. Il vaut mieux être PDG de sa propre vie que d’être PDG d’une entreprise qui bouffe des vies pour demeurer concurrentielle.

Une Janette Bertrand vaut bien une douzaine de monstres égocentriques comme Guy Laliberté, par exemple.

En passant, pourriez-vous insister pour que votre blogue retrouve son caractère francophone impeccable. C’est le moins qu’on puisse attendre de vous. À moins d’en avoir manqué un important bout je ne crois pas que le mot « required » soit encore entré dans les dictionnaires francophones.

ADMIN : Nous étions victime d’un bogue, hier. Voyez-vous encore « required » quelque part ? Si oui : où ? Merci de votre aide.

Les femmes n’occupent pas des postes de direction en grand nombre mais elles jouent un rôle important dans l’entourage de la direction. Elle est dans sa dimension de femme et il n’est pas nécessaire qu’elle occupe un poste supérieur. Sa vie personnelle de mère, épouse, responsable du foyer est une fonction première et non négligeable. On dit que derrière un homme il y a une femme…qui l’aide de diverses manières.

Hihihih! Brillant!
Rassurez-vous! Ils n’ont même pas besoin de table et des chaises pour tenir les rencontres!

Ce n’est pas d’hier. Lise Payette dans son livre « Le Pouvoir ? Connais pas! » (où elle parle de son expérience comme ministre) racontait déjà que plusieurs décisions importantes se discutaient hors des bureaux et des réunions officielles (comme c’est souvent le cas dans toutes les grosses organisations), plus spécifiquement dans les toilettes des hommes, ce qui l’excluait par défaut.
Et elle n’est pas la seule à l’avoir souligné (et pas seulement au Québec).

Ça me fait penser: Il faudrait peut-être installer un registre devant les toilettes à Québec pour savoir combien de fois et quand les Rondeau, Fava et autres ont rencontré J.J. Charest ou un de ses ministres. On n’a que les registres de rencontres officielles, ce n’est pas assez.

La plupart des grandes entreprises ont été créées par des mâles. En fait en existe-t-il plusieurs qui furent créées par des femmes ? Mais ça c’est une autre intéressante question. En tant que créateurs de ces entreprises, les dirigeants mâles y ont implanté une culture, un style de gestion, des valeurs qui sont évidemment à leur image de mâle.

Aussi j’émets l’hypothèse que les femmes ont moins d’affinités, je ne dis pas de compétence, avec ces grandes entreprises. Les comités de sélections sont des entités issues du même moule et auront donc tendance à privilégier les têtes les plus compatibles avec ces valeurs. Voila ce qui pourrait expliquer la chose.

Cette situation est déplorable car les femmes sont en mesure de faire aussi bien que les hommes, différemment, mais aussi bien. Par contre, la société a besoin de faire de grands changements dans sa façon de faire et ce à tous les niveaux. Nous n’avons donc pas les moyens de nous priver, en tant que société, de leur présence aux plus hauts postes de direction.

Les plus hauts dirigeants qui orientent les politiques, les valeurs, la culture de leurs entreprises auraient donc intérêts à ne plus agir comme des clubs privés. Ils devraient se rendre compte de ce dont ils privent leurs organisations en oblitérant cette réalité.

@Paolo Mitriou

J’aime bien votre commentaire mais je le trouve quelque peu exagéré et même non pragmatique. Je m’explique. Comme j’adhère partiellement à votre raisonnement, je pourrais penser que tant les hommes que les femmes feraient bien de se tenir loin des plus hautes fonctions d’une organisation, question de ne pas devenir trop monstrueux. Mais je dois dire que tous les hauts dirigeants ne sont pas ceux que vous décrivez. Ils existent, bien sûr. Mais il en existe aussi d’autres qui ne correspondent pas au portrait global que vous en faites.

Nous vivons dans une réalité qui risque fort bien d’être encore là dans les mois, les années qui viennent. Conséquemment, les constituants de cette réalité demeureront aussi. Les grandes entreprises ne sont pas prêtes de disparaître.

La société devra encore vivre avec elles et avec leurs hauts dirigeants. Aussi je vous demande, Paolo Mitriou, ne serait-il approprié d’espérer doter les plus hautes fonctions des grandes entreprises d’un point de vue qui ne soit pas fondamentalement et exclusivement issu d’une culture et de valeurs mâles ? Se pourrait-il que ce soit là une façon, mais non la seule, d’améliorer un tant soit peu notre société, peut-être dans le sens que vous évoquez avec beaucoup de sensibilité.

Pour arriver en haut, au sommet, ça prend l’instinc du tueur…la femme est essentiellement donneuse de vie.

Les hommes de « Pouvoir » se l’accaparent et les femmes peinent à s’y frayer un chemin, probablement par manque d’appétit.

Je pense que les femmes accomplissent de très grandes choses sans éclat, humblement, patiemment, solidaires entre elles. Elles portent des pays à bout de bras, dans l’ombre et comme le bien, ne font pas de bruit.

L’homme et la femme, ne fonctionnent pas de la même façon, ne pensent pas de la même façon et n’ont pas exactement les mêmes valeurs, ni la même sensibilité. Je crois qu’elles font des pas de géantes, qu’elles réussissent différemment et peut-être plus durablement en général, car elles s’investissent davantage.

Je souhaite de tout coeur que madame Marois soit notre première ministre afin qu’elle ouvre toutes grandes les portes aux femmes de coeur et de tête dont le Québec ne peut se passer. Qu’elles deviennent des modèles qui inspireront les générations présentes et à venir.

L’homme et la femme doivent avoir des chances égales, des salaires égaux, en toute justice et équité. Voilà la société dans laquelle je veux évoluer.

Les grandes entreprises québécoises que vous nommez sont toutes gérées par des « québécois », lesquels ont encore la culture macho de leur génération. Allez donc voir l’âge de ces vénérables dinosaures (> 60) et vous comprendrez pourquoi nous en sommes encore là…

Mais est-ce si grave que les femmes n’y soit pas? Elles réussissent quand même à faire leur marque et dans quelques années, avec les garçons qui ont de la difficulté à l’école et elles qui excellent, ce seront elles qui mèneront la barque.

Toujours ce déséquilibre, on s’en sort pas…

Je l’ai entendue déjà celle là, celle de l’instinct du tueur. C’est encore une autre excuse. C’est par la propriété que les femmes vont imposer leur présence et sortir le boys club dehors. Et la propriété, c’est l’actionnariat. Et cela demandera de l’action collective.

Des entreprises de placement féministes par exemple. Il faut qu’un groupe de femmes se mettent ensemble pour acheter du Rona ou du Jean Coutu ou du G.M.. C’est rendu à ce niveau qu’ils éliront elles-mêmes des femmes aux CA et chosiront des PDG femmes. L’actionnariat est toujours dans les mains des hommes et ils continuent à se perpétuer.

Pourtant, Marie Stuart, catherine de Russie, Sarah Palin, Golda Meir, Margareth Tatcher, et Michèle Richard sont des femmes qui ont accompli de grandes choses non?

Pour accéder au pouvoir ça prend beaucoup de disponibilité… pas de vie personnelle. Idéalement avec quelqu’un qui prend la famille, la maison et les finances personnelles en main. Plus courant de retrouver Un homme au pouvoir avec une épouse a la maison qui assume tout le reste que l’inverse. Une vie doit pour être satisfesante comporter un certain équilibre entre professionnelle et personnelle. Alors des hommes près a s’oublier mettre toutes leurs énergies pour éduquer les enfants, tenir maison et finances personnelles et se satisfaire de relation avec la conjointe donne une place aussi grande à sa carrière qu’a sa famille c,est rare. Celle qui y arrivent se retrouvent très souvent seule. Sacrifice qui n’en vaut pas la chandelle pour la pluspart des femmes puisque ayant vu grandir la vie en nous on sait quelle passe très vite et on ne veut pas passer à côté. être sur mon lit de mort et n’avoir qu’a me rappeler combien d,argent j’ai pu gagné ou ramasser serait le pire scénario de synthèse. Ça n’est pas tant ce qu’on fait qui compte mais combien ça compte pour les autres qui nous donne je pense une réponse existentielle valable. C’est sur que créer des emplois et permettre a plein de gens de Mais seront-ils a votre chevet au dernier moment pour vous dire aurevoir et merci de ce que vous avez apporté à ma vie. Dres gens agées m’ont lis en garde quand au fait que les enfants peuvent se montrer ingras et vous abandonné dans votre maison de vieillesse. Mais je continue de croire que les amis, les collègues et autres connaissances risquent plus de passer que de rester présent dans notre vie surtout quand on commence a perdre notre autonomie.
On aura pas le choix de rendre légal l’euthanasie, quand la fin de vie n’a plus de fin.

@michel g, vos raisons sont loufoques. Si les femmes obtiennent de meilleures résultats que les hommes à l’école, gèrent le budget familiales et peuvent supporter autre chose que des grippes d’homme ‘genre’ un accouchement, l’infidèlité et les émotions des monsieurs qui n’ont même les spm pour excuses, alors dites moi ce qui vous rend si supérieur, et apportez-moi des faits et non des lubies svp.