PPP : les coût$ de l’idéologie

10,4 millions $

C’est ce que le Québec économiserait, au moins, s’il confiait au secteur public, plutôt qu’à un Partenariat Public Privé, la construction des deux Centres hospitaliers universitaires.

Cette conclusion, tirée par le Vérificateur général du Québec ce mercredi, n’est pas l’élément le plus préoccupant de son rapport.

Dans le tableau qui suit, le Vérificateur indique que le bras pro-PPP du gouvernement est récidiviste. Malgré les remontrances précédentes, il n’arrive toujours pas à calculer correctement le coût de ce méga-projet sans PPP. Le Vérificateur avait déjà jugé en 2009 que Québec avait une propension à ne pas donner l’heure juste — ou plutôt à toujours donner l’heure injuste, injustement favorable aux PPP.

L’ex agence des PPP, devenue Infrastructure-Québec, proteste de sa bonne foi, affirmant que tout ça est bien compliqué et que beaucoup de monde tient la calculette (voir sa réponse à la fin du rapport). Mais c’est bizarre que l’erreur penche toujours du même côté.

Le gouvernement libéral et son bras pro-PPP aurait-il un a priori idéologique ?

Des «lacunes» à répétition. (Cliquez pour agrandir)
Des «lacunes» à répétition. (Cliquez pour agrandir)
Les commentaires sont fermés.

Je ne suis pas sûr de comprendre et je suis trop lâche pour vérifier.

Est-on en train de faire un plat pour une économie de 10 millions sur un projet de 3,6 milliards?

À une certaine époque, les «analystes politiques» et les adversaires disaient que le PQ étai un parti idéologique et c’était bien méchant…

Aujourd’hui, j’ai comme l’ipression que le parti liberal est prisonnier de son idéologie, tout autant que de ses turpitudes.

C’est curieux, on ne parle plus d’idéologie. Et c’est pourtant exactement ce que fait le parti liberal. Il maintien sa décision qui ne tient pas la route, à peu près tout le monde dit que ce n’est pas la bonne. Parce qu’il est assis sur son idéologie.

Que ce soit en PPP ou public seulement, il y aura des dépassements de coût astronomiques.

Pourquoi ?

Parce que dans les 2 cas, le gouvernement joue un rôle prépondérant.

Ce gouvernement est là pour favoriser ses petits amis qui sont du privé évidemment. J’ai la nausée quand j’entend le ministre Bachand dire qu’il pense aux générations futures comme si sa main gauche ignorait ce que fait sa main droite.
Les québécois n’ont pas fini d’être désabusés de la politique. On va encore se faire passer un sapin et payer la facture.

En fait, petite précision, le 10,4 M$ d’économies du mode traditionnel, c’est seulement pour le Centre de recherche du CHUM, un projet de 470 M$ dans l’ensemble de 5,2 G$ des divers projets des CHU.

Encore une frasque du gouvernement Charest.
Il serait innadmisible, qu’à la fin de son mandat, qu’on ne puisse pas porter des accusations criminelles à ces gns la.

La trouvaille de siècle ces PPP nous disaient les chantres du gouvernement Charest mais pour justifier cette avantage , ces chantres trituraient les données et les chiffres pour les faire pencher toujours du coté des PPP …. C’était devenu la tour de Pise du gouvernement Charest ……

Malheureusement comme on sait très bien faire au Québec,c’est le tout ou rien. Je dépasse 60 ans et je suis un ingénieur qui a passé une très partie de sa vie dans le domaine de la construction.
Le mode PPP est pour moi, un avenue qu’il faut examiner et qui peut s’avérer (pas « sera ») rentable. Mais chez nous, au lieu de comencer par de petits projets non stratégique, on se lance dans d’immense projet (hôpitaux universitaires) avec une foi dogmatique!

Je pense que PPP, ça veut dire :
Pas Payant Pantoutte !
Pour Partager le Pactole !
Pas Pour les Péquistes !
Partager Parmi les Proches !

Je vous invite à continuer la liste.

Sachant que depuis 1982, on a réduit le nombre d’employés de l’état, coupé des milliers de lits dans les hôpitaux, ouvert la porte au privé dans la santé, hausser les frais de scolarité, augmenté les tarifs d’électricité (de l’arrivé.e de Charest jusqu’au budget Bachand: hausse de 20% des tarifs et doublement des profits d’Hydro), etc.;

Sachant aussi que malgré toutes les études montrant que les PPP (au moins dans la construction d’hôpitaux) exigent beaucoup plus de temps, coûte beaucoup plus cher et enferme le gouvernement dans des contrats qui enlève toute souplesse, le gouvernement s’obstine à vouloir imposer les PPP mur à mur;
Sachant en plus que depuis 1982, on a accordé des baisses d’impôts successives qui ont miné les finances du gouvernements et que ces baisses d’impôts sont intouchables;

La question qui se pose est:

« QUELLES SONT LES VRAIES VACHES SACRÉES AU QUÉBEC? »

P.S. Les majuscules représentent un soulignement.

C,est vrai que l’entreprise privée c’est payant pour les privés mais un pays sans entreprises nationales ça donne Haïti donc la pauvreté endémique .
Le PPPP c’est à dire Projets Payant Pour Partisans ça donne Charest et sa gang de commandités dans la construction, dans les hôpitaux dans les garderies, dans les médias poubelles , dans l’énergie, polluante, dans »l’ingéniaiserie » et dans le vol des élections et des référendums .

Mme Jérome-Forget, la femme à la sacoche pourra bien faire la tête autant qu’elle le veut, l’approche PPP est une fumisterie. C’était évident depuis le début. Seul le PLQ de Charest qu’on sait aujourd’hui complètement corrompu, semblait défendre cette approche qui tient plus de l’idéologie que de la rigueur intellectuelle.

Le journaliste Gravel, dans son reportage sur la CCQ faisait référence à des coûts dépassant le milliard de dollars en jeu dans ce dossier. Il y a maintenant ce rapport du Vérificateur général. Quand toute cette merde arrêtera-t-elle ? De toute évidence la réponse ne peut-être que la suivante : quand nous aurons bouté dehors Charest et son parti corrompu. Malheureusement notre calvaire devra sans doute durée encore 3 ans car il ne semble pas avoir de simples députés libéraux assez honnêtes et ayant assez de fierté pour se désolidariser de ce parti gangrené jusqu’à l’os qu’est le PLQ de Charest.

En attendant, nous les citoyens, cochons payeurs de taxes ne pouvons que ronger notre frein et payer les milliards de dollars que nous coûtent l’idéologie de Charest et la corruption de son gouvernement.

Cette phrase de Woody Allen se vérifie donc de plus en plus et est de moins en moins une boutade.
«Malheureusement, nos politiciens sont soit incompétents, soit corrompus. Quelquefois les deux en même temps, le même jour.»

Charest est un entêté. Il a déçidé de prendre toutes les mesures pour favoriser ses amis Libéraux même si ça désavantage l’ensemble de la population du Québec.
On en a un autre exemple relevé par le VG dans cet extrait du journal le Devoir ce matin:

Autre risque abordé par le vérificateur général: les conflits d’intérêts. M. Lachance met en relief le cas troublant de l’ajout d’une nouvelle firme, Fiera Axium Infrastructure (FAI), en février 2009, dans le consortium Accès recherche CHUM, qui s’est avéré l’unique soumissionnaire dans le projet du CRCHUM. Or, le président et chef de la direction de FAI est Pierre Anctil, ancien conseiller de Robert Bourassa et ancien président du Parti libéral du Québec. Jusqu’en juin 2008, M. Anctil était vice-président de SNC-Lavalin, firme qui se trouvait à superviser le processus de soumission puisqu’elle faisait partie des «équipes maîtres» de professionnels du projet du CHUM. M. Lachance estime qu’il y a là une entorse possible à l’appel de propositions qui prohibait ce type de liens sous peine de «disqualification du soumissionnaire».

C’est un des risques des PPP en plus de l’impartialité douteuse d’une agence « infrastructure Québec »,où le gens nommés par le gouvernement ne sont pas impartiaux dans l’analyse des coûts.

Bref ce gouvernement n’a pas l’honnêteté requise pour mener à bien ce genre de projet.Je ne peux pas croire qu’on leur laissera encore trois ans pour finir le travail de sape de nos institutions et de notre économie qu’ils ont entrepris.
Il va falloir trouver une solution et intenter des poursuites judiciaires s’il le faut.Il doit y avoir un moyen d’arrêter un premier ministre malhonnête!

A ce cher Olivier
si tu lis le rapport du V.G. , tu constateras que l’on parle de $10 millions sur $500 millions qui représente le coût du centre de recherche du CHUM ! Le coût véritable du CHUM et du CUSM qui représente a ce jour $3,6. milliards n’a pu être évalué correctement suite aux multiples modifications et dérogations nécessaires pour rencontrer les coûts projetés quitte a augmenter les coûts de chauffaghe et d’entretien qui seront assumés par l’état dans 15 ans …..Beau calcul pour les générations qui suivent !!!!!!
Le plus sérieux mon cher Olivier est d’avoir biaisés les calculs pour toujours favoriser les PPP . J’imagine que même un libéral convaincu n’accepte pas de payer plus pour satisfaire l’idéologie et les amis constructeurs qui fournissent a la caisse ……..

Il y a plein de projets en PPP ailleurs dans le monde (serions-nous les seuls à avoir raison?) et même en France, pays fétiche des gauchistes…

D’ailleurs, nommez-moi un seul projet étatique québécois qui a respecté et son budget et son échéancier comme cela se fait pourtant à tous les jours dans le privé. C’est d’ailleurs ce qui rend très difficile, voire impossible, de chiffrer adéquatement un projet étatique avant que celui-ci ne soit entièrement terminé et payé, incluant les intérêts. On ne sait jamais à l’avance combien ça va coûter (Stade olympique, Siège social de la Caisse, Gaspésia, etc!!!): les échéanciers ne sont jamais respectés, les dépassements de coût relèvent du folklore, et les projets sont « enrichis » au fil du temps.

LA solution? Privatiser tous les projets!!!

Bonjour Monsieur Lisée,

Fusionons le CUSM et le CHUM avant même qu’ils be soient construits. Voila la meilleure façon d.éconmiser des cenataines de millions de NOS dollars. Après tout pourquoi aurions nous besoin de deux hôpitaux universitaires?

@David
Relis ton histoire des États-Unies, plus spécialement la deuxième moitié du 19ième siècle jusquà la crise de 1929 pour bien comprendre ce qu’il arrive lorsque l’on laisse l’économie à la loi du libre marché et aux privés! De vrais enfants au plus fort la poche où que finalement il faut un parent pour dicter et faire respecter les règles.

@Francois 1
Partout dans le monde, et en Angleterre en particulier, le PPP pour les centre hôspitaliers sont de vrais fiascos. Par contre, c’est très payant pour le juridique et les bureaux d’avocats. (Il est vrai que le financement du parti libéral passe beaucoup par les bureaux d’avocats!!!)
Il est vrai que pour les routes, c’est moins compliqués les PPP bien que les conflits juridiques se résume à l’entretien des routes…
Bien souvent, cela garanti une rente de 30 ans a certains actionnaires.

@Gilles de NDH
Cela n’est pas une question d’idéologie mais d’intérêt pour le parti libéral.

@François 1 (15)
C’est justement pour ça qu’on a besoin d’une commission d’enquête pour savoir où passe tout notre argent versé aux petits zamis du régime.

La privatisation n’arrêtera pas le vol. Ce qu’il faut c’est de se mettre le nez dans toute cette merde pour identifier toute cette mafia qui profite scandaleusement des contrats gouvernementaux à des compagnies privées aux allures de mafia qui ne se gênent pas pour surfacturer.

Votre vision simpliste et obstinée, pour rester poli, ne changera absolument rien car quand on fait affaires avec des voleurs on risque fort de se faire arnaquer. C’est comme essayer de donner de l’intelligence à une roche.

==================

Comment se débarrasser de ce gouvernement gangréné ?

Une façon serait de convaincre de simples députés libéraux qui ont encore de l’honnêteté et de la fierté de se dissocier de leur parti et de leur chef pour siéger en tant qu’indépendants. Mais force est de reconnaître que ça ne court pas les rues.

En attendant nous devons serrer les dents et ne pas lâcher le morceau. C’est ce qu’espère Charest et son parti déliquescent.

Ce n’est pas idéologique M. Lisée. Partez de Pierre Anctil et suivez la ficelle.

Ils financent le PLQ ou ils récompensent les amis du régime à même les impôts des contribuables.

Si toute cette gabégie peut finir par discréditer complètement le PLQ, ce n’est sûrement pas moi qui va m’en plaindre.

@Francois1

C’est vrai, beaucoup de projets en ppp un peu partout mais des doutes et des questions aussi sur les bénéfices escomptés et non réalisés. Voir les ppp sur l’eau en France et les ppp sur le métro et les hopitaux en Angleterre. D’autres exemples???

Alors, on se renseigne avant de dire n’importe quoi.

Lorsque les législations d’un gouvernement sont à l’origine d’allégations de corruption, on peut parler d’une culture de gouvernance très malsaine. Nous avons été trahis par les libéraux. Comme s’ils ne croyaient plus en leurs propres options politiques et qu’ils souhaitaient se remplir les poches avant que le cirque se termine. Ces escrocs vont détruire le parti libéral et détruire le Canada. Et ils n’auront qu’eux-mêmes à blâmer.

@ François 1(er)

Si le PPP coûte déjà sur papier plus cher, rien ne nous garantie en plus qu’il n’y aura pas de dépassement de coûts.

De plus, il aura fallu au gouvernement Charest l’utilisation frauduleuse d’évaluation (sous-évaluation des PPP et sur-évaluation du public) pour convaincre les gens de leur bien fondé. En plus, ils ont récidivé après s’être fait dire quelles étaient leur erreurs. Si l’évaluation est déjà mal faite en PPP, comment voulez-vous que l’on ait confiance en eux pour la réalisation des projets?

Votre entêtement à ne pas voir ce qui est pourtant en face de vous ne laisse que deux choix:
a) un aveuglement volontaire
ou
b) vous profitez ($) de cette situation

Notez bien que les deux raisons ne sont pas mutuellement exclusives…

Questions naïves en passant:

Comment se fait-il qu’au Québec, on dépasse toujours les coûts de projets de construction?
Comment se fait-il qu’on ne pénalise jamais les entreprises qui ne respectent pas les coûts engagés?
Pourquoi, au Québec, sommes-nous incapables d’accepter ce qui a déjà été effectué et d’amener le processus à son terme, sans jamais provoquer de délais supplémentaires?
Pourquoi les anglophones vont-ils finir par obtenir leur centre universitaires hospitaliers, alors que nous???

Observation en passant:
Sous Duplessis, on politisait les routes.
Le Parti Libéral du Québec politise les infrastructures par le PPP, en dehors de lui, point de salut. Cherchez la différence.

L’intellectuel américain Tony Judt, dans son nouveau livre Ill Fares the Land, écrit ceci qui résume bien la situation au Québec:

« Most of the things passed that governments have seen fit to pass into the private sector were operating at a loss, […] they cost more to provide and maintain than they could ever hope to attract in revenue.
[…]
The only reason that private investors are willing to purchase apparently inefficient public goods is because the state eliminates or reduces their exposure to risk. In the case of the London Underground, for example, a PPP was set up to invite interested investors to buy into the Tube network. The purchasing companies were assured that whatever happened they wuold be protected against serious loss – thereby undermining the economic case for privatization: the workings of the profit motive. Under these privileged conditions, the private sector will prove at least as inefficient as its public counterpart – creaming off profits and charging losses to the state.

The outcome has been the worst sort of « mixed economy »: individual enterprise indefinitely underwritten by public funds. »

En plein ce qui nous arrive.

Facile pour les gens de la go-goche d’attaquer quelque chose qui n’existe pas encore ici, au Québec, ou d’attaquer des projets qui fleurissent ailleurs dans le monde sans savoir combien ces dits projets auraient coûté s’ils avaient été menés à terme de façon conventionnelle, soit entièrement gérés par l’État.

On compare des prévisions contre d’autres prévisions et/ou des projets déjà complétés contre des prévisions plus ou moins précises, or, nous savons TOUS qu’aucun, AUCUN État, ne rencontre ses prévisions budgétaires ou ses échéanciers. Les projets étatiques « bustent » systématiquement leurs budgets de 200% à 300% minimum!

Et on a le culot de venir nous dire que les PPP sont plus dispendieux…ça prend de l’audace (et je demeure poli…)!

Je crois toutefois que les PPP ne sont qu’une demi-solution. LA vraie solution? Privatiser les projets et briser les monopoles autant étatiques que syndicaux.

« Gaspésia, etc!!!): les échéanciers ne sont jamais… » (François 1)

Papiers Gaspésia était une entreprise privée et non pas une entreprise d’état.

Elle ressemblait justement à un PPP. Les actionnaires ont décidé de tirer la plug.

Les libertariens sont comme les bérets blancs ou les témoins de J. à l’exception qu’ils font leur porte à porte sur le net.

@ Yvon Fleurent

Les libertariens s’opposait au sauvetage de la gaspésia par le gouvernement.

Un autre projet PPP, le prolongement de l’autoroute 25, semblait bien aller quand l’État a dû assumer une facture de décontamination pour sols contaminés!

Le partenariat pour l’État semble-t-il est:

– d’exproprier les terrains à ses frais en s’occupant du changement de zonage (dézonage agricole et autres)

– de faire fi des considérations environementales (dévalorisation des milieux naturels)

– d’assumer les risques des conditions de chantier (sol contaminé, terres ancestrales amérindiennes et autres surprises)

– de garantir le remboursement du financement

– de s’assurer de la solvabilité du partenaire privé pendant 30 ans?!?

Il n’y a pas à dire, si on externalise tous les coûts, le privé est efficace!

Ceci dit, en construction, que le projet soit public ou privé, les entrepreneurs sont tous privés. Ça change quoi?

@François 1er

Dans le même texte tu défends les PPP bec et ongles puis tu dis: « …les PPP ne sont qu’une demi-solution. LA vraie solution? Privatiser les projets et briser les monopoles autant étatiques que syndicaux. »

Et comment proposes-tu de faire ça?

@ Yvon Fleurent:

Gaspésia un projet privé???

Mais sur quelle planète vivez-vous donc???

Ce projet était piloté par Bernard Landry lui-même personnellement et il a été TRÈS sévèrement blâmé par le Vérificateur du Québec pour son incroyable incompétence dans ce dossier: dépassement pharaonique des coûts, violence et intimidation de la part des grosses centrales syndicales sur le chantier, millions de factures impayées, échéancier violé et j’en passe.

Votre fanatisme vous aveugle Yvon…

Je vous rappelle en plus que le style de PPP appliqué au Québec n’est pas un vrai PPP au sens véritable du terme. Il n’y a aucune place pour l’innovation pour le privé!

Il y a eu plusieurs projets en PPP dans le reste du monde qui ont fonctionné à merveille: les autoroutes françaises, le spectaculaire viaduc de Millau, merveille que les gens de partout dans le monde visitent, etc.

Références:

http://www.cyberpresse.ca/opinions/201006/10/01-4288813-des-ppp-qui-nen-sont-pas.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_opinions_652_section_POS3

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201006/11/01-4289221-ces-ppp-quon-aime-tant-hair.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B40_chroniqueurs_379112_accueil_POS1

@ 30François 1 :
juin 12, 2010 à 3:28
@ Yvon Fleurent:

Gaspésia un projet privé???

Mais sur quelle planète vivez-vous donc??? »

Alors je répète:

Papiers Gaspésia était une entreprise privée et non pas une entreprise d’état.

Je suppose que pour vous Tembec inc est une entreprise d’état.

Je suppose que pour vous une entreprise détenue par des actionnaires est une entreprise d’état.

M. sa majesté vous nous présentez 2 ou 3 projets PPP qui ont fonctionné, mais vous ne parlez pas de la majorité qui sont des fiascos.

Et vous parlez d’aveuglement.

Continuez votre job de libertarien.

@Francois 1

« Je vous rappelle en plus que le style de PPP appliqué au Québec n’est pas un vrai PPP au sens véritable du terme. »

Cela démontre une chose, c’est la main mise de l’entreprise privée sur le gouvernement!

Et l’on voudrait déréglementer pour que ces mêmes entreprises soient plus fortes!

Je me vois en p’tit libertarien/David contre la corporation/Goliath! Ah, j’oubliais, avec la concurence, il y aura toujours un autre corporation/Goliath pour contrebalancer.
Le problème, c’est que dans la vrai vie, les plus forts finissent toujours par s’unir contre le p’tit faible.
Cette loi naturelle, c’est la loi de la jungle.

C’est vrai que le p’tit faible, il y en a beaucoup, la force du nombre quoi. Ils n’ont qu’à s’unir pour contre-balancer le plus fort… et la, on vient de former un état!

Finalement, le libertarisme, c’est de reculer pour en revenir tôt ou tard au même point!