Prière de ne pas prier

Le jugement de la Cour suprême dans la cause opposant le maire de Saguenay et le Mouvement laïque québécois crée la plus grande des confusions dans Internet, constate Mathieu Charlebois…

PolitiqueLe jugement de la Cour suprême dans la cause opposant le maire de Saguenay et le Mouvement laïque québécois est tombé. Jean Tremblay va devoir se trouver une nouvelle croisade, puisqu’il a perdu. Ramener L’Évangile en papier pour relancer Produits forestiers Résolu, peut-être ?

«La récitation de la prière aux séances du conseil constitue avant tout une utilisation des pouvoirs publics par le conseil dans le but de manifester et de professer une religion à l’exclusion des autres», peut-on lire dans le jugement.

Bref, prière de ne pas prier, dit la Cour suprême.

En gros, quand il fait son métier d’élu, un maire n’a pas le droit de se déclarer «Team Jésus» et d’agiter une grosse main en mousse sur laquelle serait écrit «Jésus #1». Ce n’est pas que l’État doit haïr les religions : c’est simplement qu’il ne doit pas avoir de préférence pour l’une d’elle.

Mais dans Internet, c’est la grande confusion.

Le commentateur moyen est en colère. Il critique les musulmans pour cet «accommodement», et la laïcité y est présentée comme la première étape d’un grand plan des fous d’Allah pour remplacer le «c» de «Québec» par un croissant.

comm-1

C’est là un plan particulièrement machiavélique pour ramener la religion dans la politique — un plan qui commence par obtenir un jugement limitant la présence de la religion en politique. Les voies du Seigneur sont impénétrables, dit-on. Visiblement, celles d’Allah aussi.

Rappelons aussi que la poursuite était menée par le Mouvement laïque québécois, un groupe qui, si on se fie aux photos qu’on trouve sur sa page Facebook, ne semble pas trop devoir se soucier d’acheter halal quand il prépare un buffet.

Afin d’aider à éclaircir certains points qui semblent échapper au commun des internautes, j’ai décidé aujourd’hui de répondre à certains commentaires glanés ici et là sur le Web.

On débute avec une facile :

comm-2

Absolument! C’est la beauté du jugement : il s’applique à toutes les religions.

Enfin… à presque toutes les religions. Jean Tremblay ne pourra plus prier, mais on pourra encore voir Denis Coderre avec un chandail du Canadien.

comm-3

On a beau prier au Québec depuis la Nouvelle-France, il semble bien que le message de paix et d’amour n’ait pas encore fait son chemin chez tout le monde. À ce que je sache, Jésus n’a jamais envoyé de coup de pied au derrière de qui que ce soit. Peut-être avait-il peur de perdre ses gougounes.

Mais comme vous écrivez : ce qui est bon pour les uns est valable pour les autres. C’est pourquoi vous avez le droit de prier le Seigneur, à genoux si ça vous tente, pas mal n’importe où.

Vous pouvez faire un «Je vous salue Marie» sur le trottoir de la rue Sainte-Catherine, réciter un chapelet en entier en attendant l’autobus et bénir votre repas au Saint-Hubert. Traînez une hostie et vous pourrez même manger le corps du Christ avant de dévorer le quart de cuisse.

comm-4

Vous savez quoi ? C’est une très bonne idée, et vous auriez le droit de le faire. Le jugement n’interdit pas de prier à Saguenay, il interdit de prier au moment de la séance du conseil de ville.

Vous voyez ? Même en étant intolérant, on peut trouver une solution à nos problèmes !

comm-5

Le problème, c’est qu’il est un peu difficile de faire appel de la Cour suprême. Son jugement, c’est un peu «le jugement dernier», les quatre chevaliers en moins. Rendu là, le seul tribunal qui reste, c’est celui de Saint-Pierre, dans les nuages. On a beau ne pas aimer Jean Tremblay, on ne lui souhaite quand même pas de s’y rendre tout de suite.

(Commentaire trouvé via @Maxdenoncourt, sur Twitter)

comm-6

NUL BESOIN DE BRISER VOTRE COCHE ET D’ENFONCER VOTRE TOUCHE «CAPS LOCK», MADAME. À Montréal, le conseil de ville se tient à l’hôtel de ville, et non pas sur le sommet du mont Royal.

C’est d’abord une question de météo (l’hiver, ce n’est vraiment pas pratique), mais c’est aussi parce que nos conseillers municipaux arriveraient un brin essoufflés à la séance s’ils devaient monter la colline en Bixi.

comm-7

Je, euh… hein ?

comm-8

J’ai vérifié sur mon téléphone, et si Google Maps et mon GPS ne se trompent pas : oui, nous sommes toujours au Québec.

Le jugement de la Cour Suprême ne semble pas avoir eu d’effet sur la dénomination ou l’emplacement de la province.

comm-9

Monsieur Simard, je suis totalement d’accord avec vous. Les tabouls et leur religion, le taboulé, sont une vraie plaie pour ceux qui, comme moi, détestent le persil.

Non à un État taboulé !

comm-10

Là, je semble en avoir manqué un bout. La cabane à sucre aurait-elle récemment atteint le statut d’institution publique ? Si oui, est-ce que ça veut dire que je pourrais voter pour le premier ministre ou le maire d’un genre de cabane à sucre nationale ?

Si c’est le cas, je tiens à dire que celui qui me promet un repas de cabane à sucre qui soit autre chose qu’un déjeuner trop sucré à 35 dollars qu’on mange tiède, le derrière sur une planche de bois, aura mon vote.

com-11

Hum… Je doute que votre prédiction s’avère, monsieur Basque, mais vous tenez peut-être là une bonne façon de stimuler la participation citoyenne dans la vie politique. Les salles seraient toujours pleines si on se mettait à servir du bacon avant la période de questions à l’hôtel de ville.

comm-12

La «laïcité musulman», c’est comme un «extra» bacon dans un plat végétarien : ça défait un peu le concept.

comm-13

Madame Silue, votre passion pour les abats est admirable. J’aimerais que le foie rende mon ado aussi heureuse que vous. C’est si difficile de lui en faire manger.

comm-14

En 2013, le Québec a accueilli 148 Allemands, 2 692 Chinois et… 4 495 Français. Je n’ai malheureusement pu trouver de chiffres pour les gens venant de terres arables.

.     .     .

En terminant, une citation qui ne vient pas d’un quidam dans Internet, mais bien d’un élu : Yvon Deshaies, maire de Louiseville.

«Dans les années à venir, il y aura des soirées sociales où on va obliger le port du niqab. Je le prévois. Nos jeunes vont vouloir aller à ces soirées, car leurs amis seront là, et les jeunes devront porter le voile. Ça va commencer comme ça. On va se faire envahir et on ne sera plus chez nous. On s’en va vers ça si on laisse aller les choses.»

Rappelons que les musulmans représentent actuellement 2 % de la population canadienne.

Deux. Pour cent.

Personnellement, j’ai plus peur des maires qui aimeraient ramener la pendaison et éliminer les possibilités de faire appel de certains condamnés juste pour pouvoir économiser de l’argent. Des maires comme… Yvon Deshaies.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue maintenant sur la politique avec un regard humoristique. On peut aussi lire ses anticritiques culinaires sur le blogue Vas-tu finir ton assiette ? et le suivre sur Twitter :@OursMathieu.

Laisser un commentaire

Excellent article je me suis délectée des réponses de M. Mathieu L. J’ai parfois éclaté de rire …et ris aux larmes…Ça vaudrait une scènette au festi JUSTE POUR RIRE » Humoristique en plus…

Ce qu’il est possible de remarquer par quelques-uns de ces jolis commentaires, c’est qu’il y a grand besoin de faire de la pédagogie au Québec dans diverses domaines. L’incluant aussi pour quelques élus. De toute évidence, les gens n’ont pas compris que ce sont des principes qui guident la conduite prudente de l’État, évidemment de toutes les institutions du Canada, ce qui inclut bien sûr les municipalités.

— L’un d’eux est le principe de neutralité sur lequel repose l’État.

Cette incompréhension de ce qu’est la neutralité, n’est pas une surprise pour moi. Il suffit de se rappeler des débats houleux sur la Charte de monsieur Drainville, qui persistait encore à dire la semaine dernière aux Coulisses du Pouvoir, que la neutralité de l’État repose sur des « apparences »… et non sur des principes.

Qu’importe donc d’être neutre ou bien pas, du moment que vous donnez par votre accoutrement, l’apparence que vous êtes bien neutre. Cela n’introduit pas la neutralité, cela introduit surtout une charmante dose d’hypocrisie.

— De la même façon un certain nombre de nos concitoyens ne comprennent pas le principe vertueux qui commande à la laïcité.

La laïcité couronne un autre principe, celui de la séparation de la religion, de la justice et de l’État tout comme leur indépendance réciproque. Comme ce principe est supérieur au seul exercice d’une religion. Un État laïque est le protecteur de toutes les croyances ou non croyances, pourvu qu’elles soient raisonnables.

C’est pour cette raison que l’État est neutre, car son rôle premier est d’assurer la protection de toutes et de tous avec discernement.

— De la même façon encore, je relève que certains internautes ont peur qu’on leur retire des signes ou des emblèmes ou des objets ou des monuments qui font référence au patrimoine culturel et historique québécois.

Le jugement de la Cour suprême du Canada n’a pas pour objet de retirer quoique ce soit à qui que ce soit. Il ne s’objecte en rien au maintien de quelque signe que ce soit où que cela ce soit. Ici encore la laïcité étant avant toute chose protectrice. Un État laïque se doit de protéger et veiller au bienêtre du citoyen, ce qui inclut la protection de l’espace et de l’environnement, cet ensemble ce doit d’être appréhendé comme un tout.

C’est le rôle d’un élu, d’un maire évidemment d’être bienveillant envers tous ses concitoyens et de s’assurer que la ville qu’il dirige conserve les éléments du paysage qui conviennent au naturel de tous ses administrés.

À cet effet, je suis sûr que le maire de Saguenay a toutes les qualités requises pour faire montre de discernement et de bon jugement pour donner satisfaction à tout le monde quels que soient leurs profils religieux ou non ou encore leurs orientations.

Quoiqu’il en soit et pour le bénéfice des internautes, j’ai le plaisir de vous informer que la meilleure façon pour s’orienter en direction de la Mecque depuis Ville Saguenay, c’est encore de prendre comme repère la rivière, puis de se tourner à quelques degrés près dans le sens du courant, ce qui signifie par le fait même, de tourner ses fesses en quelques sortes vers le Lac Saint-Jean 🙂

On peut aussi préciser que la laïcité vient d’un besoin d’assainir l’administration publique car dans le passé l’Église et l’État étaient étroirement imbriqués et l’un n’allait pas sans l’autre. Cette situation persiste même aujourd’hui dans certains pays dont, entre autres, les républiques islamiques. Mêler la religion et l’état pose un problème grave car souvent la religion est intransigeante et autocratique, ce qui vient directement en conflit avec la démocratie (élit-on un pape au scrutin publique?). On a vu beaucoup d’excès dans le passé dont les massacres de non-croyants ou de dissidents (huguenots par exemple qui font partie de nos ancêtres, le plus célèbre étant probablement Champlain qui se serait « converti » lorsque adulte et pour des raisons évidentes) et les pogroms. C’est une des raisons pour lesquelles on tient jalousement à la laïcité des institutions publiques pour ne pas retomber dans les excès du passé – c’est peut-être symbolique mais c’est essentiel.

@ Pierre,

Merci pour vos commentaires.

Vous parlez avec raison des excès commis dans le passé et encore hélas dans le présent. La religion devient souvent un prétexte pour commettre des excès. L’histoire montre cependant que des excès sont commis pour toutes sortes de raisons et cela relève plutôt des idéologies qui se forment sur des interprétations fausses des dogmes religieux ou sur des interprétations erronées de diverses philosophies ou tout simplement sur la base de croyances admises par une majorité, lesquelles ne sont évidemment pas fondées.

Mais il suffit que des groupes constitués s’arment et le croient pour semer la désolation.

Le Tibet par exemple était une théocratie et les valeurs véhiculées étaient basées sur la paix, le respect, la tempérance et la modération. Aussi ce qui favorise la paix, ce sont surtout les bonnes valeurs qui sont partagées par l’ensemble de la population.

On a vu certaines démocratie dans le passé et on en voit encore, commettre des excès au nom de ce qu’elles croient qu’il relève du droit.

Il s’agit bien plus d’une expression de la xénophopie de ces gens qu’une expression de leur foi. Tous ces commentaires manifestent la peur de l’immigrant et surtout le désir de ne pas perdre de supposés privilèges de premiers occupants. Ai-je dit premiers occupants? Et les autochtones, ne seraient-ils pas ceux qui devraient avoir des droits ici?

Y’a moins de 100,000 autochotones au Québec.
Très très peu pourraient me fournir un arbre généalogique montrant que la majorité de leurs ancêtres (disons 50%) étaient sur le sol québécois en 1534.
Les Hurons venaient du Lac Huron. Les Iroquois de NY. Les Micmacs des Maritimes, les Innus de l’Ontario.

Effectivement, on oublie trop facilement qui sont les premiers habitants du pays et on les traite souvent comme des parias. On devrait peut-être concentrer nos efforts pour une réconciliation entre les peuples autochtones et la société « dominante » qui respire encore le colonialisme…

Très très drôle vos réponses aux commentaires sur le net. Continuer à nous faire rire de la sorte ça détends l’admosphère. Bravo.

Merci pour cette revue de « commentations » (commentaires + lamentations).
Ma rate s’en trouve dilatée. Vaut mieux en rire je suppose…

Deux pourcents de la population canadienne (le double de la population acadienne)
Plus de 3% de la population québécoise
Près de 5% de la population de l’Ile de Montréal
En le temps de le dire, Montréal est devenue la ville la plus voilée d’Amérique du Nord

Désopilant et pissant de suivre les propos navrants qui finalement traduisent les peurs ou la grossièreté de monsieur-tout-le-monde…On leur donne trop de crédit cependant. DECARIE votre façon de ne pas conjuguer le verbe (infinitif) vous rend hilarant, Desbois n’en est jamais sorti, Edgewater devrait utiliser sa fronde (ou lapider quand on l’y obligera…), Roussy revendique un droit qui n’est pas restreint et est aussi Crétin que Chrétien, ceux qui mangent trop de sucre auront des caries, Boucher mange sûrement trop de viande et PARENT n’est plus mon frère!

Je ne sais pas qui vous êtes ( je dois admettre que c’est le premier article que je lis de vous ), mais vous venez de faire ma journée avec ça haha. Et ça me rappel un peu comme les réseaux sociaux et similaire ont le don de faire perdre foi en l’humanité. ^^;

C’est du grand cru. Mathieu Charlebois s’est encore surpassé. Prière de continuer.

Bonjour, ayant vécu dans de nombreux pays de religions diverses, certains ayant effectivement l’Islam comme religion d’état et non je ne devais pas travailler en portant un foulard, je ne peux que regretter la naisierie et le niveau d »incultisme’ si on peut inventer ce mot de la plupart des commentaires que vous avez pris pour cible. Les Tabouls m’ont effectivement bien fait rire. SVP publiez en d’autres comme cela, peut-être que cela finira par percer l’ignorance crasse et épaisse de certains ;-)))))) J’ai parfois vraiment l’impression d’être aussi sur la planète Taliban ou EI en voyant un tel niveau d’ignorance s’exprimer.

Ce jugement punit les catholiques et laisse les autres religions libre cours voir les derniers jugements sur les demandes des islamiques et autre qui ont eu un jugement favorable, somme-nous toujours au Québec ………..

D’emblée, monsieur Charlebois, vous savez très bien que la décision de la Cour suprême du Canada vient d’ouvrir la porte à d’autres restrictions possibles et/ou éventuelles en matière de »religion », surtout visant l’Église catholique, puisque le maire Tremblay n’est pas musulman ou hindouiste à ma connaissance. Deuxièmement, aucun journaliste ne soulève le fait que cette décision sur la »prière » émane de juges »nommés » par le PM du gouvernement fédéral, (ie. lui même élu par l’élite de son propre parti, pas par l’ensemble des Canadiens et Québécois) des juges non-élus…donc ne représeentant pas officiellement la population Canadienne et Québécoise! On a soulevé le fait que nous vivons dans une »société de droit » MAIS pourtant nos gouvernements, nos élus dans notre démocratie de droits choisissent de limiter les débats, la parole d’autres députés dûment élus dans une assemblée parlementaire (ie. fédéral ou provincial) en utilisant le »baîllon » comme outil de décision! Ce serait intéressant de vous entendre sur le sujet.

De plus, monsieur Charlebois, vous savez que ça prend qu’UNE plainte venant d’un plaignant associé, par ex., à un organisme comme au Mouvement laîque du Québec pour porter la Cour suprême du Canada à agir! Croyez-vous qu’il est improbable maintenant, la décision tombée, que les futurs »plaignants » (Mouvement laîque du Québec) n’agiront pas et ne s’empresseront pas pour faire abolir les noms de rue portant une appellation de »saint »?; pour faire abolir les noms de paroisse avec les mêmes appellations?; pouvons-nous nous attendre à voir les croix sur les clochers d’église disparaître?; à voir les symboles religieux sur les monuments dans nos centaines de cimetières disparaître?; à voir une loi qui va limiter, interdire ou faire disparaître totalement les centres de pèlerinage comme Ste-Anne-de-Beaupré, l’Oratoire St-Joseph, Notre-Dame du Cap-de-la-Madeleine, et plusieurs autres à travers le Québec? L’élan a été donné par le Mouvement laîque du Québec, et comme dirait le vieux marin des Îles, »ils ont le vent dans les voiles ». A moins que la population chrétienne au Québec se réveille et se tienne debout pour défendre ses acquis et son patrimoine chrétien.

Les plus grandes conneries de cette article, ce sont celles qui proviennent de son auteur. J’en reviens pas de voir à quel point L’Actualité a dégringolé. Quand j’étais plus jeune c’était une revue plutôt respectable et songée. Maintenant on y retrouve ce genre d’articles insipides qui n’apportent absolument rien où l’auteur y va de commentaires sarcastiques insignifiants adressés à des inconnus pris au hasard sur Twitter. C’est le genre de matériel qui provient tout droit d’un tabloïde Internet de bas niveau comme Gawker ou Buzzfeed.

Bien sûr on ne peut pas s’attendre à quoi que ce soit que des dénigrations envers le christianisme qui n’ont aucune subtilité envers le christianisme de toute publication de l’empire Rogers, mais une fois qu’il est question de l’Islam alors là on pleure à « l’islamophobie ».

Bien sûr que l’auteur est content qu’on laisse une poignée de juges non élus qui ne rendent aucun compte décider pour plusieurs millions de personnes qui ne veulent rien savoir de ce marxisme culturel totalitaire que les élites « bien pensantes » veulent leur imposer contre leur gré.

Je félicite Jean Tremblay pour sa lutte contre ces hurluberlus qui veulent sacrifier tout leur héritage et toutes leurs traditions et qui veulent imposer leur idéologie à la majorité silencieuse qui n’en a absolument rien à foutre. La bonne nouvelle c’est qu’avec les décennies ces gens qui ont si honte d’eux-mêmes n’ont presque pas d’enfants et ce sont les croyants qui eux ne pratiquent pas ce suicide collectif qui redeviendront majoritaires.