Pubs misogynes ou misandres ?

L’inverse de misogyne est misandre (sentiment d’aversion pour les hommes en général).

À première vue, les pubs qui suivent semblent misogynes, mais je vous laisse débattre, chers internautes, de leur véritable caractère.

(Pendant les vacances, votre blogueur favori vous refourgue des billets que vous n’avez peut-être pas vus.)

Je trouve remarquable que le thème soit repris dans plusieurs pays à la fois.

Pour les autres vidéos…


[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=psVcCMWfKio[/youtube]

Les commentaires sont fermés.

C’est drôle ! La revanche des hommes. On voit plusieurs pubs où ils sont réduits à de simples innocents, genre débiles. Il n’y a qu’à penser à la pub de nourriture pour les chats où le jeune homme feint d’être cet animal…il y a des limites…

À la suite des visionnements, j’ai en tête que les gars sont des imbéciles… misandries donc.

Je remarque que dans les 3 pubs (la 4e n’étant plus accessible, Youtube l’a retiré) que les femmes sont belles et sexy alors que l’image des hommes est celle d’un look très ordinaire, cheveux en l’air et figure banale, très commun.
Aussi, la femme s’attend à être désirée, à être servie et tout à coup, l’effet contraire survient. Je ne croit pas que ce soit misogyne ou misandre. Je crois que c’est plutôt un repositionnement des rôles homme-femme où l’un n’est pas plus meilleur que l’autre. Une forme d’égalité, d’interrelations normales qui devraient être entre les deux sexes où les pubs caricatures exactement des attentes qui sont maintenant dépassées.

Ah non, pas misogynes, définitivement misandres. Si les filles des pubs se font avoir, elles n’ont pas l’air imbéciles, égoïstes ou bêtement méchants comme les mecs des mêmes pubs. Seule la 3e montre un défaut de la fille (la 4e n’est plus disponible), mais bon, il serait fou de penser misogyniquement que TOUTES les filles chantent mal !

Bonsoir,
Ces vidéos publicitaires tranchent avec l’habituel, soit les messages publicitaires du siècle dernier. N’ayant pu visionner celle de Toyota, soit la dernière qui est frappée d’un holà, la perception qui est découle est que ces pubs ne sont ni misogynes, ni misandres mais plutôt une projection évidente de la pseudo égalité des sexes dont certains ténors patentés chantent les louanges, comme si le tout était une panacée ainsi qu’un passage obligé.
En conclusion, tous ceux qui se plaignaient de la rectitude ambiante se voient contraints de se la fermer avec de telles images éclatées, reflet de l’individualisme omniprésent et du ME, MYSELF AND I…… Et surtout, ne pas faire regarder ces vidéos publicitaires à cette égérie de la droite culturelle et ancienne nationaliste défroquée soit Madame Denise Bombardier qui s’éreinte et fantasme sur et pour les bonnes manières, relent d’un passé révolu…… Bien à vous, John Bull.

C’est déjà mieux que les pub de Canada Tire ou les hommes avaient l’air de parfait imbéciles!!!


Misogyne ou misandre ?

Pas tant misogyne ou misandre que miso-jeunes ou misovieuzado. Cet échantillon court mais international de pubs nous offre des personnages campés au mur du son de la parentalité en interactions décevantes pour la fille et affirmatives sinon agressantes par le gars : mes peanuts avant une pin-up; ma bière avant ton bonheur; ferme ta gueule, ma tranquilité avant ton exhubérance.

L’opinion que l’on se forme sur les pubs en dit plus long finalement sur soi que sur le goût des grands talents qui les produisent, celui des entreprises qui défraient cette production et sa diffusion et finalement celui de la conscience sociétale des médias qui les diffusent.

À Walden Two, roman utopique écrit en 1945 décrivant l’art de vivre d’une communauté laïque, la pub se résumait à ce que j’ai déjà vu il y a 50 ans sur un feuillet paroissial moins sa pub. Ça en dit long sur les préférences de l’auteur du roman.

Mysogynes ou misandre…….. C,est Alain Chicoine qui a raison. Pensez-vous que les gens en général se pose ces questions? Les québecois aiment rire et ces pubs sont drôles; le succès des humoristes au Québec prouve ce fait.
Je crois que c’est la minorité qui se pose ce genre de réflexion. Pourquoi toujours chercher les poux?
Alors, le but de ce genre de publicité est de montrer un produit et si on regarde ces 3 publicités »froidement » elles sont bonnes et drôles. Voilà.

Ce qui me frappe, c’est que la publicité remplace l’ancienne quête de l’homme (le sexe) par son nouveau désir substitut (la consommation)… ces pubs sont donc consuméristes.

À qui s’adressent ces publicités? Certainement pas à moi qui a dépassé la soixantaine. Cependant, si je retourne en arrière et que je me revois à vingt ans en pareilles situations, je sais que j’aurais donné les deux bières à la jeune femme en échange de son numéro de téléphone ou encore partagé mon sac de chips et autre chose avec la belle blonde. Je reviens à la question du début et ma réponse est qu’elles s’adressent aux homosexuels.
Enfin, une pub quelle qu’elle soit n’a qu’un but vendre. Ici, le gag, s’il y a gag, est là pour vendre et le rire n’est qu’accessoire.

@Denis R
Se poser des questions c’est intéressant monsieur!!! Je me demande ce que vous faite ici?

Dans les pubs l’homme passe toujours pour un con, c’est pour faire plaisir a la femme, comme de leurs érigées une statue parmi les meilleurs premiers ministres, c’est vraiment le bout du bout !

Terrible quand ce sont les hommes qui subissent un tel traitement, pas grave si ce sont les femmes qui le subisse.

Quelque soit le sexe qui reçoit de pareils traitements, c’est de la déshumanisation au service du profit et de l’abrutissement du peuple.

La moitié de la population pense que les femmes sont toutes un peu nunuches sur les bords. L’autre moitié pense que ce sont les hommes.

Donc, ces publicités sont efficaces car elles intéresseront tout le monde …

D.D.


Trois petits cochons, genre

Être créatif et récréatif, telle est la foi en publicité, qui devient loi, qui devient religion. Crois ou meurs.

En réponse à Jean Dupont #12 qui écrit,

Ce qui me frappe, c’est que la publicité remplace l’ancienne quête de l’homme (le sexe) par son nouveau désir substitut (la consommation)… ces pubs sont donc consuméristes.

À qui le dis-tu ! Je ne dirais pas remplace mais conditionne. Il y a artistiquement pairage d’un stimulus conditionnel ou mieux mise en concurrence, la gogosse mangeable et aussi son sac, avec un stimulus inconditionnel efficace pour tout mâle de la même espèce, le stimulus en robe rouge, incontournable. Je me retiens d’écrire malade.

En fait, c’est plus complexe que ça, je fais court. Et alors là, ça dérive : le mâle renie sa nature de géniteur en puissance en tyran la chaise. Quelle avanie dirait Serge Gainsbourg. On rie et on oublie, c’est la vie, c’est la vie chanterais Jacques Dutronc. C’est quoi la marque de peanuts, si c’en est ?

Dans la deuxième pub, même chose autrement : chez un lèche-tablette, la vue d’un peu de peau sur une hanche éveille un appétit dormant disons. La suite est contre nature pour moi comme pour Gilles Fréchette. Là où je ne suis pas d’accord avec ce dernier c’est que la pub s’adresse à des homosexuels(les). Je dirais androgyne plutôt qu’homos, 50 % plus un des humains seraient androgynes, un marché 5 à 10 fois plus important, on ne rie pas ! C’est quoi la marque des jeans de la fille ?

Dans la troisième pub, un instant, je vais revoir. Stingstar, le mot à retenir. Ce n’est plus du Pavlov, du conditionnement classique mais de la mise en attente. J’y perd ma psychologie. Je dirais du one trial learning. Tiens, elle me revient, nous ne sommes plus dans le conditionnement classique mais dans la punition dans une forme sévère par le jeune homme. Pourquoi une marque de commerce s’associe-t-elle à un geste agressif répugnant envers une jeune dame exubérante mais charmante ? Seigneur, pardonnez à Stingstar même si elle sait très bien ce qu’elle fait.

– Ouais, androgynes plutôt qu’hermaphrodites.

Je crois que l’erreur qu’on fait souvent en regardant de la pub, c’est de croire que la fille représente LA femme et que le gars représent L’homme. Je crois qu’il faut plutôt voir ça sous l’angle de situation singulière et de personnages.

On s’en portera tous mieux.

C’est un avertissement donné aux femmes, que la séduction et le sexe ne suffisent plus!…Il va falloir trouver autre chose, si c’est possible…

Je vois que certaines sont paniquées! Ne vous en faites pas, la séduction et le sexe marchent encore sur moi! D’autre part, je n’aime pas les croustilles, pas trop la bière et j’adore quand une femme chante sous la douche après…t’sais veux dire!… 😀

Les plus populaires