Quand le gouvernement méprise le Parlement

Depuis le dépôt du rapport du vérificateur général sur le Fonds d’infrastructure du G8 en juin, l’opposition tente d’obtenir des éclaircissements du ministre Tony Clement sur le processus officieux de sélection des projets qu’il a piloté. Rien à faire. Aux Communes, tout le monde, sauf lui, répondent aux questions, faisant de la défense du ministre une affaire d’équipe et donc du gouvernement. Le procédé est efficace, mais méprisant pour le Parlement. En fait, il démontre que les conservateurs se fichent d’un fondement de notre système parlementaire, à savoir la responsabilité ministérielle qui passe, entre autres, par la reddition de comptes au Parlement.

Ce n’est pas la première fois qu’ils agissent de la sorte, mais jamais n’avaient-ils protégé un ministre à ce point. Une explication plausible – et fort probablement la bonne – est que le ministre a respecté la stratégie concoctée par le gouvernement. Ce n’est pas M. Clement qui, tout seul dans son coin, a demandé au Parlement 85 millions de dollars pour l’amélioration des infrastructures frontalières pour ensuite en utiliser les deux tiers pour embellir sa circonscription et faciliter sa réélection. Et en vérité, c’est cette volonté délibérée de tromper le Parlement qui demeure le vrai scandale et c’est tout le gouvernement qui devrait en répondre.

Laisser un commentaire

En prenant pour acquis que vous ayez totalement raison.

Force est de constater qu’en mai dernier les citoyennes et les citoyens avaient tout le loisir et les moyens de sanctionner ce gouvernement minoritaire du Canada. Ce n’est pas sur la question du budget que ce gouvernement est tombé et bien sur une motion d’outrage au Parlement. Si les citoyennes et les citoyens l’ignoraient (ce qui est possible après tout), c’est tout bonnement que : soit ils ne veulent pas s’informer : soit qu’ils ne voyaient rien de répréhensible dans le modus operandi du dit gouvernement.

J’ai d’ailleurs une petite explication pour cela : c’est tout simplement que bien des gens dans nos sociétés modernes et évoluées manquent de transparence, de franchise et d’imputabilité dans nombre d’actions de tous les jours…

Alors pourquoi devrait-on exiger de celles et ceux qui gouvernent qu’ils soient plus vertueux que ce que nous sommes ? Pourquoi croire que ceux qui dénoncent le vice soient eux même plus vertueux parce qu’ils dénoncent ? Qu’est-ce que ça change pour le commun comme moi que monsieur Clement ait offert un joli coup de pouce à sa circonscription ? C’est le rôle positif d’un député d’avoir à cœur le bien-être de ses concitoyens. C’était aux électrices et aux électeurs de Parry Sound-Muskoka de lui dire : « On veut plus de toi ! » ; s’ils ne le firent pas, c’est sans doute parce qu’ils aiment leur député et c’est bien connu que quand on aime on ne compte pas ! 🙂

Depuis le 2 mai, une chose est claire pour moi : les canadiens se foutent encore plus du Parlement que les Conservateurs. Donc, aucun espoir de ce côté-là.

Je vous ai déjà dit? On trouverai un photo d’un ministre du cabinet hapeur avec des enfants nues et il ne ce passerait rien… Le gouvernement n’en répondrait pas. niet! il s’en fout…

Ils sont pourris jusqu’à la moelle!

Une gouvernance véritablement démocratique fait une nette différence entre les trois pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire. Le système britannique est totalement bancal et fait du premier ministre un vrai monarque .Il dirige les législateurs (ses propres députés, à cause de la ligne de parti, ne sont là que pour endosser ses mesures); il supervise l’exécution du tout en nommant ou en dégommant les ministres. De plus, il a une certaine influence, sinon une influence certaine, sur la nomination des juges. C’est en fait un véritable dictateur pour la durée de son mandat.
La seule action démocratique que l’on retrouve dans le système britannique est l’élection des représentants. Et encore là, les caisses électorales des partis ont tôt fait de contaminer ce processus.

Quand le gouvernement méprise la vie humaine !

Broadcast a bien raison, »ils sont pourris jusqu’à la moelle » ce gouvernement hypocrite veut durcir les peines pour les criminels alors qu’en même temps ils ferment les yeux sur les fraudes criminelles de la CSST qui s’amuse à détruire des vies. N.B. Le Code criminel est aussi de juridiction fédérale.

Jean GODBOUT
Victime d’un crime d’État

@ Jean GODBOUT (# 5):

Je voudrais apporter à votre attention que la CSST est un organisme PROVINCIAL alors qu’il est question dans le reste de vos dénigrements simplistes et primaires de notre Gouvernement Fédéral…

Que voudriez-vous? Que notre Gouvernement Fédéral s’occupe aussi de la CSST?

Allez…du nerf: on part une pétition et une commission d’enquête publique.

Les plus populaires