Quand Ottawa dépense pour rien, prise 2

Greg Weston, de la CBC, continue sa chasse aux coquilles vides au sein du gouvernement fédéral. Voici sa dernière trouvaille: le Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises de l’industrie extractive. Ce bureau créé par les conservateurs a dépensé 1,1 million $ au cours des deux dernières années sans pour autant avoir une seule plainte à étudier…

Laisser un commentaire

Plus que 43 mois à attendre avant les prochaines élections fédérales.

Mais même après presque une année de ce régime, d’après les sondages, les électeurs canadiens, contrairement aux électeurs québécois, semblent vouloir en redemander…

Je sius prêt à gager ma chemise que le jour où l’on voudra vraiment dégraissé la machine et de ses amis, il s’en trouvera des tonnes de copies d’exemples identiques.
Au travail Radio-Canada sinon les coupures vont vous rattraper à grand pas.
Lacher les faits divers comme le surf de set de salon et tenter d’en faire une analyse de société à 5 cents pour meubler dans le fond juste du temps d’antenne à RDi et du TJ matin midi et soir.

Selon les propos du ministre tutélaire du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique : Ed Fast, il n’y aurait pas de problème dans tout cela, il s’agit d’« une approche qui relève du sens commun », rien de plus, rien de moins. Monsieur Fast qui est député d’Abbotsford (Colombie Britannique) a été reconduit dans ses fonctions par trois fois par ses honorables électeurs. En 2006, il avait obtenu plus de 63% des suffrages exprimés.

Aussi, que l’usage et l’intérêt de certaines Agences gouvernementales dont l’« Office of the Extractive Sector CSR Counsellor » (Bureau du conseiller en RSE de l’industrie extractive) soit douteux ou ne le soit pas, ce sont aux électeurs d’en décider et d’en disposer. Et ce n’est pas la « gaugauche » québécoise qui aura le dernier mot !

Lexique :
CSR, signifie : Corporate Social Responsibility
RSE, signifie : Responsabilité Sociale des Entreprises

Si ce genre d’agence n’est d’aucune utilité à priori pour nous, cette entité sert aussi à promouvoir l’image de marque de l’industrie minière canadienne à l’étranger en démontrant que c’est une citoyenne corporative responsable, fiable laquelle est encadrée et contrôlée par l’État. Ainsi donc, les pays du monde entier peuvent confier leurs ressources naturelles aux industries extractives canadiennes sans jamais devoir se préoccuper de rien. C’est ce qu’il fallait démontrer 🙂

Les plus populaires