Quand Rex Murphy dénonce le biais anti-Québec du NPD

Le commentateur de la CBC, le savoureux Rex Murphy, n’est pas le meilleur ami du Québec. D’où l’intérêt de sa charge contre l’attitude de la direction néo-démocrate envers le poids du Québec dans le choix du successeur de Jack Layton et sa propension à traiter Thomas Mulcair comme « un étranger ».

Mordant !
Les commentaires sont fermés.

Rex Murphy n’a pas tort. Mais peut-être que les bonzes du NPD sont-ils convaincus que la vague orange québécoise n’est qu’un phénomène passager qui n’a aucune racine.

Si Murphy a raison, le NPD se tire dans les 2 pieds. Si les bonzes ont raison le NPD n’a rien à gagner à long terme au Québec.

Ne dirait-on pas que dans les deux cas, le Québec reste un «allien» pour le ROC ? C’est ce que je pense.

Mais le temps nous le dira. Ce sera dans un an ou deux que nous pourrons réellement mesurer si le NPD n’aura été ou non qu’un feu paille, qu’on saura si l’establishment du NPD aura été capable d’accueillir le Québec. Mais déjà, l’élection du prochain chef du NPD en mars prochain sera instructif à cet égard.

«Feindre d’ignorer ce qu’on sait, de savoir tout ce qu’on ignore, d’entendre ce qu’on ne comprend pas, de ne pas voir ce qu’on entend; voilà toute la politique.»
[Beaumarchais]

Intéressant! Ce commentateur Ontarien est assez intelligent pour comprendre que si les québécois sont traités injustement dans la course à la chefferie du NPD ils risquent fortement de laisser tomber ce parti et de retourner au Bloc!
Il ne voudrait pas que cela se produise…

Comme il dirait peut-être:
« Straight to the point! »

Mais, bon, tout le monde qui n’a pas été emporté par la vague orange savait que la lune de miel ne durerait pas toujours. La mort de Jack n’a fait qu’accélérer la fin de la lune de miel…

Et on va avoir cinq ans pour nous rappeler que le NPD est un parti Canadian, sans plus de pouvoir que le Bloc, mais combien moins représentatif de ses électeurs…

Les néodécrates font les choses autrement, nous dit-on. Comme le Bloc, ils choisissent leur chef un-membre-un-vote, sans pondération. De toute évidence, c’est un principe que les Québécois appuient. Quoi que ce soit, à date il n’y a que deux Québécois qui se présentent comme chef. Sait-on, Monsieur Topp pourrait bien, s’il devient chef, chercher à se faire élire dans une circonscription québécoise, pourquoi ne pas lui demander?

Est-ce que les Libéraux eux continueront leur tradition d’alternance – après un chef anglophone et Ontarien, ce devrait être au tour d’une francophone. J’en doute….

Tout le monde savait que le NPD était entre l’arbre et l’écorce. Comment allait-il concilier ses appuis Québécois sans s’aliéner les ROC et vice-versa? Eh bien, il semble qu’ils entreprennent la voie du ROC: faire comme si le Québec n’avait jamais voté pour eux.

Thomas Mulcair et les membres québécois du NPD ont le même destin que celui de Sisyphe dans la mythologie grecque: tenter en vain de porter le Québec sur leurs épaules jusqu’au sommet du pouvoir et toujours remis à sa place par nos propres « valeureux » représentants mis au tapis par la majorité du ROC à la House of commons.

Exactement ce même destin qu’ont connu nos très « valeureux » francophones de service par le passé dans les autres partis nationaux rocanadians, conservative and liberal.

« Si tu te fais ver de terre, ne te surprend pas si on t’écrase avec le pied. » Emmanuel Kant

Si les québécois tiennent vraiment à avoir une certaine influence dans l’élection du nouveau chef, ils n’ont qu’à se procurer des cartes de membres.

Ce parti est ouvert à tous. Même aux québécois.

Je ne vois pas le NPD changer ses règles à ce moment-ci. Mais je les verrais très bien financer une campagne publicitaire au Québec pour encourager les québécois à s’engager concrètement dans ce parti.

Si les autres provinces y verraient une menace, alors c’est que M. Murphy aurait raison.

En accord complet avec le commentaire de GastonDeGatineau!

Et même s’il n’est pas un poids lourd au niveau politique pour l’instant, je vois d-un bon oeil la présence de Romeo Saganash dans la course! En voilà un Québécois de souche! Et il représente un bel exemple pour la jeunesse autochtone!

Pour ce qui est de Mulcair, qu’il se lance! Qu’il motive ses recrues à vendre des cartes de membres! Ça pourrait faire une belle occupation à Matthew Dubé de Chambly-Borduas dans ses conventions de super-héros (merci Infoman pour ton oeil aiguisé!!! : http://www.youtube.com/watch?v=G3Wn2ExHPqs ) Il faut le voir à 10 minutes avec une belle face de gêné qui veut pas trop répondre, de »oups j’me suis fait pogner »

Bravo au peuuuple Québécois qui a voté pour des gens matures, expérimentés, sérieux…… ehhhh misère!!!

Le NPD aime des Québécois subordonnés comme Françoise Boivin qui croient qu’élire un chef québécois au NPD serait un affront aux Canadiens anglophones déjà brimés par la présence de 59 députés étrangers aux débats de la culture de gauche canadian. Cet ex député libérale fédérale ne faisant que reprendre ses anciennes habitudes en tant que nouveau député NPD!

Le NPD sera rapidement coincé puisque avec le projet de nouvelle carte électorale d’Harper, les néodémocrates québécois seront confrontés au dilemme de ne pas défendre le Québec dans sa spécificité voyant son poids politique réduit par l’ajout de 25 sièges et plus au Canada anglais.

Parce que la réduction consacrée par Harper du poids du Québec aux communes d’ici 6 mois à un an confronte les Québécois à l’assimilation ou au réveil, les députés NPD du Québec au choix entre le Canada ou le Québec. Ce n’est pas négociable par quelques peccadilles que l’on donnera au Québec.

Avoir voter pour le NPD le 2 mai c’est avoir voté contre soi même.

Le temps du deuil est passé. Jack Layton est entré dans l’Histoire. Mais le principal responsable de l’avenir incertain du NPD n’est autre que Jack Layton lui-même. Le succès du NPD et notamment au Québec, repose totalement, entièrement sur lui. Sa personnalité, son charme, son honnêteté, sa politique de gauche, proche des structures sociales démocrates du Québec ont emporté le morceau. Le NPD a été élu au Québec d’abord pour écarter les conservateurs et Jack était l’homme de la situation. Les Libéraux ont encore du purgatoire en réserve. Si Jack, pas le NPD, n’avait été là, le Bloc eut vraisemblablement été reconduit. En tout cas pas balayé. Mais Jack Layton, avec toutes ses qualités a finalement trompé son monde. On le saura sans doute un jour, mais il est difficile de croire qu’il ne savait pas que son cancer de la prostate n’était plus circonscrit. La réalité médicale va dans ce sens. Quand il a fait dire qu’il combattait un cancer de la prostate, ce n’est pas possible. On ne combat pas un cancer de la prostate. Soit le cancer est dans la prostate et on le soigne (chimio, rayons, curie thérapie) et si nécessaire on enlève la prostate. On ne combat le cancer de la prostate qu’une fois qu’il est sorti de son enveloppe protectrice et que les métastases se répandent dans le corps. Or, il semble que celles-ci étaient déjà installées dans ses os, récepteur privilégié des métastases du cancer de la prostate. Sa fracture du bassin laisse penser que le cancer était déjà très avancé et qu’il savait donc pertinemment que sa vie était en jeu. Or, Jack, n’a pas organisé sa succession parce que personne autre que lui, pouvait à la fois être fédéraliste et rallier le Québec. Layton était un fervent fédéraliste, le NPD est fédéraliste, n’attendez pas du ROC, un quelconque geste vers Mulcair.

Y es-tu en train de nous dire qu’il y a du Québec bashing au ROC, même au NDP? C’est sûr qu’un simple calcul mathématique permet de réaliser qu’on ne peut pas se fier à la députation québécoise pour gagner la chefferie mais de là à basher… c’est inacceptable.

Je l’avais vu et ça m’avait étonné. C’est bien la première fois de sa vie que le Newfie disait quelque chose de gentil sur les Québécois.

Pourriez-vous imaginer un éditorialiste au Téléjournal à Céline qui ferait des charges contre Terre-Neuve? C’est pourtant le cas depuis des années au Journal de la CBC.

Dans peu de temps, le Québec ne sera qu’une succursale fédéraste. Avec le changement dans le nombre de représentants, nous n’aurons plus aucune forme de pouvoir à Ottawa. Nous sommes revenus à 1837-1838 , nous devons avoir un gouvernement responsable, c’est-à-dire que nous devons nous comporter comme dans la réalité : nous n’avons jamais signé la Constitution canadienne. L’Assemblée nationale doit avoir le dernier mot quant à ce qui se passe au Québec. Ignorer le fédéral et la Cour Suprême. 1837- C’est aujourd’hui.

En accord avec Jean;

Notre « ami » Murphy ne veut pas que les québécois sortent du clapier NPD. C’est tout!

Son analyse n’est pas empreinte du sentiment de justice, elle n’est qu’un unique calcul politique

Que le NPD fasse sa course à la chefferie sur le principe d’un membre, un vote, c’est tout à fait légitime. Qu’il existe des disparités dans le membership entre les provinces, ça se comprend. Qu’il existe des distortions entre le nombre de députés et le nombre de membres, ça se comprend. Mais l’attitude de bon nombre de personnalités du NPD qui consiste à dire « anybody but a Quebecker, especially Mulcair » est pour le moins déplacée et risque d’être couteuse à long terme. Surtout que Mulcair est d’abord un irlandais anglophone très fédéraliste avant d’être un francophone. nationaliste sur les bords.

Pendant ce temps, Josée Boileau à Bazzo.tv tentait de péter la baloune de bien des gens en décrivant, à juste titre à mon avis, d’opposition faible.

Il semble bien que nous avons, une fois de plus, une vibrante démonstration que la notion de parti politique ne devrait pas exister à la chambre des communes.
Ces gens ne devraient avoir comme rôle que de faire ou défaire des lois au nom de ceux qui les ont élus. Cèst pour ça, et rien d’autre qu’ils devraient être élus.
Aucun d’eux ne devrait avoir un titre de ministre ou premier ministre. l’expérience démontre hors de tout doute qu’occuper plus d’un emploi donne de piètres résultats.

Le NPD, quand à lui, est un parti politique canadien. Cela signifie 2 chose:
1- Il répond en premier à une autorité supérieure … ses plus gros supporters financiers.
2- Il est formé de canadiens ignorants (québécois inclus)… La loi sur la censure et la pornographie est utilisée depuis des années pour nous interdire d’importer des livres d’histoire sur le Canada qui nous conteraient la vraie « histoire du Canada ».

La vraie prison est notre ignorance!

C’est a nous d’y mettre notre poids et de protéger nos intérêts. Si le NPD est a l’opposition c,est en grande parti grace aux Québécois.
Alors il est temps de prendre notre défendre nos intérêts. On doit tout d’abord prendre une carte de parti et ensuite voter pour le candidat Québécois qui représentera le mieux nos intérêts et qui aura des appuis suffisant en CB pour être élu. On a des ressources a exploiter intelligeament et des cultures a protégers. On veut que ce candidat devienne le prochain premier ministre et soit rassembleur d’une côte à l’autre.
Moi je vote pour Roméo j’espère que les faiseur d’image ne vont pas l,attriquer comme IGGY et le laisser focusser sur ce qui le caractérise le plus ses valeurs, son sens de l’unité de l’harmonie au lieu de lui fabriquer une image de vendeur.
Mettons y notre poids, il saura surement aller chercher le vote dans les maritimes et en Colombie Britanique, suffit qu,encore une fois on se serre les coude, comme on l’a fait pour Jack.
On a une place a prendre et il ne faut pas se la laisser en baissant les bras ou en restant inactif. Les jeunes il faut embarquer dans la course. On vous a appuyé ça n’est pas fini, on recommence la vugue Orange viendra encore une fois du Nord Est et balayera le Canada.
Y penser c’est pas assez, faites-le, faites-le vous vous, faites-le pour nous, faites-le pour ceux qui nous suivrons.
On a une place a prendre et a garder dans ce territoire que nos ancêtres ont dévloppés.

Bonjour,
Encore un curieux biais de ce chroniqueur plutôt Conservateur, il faut bien le dire. Le membership du NPD représente plus où moins 2 % des membres du Nouveau Parti Démocratique au Canada. Tout de même, les militants ne doivent pas VIRER le parti à l’envers pour le bon plaisir du Québec.
En terminant, la très grande majorité des québécois, excepté bien sûr, les partisans libéraux et conservateurs sont tout à fait chiche concernant le financement des partis politiques avec le déboursé d’un vieux $ 5.00 pour la carte de membre. Nonobstant les derniers mois où les nationalistes ont fait diligence avec la cuisant raclée du 2 de Mai, le Bloc Québécois était financé à près de 90 % par les autres Canadiens avec cette police d’assurance mise sur le défunt Bloc par Monsieur Jean Chrétien qui sût bien les gaver……. Bien à vous, John Bull.

@ John Bull

Le financement des partis avec un vote = une subvention est le seul moyen d’éloigner les compagnies et les riches des partis.

Il faut par contre accepter que les politiques doivent être faites pour le peuple pour adhérer à cette idée, parce que sinon, c’est « contre productif », n’est-ce pas?

Quand j’écoute ces Layton (Turmel) ou Mulcair, j’ai l’impression d’entendre PET…. un demi-siècle plus tard ! « Un non, c’est un oui….. »

Voter pour l’avenir du français au Québec
27 avril 2011
Mario Beaulieu
http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=3027
On peut comprendre que certains tenants de la gauche pour qui l’indépendance et l’avenir du français au Québec sont des objectifs secondaires soient tentés de voter pour le NPD. Mais il faut bien réaliser que ce parti, tout comme les autres partis fédéralistes, prétend réaliser la quadrature du cercle, c’est-à-dire favoriser l’autonomie du Québec sans changer le cadre fédéral, lequel implique la subordination de la Nation québécoise à la majorité canadienne-anglaise.