Que camoufle le pantalon de camouflage du policier ?

Une loi sur l’habillement des policiers aurait au moins le mérite de mettre les choses au clair : notre lente dérive vers un État autoritaire, on veut qu’elle se fasse en uniforme. Ça fait plus propre.

policiers
Photo extraite d’un reportage d’ICI Radio-Canada.

Les policiers en service aux funérailles nationales de Jacques Parizeau auraient pu entonner l’Ô Canada, ils auraient moins fait parler d’eux qu’en portant leurs pantalons de camouflage.
Politique
Il faut dire qu’en matière de camouflage, c’était assez raté : ils étaient visibles comme un homme d’affaires en veston-cravate dans un congrès de Québec solidaire. Disons-le, c’était disgracieux.

Le public est fâché, Denis Coderre est fâché, même Philippe Couillard est fâché, et on parle d’une loi pour obliger les policiers à revenir à l’uniforme traditionnel. Une loi. Rien de moins.

Il faudrait légiférer la guenille constabulaire et donner force de loi aux contraventions de goût de Jean Airoldi. Parce qu’un policier qui tapoche un pouilleux, ce n’est pas grave. Mais un policier qui tapoche habillé en pouilleux, là, ÇA VA BEAUCOUP TROP LOIN !

Parallèlement, mercredi, la Ligue des droits et libertés (LDL) publiait un rapport sur le travail des policiers québécois dans les manifestations des trois dernières années.

Leur conclusion ? «Bravo, les bleus : sans vos interventions précises et calculées, le Québec serait tombé dans le chaos depuis longtemps !»

Ben non.

Sans surprise, sauf pour ceux qui ont passé les dernières années sous une roche (pour se cacher des policiers qui chargeaient en tapant de la matraque sur leurs boucliers), la LDL parle, chiffres à l’appui, d’un «système de répression politique et policière».

La police distribue les amendes, les arrestations et les coups de matraque à certains manifestants plus qu’à d’autres, selon des critères bien durs à voir quand on a les yeux dans le poivre de cayenne. Mais une fois le gaz lacrymogène dissipé et le décompte fait, ça devient plus clair : il y a des causes que la police aime moins que d’autres.

La LDL a calculé que 83 % des constats d’infraction remis à Montréal en vertu du règlement P-6, entre 2012 et 2014, se sont soldés par un arrêt des procédures, un retrait des accusations ou encore un acquittement. Avec un taux de réussite de 17 %, tu coules ton cours, même après la réforme de l’éducation. À croire qu’on distribuait ces constats d’infraction pour faire peur au monde et casser les manifs.

Le tout se déroule dans l’indifférence générale, parce que le Québec se comporte de plus en plus comme ce personnage dans la pièce de théâtre Les Voisins, qui s’exclame : «Y as-tu moyen qu’y arrive rien, dans la vie ?»

Les manifestants dans la rue dérangent, mais les moyens de pression sont plus tranquilles, aussi. Quand même des pantalons colorés, ça dépasse les bornes, quel choix reste-t-il pour contester ? Épeler «so-so-so, solidarité» en code morse avec nos clignements d’yeux ?

Une loi sur l’habillement des policiers aurait au moins le mérite de mettre les choses au clair : notre lente dérive vers un État autoritaire, on veut qu’elle se fasse en uniforme. Ça fait plus propre.

Laisser un commentaire

J’ai été très surpris d’apprendre que le port de l’uniforme n’était pas obligatoire chez les policiers.

Si cet organisme était privé, ce le serait. Avez-vous déjà vu un employé de Garda en pantalon de clown?

L’employé de Garda a le droit de grève: Bravo! il gagne moins de 30 000$, pas de sécurité d’emploi et peu ou pas de régime de retraite.
Le policier gagne, après quelques années, plus de 70 000$ (à part les primes et le temps supplémentaire), une sécurité d’emploi absolue et un régime de retraite en or; c’est un privilégié, faisant partie des 10% les plus riches des salariés au Québec, payé par tous les contribuables dont le salaire moyen est de l’ordre de 40 000$ et dont la majorité n’a pas de fonds de pension où l’employeur contribue. Pour continuer à profiter sans vergogne de cette manne, il ridiculise l’autorité que lui confère son statut, manque de respect et de dignité envers la population et se fout du reste.
Il n’a pas le droit de grève; pis après! Le rapport de force de leur association est tellement disproportionné en leur faveur par rapport à l’administration municipale et aux payeurs de taxes impuissants.
S’il n’est pas content, qu’il démissionne et qu’il se trouve une job ailleurs. Des milliers sont prêts à prendre sa place.
C’est gênant de pleurnicher (oups!) de contester, lorsqu’on est gras dur pis pas à peu près.
L’État Autoritaire ??? Franchement!

Merci Denis L de cette mise au point.

Il est en effet scandaleux de voir ces privilégiés déshonorer leur profession et avilir leur uniforme parce que l’État refuse de leur passer tous leurs petits caprices d’enfants gâtés.

S’ils veulent bénéficier d’un minimum de respect, qu’ils commencent par en avoir envers leur fonction et également envers les citoyens qui paient pour leurs prérogatives et pour leurs innombrables avantages mais qui ne jouissent pas eux-mêmes du quart du centième de ces privilèges.

Le pantaclown camoufle l’ immaturité et l’ insignifience de nos policiers et surtout de leurs dirigeants syndicaux!! La loi 15 sur les régimes de retraite est passée! Vous ne suivez pas les nouvelles! Allo ,allo les policiers sortez de votre bassinnette et allez faire votre devoir en uniforme!!

Oh oui! N’ oubliez pas que vous devez respecter les gens que vous protégez et aussi qui paient pour que vous soyez les plus choyés de la société!!

« [les policiers] les plus choyés de la société »

Vous êtes sérieux là?

Si les policiers jouissent de « privilèges », c’est que quelqu’un leur a donné ces privilèges. Qui est ce généreux bienfaiteur ? La réponse est le gouvernement du Québec. Étant donné que les policiers n’ont aucun droit de grève et lorsqu’arrive un différent durant les négociations, c’est l’arbitre qui décide, celui-ci étant choisi et nommé par le ministre du travail.

Quand Denis L. parle du rapport de force des policiers, il se met le doigt dans l’œil.

Il faut rappeler encore une fois que les taxes et les impôts servent à payer des services et que les contribuables ne paient les salaires des policiers et qu’ils ne sont pas l’employeur, tout comme je n’ai rien à dire sur la façon dont s’habille l’employé du dépanneur (non plus sur ses conditions de travail d’ailleurs) qui me vend une pinte de lait.

Je ne suis pas vraiment d’accord avec Denis L, mais je ne suis pas davantage d’accord avec cet argument:

« Il faut rappeler encore une fois que les taxes et les impôts servent à payer des services et que les contribuables ne paient les salaires des policiers et qu’ils ne sont pas l’employeur »

Vrai, l’employeur des policiers est l’État, que ce soit les gouvernements municipaux, le provincial ou le fédéral, toutefois les revenus qui sont utilisés par ces 3 palliers proviennent pour l’essentiel des ponctions fiscales auprès des contribuables. Il y a également quelques sources de financement provenant du travail même des policiers (contraventions et compagnie), mais ce sont quand même des contribuables qui paient en bout de ligne.

Si je suis votre raisonnement, le policier paie son propre salaire puisqu’il est aussi un contribuable. En raisonnant ainsi, on peut appliquer ce raisonnement pour tout le monde.

Ainsi, par exemple, en simplifiant : l’ouvrier sur une ligne de montage d’automobile qui achète une automobile de son employeur se paie son salaire. On peut reprendre ce même raisonnement en multipliant les intermédiaires et ce sera toujours la même conclusion. Un comptable fait son épicerie chez Metro, il paie le salaire de la caissière, celle-ci, avec l’argent du comptable, achète une lampe à un marchand qui toujours avec le même argent vient voir le comptable pour sa comptabilité. La boucle est bouclée le comptable se paie son salaire.

Paraît-il que le petit-fils de la ministre Lise Thériaut ne serait plus capable d’identifier nos valeureux policiers multicolores. La mort de monsieur Parizeau aura eu cela de bon, c’est-à-dire d’alerter le petit-fils de Lise Thériaut d’aller rendre visite à un optométriste, je crains qu’il ne souffre d’une sévère myopie associée à du daltonisme.

Il est à prévoir que notre bon gouvernement ne sera pas trop sévère avec les policiers.
Ils vont être trop nécessaires pour varger sur le monde à l’automne, dans l’éventualité de contestations.
Il faut bien traiter ses molosses!

Si les policiers vargent comme vous dites sur quelqu’ un , c’ est qu’ il y a danger et que les manifestants frappent et ou lancent des objets et ou n’ écoutent pas les policiers!!!!!

L’utilisation de la force est en réponse à un danger perçu ou réel pour le policier ou d’autres individus. Si quelqu’un qui ne représente aucunement un danger n’écoute pas les consignes d’un policier, ce dernier n’est pas justifié d’utiliser la force pour restreindre l’individu qui n’a pas obtempéré à une simple consigne de circuler ou de fermer son téléphone cellulaire. Si l’individu résiste à son arrestation c’est une toute autre histoire.

C’est particulièrement dommage de voir ce genre d’opinion qui défend l’idée que les mots d’un policier c’est la loi et que ne pas les suivre à la lettre et immédiatement représente un geste passible de prison.

La simple étude du % d’individus arrêtés qui se font absoudre devrait mener à la conclusion que les policiers abusent de leur pouvoir.

Ici, on se sert d’une anecdote amusante : la dérive vestimentaire des policiers… pour dénoncer la dérive politique de la police. Et donc par quelques aspects, on peut dénoncer l’État policier. Mais, existe-t-il un seul pays au monde qui ait une ou des polices payées avec l’argent des contribuables qui ne soit pas au service de l’État ?

Penser qu’un policier soit au service de la population est un euphémisme et un barbarisme. Alors pourquoi les policiers québécois devraient-ils être des anges dans un monde essentiellement gouverné et dirigé par des démons ?

Si l’État veut que « ses » policiers adoptent une tenue vestimentaire plus « classique », eh bien, les policiers devraient se conformer à la volonté de leurs bienfaiteurs. Au lieu de prendre à témoin le bon petit peuple, qu’on peut « tapocher » au besoin, pour bien nous faire comprendre que la hauteur de leurs demandes en matière de conventions collectives n’est pas à la hauteur de la réponse qui leur est offerte par ses bienfaiteurs.

Là où, j’éprouve un certain « niveau » de difficulté au « niveau » de la compréhension de ce texte. C’est lorsque le journaliste prend par la suite la défense, — un élan de patriotisme je suppose –, pour justifier ces tenues toutes généreuses et fantaisistes, par le fait que nos chers gardiens de la paix n’ont pas le droit de grève. Quand l’employé de Garda pas si bien payé qu’ça, — a lui -, le droit de « grévasser ». Alors qu’on sait pour des raisons de sécurité qu’il manque pratiquement toujours un convoyeur de fonds par camion et que la direction (c’est vrai dans toute la profession) n’accède pas à ces demandes justifiées de leurs employés.

Bref d’un côté l’auteur de ce blogue entend dénoncer la répression de « l’État policier », — mais de l’autre -, on veut pas trop se faire mal « vouère » par les dits policiers.

Après tout, c’est une chose bien connue : avec ou sans pantalon bariolé, avec ou sans pistolet, avec ou sans teaser, avec ou sans matraque, avec ou sans gaz lacrymogène : les agents sont toujours de braves gens.

— Pour celles et ceux qui aimeraient voir comment les belges voient leurs policiers, voyez ce divertissant petit sketch à l’adresse suivante :
https://youtu.be/g9u7ZDBagaI

D’ accord avec vous ! De se comparer a un état policier , il y a une marge! La police par déffinition sert et protège le peuple! Et la priorité de la police est de faire respecter les lois votées par le gouvernement qui nous représente démocratiquement! Donc protéger nos lois et règlements municipaux c’ est la prérogative contre tous abus venant de groupuscules radicaux! Allez dans n’ importe quels pays démocratique et c’ est la même chose!

Hum,

Si j’étais toi, j’éviterais de parler de démocratie. Tout le monde qui te connaissent ici savent très bien que tu l’utilises quand ça fait ton affaire mais que, le reste du temps, tu t’essuies les pieds dessus…

Je suis curieux de savoir quel sens vous attribuez au mot « barbarisme » ?

Maintenant sur le fond du propos, j’ai de la difficulté à voir la justification de votre commentaire concernant les employés de Garda.

Corrigez-moi si je me trompe, mais vous dites en d’autres mots que l’auteur fait preuve d’une certaine hypocrisie en justifiant les méthodes de protestations des policiers en disant que les employés de Garda ont droit à la grève. Même si ce que vous rapportez dans la situation des employés de Garda est véridique, il me semble que votre argument revient à dire que « les employés de Garda ont une relation plus difficile avec leur employeur et donc, les policiers ne devraient pas protester de la sorte contre leur propre employeur. »

Est-ce que je comprends bien? Si oui, expliquez moi pourquoi ce serait un argument valable contre les méthodes utilisées par les policiers.

Je pense que le gouvernement devrait déclarer que le pantalon camouflage est d’orénavent l’uniforme officiel comme ca les policiers reviendraient à l’ancien uniforme pour protester, c’est simple non?

Les policiers qui ont tapés sur les manifestants avaient une job a faire, c’ est tout! C’ est quoi cette manie de défendre l’ indéfendable! Les manifestants de un n’ avait AUCUNE cause et par surcroît étaient financé par le lobby syndical en 2012! Dernièrement au printemps ; les manifestants n’ avaient pas plus de CAUSES et étaient composées de factions facistes qui risquaient de dégénérer!
Pour vous M. Charlebois , vous y voyez une lente dérive vers un état policier!!! En tout cas ça vous en prend pas beaucoup pour être inquiet! Une chance que la MAJORITÉ des contribuables ne pensent pas comme vous! Les policiers pour la plupart des citoyens n’ ont fait que leur devoirs et ce pourquoi ils existent!

C’est quand même drôle. Les policiers sont associés aux corrés rouges et ces derniers sont associés aux fascistes. Divertissant, comme toujours…

Ils devraient se déguiser en autruches, ça serait plus pertinent, et se mettre la tête dans le sable pour éviter de voir leur dérapage autoritaire! Ils utilisent leur force pour s’avantager, aux frais des contribuables, sous le prétexte qu’ils n’ont pas le droit de grève. Ils constituent donc un pouvoir parallèle, pas nécessairement soumis à l’autorité constituée: quand ça fait leur affaire, ils tapent sur les citoyens mais quand ça ne leur plaît pas, ils envoient l’autorité paître – si ce n’est pas un pouvoir parallèle, je ne sais pas ce que ça pourrait être!!! Ils devraient au moins être soumis au pouvoir judiciaire mais non, ils accusent les gens à tort et à travers, sans preuve (d’où le rejet / retrait des accusations) mais l’intimidation a fonctionné et ils se fichent des résultats devant les tribunaux, sans conséquence. Ils sont rendus comme des chemises brunes plutôt que des vrais policiers…

Passer une loi pour forcer les policiers à porter leur uniforme c’est aussi loufoque que ça peut l’être lorsque ceux-ci s’habillent en clowns.
Bientôt ce gouvermaman va t-il passer une loi pour obliger les enfants à manger leur brocoli? Les policiers sont régis par une convention collective qui englobe le port de l’uniforme et son application. C’est à la direction de leur service de voir à la faire respecter.

Quand je lis les commentaires des Denis L, François 1 et Beauly02 ici-bas, j’ai la profonde conviction que ces personnes ne sont pas syndiquées, qu’elles haïssent les syndicats et qu’elles crachent dessus sans vergogne. Après, elles se demandent pourquoi les autres personnes qui se regroupent en syndicats afin de se défendre et d’avoir une certaine force face à leurs gros patrons , gagnent plus qu’elles, qu’elles ont un plan de pension et qu’elles peuvent nourrir leurs enfants. Réveillez-vous bande de cons, vous faites l’affaire des gros en ne vous associant pas et vous ne le voyez même pas que vous êtes 100 ans en arrière. Le matin où votre gueule ne fera plus l’affaire de votre « bon petit patron », vous serez dans la rue à quêter. Si vous trouvez qu’une pension de $30,000 par année est la panacée, que dire de la pension de l’ancien président d’Hydro-Québec avec $400,000 ??? Lui aussi est un « petit patron » comme vous les aimez et protégez en crachant sur les syndiqués. Vous me faites pitié.

Ne vous en faite pas. Ces habitués crachent sur à peu près tout. J’ai réglé le cas de l’un en arrêtant de lire ses messages. L’autre, je le trouve divertissant et on est devenu de très bon amis…

Justement, les policiers n’ont pas le droit de grève, comme bientôt à peu près tout le monde avec les fameux « services essentiels ». L’uniforme N’EST PAS NÉCESSAIRE À DONNER LES SERVICES ESSENTIELS dans l’exercice de leur fonction. Si vous êtes si brillant, suggérez leur donc les autres moyens qu’ils peuvent exercer sans brimer le « sens du respect » alors que le gouvernement lui même ne les respecte pas en ne négociant pas avec eux. Leur uniforme est identique à celui que porte un plombier, un mécano, un infirmier, ça sert à identifier sa fonction, mais un caleçon à pois rouge et orange ne l’empêche pas de faire son travail comme il faut . J’avoue seulement qu’un peu de jugement selon les circonstances pourrait ne pas leur nuire. Il y a trop de monde qui se vexe pour des futilités et quand les médias les encouragent, ça devient épidémique, et une épidémie, c’est une maladie dangereuse.

C’ est pas le gouvernement qui négocie avec les policiers en pantaclown; ce sont les villes! Ça les gens qui payent des taxes pour un service le savent très bien. Et la plupart des citoyens ( la grande majorité ) n’ ont pas la moitié des conditions de travail des policiers et pompiers! Mme Sauvageau la présidente de l’ UMQ disait récemment a l’ émission de Mario Dumont @ TVA que les policiers et pompeirs sont depuis 10 en mode contestation! Ils portent des pantaclowns depuis très très longtemps et c’ est pas demain la veille que leur exécutifs syndicaux vont leur dire d’ arrêter! CE SONT LES POLICIERS QUI NE RESPECTENT PAS LA POPULATION ET LEUR UNIFORME!

Donc ma suggestion est tout simplement de remettre leur uniformes et de cesser de brailler car la population en général ne respecte pas des clowns! Le gouvernement n’ a rien a voir avec cela! Actuellement les syndicats n’ ont pas du tout l’ intention de négocier a moins que ce que l’ on offre soit toujours a la hausse et les syndicats minicipaux ont toujours eu beau jeu car il n’ y a pas de rapport de force entre les municipalités et les syndicats!

Je ne respecte pas les syndicats publics et ou para public qui ne respectent pas la capacité de payer des contribuables! Je n’ hais aucun syndicat car j’ ai trop de respect pour les travailleurs, mais les dirigeants syndicaleux qui travaillent pour leur corporatisme ceux -la je ne les respectent pas du tout car il fut un temps que oui c’ était les boss qui manipulaient les pauvres travailleurs ,mais aujourd’ hui ce sont certains syndicats surtout publics qui se montrent très très gourmands et qui ne respectent pas les autres travailleurs!!!

Doit être absolument syndiqué au Québec pour avoir le droit de parole? Les policiers ont droit de parole mais n’ ont pas le droit de grève et c’ est tout a fait logique n’ est-ce pas? Arrivez en ville , nous sommes en 2015 et de toujours voir les patrons ou les entrepreneurs comme des méchants et les syndiqués comme de pauvres petits qui défendent leurs droits et qui sont continuellemnet écrasés, c’ est ça qui ramène en arrière! Aujourd’ hui les relations de travail ont beaucoup changées et ce sont améliorées énormément!

En chiant sur les gros patrons comme vous dites vous faites fuir l’ économie et par ricochet la richesse collective! Cessez de vous plaindre et penser que vous êtes venus au monde pour un petit pain! Ayez un peu de panache , changer votre discour et je recommande aux policiers de mettre leur uniformes car le conflit est terminé !!!

Ils sont payés pour ce travaille avec beaucoup plus d’avantage sociaux 1* gros salaire + gros fond de pension + habillement, etc. Qu’est votre problème, M. Charlebois.

Avec un argument comme ça on réduirait le salaire de tout le monde (en tous cas, les employés de la fonction publique et para-publique) jusqu’à temps que ce soit égalitaire : mêmes salaires, pensions, habillement en fonction d’un critère arbitraire que vous ne nommez pas. Seriez-vous socialiste par hasard?

Qui a dit que l’habit ne faisait pas le moine?
Ouin c’est vrai que si j’ai bien compris, le billet ne parlait pas de moines, mais de clowns?
OK, et donc, qui a dit que l’habit ne faisait pas le clown?

Et les chefs de police sont-ils les bouffons des clowns?
Ou sont-ils eux aussi que de simples clowns?

Il me semble que sans bouffonneries, un chef de police digne de ce nom, n’aurait-il pas pu dire dès la première journée de ses apparats dignes d’un cirque, aux aveugles qui c’étaient trompés d’uniformes, portant sans aucun doute leurs habits des emplois qu’ils pratiquent dans leurs très nombreuses heures de temps libre, d’allez sur le champ, à leurs frais, avec les coupures de salaires conséquentes, corriger la situation?

C’est vrai, que plusieurs d’entre eux et d’entre elles sont-ils déjà à se pratiquer pour leur deuxième carrière?

Qu’est-ce tu veux faire ma tite, quand tu vas être grande?
Je veux être clowne pour un grand cirque.
Ben commence par rentrer dans la police, tu auras beaucoup de temps pour t’entraîner! Prends garde au mur, …, derrière la police!
Tu pourras même t’exercer au tir…t’auras ainsi plus de choix encore!