Que de l’esbroufe autour du drapeau

Le ministre du Patrimoine, James Moore, s’est fait le promoteur du projet de loi du député conservateur John Carmichael sur le drapeau canadien. Même le premier ministre Stephen Harper a dit l’appuyer. Si le gouvernement tient tant que ça à punir, jusqu’à l’emprisonnement, ceux voudraient empêcher quelqu’un de hisser le drapeau canadien, pourquoi ne le parraine-t-il pas? Il aurait alors le contrôle de l’échéancier et pourrait même accélérer son étude. En s’en remettant à un député, il se soumet à un processus beaucoup plus lent. M. Moore dit qu’il tentera d’obtenir le consentement unanime des députés pour procéder rapidement. Il se moque de nous car il sait très bien que plusieurs députés, ne serait-ce que les bloquistes, s’y opposeront.

En vertu des règles parlementaires, un mois doit séparer chaque heure de débat sur les projets de loi d’initiative parlementaire, et il y en a jusqu’à trois en deuxième lecture. Le projet est ensuite étudié en comité qui a 60 jours pour poursuivre le travail. Quand son rapport arrive aux Communes, un autre mois s’écoule avant la reprise du débat. Bref, ce projet de loi ne pourra pas être adopté aux Communes avant le printemps prochain. Il devra ensuite faire son petit bonhomme de chemin au Sénat.

Les conservateurs sont majoritaires dans les deux Chambres et auront gain de cause. Pourquoi ce cirque alors? Pour marquer des points politiques contre les partis d’opposition. Sil ne s’agissait que de redéfinir les symboles canadiens, le gouvernement aurait pris l’initiative. En optant pour un projet d’initiative parlementaire, ils ne cherchent qu’à semer la zizanie chez leurs adversaires car ces projets font traditionnellement l’objet d’un vote libre. Après la bénédiction donnée par M. Harper, on peut prédire que les députés conservateurs resteront dans le rang alors que les libéraux et les néo-démocrates seront tiraillés. Du gaspillage de temps et de salive, des enfantillages qui ne servent personne, sauf quelques propriétaires de condos frustrés. Et surtout beaucoup de bruit, comme le souhaitaient les conservateurs, pour un projet qui n’aboutira peut-être jamais à cause de la procédure choisie par nul autre que le gouvernement.

Laisser un commentaire

J’ai souvenir d’une subvention qui a été refusé à Québec parce le fédéral exigeait un drapeau… ne serait-ce pas une façon détournée de s’assurer de pouvoir placer un drapeau partout ou le fédéral met une subvention? …même aux événements de la St-Jean?

Ils trouvaient cela effrayant d’envoyer en prison des gens qui ne remplissaient pas le questionnaire long du recensement (ce qui était faux de toutes façons, personne n’ayant jamais été en prison pour ça) alors que l’utilité du recensement était établi mais on n’hésitera pas à envoyer les gens en prison à cause d’un drapeau! Belle logique néo-conservatrice…

Je veux apporter un amendement à ce projet de loi: que le papier hygiénique devra avoir la face de la reine sur un côté et la feuille d’érable sur l’autre.

Vos collègues Hélène Buzzetti et Marie Vastel notaient aujourd’hui dans Le Devoir que c’est le peuple canadien qui paiera la facture de 35,000 $ pour un vitrail d’Elizabeth II et de Victoria qui fut installé au parlement il y a deux semaines.

D’autre part, en Grande-Bretagne on a aussi produit un vitrail pour souligner le jubilé d’Elizabeth II, mais « ce sont les députés et lords qui ont été invités, par les présidents des deux chambres, à financer personnellement l’initiative. »

Quelle différence remarquable. Les Anglais connaissent bien leurs institutions démocratiques et ses liens avec l’histoire de leur pays. Ils savent que la couronne ne doit jamais baigner dans la politique. Harper se sert de la couronne comme d’une arme politique, ce qui và à l’encontre de l’intérêt de la couronne, selon moi.

Et voilà que Harper se sert maintenant du vote libre comme arme offensive. La plateforme électorale conservatrice (2005-2006) prévoyait pourtant des votes libres pour tous les députés sauf pour les votes de confiance et monétaires. Alors pourquoi se servir du projet de loi privé ? Tous les Conservateurs vous le diront : ils votent toujours librement, et ils sont tout simplement toujours 100 % d’accord avec le cabinet. Quel groupe remarquable : aucune dissention dans un groupe de plus de 140 personnes, année après année. Du jamais vu dans l’histoire de l’humanité.

Ce que j’ai appris dans tout cela c’est que certains règlements privés, notamment des règlements d’immeubles peuvent empêcher à une personne de déployer des signes et des symboles avec lesquels il (elle) se sent en harmonie. C’est bien sûr le cas du drapeau canadien.

Empêcher une personne d’exprimer son attachement à la patrie par le déploiement de son drapeau me semble une aberration. Et somme toute je pense que ce projet de loi devrait être amendé pour qu’il puisse englober d’autres symboles pour autant que ceux-ci ne soient pas contraires au bien.

La réalité est que je trouve certains règlements d’immeubles abusifs, c’est plutôt contre ces abus qu’il faudrait légiférer. Par exemple certaines clauses contre les animaux devraient être anti-constitutionnelles quand on pense à la maltraitance ou la cruauté contre tous ces êtres qui pourraient trouver de bons maîtres si ceux-là n’en étaient pas empêchés par des règlements inappropriés.

Dans ce raisonnement logique sur un projet privé, une carence, ce projet de loi sur le drapeau canadien correspond aux décisions conservatrices sur un réalignement du patriotisme canadian retrouvant la marque de la monarchie britannique à Ottawa. Comme l’imposition des portraits de la reine aux endroits clés comme les ambassades, l’inscription d’une couronne sur le passeport.

Ce projet de loi, un piège contre le NPD et le PLC? Oui.

Pas dans le même sens toutefois, ces deux partis vont donner leurs voix car piégés au Canada par l’accusation médiatique de non patriotisme que libéraux et néodémocrates ne pourront supporter.

Le Bloc sera probablement avec ses 4 députés le seul parti à s’opposer à cette politique monarchique et régressive et qui consiste à associer patriotisme canadien britannique et le Parti Conservateur. Association totalitaire et perverse!

Beaucoup de fédéralistes, francophones et anglophones) nous cassent les oreilles avec leur » le bilinguisme coûte trop cher ». Je ne sais pas ce qu’ils vont sortir pour la « royalisation » de l’État canadian car il est assuré que ça va couter des millions et des millions.

Ce réalignement du patriotisme exclu le wordmark du Canada des cartes d’affaires du ministre des affaires étrangères, enfreignant les directives du Conseil du trésor. On exclut aussi les mots Edifice-Lester-B-Pearson de l’adresse du ministère.

Le bilinguisme vaut pas cher. Le ministre a fait imprimer deux cartes avec en recto/verso une version française et une version anglaise pour $197.75.

Mais pour les vrais grosses affaires le ministre des affaires étrangères a fait imprimer une carte d’affaire en anglais seulement, avec estampe or,
pour $424.88.

A-t-il atteint la puberté ce John Baird ?

http://www.theglobeandmail.com/news/politics/baird-demands-gold-drops-canada-from-foreign-affairs-business-card/article2185969/

Spectacle désolant provenant de la colline parlementaire à Ottawa, où on sent que la volonté des conservateurs est de ramener le Canada à l’ère pré-Trudeau.
On ne veut même plus mentionner le nom de Lester B.Pearson donné à l’édifice des affaires étrangères, parce que ce dernier fut un premier ministre libéral. Je n’en crois pas mes oreilles souverainistes. Je ne pensais jamais que le Canada, pour se définir, retournerait à de bonnes vraies valeurs du temps de l’Empire britannique.
Et John Baird qui ne veut plus du sigle Canada sur sa carte d’affaire, qui ne se plie pas à la loi sur le bilinguisme au fédéral, plus l’histoire incongrue, partie de rien, concernant l’affichage du drapeau. Toutes de grandes préoccupations de la population!
On entre en récession, l’économie canadienne vit artificiellement sous le respirateurs de la vente de pétrole des sables bitumineux et on s’agace avec l’affichage du drapeau. Désolant!
Et parlant d’affichage du drapeau, qui a vraiment été lésé et n’a pu l’afficher sinon des gens qui vivent en copropriété et doivent se plier à un règlement?
Ici, chez moi je ne peux suspendre un immense drapeau (quel qu’il soit) pour cacher mes voisins ou pendre au balcon de voisin d’en bas. C’est la simple logique. Trop souvent, on défigure les appartements et on ridiculise le drapeau en l’affichant aux fenêtres comme rideau, aux balcons tout croche, en le reproduisant sous forme de caleçons, t-shirts et autres babioles.
Qu’on consacre donc plus de temps à enquêter sur les magouilles de Tony Clement et l’utilisation superflue et coûteuse des avions gouvernementaux par Peter MacKay et autres ministres. Ça c’est plus important!

Si dans ce nationalisme on y ajoutait la création d’une république du Canada, je marche tout de suite mais retourner en arrière, non, je ne recule pas avec eux.

@ Pierre Bouchard (# 6):

Vous vous scandalisez devant ce projet de loi de notre gouvernement fédéral veut assurer que TOUS les Canadiens qui le veulent puissent exprimer leur fidélité à notre pays, le Canada par l’emblème de ce dernier: l’Unifolié?

Pendant ce temps-là, au Québec, on vote une loi (# 204), présentée par une péquiste-défenseur-du-peuple (Agnès Maltais!) et appuyée par une vaste majorité d’élus, tous Québécois pure laine, pour MUSELER UN PEUPLE au complet et s’assurer que le boucher du J de Montréal puisse exercer son égémonie en toute liberté SANS aucune critique et vous ne dites rien!!!.

Pas mal…

François Premier! SVP, relisez donc l’article! Aucun mot n’est contre le projet de loi, juste contre le procédé inutile qui donne encore une sauce »Dallas » a notre parlement!

@ François 1: Primo, la feuille d’érable qui figure sur ton drapeau, représente le Québec… mais on nous a volé ça aussi. Alors ils peuvent le garder et en faire ce qu’ils veulent , on a le nôtre , ils peuvent aussi garder notre emblème (castor) ça aussi c’était à nous, de même que notre hymne nationnal ( Calixa Lavallée) doit se retourner dans sa tombe. Lorsque les Québécois cesseront d’avoir peur ou n’auront plus rien à perdre… on se fera notre pays et plus personne ne nous dépoullera de notre histoire.Secundo françois tu devrais te mettre à lire ton histoire sérieusement. »C’est ça une épopée ».

Les plus populaires