Que dit vraiment le Coran au sujet des femmes?

À l’heure où on s’inquiète de savoir si l’Égypte post-Moubarak suivra l’exemple musulman modéré turque, l’exemple islamique radical iranien, ou une autre combinaison, il est toujours bon de retourner au texte.

Que dit, précisément, le Coran au sujet des femmes, du voile, de la burka ? Et quelles en sont les interprétations orthodoxes et les interprétations libérales ? J’ai posé la question à une experte, Ekaterina Yahyaoui Krivenko, juriste à l’Université de Montréal et à McGill et auteure de Women, Islam and International Law.

Laisser un commentaire

petite précision: pour l’éxplication du voile, les femmes portaient un décolleté , et non avaient la poitrine à l’air

J’étais de bonne humeur avant d’écouter cette entrevue. La réalité me fâche, non, mais, quelle permission les femmes ont à demander? Quel est le problème des hommes à avoir si peur des femmes?

Heureusement, il y a des musulmans modernes qui se servent de leur tête. Jamais je n’accepterai que la liberté de religion prime sur le droit des femmes.

Ce demeure un autre point de vue et une autre interprétation parmi tant d’autres.

Les fondamentalistes et islamistes: une création de l’Occident….

Le, la modéré: vous les voyez autour de vous, au travail, dans la rue, etc. Ce sont ces modérés qui luttent contre les régimes totalitaires appuyés par l’occident…Ce sont ces musulmans modérés qui réfutent l’injustice, la partialité, la dominance idéologique et politique, etc. ce sont enfin, des citoyens comme tous les citoyens du monde qui sont objectifs et civilisés.

Ces modérés peuvent être des juifs, des catholiques, musulmans ou autres.

Le fondamentalisme existe partout! Je nous souhaite que les régimes dictatoriaux soutenus par l’occident tomberont pour que ces modérés vivent librement et montrer au monde leurs capacités innovantes, civisme, équilibre, etc.

I hope!

Les écrits bibliques ou coraniques trouvent leur fondement dans la nécessité du moment historique où ils ont été produits. Aussi, s’inspirer de ceux-ci est une chose, mais les appliquer en fonction d’une idéologie qui en teinte et instrumentalise les indications morales est anachronique et conflictuel.

« Je pense donc je suis » m’apparaît le synthèse d’un monde en évolution. Les religions sont là pour inspirer et non pour contrôler via les messages des anciens.

En voyage au Maroc je lisais dans le Guide Michelin que dans le Sahara les femmes doivent éviter les hommes itinérants…

Le moyen-âge n’est pas loin dans certains coins de la planète. Et il ne saurait être question de régler nos montres sur le passé. Impie ou chaste !

Une fois dépassées ces querelles d’exégètes, une question demeure : comment concilier religion et démocratie ? À mon avis, la seule façon d’y arriver est de circonscrire la première à la sphère privée et d’assurer, par la seconde, le libre choix individuel.

Ainsi, un état laïc permet à chacun de vivre librement sa foi tout en veillant à ce que celle-ci n’impose pas à la collectivité des contraintes liées à une pratique particulière.

Mais, entre vous et moi, la vie ne serait-elle pas plus simple si les personnes apprenaient à communiquer avec leur(s) dieu(x) sans l’intermédiaire d’une religion ou même à s’en passer pour donner un sens à leur vie ?

À quand une sortie bien sentie des groupes de presion féministes CONTRE l’Islam?

Il y a pourtant matière à scandale là-dedans!

Mais nââââon. Z’aiment mieux frapper le mâle québécois en qui sommeille un Marc Lépine…

N’est-ce pas là le problème lorsqu’on tente de baser sa vie sur des textes arcanes qui datent de l’Âge de Fer ? On peut toujours trouver des exégètes qui iront dans le sens qu’on veut. En attendant, pour chaque expert qui cherche à nous rassurer, il existe de milliers d’imams qui, de l’Indonésie jusqu’aux mosquées de Montréal, trouveront aisément les sourates soutenant leurs vues arriérées.
À commencer par cette sourate-ci :
Coran 4 : 34
« 34 Les hommes ont autorité sur les femmes à cause des préférences de Dieu et à cause des dépenses des hommes. Les vertueuses sont dociles, elles protègent ce qui doit l’être selon la consigne de Dieu. Celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, reléguez-les dans leur chambre, frappez-les, mais si elles vous écoutent ne les querellez plus, car Dieu est sublime et grand. »
Et il y en a d’autres. Tout comme il se trouve une myriade de passages incitant à la subjugation et au meurtre des infidèles.

Un texte est-il infiniment élastique ? Non, bien sûr.

Et puis, il n’y a pas que le texte. Il y a « l’exemple parfait du Prophète », qui a épousé Aïsha à 6 ans et l’a déflorée à 9 ans… Le Prophète qui, le soir, se vantait de coucher avec les épouses des chefs juifs qu’il avait trucidé le jour.

Mais il est vrai que la plupart des musulmans ne suivent pas les textes ou l’exemple du prophète en tout point, se fiant plutôt sur leur propre sens moral, tout humain. Une chance !
Le réel problème est peut-être plutôt celui-ci. Tant que les modérés ne remettent pas en cause la nature divine des textes, ils laissent la porte ouverte aux interprétations rigoristes.

Voyez ou revoyez-le sur: http://www.tv5.org

L’invité – Malek Chebel- édition du 02 juillet 2009
L’invité… Malek Chebel Malek Chebel, l’anthropologue des religions et philosophe algérien publie sa propre traduction du Coran, fruit de plusieurs années de travail, pour mettre à portée de tous la réalité d’un islam libéral et loin des intégrismes…