Que le moins perdant gagne!

Le 28 % d’appuis au PLQ, c’est mieux que le 23 % du PQ et le 16 % de la CAQ, mais ça reste comme gagner un 100 mètres contre un type qui boite et une canne de petits pois.

Photo: Paul Chiasson/La Presse Canadienne
Photo: Paul Chiasson/La Presse Canadienne

Si vous ne savez pas quoi offrir au passionné politique qui partage votre vie pour la St-Valentin, offrez-lui un sondage. Rien ne les rend plus heureux. On sait que l’élection n’est que dans deux ans, mais il devient soudainement super important de savoir pour qui les gens voteraient si c’était MAINTENANT!

Celui publié lundi par Le Devoir et le Journal de Montréal n’a pas fait exception. Comme ce sondage arrive après une période plutôt difficile pour le Parti québécois (existe-t-il autre chose pour le PQ?), c’est sa performance qui a été scrutée à la loupe.

Les analystes ont eu des questionnements à la tonne:

– La baisse de 3 % des intentions de vote est-elle le début du commencent de la fin finale pour le PQ… encore une fois?
– Laquelle des 48 bourdes de PKP a eu le plus d’impact sur les intentions de vote?
– Se pourrait-il qu’une partie des votes du PQ ne soient pas comptés dans le sondage parce qu’ils ont été placés dans un paradis fiscal?
– Le PQ aurait-il plus de chance s’il repartait sous le nom de Parti de Libération du Québec (PLQ) et récoltait une partie de l’électorat anglophone distrait?

Ce sont des questions amusantes à poser, mais pendant qu’on fait une fixation sur chaque décimale perdue ou gagnée par le PQ, on occulte une donnée importante du sondage: les Québécois ne sont pas pour autant en délire face aux Libéraux.

Bien sûr, c’est le PLQ qui remporterait l’élection si elle avait lieu aujourd’hui. C’est aussi probablement le PLQ qui va remporter les 26 prochaines élections, parce que le Québec est l’endroit où le jugement prend parfois des vacances assez longues pour que quelqu’un se retrouve avec le visage de Marc Dupré tatoué sur la cuisse.

Ne cherchez pas pour autant une Couillomanie. Malgré sa position en tête des sondages, le parti de Philippe Couillard n’a présentement derrière lui que 28 % des électeurs, avant répartition des indécis. Moins d’une personne sur trois.

C’est mieux que le 23 % du PQ et le 16 % de la CAQ, mais ça reste comme gagner un 100 mètres contre un type qui boite et une canne de petits pois: pas tout à fait l’exploit du siècle.

Dans l’analyse du Devoir, un intervenant déclare que, «C’est un sondage qui démontre la force de l’électorat libéral». La force! J’aurais aimé convaincre ma mère que j’étais une bolle à l’école en ayant 28 % dans un examen.

Personne dans le paysage politique ne soulève l’enthousiasme, et personne n’a vraiment besoin de le faire. On l’a vu au fédéral: il suffit de bien répartir son 35 % d’appui sur le territoire et on peut se retrouver avec le pouvoir absolu entre les mains.

Les libéraux ne sont grands que parce que les autres partis sont à quatre pattes, en train d’essayer de ramasser des raisons de voter pour eux. La question n’est plus «qui mène dans les sondages», mais plutôt «qui perd le moins».

À quoi bon se casser le bécyke à chercher un projet de société rassembleur? Trouve ce qui va fâcher assez d’électeurs contre tes opposants, et ça devrait suffire. Crie «RÉFÉRENDUM!», tiens. Ça marche tout le temps.

[brightcove id=’4539748408001′ width=’800′ height=’450′]

Dans la même catégorie
6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Oui, le moins perdant comme vous dites , c’ est le PLQ ! Malgré toutes les conneries de Heurtel, Bolduc, Charbonneau, et récemment Couillard notre géant vert de premier ministre !!! C, est quand surprenant oui pis non! Du côté des péquistes c’ est encore pire ! Aucune idée rassembleuse, encore aucun argument convaincant qui nous rendraient super riches en se séparant de la péréquation!
Pas encore de directeur général de leur institut de la fameuse indépendance !!! Pas aucune politique sur la restructuration des programmes sociaux si dispendieux, pas de position claires sur les hydrocarbures pourtant essentiels à notre économie immédiate, pas de consensus sur l’ oléoduc d’ énergie est!! Donc à 32.5 mois des élections silence radio !!!
Pour la CAQ encore boudée par les électeurs mais drôlement plus avant gardiste que les séparatistes et les libéraux réunis mais qui ne lève pas sans doute à cause de notre grande amour pour le statu quo!!! Et finalement ce qui reste; c’ est la minorité qui n’ ont aucune idées progressistes si ce n’ est que de faire payer les multunationales qui vont fuir aussitôt qu’ ils prendront du gallon ! Donc actuellement nous sommes dans un trou noir !

La situation politique au Québec est dans un cul-de-sac. Tous les Premiers ministres administrent la province comme des gérants de Caisse populaire. Ils gouvernent à coup de sondage et aux coups de gueule de la population. J’aimerais bien un jour, voter, pour un parti qui pourra faire Des projections sur 5 à 10 ans et qui sera capable de métamorphoser nos rêves en réalités et non en augmentation d’impôt et de taxes, AFIN D’ARÊTER DE TOUJOURS VOTER POUR LE MOINS PIRE.

À cause de son arrogance, son mépris pour la démocratie, son style bulldozer, et on peut allonger cette liste, une large partie de l’électorat canadien et québécois en est venu à haïr Stephen Harper à tel point qu’il fallait de toute nécessité le congédier sans hésitation.
Se pourrait-il que le comportement de Philippe Couillard, on aurait qu’à substituer le nom de Harper pour le sien, nous amène à un déroulement similaire aux prochaines élections. C’est beau de r^ver en couleur.

Un proche de PKP lui a fortement conseillé de NE PAS se présenter en politique. Il lui a dit à peu près ceci: « Tu vas détruire ta compagnie et tu vas détruire le parti québécois ».

Perspicace la gars…hein?

La dernière en lice de leur messie? Pierre Karl Péladeau se porte à la défense des syndicats…:

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2016/02/12/002-parti-quebecois-pierre-karl-peladeau-syndicats.shtml?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#pq=KWiwRt

Le roi du lock-out et le pire employeur du Québec, selon les syndicalistes du PQ se porte maintenant à la défense des syndicats qu’il a écrabouillés pendant presque toute sa vie…

Plus hypocrite, vautour et retors que ça…