Québec: capitale social-démocrate ?

Un sondage Crop-LeSoleil nous apprend que la ville de Québec, ce fief de gauchistes, pourrait élire lundi une majorité de députés néo-démocrates et donner ainsi le coup de grâce au gouvernement conservateur.

Il faudra changer la pancarte. Le virage est maintenant à gauche. Le mystère, lui, persiste.
Il faudra changer la pancarte. Le virage est maintenant à gauche. Le mystère, lui, persiste.

Il vaut la peine de lire l’article qui fait état de ce renversement.

Personnellement, permettez moi de dédier ces chiffres à mes amis du Réseau Liberté-Québec et aux célèbres animateurs de droite de radio de la vieille capitale. Ils doivent se retourner dans leurs tombes.

Non, attendez, ils ne sont pas morts ! Quoique, politiquement, c’est un coup dur.

Une dernière pensée à ce sujet. La psychanalyse collective inachevée de Clotaire Rapaille aurait-elle eu un impact sur le comportement politique des gens de Québec ?

Laisser un commentaire

hmmm…. c’Est pas fait encore…mais hmmmm… si ça ce concrétise se sera le fait du ras le bol du vote stratégique… et pour une fois ce sera comme quand Bernadette a révélé sa vraie nature 🙂 hihihi

Le déroulement de la présente campagne électorale aura au moins eu le mérite de nous démontrer, qu’à l’image de la droite, une certaine « nouvelle » gauche québécoise n’éprouvait aucun remords à devenir une succursale d’Ottawa.

Des progressifs???? Vive le progrès!!!!

La Ville de Québec?

Y’a pas de mystère là-dedans!

Cette une ville qui va à tout vents. Elle suit les modes et les mouvements. Elle est vieille, mais n’a pas peur des idées nouvelles ou de la controverse et elle vit bien avec ses contradictions.

La Ville de Québec, j’en suis natif, j’y ai vécu, je l’ai délaissé et j’y suis revenu…

Elle a tout de même quelque chose qui lui est particulier…

C’est simple:
Y’a pas de mystère. Aucun parti ne correspond véritablement à Québec. Alors on reste négociable.
Je trouve ça sain dans une démocratie. C’est autre chose qu’un vote dogmatique unidirectionnel.
Sinon, à quoi bon des élections?

Aurait-on dans la ville de Québec acquis disons une maturité électorale et choisi de voter coute que coute pour le pouvoir afin de faire avancer CONCRÈTEMENT leur projets de développement?
Si c’est ça bonne nouvelle, on devrait suivre l’exemple.
Comprendre ou se trouve son intérêt, comment faire des gains économiques en utilisant le politique. Quand j’ai vu la bonhommie avec lequel Messieurs Labeaume et Layton, je me suis dit, à voilà un bel esprit de collaboration et dans un tel climat on peut réaliser de grande choses. Sortir de nos guéguerres qui nous séparent et faire avancer nos projets communs ou chaque Québécois et ultimement Canadiens y trouvera sont compte en sortant de la noirceur et du cinysme pour finalement se donner l’essor de mettre de l’avant nos projets du troisième millénaire en faisant participer nos jeunes à la reconstruction de notre économie et de notre société qui il faut regrettablement s’en rendre compte est déchirée depuis trop longtemps.
On doit choisir de réunir nos forces autour de projets qui nous tiennent a coeur, la nationalisation de nos richesses, le transport en commun, le développement des régions, le développement de logements sociaux, de coopératives de travail. Je pense que si nos politiciens arrivent a devenir de bon collaborateurs il en va de l’intérêt de tous.
La politique n’est pas une religion, si les politiciens peuvent allégrement changer de parti (pour aller ou il trouve leur intérêt personnel), il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement pour les citoyens. On peut être au pouvoir.
Plus on se tiendra serrés plus on aura un grand poid politique sur la scène fédérale pour faire adopter nos priorités de développement.
Être fidèle a soi-même c’est agir pour arriver à ses buts et non restés campé dans des positions qui ne portent pas fruits.
On a donné a nos enfants une éducation de coopération, de responsabilité envers l’environnement, les ressources, les pauvres, le transport en commun, de voir plus loin que la satisfaction de ses besoins individuels mais de considérer les impacts sur les collectivités et l’envrionnement, sur l’avenir.
Soyons conséquent et laissons les prendre leur place adoptons le virage politique nécessaire à l’application de ces beaux principes, accordons l’acte à la parole et donnons nos voix au changement et au pouvoir nécessaire à la concrétisation de nos projets.
Qui se montre le plus crédible a améliorer nos infrastructure? Transport en commun, pont, logements sociaux? Qui se montre le plus ouvert a régler le problème constitutionnel? Qui se montre le plus ouvert a faire respecter les différences culturelles et ganrantir le maintient dans les institutions publiques de services et la promotions de valeurs culturelles, arts spectacles, sports, coopération etc? Qui se montre le plus ouvert a concilier la protection de l,environnement et le développement économique. De grands défits s’en viennent l’exploitation de nos ressources mais pas a n’importe quel prix ni de n’importe quelle manière, protéger notre eaux et la salubrité de nos terres en interdisant le nucléaire ici au moins, en produisant des produits de manière responsable, en récupérant et recyclant davantage?
Alors il est temps d’être conséquent. Personne ne peut donner un programme d,une côte à l’autre qui soit pareil et réponde aux différence mais l’ouverture de reconnaitre les différences et la volonté manifeste de trouver des façons de donner la latitude nécessaire pour que chacun y trouve son compte c’est primordial.
Alors utilisons la force de la vague pour surfer vers la réalisation de nos grands projets. Dans la vie il faut savoir s’adapter et rester coller à les objectifs a atteindre le comment on ne le maitrise pas toujours et on ne doit pas se laisser éloigner de nos objectifs par des gens qui n’ont pas bien qu’ils aient eu leur chance réussi a faire avancer nos projets.La fin justifie les moyens on doit être fidèles a nos objectifs et non au plan. Tout les chemins mènent a Rome parfois il faut sortir des sentiers battus, se faire confiance prendre le train qui nous mènera à bon port. On change de véhicule mais on garde les mains sur le volant.
Au pouvoir on demeure maitre de la destination.

Comment j’ai changé d’idée? Moi? J’ai dit a ma fille qui partage les valeurs du parti vert, tu dois regarder les différents programmes et trouver selon toi le parti qui a le plus de potentiel de faire adopter minimalement tes valeurs mais qui aura le poid politique suffisant pour agir. Elle est arrivé au NPD, en voyant sa détermination a participer au processus démocratique en votant en discutant avec ses amis et comprenant le pouvoir et la necessité de l’implication des jeunes dans la politique. Je me suis dit que ça fait trop longtemps que les gens sont désabusé de la politique, la participation ayant tellement descendu qu’on ne publie plus les abstentions, les annulations (qui autrefois était une façon de faire passer un message clair à l’effet de l,insatisfaction par rapport aux choix présentés). Tanné aussi de l’immobilisme et du déchirement dans la société québécoise. J’ai finalment décider d’appuyer son choix. J’y trouve mon compte aussi, en appuyant des politiciens du Québec qui seront au pouvoir à Ottawa. En espérant que les québécois serré tissé. Le fait qu’il y ait eu beaucoup vote par anticipation m’necourage car ce que j’entend ce sont des gens qui pour la plupart n’était pas allé voté depuis longtemps et sont allé exprimer leur appuye au NPD. En espérant que la vaugue sera assez forte pour avoir une majorité, mais quand même pas trop forte car je souhaite vraiment qu’on ait la plus grande proportion d’élus au pouvoir.

Les grands gagnants dans tout ça, ce sont les sondeurs et ceux qui les ont payés pour réaliser leurs sondages bidons et faire croire que le BQ était dépassé. Tous les médias ont repris la chanson en choeur et les Québécois (de la ville comme du reste du Québec) sont entrés dans la danse.

Ce qui compte, c’est le changement: on ne voit pas plus loin que le bout de son nez. On chante, on danse, advienne que pourra…

Aucune profondeur de vue.

Affaiblir le Bloc québécois à Ottawa en appuyant un parti national rocanadian est un geste insensé chez de véritables nationalistes, autonomistes et souverainistes.

Certain(e)s voteront pour le NPD selon leurs dires pour obtenir ils ne savent trop quoi de réconfortant à court et moyen terme pour ensuite reprendre le bâton du pèlerin et faire la souveraineté du Québec.

Cette action est une incongruité, un geste illogique prôné par des pseudo-autonomistes et pseudo-souverainistes, action et geste serviles au profit du colonialisme Rocanadian…bref une imposture.

On verra bien.

Pour le reste, je suis toujours sceptique des sondages. Entre le vote et les intentions, il y a un océan. La plupart des électeurs potentiel du NPD, les gens sans emploi, les jeunes et les groupes de pression, n’iront pas nécessairement voter/leur vote sera trop dispersé pour faire une différence

Pour paraphraser le « candidat » Mercier:
« À Québec, les gens que l’on rencontre sont d’une grande gentillesse… jusqu’à ce que l’on allume la radio! »

Ça confirme un peu mon analyse sur votre article précédent.

En particulier sur le déclin marqué du PLC au Québec.

La légende veut que les gens de Québec votent pour le parti qui -aspire- au pouvoir.
Le NPD risque à 75% l’opposition aussi officielle soit telle. Ils ont voté fortement en 2004 pour le Bloc dans l’opposition et en 1993 également.

Il y a presque un mystère Québec.

Un point dominant par rapport à la région de la capitale nationale c’est que ces gens sont pénétrés d’un régionalisme compatible avec l’identité nationale québécoise toutefois ce régionalisme semble tout de même prédominant par rapport au sentiment national.

Les Québécois de tout le Québec par protestation semblent également en désarroi. Pourtant le parti qui représente la nation québécoise c’est le Boc Québécois. Le NPD dans la capitale à Montréal ne fera que traiter le Québec que comme une région. Au fil des mois ces députés NPD du Québec ne feront que rencontrer la réalité, la dure réalité du Canada.

Jeff Fillion,Bouchard,Morais,Gasse et les autres petits démagogues ne peuvent rien contre la démocratie…. J’ajouterais à cette liste le désormais ineffable Éric Duhaime et la » Sarah Palin »Québécoise Anne Marcotte.

En décembre 2005 c’est à Québec que Harper a pris son envol et c’est en Mai 2011 que tout pourrait s’écrouler dans la capitale nationale.

Oui, en effet, Clotaire Rapaille aura décodé la fibre paradoxale de la région de Québec : on aime tellement avec le coeur seulement que l’on est prêt à élire un clown conservateur plutôt que de voter dans l’intérêt des Québécois avec le Bloc.

Dans l’armée, on s’en tient toujours au : Gauche, droite, gauche, pour avancer. Mais à Québec, on fait : Droite, centre, droite.

Une drôle de légion…

Tant que le Québec s’offrira des faux prophètes à la Brian Mulroney après Trudeau maintenant Lawton, le Québec se fera traité comme une région, un coin perdu du Canada, un îlot non identifiable dans le monde.

Un point personnel afin de faire comprendre aux 60 lecteurs de ce texte message que si je me suis intéressé autant à l’histoire des civilisations voire plus qu’au Québec et à son histoire c’est parce que la mentalité de petit peuple qui anime ce peuple est tellement de teneur dépressive qu’on ne peut faire autrement. Je suis Québécois mais ces jours ci, je m’identifie de nouveau surtout comme occidental de souche européenne ça me relève car le régionalisme des gens de la capitale, le régionalisme accepté du Québec dans le Canada m’assomme, la seule voix offerte alors c’est se rattacher à la base de la culture occidentale sinon c’est la dépression personnelle sur fond d’une société sclérosée.

Cette réflexion ici plus personnelle d’un blogueur est susceptible peut être d’alimenter le mystère de Québec.

Revenant à un penseur et poète du Québec: Pierre Perreault, il a dit qu’une nation dépurvue de la maîtrise de ses moyens va faire de ses régionalismes que ce soit en Estrie, en Outaouais ou dans le grand Québec le centre de son vécu social.

Régionalisme idem du Québec dans le Canada vécu par des Québécois qui ne croient plus en eux mêmes après avoit tenté de croire qu’ils pouvaient se donner un pays.

QU’il s’agisse de la région de QUébec, du Québec ou d’autres régions du Canada, il me semble que ça se résume à :

DAMAGE CONTROL !

Peu de gens veulent d’un gouvernement conservateur majoritaire. Ils sont déjà assez intransigeants comme ça.(voir les réactions outrées à la prise de position éditoriale en faveur du PC dans le Globe and Mail).

À partir du moment où le NDP semble une opposition envisageable, ça devient comme une épidémie… Mais faudrait pas passer tout droit et les envoyer au pouvoir!
Ils faut leur laisser le temps de se faire les dents!

Le Bloc ? A-t-on vraiment cru tout ce temps que les gens l’appuyaient uniquement par ferveur souverainiste ?
Franchement!

On savait déjà tout ça quand les gens de Québec ont décider de quêter de l’argent public pour leur Colisée.

@ koldo.

Avais-tu remarqué que dans la liste de l’internationale socialiste il y a également le parti travailliste de la Grande-Bretagne ? Pas très à gauche n’est-ce pas ? Si tu souhaites faire la chasse aux communistes tu viens de manquer ta cible

« Francois aurait d’ailleurs pu nous expliquer pourquoi il se réjouit tant du succès d’un parti politique canadien membre de l’International socialiste. »

Quel est le problème avec l’Internationale socialiste ? Tous ses membres partagent vaguement un rêve commun d’une société plus juste et ou le « profit » (d’une petite clique) ne serait le seul et unique critère.

Cela dit, il y a une énorme diversité. Certains partis sont affreux, mais d’autres sont dignes de respects.
Par exemple vous y trouverez
– le PS français
– les partis sociaux-démocrates suédois et danois
le parti travailliste norvègien (vous savez ceux qui ont pris le contrôle à 51% de leurs hydrocarbures et ont amassé un fond des générations futures de 320 milliards?)
– le Parti Démocrate Travailliste au Brésil (le parti de Lula, qui a réussit à monter le niveau de vie de sa population, réduire le déficit et créer des emplois, même au pire moment de la dernière crise)
et plusieurs autres (nettement meilleur de le PCC de Harper ou le parti républicain de Reagan, Bush père et fils et successeurs et même que le PLQ de Charest tant qu’à y être)

Bonjour,
Étant complètement confus depuis la nuit des temps à cause du nationalisme québécois, beaucoup de québécois sont dans l’errance totale avec des comportements n’ayant ni queue ni tête. Cela est la résultante d’avoir pensé avec et par les racines par un nationalisme étriqué, étroit d’esprit à la va comme je te pousse. Bien à vous, John Bull.

Monsieur Lisée, avec l’expérience politique que vous possédez, vous devez sans doute savoir que lorsqu’il y a une vague, peu importe le parti, il n’y a plus aucune donnée politique logique de fonds qui tient. Nous n’avons qu’à nous rappeler plus récemment de la vague ADQ en 2007, la vague Lucien Bouchard au référendum de 1995 , la vague Trudeaumanie, la vague René Lévesque en 1976. Nous vivons actuellement la vague JACK ! JACK! (on peut-tu prendre une bière avec le bon JACK !).
C’est un phénomène qui se produit occasionnellement et on n’y peut rien et on ne peut pas toujours comprendre la logique. Je pense qu’il faut savoir l’accepter quand il se produit et toute annalyse est alors inutile.

@Martin Duval

» Si tu souhaites faire la chasse aux communistes tu viens de manquer ta cible! »

C’est très mal me connaître mon cher. Je me situe plutôt à gauche du NPD. Je suis juste surpris de voir autant de réjouissance de la part de gens pour qui Harper est un « closet socialist ».

Mais bon puisque tu en parles, tu remarqueras que la liste inclus umne belle brochette notamment le parti socialiste ouvrier espagnol ainsi que les socialistes démocratiques d’Amérique.
http://www.dsausa.org/about/where.html

« Étant complètement confus depuis la nuit des temps à cause du nationalisme québécois, beaucoup de québécois sont dans l’errance … »

La confusion vient souvent de ceux qui la décrivent.

@réjean langlois

Les Québécois votent par vagues…

À part l’érosion de leur destin, qu’est-ce que ces vagues lui apportent depuis le temps ?

Vagues et ressac s’annulent… et la société n’avance pas.

Peuple en stagnation étouffé par les algues de la peur de s’assumer.

C’est plutôt le Bloc qui devra percer un mystère et pas celui DE Québec mais celui DU Québec!!!

Ha M. Lisee vous vendez la peau de l ours trop vite.
Votre impartialite est plutot nulle.
En tous c est la ville de Quebec qui a compris avant tout le reste du Quebec qu il fallait mettre le Bloc DEHORS!

Les plus populaires