Québec et C-10 : le NPD cède le terrain aux libéraux

Le ministre québécois de la Justice, Jean-Marc Fournier, fait des vagues depuis quelques temps au sujet du projet de loi omnibus du gouvernement Harper en matière de justice. Il veut voir ce projet C-10 modifié et a même suggéré trois amendements cette semaine  au volet visant les jeunes contrevenants. (D’autres suggestions devraient suivre sur d’autres aspects du projet.)

Le NPD, avec ses 59 députés québécois, refuse de s’engager à relayer ces modifications aux Communes. «Je n’ai pas vu les amendements, mais le gouvernement Harper n’écoute pas les provinces et c’est ce qu’il devrait faire», a d’abord répondu la chef intérimaire Nycole Turmel à la sortie de son caucus qui a insisté sur le travail de son parti en comité.. «Nous, nous en avons apporté des amendements et nous avons travaillé avec le gouvernement du Québec concernant le C-10 et d’autres enjeux», a-t-elle poursuivi sans se commettre davantage, ratant du même coup une occasion de s’imposer comme la nouvelle voix du Québec aux Communes.

Ce sont les libéraux fédéraux, qui n’ont que sept élus au Québec, qui se chargeront finalement de défendre les amendements du ministre Fournier.

Le chef intérimaire Bob Rae croit nécessaire d’agir ainsi parce que, selon lui, «c’est très important que le gouvernement du Canada écoute clairement, non seulement M. Fournier, mais tous ses collègues provinciaux qui ont des idées pratiques et importantes. Ce sont les provinces qui ont l’expérience de l’administration de la justice.»

À la sortie de la réunion de son caucus, il a souligné l’expertise particulière du Québec en matière de justice pénale pour adolescents. «C’est vraiment important que nous reconnaissions cette expérience et que nous respections la juridiction des provinces. Ce n’est pas normal, franchement, pour des provinces de proposer des amendements à la législation fédérale, mais ça montre jusqu’à quel point ce gouvernement n’écoute pas ceux qui sont directement touchés par la mise en oeuvre des réformes proposées.» Après tout, a-t-il poursuivi, elles entraîneront des coûts importants sans pour autant avoir un effet sur les crimes violents.

Si la chef néo-démocrate Nycole Turmel n’a pas répliqué directement au sénateur conservateur Pierre-Hughes Boisvenu qui s’en était pris plus tôt au ministre Fournier, M. Rae lui n’a pas hésité à sauter dans la mêlée. M. Boisvenu a affirmé que le ministre Fournier n’avait pas lu le projet de loi et ne savait pas, finalement, de quoi il parlait. Il est allé jusqu’à dire que le Québec était «soft on crime» (trop mou face à la criminalité), la flèche préférée des conservateurs contre quiconque critique leurs politiques en matière de justice.

M. Rae a trouvé l’accusation «ridicule». La question, dit-il, est de savoir si on agit intelligemment ou non face à la criminalité et, selon lui, ce n’est pas le cas du gouvernement Harper. Le chef libéral voit dans la réplique du sénateur «un manque de respect pour les provinces qui vont payer la facture et qui ont l’expérience avec l’administration de la justice».

Mise à jour:

À la sortie de la période des questions, la députée néo-démocrate Françoise Boivin a été invitée à clarifier le sort que son parti réserve aux amendements suggérés par Québec. Elle a d’abord indiqué que son parti avait présenté des amendements qui, dans certains cas, faisaient écho aux préoccupations du Québec. Puis, elle a ajouté que les amendements du ministre Fournier avaient été transmis au service législatif de la Chambre afin de s’assurer du libellé car, a-t-elle dit, «on ne peut pas présenter son texte comme tel». Mais, insiste-t-elle, le NPD est d’accord avec les amendements du ministre québécois.

Laisser un commentaire

La description que vous faites du NPD au sujet de C-10 est vraiment pathétique. Ils sont comme un paquet de poules et de coqs sans tête qui courent partout mais ne savent pas ce qu’ils font. La justice pénale est de compétence fédérale mais l’administration de la justice, les tribunaux pénaux de première instance ET les procureurs de la couronne sont TOUS de la compétence des provinces… Il est plus que normal qu’un ministre de la Justice ET Procureur général se mêle de C-10 – on en attend pas moins. De plus les premier ministres de bien des provinces s’en sont mêlés car, encore là, les conséquences de C-10 vont être énormes pour elles.

Alors que fait le NPD? L’autruche! C’est pas fort et je commence à me demander si un nouveau chef va même réussir à renverser la tendance.

En passant, c’est certes un honneur pour le Québec d’être « soft on crime » (en autant que ça décrive adéquatement ce qui s’y passe…) car les taux de criminalité sont parmi les plus bas au pays! Ça prouve qu’une approche basée sur la réhabilitation, la réparation et la réinsertion sociale marche bien mieux que l’approche agressive des conservateurs qui va nécessairement faire grimper les taux de criminalité. Au moins le valeureux sénateur Boisvenu va avoir de l’ouvrage pour le restant de ses jours!!!

Ces « Oranges », à l’usure, sont de véritables « citrons ».
Dire qu’on a mis le Bloc dehors pour ça!

Un autre cafouillage de la part du NPD…

Mais n’oublions pas que le PLC est le parti du scandale des commandites. Les libéraux refusent aussi de reconnaître concrètement la nation québécoise, de quelque manière que ce soit. Ils ont même reculé sur le principe que tous les juges à la Cour suprême devaient être bilingues. Bob Rae dit maintenant que ce n’est que « préférable ».

Bref, je pensse que le NPD a encore le potentiel d’être une bonne opposition, et qui sait, peut-être un jour former un gouvernement. Mais pour ce faire, ils doivent absolument se choisir un chef d’expérience capable de mettre un peu d’ordre dans ce parti. Objectivement, Thomas Mulcair est le mieux qualifié, mais pour des raisons qui m’échappent, l’establishement néo-démocrate ne semble pas vouloir de lui.

Les Québécois qui ont voté pour le NPD le 2 mai ont la responsabilité d’aller sur le site-web du parti (www.npd.ca) et d’y adhérer afin de pariticiper à la course à la direction. Ça ne coûe que 10$ (5$ pour les moins de 26 ans) Si on le faisait, on dominerait le membership du parti, et Mulcair serait sans doute élu.

Entièrement d’accord avec François. Dans la vie, il y a la veille. Et puis il y a les lendemains de veille.

Le jus d’orange, ça doit être réfrigéré n’est-ce pas?. Est-ce que les gens vont finalement se rendre compte qu’ils ont acheté du stock frelaté ?

Le NPD a déjà mené cette bataille et a défendu les valeurs québécoises au cours de celle-ci, comme tous ceux et celles qui ont regardé CPAC au cours du dernier mois le savent. Les amendements ne passeront pas, le NPD le sait parce qu’il les a déjà présentés. Selon les Conservateurs, vouloir amender le projet de loi c’est être pro-pédophile, alors arrêtez donc de déchirer votre chemise parce que le NPD ne reprend pas les amendements de Fournier mot pour mot, et commencez à vous plaindre de l’attitude et des choix du gouvernement.

En passant, pouvez-vous imaginer Harper avec comme opposition officielle 44 Bloquistes, 43 Néodémocrates et 35 Libéraux? Vous pensez vraiment qu’on serait mieux barrés avec aucune véritable opposition nationale pour nous défendre? Le NPD tient les Conservateurs en respect car il constitue une réelle menace lors des prochaines élections, chose qu’aucun autre parti fédéral ne peut prétendre. Bravo à l’électorat québécois de l’avoir compris et faisons-en encore plus lors des prochaines élections.

Je suis d’accord qu’il faut maintenant que le Québec s’implique dans ce parti et s’en serve pour chasser les Réformistes extrémistes du pouvoir. Dédramatisons l’acte de prendre sa carte, surtout qu’on peut le faire en ligne et sans douleur de nos jours.

Le NPD étant un parti de l’ouest canadien, il ne faut pas se surprendre qu’il soit déconnecté des préoccupations du Québec, et ce, même s’ils ont fait élire 59 députés au Québec il y a moins d’un trimestre.

L’establishment du parti remportera la course à la chefferie, c’est un secret de polichinelle.

Le parti Libéral est un parti aux profondes assises partout à travers le Canada, ils sont des bêtes de politiques, ils ont du flair et ont une sérieuse pente à remonter au Québec. Qu’ils soient les seules à avoir pris la balle au bond ne me surprend nullement.

Les rouges nouveaux défenseurs des intérêts de la province de Québec au Parlement d’Ottawa?

@SensCommunRugueux

Mon « sens commun » me dit que si chaque Québécois qui a voté pour le NPD prenait sa carte du parti, le NPD compterait 1 630 865 nouveau membres.

Avec l’adhésion de seulement 10% de tous les électeurs québécois du NPD, le Québec aurait un véto sur le choix du prochain chef. (Le parti compte moins de 100 000 membres à l’heure actuelle)

Au lieu de vous plaindre, allez sur http://www.npd.ca/, puis votez pour le candidat que vous jugez le plus compétent.

@jl @boris

C’est ça, et n’oublions pas non plus que le NPD est le parti de la stérilisation obligatoire des déficients mentaux dans les années 1930… Et que la ligne éditoriale du journal Le Devoir vers le milieu de la Deuxième Guerre Mondiale était fermement pro-Pétain et Vichy et anti-De Gaulle et Résistance…

Tant qu’à y être, Wilfrid Laurier a renié sa parole sur la conscription pis Louis Riel a quand même été pendu par Macdonald…

Le fait est que la population a donné au NPD la chance de montrer ce dont ils étaient capables, et que, tant sur la défense du bilinguisme que sur le registre des armes à feu, ils sont en train de faire la démonstration qu’ils ne l’ont pas pantoute.

Allez vendre vos cartes de Mulcair, si vous pensez que ça changera quelque chose!

Une «opposition nationale» Boris, cela suppose une convergence et une reconnaissance mutuelle de toutes lea parties au fait que nous appartenons à une même… Nation.

Je ne veux pas vous faire de peine mon cher (et tant pis si c’est le cas), mais vous pouvez toujours en rêver si vous voulez. Les Canadians sont Canadians, et les Québécois sont Québécois.

Quant à l’opposition, avant que je me sente représenté par un ou une député du NDP qui se demande ce qu’il ou elle fait dans cette galère. Et qui parfois même a de la difficulté à comprendre ce que leur disent leurs commettants, bien de l’eau va couler dans la rivière…

Rêvez Boris. Rêvez.

@Ollie « Le Devoir » était un journal de droite avant la 2e guerre mondiale…. Et peu importe ce qui s’écrivait à l’époque, c’est un très bon journal aujourd’hui. Est-ce que vous proposez à Mme Cornellier d’abandonner sa chronique?

Quelqu’un est surpris de la piètre performance du NPD, moi pas.

Dans la plupart des dossiers depuis la rentrée parlementaire, le NPD se fait damer le pion par le PLC. Faut le faire !

Et joignant l’injure à l’insulte, ils vont refuser Mulcair comme chef, malgré le fait indéniable que si le NPD est là où il est actuellement, c’est uniquement grâce au vote massif des Québécois. J’espère que ceux-ci prennent acte et qu’ils s’en souviendront.

@jl

Les Québécois ne sont pas très forts sur les cartes de membre. Je n’aime pas cela moi non plus et je préfère garder mon libre arbitre.

Par contre, nous verrons ce qui adviendra de Mulcair dans cette course à la chefferie et si le NPD réalise qu’il en doit une et tout une, aux Québécois. Sans nous, il ne serait pas là où il est et sans nous, il ne peut espérer gagner la prochaine fois. Il serait bien avisé d’en tenir compte.

@Boris

Le NPD tient les réformistes en respect ?

Comment ça ? Quand ça ? Dans quel dossier ?

Le NPD a l’air d’une grosse poule pas de tête gonflée à l’hélium et qui flotte dans la stratosphère de l’insignifiance. Ce n’est pas une opposition, l’opposition est bien mieux assumée par les libéraux qui ont eu l’intelligence de nommer un chef intérimaire et d’attendre, pour organiser une course à la chefferie.

Le PLC est un vieux renard de la politique, il savait que les réformistes allaient être très actifs au niveau législatif en début de mandat et ses députés sont tous là et ils travaillent, plutôt que de perdre leurs énergies et leur temps dans une course à la chefferie.

Le NPD aurait été bien avisé de faire de même.

@ jl (#8)

Votre sens commun est débordant d’optimisme.

Meilleurs chances du monde dans votre campagne de marketing à 100000 cartes!

Je ne me plains pas, je ne fais que constater.

@ Linda Hart

Et si c’était des primaires « à la française » voteriez-vous?

Personellement, je ne vois pas de grande différence entre les primaires et le « un membre un vote ». Dans les deux cas, l’on doit être d’accord avec les orientations globales du parti; dans aucun cas ne faut-il s’engager à voter en faveur du parti quoi qu’il arrive. Certes, ça coûte un peu plus cher au NPD qu’au PS, mais 10$ n’est pas une somme exorbitante.