Québec : seulement 26e au palmarès mondial du suicide

Nous interrompons, comme chaque vendredi, le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de suicide québécois chute
Commentateur de droite apprenant que le taux de suicide québécois chute.

Depuis longtemps, un des arguments les plus durs assénés contre le modèle québécois, et certes le plus dérangeant, fut le taux de suicide local. Le taux de suicide québécois a en effet atteint un taux record de 22,2 suicides par 100 000 habitants en 1999. Ce qui le plaçait vers le sommet des palmarès mondiaux, du moins de pays comparables  (les Russes sont à 30,7).

Mais selon des données rendues publiques ce printemps par l’Institut national de santé publique, le taux québécois a connu en neuf ans une réduction remarquable, de plus du tiers, pour s’établir à 14,3 en 2008, dernier chiffre disponible.

Si on reporte ce chiffre sur le relevé mis à jour par Wikipedia, beaucoup plus complet que celui de l’Institut, qui ne cite qu’un petit nombre de pays dans sa comparaison internationale, le Québec se situe au 26e rang mondial, derrière des pays comme la Finlande, la Belgique, la Suisse (!), la France (!), l’Autriche. Si on ne compte que les suicides chez les hommes, dont le taux est plus élevé partout, le Québec se classe également 26e. (Au Canada, le Québec avait le plus haut taux en 2005, mais des données plus récentes, tenant compte de la chute du taux Québécois, ne sont pas encore disponibles). Dans cet autre relevé international, le Québec se situe 25e pour le taux chez les hommes et  29e chez les femmes.*

Les États-Unis sont parmi les plus lents à colliger leur taux. Le dernier relevé date de 2005, à 11,1, et ne reflète pas encore les hausses significatives de suicides rapportés d’abord chez les vétérans des guerres d’Irak et d’Afghanistan et plus récemment chez des victimes de la crise économique. Les appels aux centres d’aide anti-suicide ont bondi de 36% en 2008 aux USA.

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

* J’ai ajouté quelques données à ce paragraphe depuis sa première publication.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Les détracteurs du Québec prennent toujours un grand plaisir a nous décrire comme le haut lieu du suicide mondial alors que notre amélioration est fulgurante ! Certains au Québec sont adeptes de l’autoflagellation et des rapetisseurs du Québec patentés ……Il faut hair le Québec pour être masochistes a ce point la ……

Encore une fois, je vais « casser le party ».

Selon les chiffres de l’Institut national de santé publique, le taux de suicide des hommes au Québec pour l’année 2008 était de 22,1 par 100 000 habitants.

Pour les jeunes hommes québécois c’est encore pire, un taux de 23,4 pour les 20-34.

En 2008, le taux de suicide chez les soldats américains étaient de 20,2 par 100 000 habitants !

http://www.france24.com/en/20090710-suicides-us-army-rise-first-half-2009

Vivre au Québec serait-il plus traumatisant pour les hommes que de servir en Irak ou en Afghanistan ?

P.S.: Selon Le rapport de l’Institut national de santé publique (le lien donné par JF Lisée), le Québec n’est pas en 26e position mais en 5e position pour les hommes et en 9e position pour les femmes.

Encore pire, le Québec se classe #1 pour les provinces canadiennes tant pour les hommes que pour les femmes.

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Quand l’économie va bien ça parait.
L’économie du québec est l’une de celles qui ont
connues les meilleures performances depuis 10 ans.

Merci de l’information, M. Lisée. Cette statistique ne donne cependant pas vraiment d’eau au moulin des défenseurs du modèle québécois. La question reste maintenant de savoir ce qui explique cette baisse du taux de suicide : sommes-nous vraiment plus heureux ou sommes-nous plutôt davantage tolérants à la misère ? Si c’est la deuxième réponse qui est la bonne, alors ce serait les tenants de la droite qui auraient raison. J’espère que non : il n’y a presque aucun suicide à Haïti…

C’est mathématique. Plus il y a de suicidaires qui se suicident, moins il en reste pour le faire. Un pays ne peut pas se maintenir perpétuellement en tête de liste pour ce genre de chose. Ce n’est pas comme dans d’autres domaines.

Je doute qu’on se suicide pour des raisons politiques, pour une question de « modèle » de société. Faire un lien entre le suicide et le modèle québécois est une aberration fédéraliste comme tant d’autres. S’il y avait un tel lien, il y aurait de sérieuses questions à se poser. Ainsi, lorsque le Québec menait le bal des suicidés, il y aurait lieu de se demander si plus de québécois se suicidaient parce qu’ils étaient québécois sans possibilité de l’être officiellement et exclusivement ou parce qu’ils étaient canadiens et devaient porter ce lourd fardeau imposé. Dans mon propre cas le fait d’être québécois est plutôt un motif pour vivre et espérer alors que le fait d’être canadien me fait plutôt désespérer. C’est le modèle canadien confus qui me fait peur et non le modèle québécois.

Étrangement, l’amélioration coïncide avec le rejet du Parti québécois et l’accès au pouvoir des Libéraux de Jean Charest.

Y-a-t’il un lien???

Une telle réduction chez les québécois s’expliquerait comment ? Voilà ce qui retient mon attention. Je crois que nous sommes placés face à un paradoxe dans le dossier du suicide. En effet, comment expliquer que ce sont les pays en développement qui affichent les taux les plus bas ? J’ai vécu au Brésil et je voyais les vrais démunis (les enfants des favelas quêtent aux intersections et les fillettes se prostituent avec leur poupée dans les bras)et leurs parents souvent désoeuvrés, sans aucune protection sociale (ni médicale), sourire à la vie. J’ai côtoyé une classe moyenne et aisée où j’ai perçu de l’insécurité, de l’angoisse, de la tristesse, face à une inflation de 1000%, allant jusqu’à 3000% par année dans les années 90. La classe moyenne fondait comme neige au soleil et les plus riches s’enfermaient chez eux de peur d’être victimes des voleurs. Et pourtant…

Lorsque l’on tente de comprendre on le fait avec ses propres schèmes : ils ne sont pas obsédés par la société de consommation pense-t-on ? Faux, ils le sont bien davantage que nous. Ils ne se comparent pas aux voisins qui ont davantage de biens ? Faux, ils rêvent du matin au soir de devenir vedettes de cinéma, de samba, de foot.

Ils sont sous scolarisés pour la plupart et n’ont pas d’avenir. Vrai, ce qui leur permet de passer leurs journées à la plage… Et pendant ce temps, les Brésiliens qui travaillent triment dûr. Tôt le matin jusqu’à tard le soir. Pour des salaires souvent misérables (un prof d’université gagne 800$ par mois). Et le prix d’une voiture est relativement le même qu’ici. Alors comment comprendre ? La religion ? Oui en partie, la religion synchrétique même, chez les plus pauvres. Quand on est dans la grande misère et que les saints réguliers de l’église vous abandonnent, ils s’en créent de nouveaux. Pas bêtes ! Mais cette explication est-elle suffisante ? Je ne crois pas.

La question du suicide et de ses causes demeure un phénomène opaque pour moi. Alors je tente une explication pour le Québec : la préparation à la vie serait une cause majeure. Les enfants rois et leur facilité à tout obtenir tout rôti dans le bec ne les préparerait pas bien à affronter les difficultés de la vie ?

Pas sûr, quoiqu’il serait intéressant de comparer les taux du Québec des années 20 avec ceux d’aujourd’hui.

Mais ce qui est réjouissant, c’est de constater la diminution significative du taux québécois. Mais avant de se réjouir trop vite, il serait important de savoir pourquoi les taux baissent ? Est-ce une tendance forte ou un accident de parcours ?

Comme le disait récemment un médecin spécialiste de la question : le suicide est une solution permanente à un problème temporaire.

Ce qui se dégage de ce trait plein de bon sens, c’est l’espoir qui donne des ailes. Et que sans cette vision positive du monde, on ne survivrait pas longtemps ?

En plus, nos stats sont fiables. Dans beaucoup de pays, le nombre de suicides est sous-évalué parce que c’est tabou et caché

Pensez-vous que nos fédéralistes à tout crin sont assez convaincus pour se suicider seulement pour faire augmenter cette statistique ?

En effet une excellente nouvelle cette baisse du taux de suicide ici. Je ne suis pas sûr que c’est le sujet par excellence pour se péter les bretelles mais bon.

Parlant de taux de suicide vous vous souvenez de la nouvelle du début de la semaine qui a fait le tour de la planète des pays riches ?
Le capitaliste, que l’on sait tous intrinsèquement mauvais et tyrannique, aurait maltraité la main-d’œuvre chinoise au point de pousser au suicide 9 ou 11 (selon la source) travailleurs de Foxcom en Chine.

Foxcom qui emploi quelques 400,000 travailleurs…

Alors, si l’on fait une complexe règle de trois, pendant que Foxcom perdait dramatiquement ses 9 ou 11 travailleurs, pour une population comparable en nombres ici au Québec, ou ailleurs dans d’autre sociétés semblables ou l’on lave très blanc, c’est quelques 80 personnes qui auraient mis fin a leur jour…

Curieux non que nos médias n’aient pas fait cette petite équation/comparaison ? Devrait-on viser un taux de suicide aussi bas que celui de Foxcom ?

Une détérioration du niveau de vie a une influence directe sur l’augmentation du taux de suicide.
Paradoxalement, pour les pays dans la misère, le mode survie prends le pas sur le taux de suicide…

Tant mieux si ces chiffres démontrent tant d’améliorations qu Québec.

Mais, je me méfie toujours des chiffres émanant de soi-disant «instituts» tels «l’Institut économique de Montréal» ou pourquoi pas… «l’institut linguistique provincial» ?

Finalement… Mais qu’est-ce donc qu’un fichu «d’institut» qui se donne des airs «d’institutions» ? …Si ce n’est que trop souvent des organisations «privées» représentants des intérêts particuliers ?

Je ne tiens pas absolument à «nier» ces chiffres, mais je préférerais, et de beaucoup, qu’ils soient confirmés par Suicide Action, Réseau Homme Québec ou Statistiques Canada…

Quant à qu’à Wikipédia, qui, il faut le reconnaître, est souvente fois fort utile…

N’importe qui peut écrire là-dessus aussi…

J’attends donc des sources plus crédibles avant de chanter victoire…

Merci de votre attention,

Christian Montmarquette

.

Après un échange avec une amie québecoise sur les cas des suicides qui se sont produits dans son entourage,je constate la présence d’un dénominateur commun entre les suicidés.En effet, ils ont presque tous le sentiment d’être mal compris par leur petit monde autour d’eux. Je suis marocain et j’aimerais bien qu’avant mon arrivée au québec voir ses occupants beaucoup plus solidaires les uns envers les autres. Je reproche à l’europe l’absence totale de la chaleur humaine et je regrette de constater qu’au Québec, un bon nombre de gens souffrent de la sollitude.

Mais le Québec est encore en tête de liste pour les suicides collectifs par avortements et euthanasies et pour ce qui est du suicide chez les jeunes garçons . Aussi les femmes essaient 10 fois plus que les hommes de se suicider mais les hommes passent vraiment 10 fois plus à l’acte avec mort qui s’ensuit.
La preuve en est l’incarcération dans les ailes des hôpitaux ou les femmes sont très majoritaires .
Voter fédéraliste est aussi un suicide et même se battre pour inscrire leurs enfants dans les écoles passerelles canadians

Le cas le plus trouble au Canada, c’est les inuits.

On envoie 1 milliard de dollars en péréquation, à une population de 31,500 (plus de 30 000$ par habitant) au Nunavut… et rien ne va en s’améliorant.

Pourquoi nos inuits sont plus suicidaire que ceux du Groenland? Difficile à dire. Le Groenland n’existera plus dans quelques décennies, à moins de découvrir du pétrole. C’est une population de 50 000… qui décline au rythme de 200 personnes par année. Surtout du fait que sa population émigre pour étudier en Europe et ne revient plus.

Aujourd’hui, on n’a plus la même sensibilité pour nos voisins que l’on avait hier. La dernière fois que nous en avons parlé, c’était pour condamner leur braconnage. Le film de Richard Desjardins sur la forêt boréale a eu un succès fou, mais combien de personnes ont vu Le Peuple Invisible?

Je crois qu’on perd notre temps à essayer d’établir un lien entre la politique et le suicide.

Si comme certains semblent le penser il y avait un lien entre la baisse du taux de suicide et l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Jean Charest, ce lien aurait déjà été mis à jour par Clotaire Rapaille. Nous serions, comme il le disait, un peuple profondément masochiste. La preuve en serait que plus on est fortement insatisfait du gouvernement québécois, moins on se suiciderait. Ce serait donc la preuve que nous aimons souffrir.

Je me pose toujours la question à savoir si les québécois se suicident davantage parce qu’ils sont québécois ou parce qu’ils sont canadiens. Il faudrait établir des statistiques pour départager les suicidés en deux catégories; les fédéralistes et les souverainistes.

Bonjour,
La ferveur nationaliste ayant baissée de plusieurs crans aide sûrement car les déceptions et les rêves brisés sont beaucoup moins omniprésents avec du réalisme dont bien de ces anciens nationalistes se sont maintenant pourvu en délaissant les lubies nationales pour du concret, soit d’assumer le fédéralisme canadien malgré ses imperfections. Bonjour et merci à tous, John Bull.

@Jean Yves Arès
Petit correctif:
Chez Foxconn (et non Foxcom), il s’agit de 11 suicide sur 5 mois dans UNE usine.

D’ailleurs, Foxconn, pour endiguer le suicide, vient d’augmenter le salaire des employés de 70%! (Salaire mensuel au départ de $290 US)
Le principe étant qu’en les payant plus, les employés seront moins tentés de faire du supplémentaire et reconnaissent qu’avec un salaire de base de $290 par mois, ce n’est pas assez pour se faire vivre!!!
Reste a savoir si ces mêmes employés n’étaient pas forcés de faire du supplémentaire…

@Christian Montmarquette

« Quant à qu’à Wikipédia, qui, il faut le reconnaître, est souvente fois fort utile…
N’importe qui peut écrire là-dessus aussi… »

Remarquez qu’à l’Institut économique de Montréal, ce n’est pas n’importe qui qui peut écrire (ligne de pensée oblige) et c’est encore moins crédible!!!

@barassine
C’est un paradoxe de ce monde:
Moins nous sommes exposé à la misère sur les biens essentiels, plus nous sommes exposé à la misère psychologique.
Un exemple: Dans un passé pas si lointain, on vivait pauvrement au Québec mais la communauté (et la religion) était forte. Maintenant que l’on est plus riche, la communauté prends le bord, la religion itou!
Faut-il revenir en arrière et vivre pauvrement pour être plus heureux ?
Je ne crois pas…
Notre niveau de vie n’est jamais garanti et l’abus ainsi que l’injustice seront toujours là. Je crois que la solidarité va revenir de lui-même une fois que la majorité des gens diront que c’est assez…

C’est drôle quand les gens comparent avec autrefois si les gens étaient plus heureux. On oublie qu’ils étaient pas plus heureux qu’aujourd’hui, mais ils avaient moins de choix, donc peut-être moins d’angoisse… Dieu était responsable de tout, c’est probablement moins angoissant et plus « reposant », mais les femmes/famille perdaient la moitié de leurs bébés avant l’âge de 2 ans, la polio handicapaient plusieurs autres. La guerre a emporté des milliers d’hommes, la grippe encore plus.

@ Christian Montmarquette

je comprends votre prudence envers tout ce qui peut se nommer ou s’autoproclamer institut.

Mais l’institut national de santé publique du québec est un intitut gouvernemental qui «vise à être le centre d’expertise et de référence en matière de santé publique au Québec. Son objectif est de faire progresser les connaissances et de proposer des stratégies et des actions intersectorielles susceptibles d’améliorer l’état de santé et de bien être de la population». En gros, ce sont les experts du réseau de santé publique du Québec.
http://www.inspq.qc.ca/

@ ClaudeB

Ton commentaire sur l’IEDM n’est rien d’autre qu’un sophisme ad hominem. Comme tu es incapable d’attaquer le message, tu attaque le messager (un peu comme J-F Lisée qui traite Glenn Beck de malade mental).

De plus comme je l’ai spécifié sur mon commentaire #2, selon Le rapport de l’Institut national de santé publique (le lien donné par JF Lisée), le Québec n’est pas en 26e position mais en 5e position pour les hommes et en 9e position pour les femmes.

Encore pire, le Québec se classe #1 pour les provinces canadiennes tant pour les hommes que pour les femmes.

Je voudrais dire quand aujourd’hui je pense au suicide je vous dirai que pour moi depuis deux ans ma penser a changer car j’ai perdue un frère par suicide et pas une statistique premier au dernier rang devrai nous dire que nous sommes bon.Les temps sont dure pour travailleurs et les industries sont a réduire leurs personnelles la crise a fait aussi de créer l’insécurité et souvent perte d’emploies perte de pouvoir d’achats
mais j’aurai cru que nous aurions peut faire de façon différent mais nous laissons parlé des chiffres qui au lieu de dire je suis premier ou dernier ils faut toujours se dire que ce sont des humains qui sont décédés ces cela la réalité pour une société la nôtre.

Si le taux de suicide a diminué au Québec c’est probablement grâce aux efforts mis dans la prévention du suicide tout simplement.

Et ne soyons pas ridicules au point de mêler la politique au taux de suicide. Comme l’a fait remarqué Camille, c’est plus une affaire de repères. La vie n’est pas faicile Il faut savoir donné un sens à sa vie pour résister aux épreuves.

@David

« En 2008, le taux de suicide chez les soldats américains étaient de 20,2 par 100 000 habitants ! »

Tu oublies de compter 57 AUTRES suicides par
100 000 chez les VÉTÉRANS (en 2007).

J’espère que c’est un oubli involontaire, car on devra se méfier de toutes tes statistiques…

Je crois effectivement que tu es un éteignoir:-)

@ François 1er

Le Parti Québécois a probablement initié avec succès une campagne de sensibilisation contre le suicide, et le Parti Libéral de Jean Charest en a profité;-)

La dépression est une maladie qui se soigne. La prévention y est d’ailleurs pour beaucoup, pour ce qui est de la baisse du taux de suicide au Québec. Ceci dit, je pense qu’il serait important de rappeller qu’un suicidaire a une vision altérée de la réalité. Il peut se croire très lucide et peut faire des raisonnements qui semblent tout à fait logique pour son entourage, mais en réalité il ne parvient pas à se libérer d’une vision très sombre de l’existence. En fait, il ne soupçonne souvent même pas qu’il pourra se libérer un jour de cet état qui le détruit, même si parfois cela dure depuis des années. Néanmoins, quand on s’en sort, on peut dans la majorité des cas prendre ou reprendre goût à la vie (si on l’a perdu). Je ne suis pas psy, mais j’ai connu dans mon entourage les ravages de la dépression mais également des exemples de gens qui s’en sont sortis et qui voient ce qui leur est arrivé comme un simple mauvais souvenir qui ne les empêche toutefois pas d’aller de l’avant alors qu’ils sont passés à deux doigts de passer à l’acte.
Alors courage!

Wikipedia comme référence Monsieur Lisée???

Z’êtes vraiment désespéré.

En train de « scratcher » le fond du baril?

@David
Il y a des cas où le message relève tellement de la mauvaise foi et de la manipulation qu’il en peut être autrement que le messager ne peut qu’agir par intérêt personnel.
Fatalement, l’attaque devient personnel!

@David

Toi aussi tu fais du « cherry picking » de mauvaise foi. Pour servir ta cause, tu préfères utiliser le taux beaucoup plus bas des soldats en devoir, plutôt que celui des vétérans, pourtant beaucoup plus significatif.

Je cite M. Lisée: « Le dernier relevé(…)ne reflète pas encore les hausses significatives de suicides rapportés (…) chez les vétérans des guerres d’Irak et d’Afghanistan… »

@François1

« Wikipedia comme référence Monsieur Lisée??? »

Si tu avais suivi le lien tu aurais constaté (si tu sais lire l’anglais) que l’information venait de chiffres de l’Organisation Mondial de la Santé.

« Z’êtes vraiment désespéré. »

Je ne sais pas pour M.Lisée mais toi et ton ami êtes désespérants.

« En train de “scratcher” le fond du baril? »

Dis nous donc ce tu vois dans le fond du baril?

Désolé Mr Lisée
mais le vrai chiffre est de 23,8 donc plus élevés qu aux États Unis

oups vous devriez enlevés votre petit gag du commentateur de droite si vous etes honnete

@ François Isabelle

Avant de soulever une objection, tu devrais vérifier sur Google, question de savoir si les dites objections sont valables.

Pour ton information…

En 2008, le taux de suicide chez les soldats américains en service actif était de 20,2 par 100 000 habitants. Chez les vétérans, ce taux était de 20,8 par 100 000 habitants.

Dans les 2 cas, c’est inférieur au taux du Québec pour les hommes.

http://www.cbsnews.com/stories/2007/11/13/cbsnews_investigates/main3496471.shtml

Aille sur antagoniste!

« Allez voir ici au sujet du taux de suicide en Hongrie et ça éclairera, nous l’espérons, votre lanterne: » (François 1)

C’est celui qui dit que M. Lisée est désespéré pour aller voir Wikipédia l’encyclopédie la plus fiable de la planète.

antgoniste, il faut être sur le bord du suicide vrai.

Mais quoi M. François 1 vous voulez absolument faire augmenter le taux de suicide?

@François1 et David

Comment osez-vous prétendre manquer de liberté et vous permettre de répandre votre fiel et de nommer ou citer un sujet de forum:

« Arguing with idiots Jean-Francois Lisée »

Vous abusez de la liberté d’expression

Votre radicalisme vous marginalise.

Et vous avez le culot de prétendre manquer de tribunes auprès des médias? Tant mieux.

Ce qu’il fait bon vivre au Québec!

@ François Isabelle

« @David

Toi aussi tu fais du “cherry picking” de mauvaise foi. »

Normal sa fait parti du travail quotidien d’un libertarien.

C’est uniquement un clin d’oeil à Glenn beck qui a publié un livre avec ce titre.

Un livre bourré de fait vérifiable et qui démolit les idées reçues !

Par contre que je vois des gens comme toi prétendre qu’il y a trop de liberté d’expression, j’ai des frisson…

Ce sont les gens comme toi qui ont permis aux pire dictateurs de prendre le pouvoir sans que personne ne réagissent.

@David:

Règle numéro 1 dans un régime où la pensée est formattée et collectivisée:

«Tais-toi et gobe tout ce qu’on te dit.»

Tu n’as pas le droit de même songer à la challenger avec des faits, des données, des statistiques qui montrent que, dans la réalité, les préjugés, les prémisses sur lesquels le système se base sont faux.

C’est quand même un grand effort que tu fais pour les faire sortir de la Caverne.

Pour l’instant, tu en es à l’étape de la personne plus près de la sagesse ou de la Raison qui redescend dans la Caverne. La réaction des autres est donc particulièrement agressive et violente.

http://www.suburbainlucide.net/?p=1438

Socrate serait probablement comme toi, conspué par ces contemporains puisqu’ils ne vénèrent pas les mêmes dieux de la Cité (ici, la croyance en l’étatisme et le tribalisme/nationalisme – québécois ou canadien – prirent la place de la religion).

En s’attaquant à ces dieux, ses contemporains jugent qu’il va trop loin, remettant en question toute la société elle-même (donc souvent, leurs propres privilèges ou leurs propres croyances acquises).

@David
Je citerais Coluche:
« Dans une dictature, c’est ferme ta gueule! Danns une démocratie, c’est cause toujours! »

@Matt
Pour les étiquettes, d’un côté comme de l’autre, l’un ne vaut pas l’autre… et vice-versa!
Pour ce qui de s’attaquer aux dieux des contemporains, ce n’est pas en ramenant des dieux du passé qu’il faut appeller cela un changement!!!
Parce que les solutions de changement que vous proposez, ils y ont déjà eu cours dans le passé et les ramener ne ferait que donner plus de privilèges aux mieux nantis de ce monde.

Mais évidemment, quand on a la certitude que les gouvernements et les syndicats sont plus puissants que les corporations et les riches de ce monde, dès le départ, tout est faussé…

C’est l’argent et rien d’autre qui donne le pouvoir. Regardez où est l’argent et vous comprendrez qui détient le pouvoir!