Quelle circonscription pour le chef du PQ ?

Le prochain chef du Parti québécois sera couronné vendredi. Si ce n’est pas Sylvain Gaudreault, déjà député, où ira l’élu ?

Crédit : L'actualité

La course à la chefferie du Parti québécois tire enfin à sa fin. Le congrès devait avoir lieu à Québec en juin dernier (en personne, naturellement), mais, pandémie oblige, cette campagne aura duré presque quatre mois supplémentaires. C’est demain, le vendredi 9 octobre, que nous connaîtrons le prochain chef du parti souverainiste.

Plusieurs défis attendent le chef du PQ, dont celui de se faire connaître des électeurs. Hormis l’humoriste Guy Nantel, avec ses 80 000 abonnés sur Facebook, les autres candidats — le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, l’avocat et chroniqueur Paul St-Pierre Plamondon et le professeur d’histoire au Collège Dawson Frédéric Bastien — souffrent tous d’un déficit de notoriété relatif auprès de l’électorat.

Les deux sondages Léger publiés depuis le début de cette course (en février et en septembre) placent l’humoriste en première position. Toutefois, rappelons que ce n’est pas l’électorat québécois qui votera, mais les membres et les sympathisants du PQ. De plus, comme le scrutin de la chefferie est préférentiel, Guy Nantel devra gagner des votes au deuxième tour (et peut-être au troisième) afin de l’emporter, ce qui risque d’être un défi de taille. Des sondages internes remis aux médias (sondages volontairement « coulés », alors qu’ils sont en principe destinés à l’interne) par l’équipe de campagne de St-Pierre Plamondon indiquent quant à eux que la course sera serrée entre ce dernier et Sylvain Gaudreault. Nous le saurons demain.

Ceux qui lisent régulièrement mes chroniques savent que je m’intéresse davantage aux chiffres qu’à la politique même. Sans égard aux qualités et aux défauts de chacun des candidats, la question que je pose est la suivante : si l’élu n’est pas Sylvain Gaudreault, le seul à être déjà député, dans quelle circonscription s’installera le prochain chef du PQ ?

Car des circonscriptions péquistes, il n’y en a plus comme jadis. Avec 17 % des suffrages, le PQ en a remporté 10 en octobre 2018 :

Depuis, Catherine Fournier (Marie-Victorin) a quitté le caucus pour siéger comme indépendante. Et le PQ oscille autour de 13 à 16 % d’appui dans l’ensemble du Québec, selon les plus récentes projections Qc125.

Outre les comtés remportés par des candidats péquistes en 2018, voici les 10 circonscriptions où le PQ a le mieux fait lors de cette élection :

Circonscriptions Résultat du PQ en 2018 Vainqueur en 2018
Verchères 35,6 % CAQ
Labelle 34,7 % CAQ
Abitibi-Ouest 33,2 % CAQ
Pointe-aux-Trembles 32,2 % CAQ
Lac-Saint-Jean 31,8 % CAQ
Saint-Jean 31,0 % CAQ
Terrebonne 29,6 % CAQ
Berthier 28,9 % CAQ
Rosemont 28,4 % QS
Taillon 28,1 % CAQ
Saint-Jérôme 27,4 % CAQ

À l’exception de Rosemont, toutes ces circonscriptions ont été remportées par la Coalition Avenir Québec (CAQ). Or, le plus grand danger pour le PQ est la grande popularité de la CAQ auprès d’un électorat qui lui était jadis favorable. Comme les intentions de vote en faveur de la CAQ se situent actuellement entre 45 et 50 % selon la moyenne des sondages (bien au-delà du 37 % obtenu à l’élection de 2018), non seulement presque toutes les circonscriptions péquistes sont en danger, mais il n’y en a pour le moment aucune où le PQ est susceptible d’enregistrer un gain net.

À moins qu’un député du caucus cède sa place pour donner la chance au nouveau chef à l’issue d’une élection partielle… 

Voici une question que l’on m’a posée récemment : « Est-ce que le prochain chef du PQ pourrait être son dernier chef ? » Je résiste à la tentation de prédire, comme ô combien l’ont fait dans les dernières années, la mort du PQ. Considérant le recul de Québec solidaire depuis l’élection et le fait qu’environ un électeur sur six appuie toujours le parti de Lévesque, Parizeau, Bouchard et Marois, nous pouvons nous permettre d’en douter.

Malgré tout, si le PQ demeure à son niveau d’appui actuel (ou au niveau de 2018) et si la CAQ parvient à se maintenir au-dessus du seuil des 40 %, les projections n’accorderont qu’une poignée de sièges au PQ. La pente sera donc abrupte pour le prochain chef.

Laisser un commentaire

Bonsoir! Super analyse, comme toujours. Cependant, je remarque que Lac-Saint-Jean devrait figurer dans les meilleurs comtés du PQ en 2018. J’ai fait environ 31% à mon souvenir 🙂

Au plaisir!

Répondre

En effet, Saint-Jean et Lac-Saint-Jean un après l’autre ont porté à confusion. C’est corrigé, merci!

Les plus populaires