Quelle révolution numérique ?

Les gourous d’Internet prédisent depuis des années que l’explosion des blogues politiques, des sites de candidats et des forums de discussion réveilleront le militantisme des citoyens de toutes les couches sociales. Ils se trompent, montre une étude du groupe de réflexion Pew Research Center, menée aux États-Unis l’été dernier, pendant une campagne présidentielle marquée par l’utilisation de sites de réseautage personnel.

Photo : FreeDigitalPhotos.net
Photo : FreeDigitalPhotos.net

La majorité des inter­nautes ayant participé à au moins une activité politique en ligne en 2008 – envoyer un courriel à un élu, faire un don pour une campagne politique ou signer une pétition – étaient des gens aisés et instruits. Bref, ceux-là mêmes qui assistent majoritairement aux discours et aux soupers-bénéfice des candidats. Le Web, comme outil politique, reste donc entre les mains d’une élite : 62 % des militants dans Internet avaient un revenu annuel de plus de 75 000 dollars, tandis que seulement 18 % gagnaient moins de 40 000 dollars.

L’espoir d’une plus grande mixité sociale dans la participation politique réside dans les blogues, laisse entendre l’étude. Parmi les 12 % d’internautes ayant écrit un commentaire lié à un enjeu politique, on trouve une distribution plus uniforme des catégories de revenus.