Question référendaire gagnante

Bon, j’ai enfin trouvé une bonne idée pour la prochaine question référendaire:

Êtes vous en faveur d’un moratoire sur la présence du Québec dans le Canada ? Oui, Non.

Avec ça, on est certain de gagner, non ? (Je précise que ceci est était dans ma rubrique « Gag de 15h15 »)

Laisser un commentaire

Très bon gag, mais la question est posé à l’envers.

Elle laisse sous-entendre que le Québec est indésirable dans le Canada et qu’il faut un moratoire.

De plus, c’est une question que l’on devrait poser au ROC et non au Québec. La question devrait plutôt être «Êtes-vous en faveur d’un moratoire sur la présence du Canada dans le Québec?»

Bien sûr !

Tant que le Québec n’aura pas signé son adhésion à la constitution de 1982, ne serait-ce pas reconnaître de facto la situation actuelle ?

Lisez vous les forums du Globe and Mail sur le kirpan, le voile, le multiculturalisme?
La grande révélation, ce qu’on nous cache depuis des années est là: le Canada profond pense exactement la même chose que le Québec profond.

Le multiculturalisme est un snobisme des élites intellectuelles de Toronto et politiques d’Ottawa. Le vrai monde dans le ROC pense la même chose que le vrai monde au Québec. Pour moi, c’est toute une découverte!

Je suis autant du coin de terre du Québec que de cette terre arbitrairement élargie au Haut Canada que ne le furent les anciens. Pourtant, face à l’hostilité des Hauts-Canadiens à notre endroit, je suis encore plus irrésistiblement territorial. Alors oui ! Je suis pour le non. Alors voila ma position : je suis contre l’assimilation à la différence qui diminue. Puisque nous ne retrouvons pas cette équation dans aucun livre d’enseignement des mathématiques…

Le problème, avec cette question, est qu’il n’y a pas de date de péremption… quoique, c’est mieux ainsi!!!

Ça rentre sur un twitt mais encore trop de mots… et de syllables! Vous imaginez toute une campagne à discuter «moratoire»?!

Je propose : Êtes-vous pro-Québec? Oui, Non.
(4 mots seulement.)

Ou en version minimaliste : Québec? Oui, Non.
Ou même en version Texto : Qc? O/N

La famille Slomo ne voterait pas; cette question n’est pas claire et refuserait des résultats n’atteignant pas 99,9% pour le OUI mais accepterait des résultats atteignant 50,5% pour le NON.

Pas mal, j’aime cette question! Pourquoi pas celle ci évidemment dans votre rubrique GAg!

Québecois et québecoise de vieilles souches et de moins vieilles souches: Seriez vous en faveur que temporairement, le Québec quitte le Canada,devienne un pays et abandonnent les rocheuses et les chutes Niagara pour une période disons de 10 ans pis que si ça marche pas on y redevienne un province mais une province comme les autres une fois pour toute!

Évidemment que les rocheuses et les chutes nous reviennent

Entendu en blague, par un attaché politique du Parti Québécois lors du dernier congrès régional Montréal-Centre:

» Pour être sûr de gagner au prochain reférendum, la question sera: Voulez-vous dissoudre le Parti Québécois en votant « Oui! » à la souveraineté…. ».

Je l’ai trouvé bien bonne!

Bonsoir,
Tant qu’à faire comme bien des nationalistes québécois y ont songé, une question référendaire avec un espace pour le Oui seulement en offrant ce choix à ceux qui votent Oui. En étant convaincu que certains nationalistes québécois trouveraient le tout démocratique. Ceci éviterait de transformer des défaites en victoire morale…. Au plaisir, John Bull.

Je suis évidemment pour un moratoire permanent de la présence du Québec dans ce plus meilleur pays au monde.

Le Québec n’a pas assez d’argent pour ce séparer, c’est aussi simple que ça. Et les votes etniques n’ont absolument rien à voir dans ça.

La meilleure question demeure celle de M. Deschamps : Est-ce que vous voulez un Québec indépendant dans un Canada uni ?

OUI ou NON

La question référendaire a toujours été, demeure et sera toujours une blague.

M. Bonnette, bonne idée avec le choix de réponses entre : P’têt bin qu’oui ou P’têt bin qu’non.

@Paul Pieter Kruijmer

On paie 100 milliards d’impots à Québec et Ottawa. Si on n’est pas assez riche pour s’administrer, qu’on en finisse au plus sacrant avec notre peuple!

Un Québec libre ne dépenserait pas 800 millions dans des sous-marins tout rouillés, 1 milliard pour la sécurité des JO de Vancouver, 1,3 milliard pour un sommet du G8, 2 milliards pour un régistre d’armes, 1,5 milliard par année dans une guerre perdue d’avance en Afghanistan, 16 milliards dans des F35.

Une question encore plus gagnante: « Etes-vous fatigué des référendums sur la souveraineté? »

@honorable

Question gagnante :

Êtes-vous fatigués des fatigués fédéraleux ?

Acceptez-vous de gagner le fleuve St-Laurent & le Labrador tout en perdant les chutes Niagara et les Rocheuses ?

Acceptez-vous, comme Québécois, de ne plus payer d’impôts à Ottawa et de récupérer ainsi tout l’argent perdu(volé*)lors des années passées dans la Fédération canadienne ?

* en 1840, le Bas-Canada (BC alors plus nombreux) a payé pour les dettes du Haut-Canada (HC moins nombreux) lors de l’acte d’Union. Plus tard, après avoir inondé le BC d’anglos, on a fait voter la représentation proportionnelle à la population, favorisant ainsi l’assimilation des francos (Rapport Durham)et réduisant graduellement leur pouvoir… sans oublier les raisons de Rod ci-haut (23)pour sortir enfin le Québec de la trappe à homards !

Pourquoi ne pas poser la question dans un autre sens, c-à-d. sous l’angle fédéraliste? Ainsi la question pourrait être : « Êtes-vous d’accord avec le fédéralisme canadien tel qu’on le pratique aujourd’hui et ce depuis le rapatriement unilatéral de la constitution? » Cette question a l’avantage de répondre à l’obscure exigence de clarté dionienne.
Si la réponse est majoritairement « non », ce dont je ne doute pas, alors nous proclamerons la souveraineté du Québec.

Après ces nombreux commentaires, tous aussi valables les uns que les autres (même les plus loufoques), j’ose préconiser, comme l’ânonnerait un animateur à succès dans une émission dont tout le monde parle, la question qui tue, afin de trancher une bonne fois pour toute.

En fait, il s’agirait d’une question avec deux choix de réponses qui ne seraient ni OUI ni NON et qui irait comme suit : « Voulez-vous que :
A. Le Québec signe la Constitution de 1982, se considère une province au même titre que les autres provinces canadiennes, laisse tomber la recherche de statut particulier et abandonne à jamais l’idée de former un État séparé du reste du Canada; ou,
B. Le Québec devienne un pays indépendant, avec tous les attributs, devoirs et capacités d’un État souverain.

Devant le cul-de-sac constitutionnel et l’« impossible possibilité » de réformer le fédéralisme, il me semble qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais de « troisième voie » et qu’il faudra bien, un jour, que le peuple québécois décide une bonne fois pour toute.

Bonne Journée ! Bloquistes JFL. Mes collègues ont fait un tour complet du jardin pan-canadien du Repartriement de la Constitution de 1867. Appelée l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, resté en
vigueur jusqu’en 1982 et selon les Institutions politiques des Parlements canadien et du Royaume-Uni.Le tout signé sous l’oeil amusé du PM Pierre-Elliot-Trudeau/PET,entre SM Elisabeth II et Jean Chrétien à la Justice, en compagnie des neuf PM provinciaux,sauf le PM du Québec, René Lévesque.

A-t-on eu une élection générale ? Non. Et un référendum ? Non. Les Parlements canadiens et du Royaume-Uni, par leurs Élus et les non-Élus (Sénateurs et Lords) avaient entériné ledit Repatriement de ka Constitution de 1867, sauf le Parlement québécois.

Que le Gouveernement du Québec imite les Parlements canadiens et du Royaume-Uni. D’autant plus que les deux mots « Souveraineté et Référendum sont les plus détestés, honnis de tous tant au Québec qu’au Canada.

Voilà la quation posée par le Gouvernement du Québec, via son Assemblée nationale = « Voulant sa
liberté politique, le Parti politique majoritaire et ses alliés ont pour objectif premier de réaliser l’Indépendance du Québec, et de voter démocratiquement, le moment jugé approprié par
le Gouvernement du Québec ».

Salutation et tous et à la prochaine.

Les plus populaires