Raul Castro est-il le Deng Xiaoping cubain ?

Raul Castro met à la porte un million de fonctionnaires. « Nous devons éradiquer pour toujours l’idée que Cuba est le seul pays au monde où l’on puisse vivre sans travailler », a-t-il dit, lançant une réforme qui pourrait toucher, à terme, 25% des salariés.

Une vache sacrée cubaine abattue !
Une vache sacrée cubaine abattue !

Est-il de Deng Xiaoping cubain ? Dans un entretien qu’il m’accorde à Planète Terre, l’historien et spécialiste de Cuba Claude Morin met cette réforme dans la perspective cubaine, en explique la portée et les limites. L’entreprise privée, explique-t-il, reste limité au cercle familial et personne n’a encore le droit d’embaucher un non-parent dans sa petite entreprise. (Est-ce la raison pour laquelle la direction du pays reste dans la famille Castro ?)

Obstacle parmi d’autres: depuis 50 ans, rien dans la législation ne  permet d’embaucher, de verser un salaire, de retenir des cotisations, etc.

Mes autres invités: une introduction au livre sacré qui fait l’actualité : le Coran.

Le spécialiste de l’Islam Patrice Brodeur explique « le Coran pour les nuls », avec moi dans le rôle du nul. Finalement, le titulaire de la Chaire France et expert en cinéma, Michel Marie, présente son ouvrage : « Les grands pervers au cinéma ».

Laisser un commentaire

Quand j’entends parler du modèle cubain je ne peux m’empêcher de penser qu’avant Castro, Cuba était le bordel des USA et à toutes fins utiles, la propriété de la mafia américaine et qu’en plus sa population était l’une des plus miséreuses, des quasi esclaves de grandes compagnies américaines.

Il m’est donc très difficile de ne pas avoir une affection particulière pour ce peuple que l’impérialisme américain ostracise honteusement.

Mais les temps changent et une volonté de rapprochement Cuba-USA se manifeste depuis quelques années.

Espérons, pour le bien de ce peuple beau, éduqué et courageux, que les choses se passent pour leur plus grand profit.

Pour ce qui du Coran que je n’ai pas lu je le place au même pied que la Bible : une fable. Le drame, dans un cas comme dans l’autre c’est qu’on les élève à un rang qui prouve seulement que les humains sont incapables de se pencher au dessus du précipice de la conscience de l’absurdité de l’existence. Le seul sens que la vie peut avoir c’est celui que chacun lui donne. Ainsi soit-il 😉 !

Il est intéressant de lire la trilogie de l’écrivain étatsunien James Ellroy car il est amplement question de Cuba et des mafias anticastristes qui rêvaient de tuer Castro et tous ses supporters.
Dans ses écrits Ellroy dépeint sans complaisance l’UNDERWORLD politique US et de ses méthodes brutales avec la complaisance de Edgar Hoover alors chef incontesté du FBI et de ses nombreux hommes de main qui utilisent selon les cas,le chantage, la corruption, le trafic de drogue et l’assassinat politique de haut dirigeants comme les frères Kennedy. L’homme-clé de cette trilogie,vaste mare d’extrémistes de la droite dogmatique, est un Québécois du nom de Pierre Bondurant qui n’est autre que notre Lucien Rivard national transformé en tueur à gage et exécuteur des basses oeuvres de Hoover( voir aussi le film de Larouche .
A lire pour eux qui aiment la politique et qui ont la patience de parcourir plus de 2500 pages de texte-fiction mais basé sur la réalité avec les vrais noms des principaux acteurs de l’époque.

@François 1

Faut démêler la gauche de la droite.

La Corée-du-Nord n’est communiste que de nom. C’est une dictature et toute dictature porte à droite!

Ainsi donc, Cuba va enfin s’ajouter à la longue liste des pays du monde qui sont des paradis libertariens, où coulent le lait et le miel du bonheur humain.

J’approuve de commentaire de Benton…

Utiliser la Corée du Nord comme caricature de la gauche est comme utiliser l’Allemagne Nazie pour caricaturer la droite.

Les deux vont dans une seule catégorie bien à part:
La stupidité.

Ailleurs, il y a des gens trop intelligents autant à gauche comme à droite pour utiliser ce genre d' »étiquette » ou d' »exemple ».

Pour répondre à nos droitistes à tout crin ( Francois 1)et amnésique (volontairement ), allez donc lire » Les veines ouvertes de l’amérique latine » d’Eduardo Galeano pour connaitre le pillage des étas- unis envers Cuba et le reste du continent avant la révolution .Vous comprendrez peu être que l’Eden a été gagné dans la sueur et le sang .

@ Jean Guy Demeules:

Alors Monsieur Desmeules, expliquez-nous pourquoi le Cuba en question tente désespéremment un rapprochement avec les mêmes gros méchants États-Unis aujourd’hui?

J’ai bien hâte de vous lire…

@ Benton:

Accuser la Corée-du-Nord de droitisme est comme accuser la Russie de Staline ou la Chine de Mao de la même chose. C’est idiot!

Le gauchisme est foncièrement basé sur le centralisme des décisions gouvernementales ainsi que sur des interventions toujours plus envahissantes de l’État ce qui mène tout droit au communisme.

Les pauvres rares pays gauchistes qui sont encore actifs, DONT la Corée-du-Nord, vivent actuellement une profonde remise en question qui a déjà frappé d’autres pays qui ont eu le malheur d’adopter ce type de gouvernement dans le passé. Ils le font avec beaucoup de retard mais vaut mieux tard que jamais.

Vous verrez…ils seront plus qu’heureux d’adopter le libéralisme du capitalisme comme mode de fonctionnement comme l’ont fait avant eux les pays ci-haut mentionnés.

Il n’y a rien comme la LIBERTÉ pour vous motiver un groupe de citoyens!

@Francois 1

La gauche est au service de la collectivité, ce qui est à cent lieue de ça pour la Corée du Nord!

Son fonctionnement se rapproche plus d’une entreprise où il y a que des employés au service du grand patron!

Quant au libéralisme a l’état pure, il ne mène pas à la libre entreprise ou la libre concurrence, il mène à la loi de la jungle, la loi du ou des plus forts….

@ Jean Guy Demeules

« En Amérique latine l’antiaméricanisme est organiquement lié à l’histoire de ce sous-continent. Il sert de fantasme compensatoire à l’échec relatif de l’Amérique du Sud par rapport à l’Amérique du Nord. Comme l’écrit le grand penseur vénézuélien Carlos Rangel: «C’est, pour les Latino-Américains un scandale insupportable qu’une poignée d’Anglo-Saxons, arrivés dans l’hémisphère beaucoup plus tard que les Espagnols et dans un climat si rude qu’il s’en fallut de peu qu’aucun ne survécût aux premiers hivers, soient devenus la première puissance du monde. Il faudrait une impensable autoanalyse collective pour que les Latino-Américains puissent regarder en face les causes de ce contraste. C’est pourquoi, tout en sachant que c’est faux, chaque dirigeant politique, chaque intellectuel latino-américain est obligé de dire que tous nos maux trouvent leur explication dans l’impérialisme nord-américain. »
-Jean-François Revel

@ Benton:

« La gauche est au service de la collectivité!!! »

FAUX! La gauche est au service des intérêts qui la défendent. Point!

Je vous rappelle que le Québec est dirigé par des gens de la gauche (interventionistes) depuis 50 ans et nous sommes en mesure à tous les jours de constater les résultats épouvantables de ce mode de fonctionnement: malades qui poirautent pour l’éternité dans des corridors des hôpitaux tiers-mondistes, taux hallicunant de décrochage scolaire de NOS enfants dont les compétences transversales sont devenues la risée du reste du monde, déficits étatiques cauchemardesques dont en ne peut entrevoir la fin, pauvreté rampante de la « collectivité » lorsque comparés aux autres qui vivent pourtant dans le même Canada que nous, routes comparables à Beyrouth après un bombardement, gâchage de NOS ressources naturelles et humaines, immobilité désespérante devant nos innombrables « projets de société » qui auraient vu le jour depuis longtemps si le privé s’en était occupé, etc. pendant que nos députés, ministres et innombrables fonctionnaires syndiqués, eux, gaspillent jovialement l’argent des contribuables tout en prospèrant scandaleusement dans ce système étatiste.

Ah…elle est belle vote « solidarité » sôôôôciale…

Je préfère, et de loin, un système (libertarien ou autre semblable où l’État est réduit au minimum) où chacun des individus possède la LIBERTÉ de choix dans ses décisions et assume SES responsabilités plutôt que d’être traité comme un taré incapable de gérer sa propre vie et qui doive la remettre entre les mains de politiciens et de ronds-de-cuir pour lesquels il n’a aucune absolument confiance…

C’est d’ailleurs le grand paradoxe de la go-goche!!! Ils ne font confiance à aucun politicien mais du même souffle, ils supplient ces derniers d’intervenir encore plus dans nos vies…

Cherchez l’erreur!%?&*

@ Benton:

J’allais oublier de vous inviter courtoisement à lire ce petit bijou sur le socialisme où on peut y lire:

« C’est mon plus beau souvenir d’université: mon professeur socialiste commence à vanter aux étudiants le modèle cubain en le comparant au méchant système américain. Prenant mon courage à deux mains, je demande la parole et pose la question qui tue: «Mais… dans quelle direction vont les radeaux?» »

Pas beau ça?

Lisez le au complet; ça ne prendre que quelques instants de votre temps et vous y apprendrez de belles choses sur lesocialisme:

http://www.iedm.org/main/show_editorials_fr.php?editorials_id=901

@David
En résumé, ce qu’affirme le « grand penseur » Carlos Rangel c’est:
« Vous méritez de vous faire exploiter par les nord-américains parce que vous n’êtes pas capable de vous démerder vous-même! »

Grand penseur peut-être, con sûrement!

@François 1

Premièrement, je n’ai jamais prôné le modèle cubain. Par contre, je comprends les frustrations des cubains devant l’impérialisme américain.

Deuxièmement, prôner un retour à l’air Duplessis, aussi bien de prôner un retour à la terre! Voyez-vous, le Québec de Duplessis, c’est un peu le Cuba de Bastista. Rien n’appartenait aux québécois tout comme au cubain….
Mais il y avait une différence, l’exode se faisait à l’époque du Québec vers les États-Unies….

@ Benton:

Bien sûr que vous ne défendez pas le modèle cubain; juste le modèle socialiste… Or il appert que, par le plus grand des hasards, le modèle cubain est le summum du socialisme mais vous préférez demeurer dans le monde éthéré de la théorie. C’est moins compromettant…

Moi, je vous ai emmené dans le monde réel. Dans le VRAI monde! Là où votre Fidel Castro (l’ami du Che!) en a marre de faire crever de faim son peuple et admet clairement que le modèle socialiste que vous défendez est totalement inadéquat et que le modèle capitaliste est le seul qui puisse leur permettre de s’en sortir.