Recherché : jeune Québécois porno-free

Citation du jour:

«Nous avons cherché à rencontrer des hommes dans la vingtaine qui n’avaient jamais regardé de pornographie et nous n’en avons pas trouvé.»

de Simon Louis Lajeunesse, chercheur postdoctoral et professeur associé à l’École de service social de l’Université de Montréal. Moyenne d’écoute hebdomadaire des célibataires, sur Internet: 42 minutes !

Tiré de Forum, voir l’article ici.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

7 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Cette étude féministe et mensongère n’est pas surprenante car après avoir dénoncé la pornographie essentiellement masculine elle fait sa propagande utopique égalitariste .
Pas un mot sur le mensonge féminin des romans à l’eau de rose ou tout se passe sans sexe .
Donc la porno masculine génitale et la porno féminine harlequine .
La porno dont l’auteur parle s’adresse essentiellement à des fantasmes pervers mâles quasi irréalisables sans payer de sa grosse poche d’argents
La porno donc le mensonge sexuel que l’auteur de cette étude ne parle pas c’est l’illusion féministe qui fait que toute la génitalité mâle serait perverse et machiste et que le fait de laisser croire aux amours asexués entre homme et femme ne serait pas aussi un vulgaire mensonge qui trompe les fillettes et les garçons
C’est évident que la sexualité normale et vraiment amoureuse ne peut être que perturbée par une telle consommation de pornographie masturbatoire .

J’aurais difficilement pu dire mieux que vous MichelG. Le méchant mâle dominateur obsédé face à la pauvre victime féminine, ça devient lassant.

Qu’est la fréquentation pornographique en regard de la pédophilie des prêtres ? Bien peu de choses et pourtant, on en fait toujours grand cas dans nos sociétés encore marquées par l’ultra-conservatisme des pélerins du Mayflower.

La pornographie étale des images produites par des hommes et des femmes qui font commerce du plus vieux métier du monde…

Alors que la pédophilie des prêtres renvoie à ce qu’il y a de plus vil: se poser en exemple et utiliser les plus faibles à son service sexuel.

Ce que l’on condamne chez les prêtres pédophiles, c’est ce que dénoncent les féministes dans leur lutte contre la pornographie : la manipulation des asservis.

Existe-t-il un lien entre pornographie et exercice du contrôle mâle sur la femelle ? Le chercheur n’en trouve aucun.

Aussi, est-il donné à penser que la sexualité n’est pas tant affaire de pouvoir et de contrôle qu’objet relevant simplement de notre nature humaine. Que les contingences socio-historiques transforment en un lieu de confrontation où les femmes jouent trop souvent le rôle de victimes.

« …perturbée par une telle consommation de pornographie masturbatoire . »

Maintenant, voilà que la masturbation est perturbante.

Sa ressemble étrangement à ce que disait un aumônier au collège au début des années soixante.

Dire que l’on dit que les temps changent.

Les jeunes après avoir écouter l’aumônier, disaient eux « sortir le méchant »

« Le méchant mâle dominateur obsédé face à la pauvre victime féminine, ça devient lassant. »

Je me suis séparé en 1995, et croyez-moi j’ai sorti, « très sorti » pendant 7 ans.

La première chose que j’ai pu constater, est que les hommes sont courrailleux, très courailleux.

La deuxième que j’ai constaté, est qu’avec chaque hommes courrailleux, il y avait une courrailleuse.

Décidément les mathématiques féministes sont hors de la portée des hommes et des mathématiciens.

Messieurs et mesdames,
Surtout, ne vous laissez pas avoir par les résultats de ce genre d’études. Vous seriez surpris de toutes les manipulations statistiques qu’il est possible de faire avec les logiciels.
De plus, il ne faut pas être dupe en ce qui concerne la littérature écrite par les femmes, pour les femmes…les romanciers libertins du XVIIIe siècle en seraient peut-être choqués!

Ce qu’il faut retenir de tous ces palabres:
Depuis une cinquantaine d’années seulement, la femme occidentales a droit à l’orgasme, alors que l’homme, c’est depuis toujours.
De plus, la nature les a dotées d’un organe strictement conçu pour jouir.
Dans le plaisir de la chair (solitaire ou autre) elles ont fait en 50 ans ce que les hommes ont pris des millénaires pour y arriver.
Aussi bien dire qu’en matière sexuelle, nous n’avons plus que quelques pouces de plus sur elles. Pour le moment. Normal qu’elles fassent encore des recherches du genre. Et que certaines condamnent ce qu’elles n’ont pas encore atteint.
Ne nous en faisons pas, hommes, ça viendra. Et ce sera à notre tour de les trouver dépravées.
À propos, à leur moindre incartade, ce n’est pas ce que nous avons toujours pensé d’elles, nous: maman ou putain…