Règles du jeu du NPD

Le conseil fédéral du NPD a finalement décidé que le congrès à la direction du parti aura lieu le 24 mars prochain à Toronto et que seulement les membres en règle au 18 février 2012 auront droit de vote. Par conséquent, pas de traitement de faveur pour les syndicats.

Comme je l’expliquais plus tôt cette semaine dans le Devoir, ces deux décisions étaient incontournables pour prendre en compte le résultat des élections du 2 mai dernier et les décisions des deux derniers congrès du NPD. Le parti se devait de trouver un moyen de donner à son aile québécoise une chance de recruter des membres. Actuellement, seulement 5 % des membres du parti sont québécois alors que la majorité de la députation vient de la province. Le décalage entre le poids politique du Québec au sein du caucus et du parti ne pouvait être ignoré sans mettre en péril l’enracinement du NPD dans la province. En accordant cinq mois aux candidats à la succession de Jack Layton pour recruter des membres, le NPD accroît les chances de partiellement corriger l’écart. Il ne le sera pas complètement, bien sûr, car le recrutement de nouveaux membres se poursuivra dans le reste du pays.

Dans ce contexte, le parti pouvait encore moins réserver aux syndicats un pourcentage des voix. En 2003, ils contrôlaient 25 % des votes. Pareil scénario cette année aurait signifié que les syndicats auraient eu plus de poids que le membership de plusieurs provinces. Par ailleurs, cette exception ne se justifiait plus depuis que la loi interdit aux personnes morales de financer les partis politiques. De plus, cela serait allé à l’encontre de la volonté des membres qui ont décidé, en 2009, d’inscrire dans la constitution du parti le principe d’«un membre un vote» pour élire le chef.

Le président du Congrès du travail du Canada, Ken Georgetti, a émis un communiqué vendredi alors que le conseil était en réunion. Il y affirmait que les règles actuelles ne favorisent pas les syndicats et que ces derniers n’ont pas demandé d’avoir une voix. Il ajoute – et c’est la première fois que je lisais cet argument – que ce serait contraire à la loi sur le financement populaire. L’esprit, oui, mais la lettre? Je n’en suis pas sûre, mais au moins ça clôt le débat.

Laisser un commentaire

Belle occasion pour créer aussi un NPD Québec, ça fait des membres pour les 2 niveaux fédéral et provincial.
Le NPD Québec devrait viser le développement durable le développement de coopératives, et l’autosuffisance de l’économie des régions. De grands projets de TGV-MONORAIL serait vraiment porteur de développement durable pour toutes les régions du Québec. Tout en restant partenaire du Canada un Québec plus autonome avec des régions mieux développées et des citoyens responsables et engagés dans le développement de l’économie et la participation aux profits. S’éloigner de la vision de développement
gouvernement-entreprises et syndicats opter pour citoyens-coopératives-territoire-société

A ma connaissance ce sera la première fois qu’un des grands partis politiques fédéral pancanadien élit un chef en accordant un vote à chaque membre, sans pondération. Il sera très intéressant de suivre cette campagne. Dans l’ouest en particulier la culture politique est très différente de celle de l’Ontario et du Québec. On pourrait voir une forte augmentation du nombre de membres car les citoyens voudront voter pour choisir le chef de l’opposition. L’ouest choisira sans doute le prochain chef.

Je sui tout à fait d’accord avec le fait qu’un des défis des prochaines semaines pour les députés fraîchement élus du Québec sera de mener une vaste campagne de recrutement de membres. Si le Québec parvient à rallier un grand nombre de nouveaux adhérents ont pourrait concevoir que ce soit un québécois ou un québécois d’origine aborigène (ce qui donnerait aussi une voix intéressante aux premières nations) qui puisse occuper la tête du NPD.

D’ailleurs le caucus québécois gagnerait probablement à s’entendre sur un seul candidat. Autrement, j’abonde dans le sens de Loraine King et la surprise pourrait tout aussi bien provenir de l’ouest canadien.

Donc une belle oportunité de prendre une place de poid dans ce Canada.
On doit adhérer en grand nombre et appuyer une candidature qui pourra faire la différence pour faire avancer les dossiers du Québec et au lieu de tenir tête a Harper le faire tenir compte des conditions dans lequel le Québec veut être partenaire dans ce pays.
La meilleure candidature que je vois pour ce poste est Nathalie Normandeau. Au lieu de voyager Maria-Québec elle devra voyager Maria-Ottawa une maudite bonne raison pour pousser le TGV-MONORAIL.
http://www.google.ca/imgres?q=train+electrique+express+canadiens&um=1&hl=fr&sa=N&rlz=1R2PCTC_enCA361&tbm=isch&tbnid=T_zA42xtUQ-zfM:&imgrefurl=http://www.bradfordexchangequebec.ca/villages-and-trains&docid=fGYosSiXXxkiWM&w=147&h=147&ei=N-5tTsLpEovVgAfsvpXqBQ&zoom=1&iact=hc&vpx=1198&vpy=461&dur=1328&hovh=117&hovw=117&tx=134&ty=118&page=1&tbnh=117&tbnw=117&start=0&ndsp=18&ved=1t:429,r:17,s:0&biw=1440&bih=699

Les plus populaires