Remous à Rad-Can: Vers de l’info hyper-locale ?

Le Projet 450. 1 800 personnes aiment ça sur Facebook.

Il y a les mots clés. L’information à Radio-Canada doit entrer dans une « nouvelle étape », affirme le nouveau patron du service français, Louis Lalande.

En annonçant son départ, jeudi dernier, Alain Saulnier a indiqué que M. Lalande « a décidé de procéder à la transformation de l’information avec une autre personne que moi ». Notez: « transformation ».

Le nouveau maître de l’info, Michel Cormier, apporte un « vent de fraicheur », expliquait vendredi dernier, Louis Lalande en réponse aux questions acides du journaliste Michel Désautels. Les qualités de Michel Cormier sont nombreuses, a-t-il ajouté, car il connaît peu les joueurs de l’information à Montréal, tout en étant radiocanadien.

De quoi s’agit-il ? Difficile à dire. Mais une partie du virage voulu par le PDG Hubert Lacroix porte sur l’information hyper-locale. Une mode de l’info en Amérique du Nord, fondée sur la capacité qu’a internet de rendre compte de ce qui se passe dans chaque quartier.

Ce virage vers l’hyper-local, dans un contexte de restriction budgétaire, ne peut se faire qu’au détriment de l’information non-hyper-locale: nationale et internationale.

Sous la pression, le prédécesseur de Louis Lalande, Sylvain Lafrance, lui-même viré/démissionnaire il y a six mois dans des circonstances toujours obscures, avait accepté de mettre sur pied une expérience pilote : Projet 450.  Il s’agissait de mettre 1,5 millions de $ dans l’embauche d’une douzaine de journalistes et webmestres pour offrir aux citoyens de la couronne Nord et de la couronne Sud de Montréal une information locale, sur internet. Cela dans un marché saturé par les hebdos de Transcontinental et de Quebecor disposant eux-mêmes de sites internet.

Les cadres de l’information interrogés pour cette série sont unanimes à noter l’échec patent de cet investissement, échec parfaitement prévisible. C’est une formule, explique un cadre dirigeant d’un groupe médiatique québécois, « qui n’a pas trouvé son modèle d’affaires au Québec », bref le moyen de s’autofinancer.

C’est pourtant ce type de virage vers l’information locale, d’une part, l’allégement du TJ d’autre part qui est voulu par le PDG Hubert Lacroix et rejeté par les cadres à qui on a montré la porte.

L’autre mot clé, revenant comme un serpent de mer dans la tradition radiocanadienne, est celui de la « régionalisation » de l’information. L’Acadie, d’où arrive Michel Cormier, est une région au même titre que le Manitoba ou le Saguenay.

« Qu’ils me ramènent (sur RDI) l’émission Le Monde de l’Atlantique, moi ça va faire mon affaire » rigole au bout du fil un cadre de l’information de TVA, qui sait que les cotes d’écoutes de LCN montent et que celles de RDI plongent chaque fois que la maison Radio-Canada succombe à cette obsession régionaliste.

Radio-Canada est sans cesse victime de cette tension entre son auditoire principal – massivement québécois – et sa mission pancanadienne. Reste que le virage régional permet une déquébécisation, au moins relative, de l’information.

Revient-on, par ce biais, à répondre à une volonté politique conservatrice, au moins objectivement ?

C’est ce que pense le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, dans un communiqué émis jeudi dernier. Pour la Fédération, le renvoi de Saulnier :

prend les allures d’une première salve des conservateurs dans leur bataille pour réduire la taille, l’influence et le budget de Radio-Canada. À la veille de compressions importantes à la SRC, la FPJQ craint plus que jamais qu’on saborde le mandat d’information du diffuseur public.

Jusqu’où le nouveau couple Lalande/Cormier poussera-t-il le bouchon hyper-local ? Le plus loin possible, espèrent les concurrents de Radio-Can. Le moins loin possible, prient les artisans de l’information de Radio-Canada qui, se levant pour ovationner longuement Alain Saulnier lors de son départ jeudi, savaient qu’ils perdaient avec lui leur plus solide rempart.

Tout repose cependant sur la volonté ultime du PDG, Hubert Lacroix. Nous allons tenter d’entrer dans ses pensées demain, dans ce qui pourrait être le dernier de cette série.

Demain: Remous à Rad-Can: La société d’État, c’est moi !

Pour suivre la série: Remous à Rad-Can

Laisser un commentaire

Il est vrai d’affirmer que le dernier TLMEP fut bizarre. Tous des séparatistes qui discutaient stratégie à la télévion Canadienne. C’était surréaliste. C’est dire à quel point ce pays est tolérant pareil. Y’a pas un pays qui laisse du temps national à la télé aux groupes séparatistes. Au moins inviter des contrepoids de calibre en quantité égale. Ils ne réalisent pas à quel point le Canada est formidable.

Harper doit recentrer la SRC sur sa mission première. Parce que là c’est devenu une succursale du PQ et de la gauche QS.

C’est avec tristesse que je regarde ces transformations s’amorcées à Radio-Canada. L’hyper-local comme vous dites, me semble une mauvaise piste à prendre. Radio-Canada est peut-être le seul réseau francophone (québécois) à nous informer intelligemment par des reportages et des journalistes de qualités. qu’international. J’attends de lire la suite dans votre blogue…

« Radio-Canada est sans cesse victime de cette tension entre son auditoire principal – massivement québécois – et sa mission pancanadienne. »

Et oui RC c’est surtout pour les Québécois. À l’Ouest on écoute surtout le TV américaine. Les artistes du ROC s’en sont plaint.

J’habite le Nouveau-Brunswick depuis peu, et pour avoir accès à la « vraie » programmation de Radio-Canada, je dois l’écouter sur mon ordinateur…

Ce qu’il faut comprendre selon le point de vue francophone radio canadien envisagé pour l’avenir c’est que des régions comme Montréal, Québec, Acadie atlantique, Nord de l’Ontario, Saguenay, Manitoba, Colombie britannique détermineraient une couverture informative visant à nier le tout québécois tout en accordant ce régionalisme francophone délirant qui associent Colombie britannique ou Acadie atlantique à Montréal ou Québec à une grande couverture fédérale canadienne unitaire?

Cet objectif restera problématique puisque la majorité écrasante des auditeurs de la première chaîne radio ou téléspectateurs de l’information télé de SRC en habitant Montréal ou Québec ou l’ensemble des régions du Québec déterminent une bonne part des sujets de l’information. Radio Canada ne pourra pas plus demain tirer une bonne part de son information francophone à défaut d’être québécoise à partir de Moncton au N.B ou de la Région qui est francophone en Ontario.

Produire une information locale à Moncton dans la zone acadienne du N.B pour les Acadiens c’est une chose mais dans une ambition autre, réduire le poids numérique de l’information québécoise au nom de l’information francophone globale canadienne n’est qu’une fiction politique puisque l’essentiel de la francophonie canadienne est québécoise. Déjà nous savons ce que peut être l’information francophone locale de Radio Canada en Colombie britannique c’est ridicule en comparaison du Québec où la production de l’information québécoise centralisé à Montréal est gigantesque.

TVA n’a pas fini de dominer malgré ses carences et LCN continuera à gruger les parts de marché de RDI c’est écrit.

Quant au Téléjournal-talk show, il tenterait par un ajout de populisme de retrouver du succès pour celui ci en se déquébécisant par ses sujets? Ce téléjournal qui parle à partir de Toronto n’attirera pas plus que celui actuel de Céline Galipeau. Puis autrement, un Téléjournal dans le ton très familier ne serait plus que sa caricature complète.

Les néoconservateurs en faits plutôt ceux du Reform party majoritaires depuis peu vont à partir de maintenant Faire de Radio Canada leur chose issue de leurs manies de droite morale à l’américaine?

Cela ressemble à cela.

Radio Canada façonnée par les libéraux fédéraux pendant une éternité politique et maintenant par les conservateurs-réformistes.

Monsieur Lisée,

Cormier a pratiqué en Chine où
Manipulation et désinformation
Sont monnaie courante.
Ce qui devait le chagriner.

En aurait-il retenu leçon?
Ou, sinon, appris les rudiments
du contrôle de l’opposition.

Avant Harper, Trudeau l’Ancien,
Nous avait menacé, se rappelle-t-on,
de nous donner pour tout pitance,
En image fixe, des vases chinois à la TV.

Parce qu’à l’époque déjà,
(Malheur à lui et à ses semblables),
Les Québecois rebelles,
Prenaient trop de place.

Tous ces Lalande et ces Cormier
pourront s’agiter et gigoter.
Ils arrivent trop tard…

Car, de plus en plus dégoûtés
Par ces méthodes malsaines
et ces politiques rétrogrades,
Nous créerons notre propre médium.

Il est intéressant de vous voir spéculer sur Radio-Canada.

Ceci dit, consolez vous, si Radio-Canada opère un virage « local », la demande pour votre revue devrait augmenter…

@honorable et @Le Papi Roy

Savez-vous pourquoi Québec Solitaire se dissocie du Parti Québécois? Parce que le Parti Québécois est au centre droit. Et savez-vous pourquoi Jean-Marie Aussant a créé l’Option National? Parce que le Parti Québécois est pas assez séparatiste.

Et je vous dirais bien qu’il y a probablement plus 75% de la population Québécoise qui voudrait se libérer du Canada mais y en a une partie qui sont un peu peureux.

Faites vous partie des peureux qui osent pas sortir dehors? Pour s’apercevoir qu’on aurait du sortir ben avant? Et que ce serait comme un printemps où tout es à faire. Comme des rénovations! Tu sorts les chaises de parterre, le vélo. Tu sorts les tapies…

Bref, c’est pour ça que où vous regardez. TQ, SRC, TVA, V, La presse, Journal de Montréal, Journal de Québec, le Devoir… Y a toujours un/une sépariste quelque part.

Il est vrai que le dernier TLMEP avait quelque chose de surréaliste pour un autiteur fédéraliste. C’était comme regarder le Club des Ex, Michel Viens, Simon Durivage, Louis Lemieux, Céline Galipeau et Gérard D. Laflaque pour un souverainiste.

Quand on donne dans l’information «hyper locale», on s’embourbe dans le fait divers. C’est ce qui est arrivé à Québec.
De plus, comme les journalistes deviennent hyper spécialisés, ils ne font pas nécessairement de liens entre ce qui se passe dans leur localité et les autres. On voit l’arbre, pas la forêt. On «compartimente». C’est dangereux, surtout dans un monde globalisé où tout est érigé en systèmes, comme la corruption, par exemple.
C’est clair que ces changements feront l’affaire des pouvoirs, tant à Ottawa qu’à Québec et satisferont aussi les pouvoirs occultes.

«Harper doit recentrer la SRC sur sa mission première. Parce que là c’est devenu une succursale du PQ et de la gauche QS.» dites-vous.

Je vous ferais remarquer que plus de la moitié du Québec francophone est du côté du PQ et de QS. C’est vrai que la dernière émission de TLMEP présentait surtout leur point de vue, mais la précédente se situait nettement à droite. Et puis, TLMEP ne représente tout de même pas R.-C. à elle seule. Il y a des émissions comme Les Coulisses du pouvoir qui présentent beaucoup plus l’option fédéraliste.
Quoi qu’il en soit, la «mission première» de R.-C est l’unité canadienne. Je ne pense pas que le public francophone québécois se battrait dans les rues pour défendre un objectif comme celui-là!…

De l’info hyper-locale ? Mais que deviendraient alors les émissions à intérêt international comme Une heure sur terre ? Quel autre chaîne francophone a les moyens de couvrir les frais des reportages partout dans le monde ? Est-ce que TVA pourrait s’occuper de ce domaine d’informations ? Quand j’écoute LCN, je n’y reste pas longtemps parce que RDI économie et 24 heures en soixante minutes m’en apprennent bien plus…

Heureusement, internet continuera d’informer ceux et celles qui voudront en connaître davantage sur le monde. Mais croyez-moi, LCN ne deviendrait pas ma chaîne d’informations même si RDI ne pouvait plus renseigner autant par manque de ressources.

Mais c’est vrai que les chiens écrasés font toujours monter l’audimat. Les gens sont friands de ces petits malheurs qui change le mal de place. Surtout s’il s’agit des chiens de Laval, de Brossard ou de La Plaine…

À bas la monarchie constitutionnelle!

Personnellement, je crois que c’est le Québec qui est prêt à passer à la nouvelle étape…

Réglons-le une fois pour toutes notre problème, mettons un terme au tripatouillage fédéraliste. Sortons les envahisseurs du Québec!

Québec souverain c’est la prise de contrôle de nos propres réseaux de diffusion de l’information.

Vivement « la voix du Québec » parmi le monde!

Une petite prévision qui me désole au plus haut point :

1.
Voici la liste des émissions qui vont disparaitre
à la radio de la SRC :

Médium Large ( Catherine Perrin )
Maisonneuve en direct ( Pierre Maisonneuve )
Plus on est de fous plus on lit
( Marie Louise Arsenault )
Pouvez vous répéter la question
( Pierre Brassard )
Faut pas croire tout ce qu’on dit
( Michel Lacombe )
La tête ailleurs ( Jacques Bertrand )
Dimanche magazine ( Joane Arcand )
Les années lumière ( Yanick Villedieu )

2.
Voici la liste des émissions qui vont disparaitre
à la télévision de la SRC incluant RDI :

Le Club des Ex
( Frulla Grégoire Charbonneau etc… )
Les Coulisses du Pouvoir ( Emanuelle Latraverse )
24 heures en 60 minutes ( Anne-Marie Dussault )
Enquête ( Alain Gravel )
Infoman ( Jean-René Dufort )
Une heure sur terre ( Jean-Francois Lépine )

Toutes des émissions que j’écoute fidèlement en direct ou en reprise via internet ou en enregistrement numérique.

La raison de toutes ces coupures :

Trop québecois, trop intellectuel ou trop scientifique et surtout : trop de temps de parole aux souverainistes !

Pour ce qui est des correspondants à l’étranger, il suffirait simplement d’utiliser les reportages faits pour d’autres télévisions. C’est un peu ridicule de voir 1000 correspondants étrangers (sinon plus) tous dépêchés au même endroit (souvent vivant tous dans le même hôtel et, au final, adoptant la même mentalité) alors qu’un nombre beaucoup plus faible pourrait faire le travail.

On pourrait alors dépêcher les autres ailleurs: il est rare qu’il se passe seulement un évènement important à la fois sur notre planète, mais c’est ce que vous laisse croire les migrations en masse des correspondants à l’étranger, tels une sorte de banc de poissons.

Aux téléjournaux de la TV suédoise, on voyait souvent des reportages provenant directement des réseaux américains, et dans la langue originale (sans doute un tabou dans le Québec « ouvert sur le monde ») Ici, au moins, on a la chance de pouvoir utiliser directement les reportages en provenance des réseaux de TV français (ou belge, ou suisse, ou…)

quoi ça vous interesse pas de savoir ce que ma tante marie-blanche a fait au cercle des fermières de st-ben-loin-detoute,ou bien encore d’apprendre que le cousin de maxime bernier c’est éclater la tête en fesant du couch surfing,sachez que pour notre actuel monarque il s’agit ici de choses de la plus grande importance .on ne peu voir le monde qu’a sa propre mesure.lol,m.lisée welcome to the new canada.

il me semblait que l,espace prévu pour la connerie sans fond etait déja occupé par V et tivia et julieeeeee ,il semble maintenant évident que le trio harper-racine-lacroix s’apprete a leurs livré toute une concurence,que le pire l’emporte.lol

En privilégiant l’info hyper-locale la haute direction de R-C sait très bien ce qu’elle fait. R-C devra se battre avec tous les autres médias d’information dont la mission est essentiellement au niveau local.

Ainsi l’auditeur ou le téléspectateur qui souhaitera avoir une meilleure information nationale ou internationale se tournera vers d’autres sources, vers d’autres chaines, soit américaines, françaises, etc. Il sera sans doute bien servi.

Mais R-C diminuera son auditoire.

On sait que Harper et son gouvernement aimeraient bien mettre la clé dans la porte de R-C. La meilleure façon de le faire n’est certainement pas en prenant des décisions qui permettraient d’accroître le succès de R-C. Comment fermez une boîte qui fonctionne très bien ? C’est très difficile et électoralement suicidaire. Mais mettre la clé dans la porte d’un canard boiteux peut devenir électoralement très rentable.

Donc pour en arriver à détruire R-C, il suffit de faire en sorte de lui nuire subtilement le plus possible. C’est bien ce que fait Harper et son gouvernement de saboteurs.

«La politique a sa source dans la perversité plus que dans la grandeur de l’esprit humain.»
[Voltaire]

Pourquoi une structure nationale voudrait faire de l’information locale? Même si ona déjà tué les télécommunautaires qui avaient ce mandat, les dirigeant de notre station nationale ne doivent pas oublier leur mission. Nous informer de ce qui se passe au Canada et dans le monde. Il y a toujours une place pour le local, mais pas pour l’hyper local! Rad-Can veut -il piger dans l’assiètte des hobdos régionaux? Non, à chacun sa place SVP.

Radio-Canada n’est qu’un nid de gauchisto-syndicalo-séparatistes qui DOIT êttre nettoyé!

Z’avez vu la dernière émission de TLMEP???

Que des exemplaires de la go-goche qui devisaient et bavardaient entre-eux.

Guy A. et son clown ont dû avoir quelques jouissances pendant le show.

En passant M. Lisée, voici ce que j’ai envoyé ce matin à Richard Martineau sur le facebook de son émission à LCN :

En passant Richard une idée comme ca :
Comme JF Lisée a été remercié du TJ de la SRC suite aux influences politiques du gouvernement Harper sur la direction de la SRC, pourquoi ne pas « repêcher » JF Lisée pour « Franchement Martineau » une fois par semaine ?

Il me semble qu’une formule « Confrontation Lisée vs Duhaime » à chaque vendredi, serait une très bonne idée.

Ils ont tous les deux récemment croisé le fer aux sciences politiques de l’Uqam ( vidéo disponible sur le site de JFL ) et c’était très intéressant et très civilisé.

Sérieusement, lâchez un peu TLMP. Depuis deux ans, ils sont complaisants, non seulement envers les « séparatistes » et les « gauchistes », voire même avec les péquistes, mais envers TOUS les politiciens qu’ils reçoivent. Sans exception.

On a affirmé que leur traitement de Jack Layton a provoqué la « vague orange », mais la semaine précédente, ils avaient reçu Ignatieff et lui avaient réservé un traitement aussi favorable (Dominique Michel l’a même publiquement appuyé sous les applaudissements du public et l’attitude bienveillante des animateurs).

Est-ce que Charest et ses ministres y feraient des passages quelques fois par année si le plateau leur était si hostile ?

Quand ils ont reçu Legault, ils l’ont flanqué entre deux hommes d’affaires sympathisants. On a d’ailleurs pu voir l’un d’entre eux, visiblement un « ami » de Legault, échangé avec ce dernier une série hallucinantes d’auto-congratulations mutuelles. C’en en était surréaliste.

Quand Bonnardel a dit des niaiseries* personne ne relevé ses imbécilités.
*Il a, entre autres, vanté le « courage » du « grand homme » Legault qui veut évaluer « la performance » et la « compétence » des enseignants. Quand on lui a demandé s’il mettait en cause la compétence des enseignants, il a affirmé que non, les profs sont compétents et « tous les problèmes » viennent de la Réforme de l’éducation. Et de beurrer épais sur la stupidité de la dite réforme.
Personne, absolument personne (Guy A. préférait gardé le nez collé sur ses petites fiches de questions) n’a relevé que le grand responsable de la dite réforme est « l’incompétent » ministre de l’éducation…François Legault.
Incroyable !

Quand une émission réserve à tous le même traitement, certains tentent à ne voir que les passages où les gens qu’ils n’aiment pas ne sont pas « démolis » par les animateurs. Oubliant de voir les passages ou leurs « vedettes » reçoivent un traitement identique.
Nous sommes en train de céder au « foxisme » des radio-poubelles et autres Dumont qui veut croire que lorsqu’une émission n’est pas totalement biaisée en faveur de nos opinions, elle est un « nid de propagande adverse ».

Un peu de calme SVP ! TLMP est un « talk-show », très très complaisant envers TOUS les politiciens, sans exception (et la plupart des invités d’ailleurs).

De toute façon, ce qu’on craint le plus n’est pas tant qu’ils s’attaquent à un « talk-show », mais bien qu’ils reconfigurent complètement le réseau d’information: Télé-journal, émissions comme Enquête, etc. pour un faire un succédané d’émissions « d’opinions » insipides avec peu de véritables informations.
Quand la seule chaîne à fournir une information de qualité sera tombée au niveau de TVA (filiale de Québécor) et de canal V (propriété des frères Rémillard), la transformation en « informations-spectacles » sera complète. Et au diable l’esprit critique, l’important est de bien rire après s’être bien indignés en prenant un bon souper.

Tous ces malaises ressentis découlent directement de la mission de radio Canada. Revenons au témoignage ici même de monsieur Gilles Philippe Delorme, un nom dont la plupart d’entre vous se souviennent certainement.

Le malaise il tient dans les quelques lignes que monsieur Delorme a versées ici même dans un billet précédent.

Lisez ça et réfléchissez aux conséquences. Et probablement que comme moi vous allez conclure que cela décrit parfaitement, de façon idoine comme on dit en certains milieux, la situation que nous observons, et les malaises que nous subissons.

Monsieur Delorme rappelle : «Nous mettrons la clé dans la boîte!” avait clamé Pierre Trudeau au début des années ’80, à-propos de Radio-Canada, ce “nid de séparatistes!” Il ne le fit pas parce que, bien conseillé, il avait trouvé mieux. Du mandat originel du réseau français de Radio-Canada: “Faire la promotion de la culture française au Canada…” il en fit modifier subtilement le code génétique qui devint: “Faire la promotion de la culture canadienne…en français!” Et le tour était joué!»

C’est pour ça que vous êtes si bien informé sur le bilan de la pêche à Port au Port, sur la dernière tempête de neige tombée sur Saskatoon et les difficultés des angais de Vancouver avec l’affichage…… Chinois?

Hein?

Pôvres eux-zotres! Je pleure sur leurs malheurs…

@honorable

Il me semble que Radio-Canada utilise déjà les télévisions étrangères, notamment des reportages de France 2. D’ailleurs le journal de France 2 passe au complet à RDI. Ce serait dommage que ce soit remplacé par un bulletin local sur le chat mort au coin de la rue.

Tout à fait d’accord avec Voltaire et monsieur Lisée…Mais croisons les doigts que les excellents journalistes de Radio-Canada restent vigilants et ne se laissent pas «régionaliser» et luttent, tous ensembles, contre cette dictature de la pensée conservatrice..Ensemble,c’est TOUT !!!(normal pour des soi-disants gauchistes ! non??)

@Le Papi Roy (commentaire #1)

Comment pouvez-vous affirmer qu’Arianne Moffat, qui vient de produire son dernier CD à 75% en anglais, ou que la représentante libérale des étudiants en faveur de la hausse des frais de scolarité ou encore que le boxeur (dont j’oublie le nom) sont tous et toutes des «méchants» séparatistes? Si l’auditoire francophone de la SRC est à 95% québécois francophone, on peut en déduire que près de 50% de l’auditoire a des affinités sinon des convictions souverainistes. Alors, selon vous, il faudrait que Radio-Canada fasse comme si ces gens n’existaient pas? On se rapproche dangereusement de la censure dans ce qu’elle a de plus fondamental, une sorte de négationnisme… Bravo!

@François 1

Vous semblez vivre dans un monde arrêté à deux dimensions. Gauche et droite???

Souffrez-vous de bipolartité politique?
La monde ne se limitant pas à l’horizon. Et votre réalité n’est pas celle de tout le monde. Mais votre opinion compte en autant qu’elle soit bien nourrie de tous les faits.

honorable :

«Pour ce qui est des correspondants à l’étranger, il suffirait simplement d’utiliser les reportages faits pour d’autres télévisions. C’est un peu ridicule de voir 1000 correspondants étrangers (sinon plus) tous dépêchés au même endroit (souvent vivant tous dans le même hôtel et, au final, adoptant la même mentalité) alors qu’un nombre beaucoup plus faible pourrait faire le travail.»

On voit que vous écoutez peu la télévision et ne comprenez rien à celle- ci. Un correspondant traduit la réalité qu’il voit de façon à la rendre compréhensible et intéressante à son auditoire. Un correspondant français fait toujours un lien avec la France quand il parle de pays africain; l’Américain, un lien avec les USa; et ainsi de suite,

Chaque reportage est teinté culturellement pour que l’auditoire s’y reconnaisse.

@ François 1

« Z’avez vu la dernière émission de TLMEP???

Que des exemplaires de la go-goche qui devisaient et bavardaient entre-eux. »

Revenez-en de TLMEP.

Cette émission est presque totalement privé.

Producteur: Guy A. Lepage

Co producteur: Luc Wiseman

Sociétés de production: Avanti Ciné Vidéo, Les Productions Jacques K. Primeau, Le gars de la TV et Radio-Canada.

De plus, en cas d’abandon par RC cette émission la plus populaire du Québec qui est gauchiste selon vous, serait convoité par par la plus grosse chaîne concurrente et une autre.

Donc si RC abandonne TLMEP elle restera et ce à la grande déception de la petite droite québécoise anti-Québec.

@François 1

Si ce sont des «gauchisto-syndicalo-séparatistes» qui y prennent la parole alors selon vous ça exige le grand nettoyage.

Et si ce sont des fédéraleux-dretto-libertariens on fait quoi ?

«C’est pas possible! Pour être aussi con, tu as appris.»
[Jean Yanne]

@PBrasseur

Alors, devrait-on fermer la SRC? Moi j’écoute très peu TVA et V et encore moins les chaînes sportive, la télé-réalité…

Devrait on éliminer les restaurant de fruits mer parce que vous n’appréciez pas?

Alors, selon vous on devrait écouter tout la même chose?

Le gouvernement Harper vient de décréter une nouvelle lois, suite au conseille de Monsieur P. Brasseur, tout le monde écoute de la musique western, vers 13h30, pour ceux qui sont à la maison on écoute « Les feux de l’amour » etc.

La diversité des espèces vous connaissez? On devez être contre ça… ça doit être de la gogogog che!!!

PBrasseur 31

Pourquoi ne pas fermer le parlement fédéral aussi.On se débarrasserait de pas mal de chialeux et du coup on économiserait plusieurs millions de dollars.

«La bêtise est infiniment plus fascinante que l’intelligence.
L’intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n’en a pas.»

[Claude CHABROL]

@carol vadnais: nous devrions être assez ouverts sur le monde et universels d’esprit pour comprendre et apprécier un reportage fait par la TV française, britannique ou américaine, non? Les Suédois en sont capable eux!

Il n’est pas toujours nécessaire de faire tout passer par « notre vécu »! « Notre vécu » est moins différent de celui des autres que vous ne le croyez. Et notre culture moins locale et plus universelle que vous ne le pensez. Surtout qu’ici, je ne vous parle pas d’un reporter de la TV kényane ou rwandaise, mais d’un reporter de la TV française, britannique ou américaine.

Les faits sont les mêmes et les reporters n’ont pas à éditorialiser. On dirait que c’est l’éditorialisation et la partisanerie que vous cherchez dans un reportage. Si c’est le cas, je comprends que vous appréciez certains reportages de Radio-Canada…

Je ne me reconnais pas dans des reportages « teintés culturellement ». Je me reconnais dans les reportages qui me rapportent les faits avec sérieux, diligence et universalisme. J’aime mieux 50 reporters sur un lieu donné, chacun étant très compétent, que 1500, la plupart n’ayant que très peu de compétence sur l’évènement qu’ils couvrent, et uniquement là pour colorer les faits de couleur locale.

La « teinte culturelle » que peut apporter ce surnombre de reporters ne compense nullement pour leur faible maitrise des dossiers qu’ils couvrent (faible par rapport à celle des 50 superreporters mentionnés plus haut).

En passant, félicitations à l’émission Découverte qui ne se gêne pas pour repiquer des émissions de BBC plutôt que faire dans la « teinte locale ». Une fois que la roue a été inventé, inutile d’essayer de la réinventer.

Mon point de vue est simple R.C. veut nous faire croire que tout semble aller pour le mieux dans la Francophonie Canadienne et que nous sommes un beau et grand pays.

Je crois que les Francos-Canadiens sont en voie de disparition car leur poids démographique diminue constamment,même nous au Québec devont redoubler de vigilance…

Toit les athlètes avec des noms Francos ne parlent que l’anglais,je crois que c’est tout un indice.

C’est pour ces raisons que je suis incapable d’entendre des nouvelles régionals d’autres provinces,je refuse de voir et entendre un contenu pan canadien au détriment du Québec. Parce que c’est ainsi que l’on se fait avoir…

Radio-Can est quant à moi sur une pente descendante depuis plusieurs années déjà et ce n’est pas nécessairement à cause des coupures imposées. On dit se renouveler mais je ne vois pas de renouveau.
À tenter de rejoindre le plus d’auditeurs = % cotes d’écoute, bien on s’en va dans la mauvaise direction. Que dire des journalistes à l’étranger ramenés à la maison? On les garde à l’emploi à temps plein? On fait appel à des reportages d’autres médias afin de couvrir les nouvelles, alors? Faut couper en quelque part. Moi une information sur les chiens écrasés, Non merci. Comme TVA ne m’attire pas, je me réfugie souvent au CTV News report à 22 heures(30 minutes et j’y retrouve l’essentiel sans dossiers élaborés ou longueurs inutiles). C’est dommage, mais le blablabla ou regardez-nous, très peu pour moi.

J’ajouterais ce que je disais dans mes messages précédents (#25 et #26)

1) TLMP est complaisant envers TOUS les politiciens qu’ils reçoivent toutes orientations confondues: Charest, Legeault, Bonardel, Layton, Ignatieff, etc.

2) Ce qui est en question, ce n’est pas tant un « talk show », mais bel et bien l’information (téléjournal, émissions comme Enquête, etc.) par laquelle on craint.
Imaginez la belle vie des magouilleurs si Enquête disparaît (Charest, Accurso, la FTQ-Cosntruction, etc. vont sabler le champagne quand ça arrivera).
ET avons-nous vraiment besoin que le TJ tombe à 15 minutes pour être remplacé par une autre émission « d’opinions » comme à TVA et à canal-V ?

S.V.P ramenez-nous Sylvain Lafrance et Alain Saulnier.Espérons sauver les Alain Gravel etJ.F. Lépine et autres du même calibre.

A l’époque de Pet l’enjeu médiatique de Radio-Canada était les filtres idéologiques surtout la version française pour l’information Aujourd’hui la lutte est d’avoir simplement de l’information crédible et audible. Que de la chronique, beaucoup d’opinion un rien d’analyse comme à TIVA avec des propos de seconde main, de l’enquête qui fait spectacle à la course à plus de vérité, que cette vérité peut nous éclairer, nous émouvoir et surtout nous élever moralement peut-être même nous guérir..de quoi au juste…on le sait pas mais on veut l’écouter et le voir

@Francois 1:

« Z’avez vu la dernière émission de TLMEP???
Que des exemplaires de la go-goche qui devisaient et bavardaient entre-eux. »

Mathieu Bock-Côté? À gauche?
Za-tu vu l’émission que tu plantes, coudonc?

@honorable:

On ne se développe pas un expertise en faisant tout faire à notre place. Par contre, je reconnais un réflexe typique de la droite: si on trouve quelque chose qui ne fonctionne pas (i.e. un reporter blâmé pour avoir présenté un seul côté de la médaille), on l’utilise comme prétexte pour couper TOUS les reporters! Ça te préoccupe tant que ça, la couverture exacte du conflit palestinien? « Crissez-lé toutte dewors, c’est inpardonnable! » Franchement, pour s’énerver avec ça, mesemble qu’il faut être payé…
Quatre petits mots : « On – s’en-fout »

Dans un contexte d’offre télévisuelle gonflée à bloc, on devrait du côté de RadCan se foutre un peu plus des cotes d’écoute pour mettre de l’avant une offre complémentaire unique.

Ce n’est plus le rôle de Radio-Canada de compétitionner sur le terrain que les privés occupent déjà bien. La SRC doit se trouver un créneau bien à elle, loin des Auberge du chien noir, des Boys, des quiz et bulletins de nouvelles génériques, sous peine de sombrer dans une désuétude inévitable.

En l’état, la SRC jouit d’un avantage compétitf indû face aux chaînes privées vu sa subvention fédérale somptuaire, sans pour autant offrir une programmation distinctive qui pourrait sérieusement justifier son existence en tant que diffuseur entretenu par les fonds publics.

Il faut que le fédéral ferme Radio-Canada et affecte les sommes ainsi épargnées à Télé-Québec.

La culture est de juridiction québécoise. Les nouvelles et les analyses politiques québécoises n’ont plus rien à voir avec l’extrême-droite du Reform Party. Il nous faut rapatrier les fonds dévolus à cette entreprise de plus en plus engagée dans la désinformation.

Retournez-nous notre butin si vous êtes incapables de l’utiliser autrement qu’en propagande et en fabrication du consentement.

J’arrive de voyage de 2 semaines en floride et j’ai constaté a quel point la télévision américaine est d’une platitude et d’une insignifiance incroiyable,la raison étant qu’il ne s’intéresse qu’a eux meme.Ce serait bien triste s’il faut copier les americains et négliger ce qui se passe ailleurs. Merci M.lisé pour vos nombreux artcles et livres.
Paule Leduc

Le bon journalisme, c’est d’abord d’aborder ce qui touche les gens dans leur milieu pour ensuite les ouvrir vers les grands enjeux!

Je trouve désolant de voir qu’un journaliste de votre envergure, avec l’expérience que vous avez, n’accorde pas plus d’importance à la relève de la profession. Ces 12 jeunes, qui ont eu le mandat de travailler à un projet d’expérimentation, méritent, je crois, le support de ceux qui les inspirent. Ils amènent une touche de modernité avec les réseaux sociaux qui prennent de plus en plus de place dans la réalité d’aujourd’hui. Ils tentent d’être innovateurs pour amener certaines personnes à s’intéresser à l’information qui touche leur famille au quotidien. Autrement rien…

Ce ne sera pas toujours facile, il y aura des hauts et des bas, car mettre des projets de ce genre sur pied n’est jamais facile et de tout repos. Je crois, du moins, qu’ils méritent le support et les encouragements de tous pour le travail d’envergure qu’ils complètent, et ce, malgré les opinions défaitistes.

Merci beaucoup,
David

ADMIN : Puisqu’il y a déjà un David qui commente régulièrement ici, je me suis permis d’ajouter un 2 à votre nom.

@ Jean-François Trottier (# 46):

Bock-Côté est effectivement un peu plus à droite que les autres bolchéviques du politbureau séparatiste qui étaient présents.

Je le considère de centre-gauche.

@ Jean-François Trottier (# 46):

« On ne se développe pas un expertise en faisant tout faire à notre place. » (sic)

Et vous? Vous êtes un pro dans tout? La plomberie? L’électricité? La boucherie? La pâtisserie? L’informatique?

« No man is an island » disent avec raison les anglos et il est parfaitement normal, voire sain, de faire exécuter des tâches auxquelles nous ne sommes pas préparés, par les autres, mieux équipés et plus instruits pour ces fonctions. On appelle ça de la soustraitance et c’est une façon d’utiliser le talent des autres et de s’éviter de très gros problèmes.

Je le répète il faudrait fermer R-C. La présence de l’état dans le secteur des média est un absurdité économique, en plus d’être extrêmement coûteuse.

A ceux qui s’inquiètent de la « qualité » ils ont tort. Le champ laissé libre, si la demande est là l’offre viendra à sa rencontre.

Mais c’est impossible tant que le marché est court-circuité par une entité publique qui fausse les lois de la concurrence.

@P. Brasseur 52

Comment peut-on encore croire aveuglément au principe illusoire de l’autorégulation des marchés, à «la main invisible du marché» après avoir vu ce que la déréglementation sauvage des marchés financiers a produit comme crise mondiale… Livrée à elle-même, la «main invisible du marché» n’a qu’un objectif => vider la caisse et s’en mettre plein les poches au détriment de 99% de la population… me semble que c’est évident et que l’on devrait apprendre des erreurs récentes!

Que les journalistes de Radio-Canada,à vaste majorité Péquistes,fasse la promotion de souveraineté,c’est tout-à-fait normale.Mais qu’un fédéraliste y mette son nez..quel scandale!

@Francois 1:

« Et vous? Vous êtes un pro dans tout? La plomberie? L’électricité? La boucherie? La pâtisserie? L’informatique? »

On va regarder de quoi on parle avant de commencer à délirer: On parle d’un PAYS.
Vous connaissez des pays qui n’ont ni boucher, ni plombier, ni électricien, ni boucherie, ni pâtissserie, ni informatique? Bin gadon: ils les ont TOUTTES!

À huit millions de francophones, on serait pas assez pour produire des journalistes? Coudonc, on ne parle pas de lancer des fusées sur Mars! Ça fait des décennies qu’on envoie des correspondants à l’étranger. Vous proposez de RENVOYER des gens qui font DÉJÀ le job pour payer d’AUTRES pour le faire à notre place? Wow!

Franchement, ça mériterait un trophée.

@Jean-François Trottier (#46): selon votre logique, il faudrait donc fabriquer localement skis, caméras, ipads, iphones, clés USB, téléviseurs, radios, raquettes de tennis, « afin de se développer une expertise ».

Vous êtes prêt à payer 50 , 100 ou 150% plus cher pour ces choses, incluant les reportages en provenance de l’étranger, du moment qu’elles sont de fabrication locale!

Les gens dont le sens commun n’est pas dominé par l’idéologie, savent qu’en payant leurs skis, caméras, ipads, iphones, clés USB, téléviseurs, radios, raquettes de tennis et reportages à l’étranger moins cher pour la même qualité, cela leur donne des ressources pour être et avoir plus.

Cessez d’être si centré sur votre vécu et votre « couleur locale ». Cela vous enrichirait, et dans plusieurs sens!

Moi je préfère acheter localement parce que ça fait vivre l’économie d’ici, les gens d’ici.

Je pense globalement et j’agis localement.

Je suis pour la souveraineté alimentaire de tous les peuples.

J’aime mon pays, le Québec et je veux vivre en paix avec la planète.

Le Canada n’a jamais été mon pays et plus je le vois s’enfoncer, plus je m’en éloigne…

@honorable:

Coudonc, pour mon trophée, j’avoue qu’il y a des finalistes! Dernière trouvaille: envoyer des journalistes à l’étranger, c’est pas être ouvert sur le monde ***parce qu’on veut le faire nous-même!*** Ok! On va pas voir ailleurs, c’est être ouvert. Aller soi-même voir ailleurs, c’est être fermé. Bin si tu le dis…
Mais voilà, en plus, avoir des journalistes, ça vient en bundle avec des ipods, des ipads et plein de trucs à manufacturer nous-même! Pourquoi on devrait se développer plein d’usines parce qu’on refuse d’en abandonner une (i.e avoir des correspondants à l’étranger), fouillez-moi! Mais ça a l’air que pour Honorable-qui-n’est-pas-fermé-dans-son-idéologie, c’est pareil.
En tout cas, si j’étais fermé sur le monde comme on dit, mesemble que je dirais « restons assis dans notre salon, faut pas aller voir ailleurs, on peut toutte pogner sur les postes des autres pays! » Sauf si, bien sûr, ils ne font pas de reportage sur un sujet qui nous intéresse. Mais c’est vrai! Ce qui nous intéresse, c’est pas « ouvert sur le monde »!
Au fait, vous deux… vous savez qu’une économie roule en produisant des ***biens*** et des ***services***? Je dis jusse ça de même parce que, à voir la tangente que prends vos arguments, vous semblez manquer ça.

@ Jean-François Trottier (# 55):

« Vous proposez de RENVOYER des gens qui font DÉJÀ le job pour payer d’AUTRES pour le faire à notre place? » (sic)

Exactement si les « autres » en question nous procurent un meilleur rapport qialité/ prix.

Je n’ai aucune hésitation à utiliser les meilleurs pour faire « la job ».

Et vous? Toujours défenseur les canards boîteux?

@Francois1 (ou honorable? je sais plus, je confonds…):

Ce n’est pas le « canard boiteux » que tu veux voir disparaître mais l’information que tu trouves trop à gauche. Ce n’est pas comme si on ne voyait pas ça venir de loin, quand on lit que Bock Côté était de centre-gauche(!!!!) et que les journalistes étaient « touttes des gauchisto-syndicalo-séparatistes », ça en dit assez long sur l’optique limitée avec laquelle tu considères la chose. Surtout si ne pas vouloir fermer Radio-Can signifie pour toit être « pro dans tout ».
Inutile d’essayer d’habiller ce discours en argument économique.

« Ce n’est pas le “canard boiteux” que tu veux voir disparaître mais l’information que tu trouves trop à gauche. »

« Inutile d’essayer d’habiller ce discours en argument économique. »

Et voilà comme Harper et ses conservatives ROC.

Quand Radio-Canada ne ressemblera plus au Québec, les québécois ne se sentiront plus chez-eux…Cela fera partie des facteurs aptes à raviver la ferveur souverainiste…On s’en doutait depuis fort longtemps…Le ROC va nous paver la route de l’indépendance.