Charte : réplique de Martin Patriquin à Stéphane Gobeil

L’auteur de l’essai contre la Charte des valeurs québécoises — que le New York Times a fait paraître il y a quelques jours — défend ici son texte, que le blogueur Stéphane Gobeil de L’actualité avait critiqué.

Le décompte fait par Stéphane Gobeil des prétendues «erreurs» dans mon texte publié par le New York Times est un bel exemple d’obscurcissement.

L’ancien conseiller au Parti québécois m’aura tout de même facilité la tâche de riposter en le présentant de manière si systématique. Sans plus tarder…

Dans une charge contre le projet de charte des valeurs du gouvernement québécois publiée dans le New York Times, Martin Patriquin fait une démonstration magistrale du célèbre axiome médiatique : ne jamais laisser les faits se mettre au travers d’une bonne histoire. Dans ce cas-ci, une histoire pour médire sur le Québec à l’étranger.

Mettant la table, il commence par affirmer que les garderies n’auront plus le droit de servir de nourriture halal ou cachère.

C’est faux. D’abord, parce que les garderies privées non subventionnées ne sont pas visées par la loi et ensuite, parce que l’interdiction ne porte pas sur tel ou tel type de nourriture, mais sur les demandes d’accommodement. D’ailleurs, comme le sait très bien Patriquin, la grande majorité des produits alimentaires industriels est cachère.

Il se trompe. Il suffit de lire le projet de loi, spécifiquement la section 30(3) : «Une activité ou une pratique répétée qui tire son origine d’un précepte religieux, notamment en matière alimentaire, ne peut être autorisée si elle a pour but, par des propos ou des gestes, d’amener l’enfant à faire l’apprentissage de ce précepte.»

Mon esprit généreux m’amène à dire que Gobeil fait preuve de naïveté ici, puisqu’il est carrément absurde de suggérer que le gouvernement tolérera le service de mets halals ou cachers sans juger que ceux-ci font partie de «l’apprentissage» d’un précepte religieux.

Un peu plus loin, il affirme grossièrement que cet enjeu a accentué la division entre l’île de Montréal, chaotique et multiculturelle, et le Québec profond «mostly white».

C’est faux. Comme l’expliquait ici Don Macpherson dans une chronique, la division n’a rien à voir avec le prétendu Québec profond contre l’île de Montréal. En fait, c’est bel et bien sur l’île de Montréal, au sein de la population francophone, que l’appui à la charte est le plus fort :

Capture d’écran 2013-11-18 à 10.13.18

Un classique du PQ. Regardez bien le tableau auquel Gobeil fait référence : 49 % des Montréalais sont contre la charte, et 40 % l’appuient. Sa décision d’isoler les électeurs francophones en dit long sur la stratégie électorale du PQ et le cynisme qui règne au parti.

Il affirme ensuite que le projet du gouvernement s’inspire de la loi française de 2004 qui interdit le port de signes religieux aux écoliers. C’est faux. Le projet de loi du gouvernement Marois ne vise absolument pas les écoliers. Quant aux lois françaises sur la laïcité, elles remontent au début du XXe siècle.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Bernard Drainville. Tiré d’un article de l’AFP du 14 septembre 2013 : «Sur la question de la laïcité, je pense que les leçons qu’on peut tirer de l’expérience française sont plutôt favorables.»

Poussant toujours plus loin, l’auteur affirme que si les classes françaises sont maintenant exemptes de voiles islamiques, c’est que les élèves pratiquants ont fui l’école publique pour se réfugier dans le privé, ce qui les éloigne encore plus d’une éventuelle intégration.

C’est faux. J’ai eu beau chercher, aucun article de journal, aucune analyse gouvernementale, aucun fait ne permettent de soutenir pareille affirmation.

Voir ici et ici. Ce n’est pas mon problème si Gobeil est malhabile avec Google…

Arrivé aux confins de l’absurde, Patriquin évoque le délai de cinq ans pour permettre aux employés de certaines institutions de changer de vêtements ou de changer leur croyance religieuse. Moi qui connais le sens de l’humour du bonhomme, je souris, mais la plupart des lecteurs du New York Times ont dû avaler leur café de travers. C’est faux, évidemment. Personne ne demande à qui que ce soit de renoncer à sa religion ou à ses vêtements. Tout ce qu’exige la loi, c’est de ne pas porter de signes religieux ostentatoires sur les heures de travail. Qui plus est, il passe sous silence la disposition du projet de loi qui exempterait certaines institutions de santé sur des bases historiques, comme l’Hôpital général juif de Montréal. On comprend que s’il avait mentionné ce dernier fait, son histoire aurait été moins convaincante.

Tant mieux si Gobeil apprécie mon sens de l’humour. Ça ne change pas le fait que, selon la loi, une employée qui refuse d’enlever son voile perdra son emploi à la fin de la période d’exemption de cinq ans (le cas échéant). Très rigolo !

Pour mettre la table à son argument suivant, voulant que les souverainistes soient désespérés, Martin Patriquin affirme que depuis dix ans les appuis à la souveraineté se situent de façon constante autour de 35 % («mid-30s»). C’est faux. L’appui à la souveraineté oscille depuis dix ans entre 35 % et 54 %, un sommet atteint en 2005, au moment du scandale des commandites.

Il faut donc remonter près de 10 ans en arrière pour trouver un sondage favorable à la souveraineté. La persistance du déclin de l’option souverainiste montre que celle-ci ne fut que temporairement gonflée par le scandale des commandites.

L’auteur de la missive erronée affirme ensuite que le ministre Drainville n’a jamais été capable de pointer un seul incident d’accommodement qui aurait nui au bon fonctionnement de l’État.

C’est faux. Bernard Drainville mentionne régulièrement, par exemple, les 900 demandes d’accommodement dans les écoles de Montréal recensées par la CSDM.

En effet. Ce que Drainville ne dit pas, c’est comment les 900 demandes — puisqu’on parle ici de demandes, et non d’accommodements — ont nui au fonctionnement des écoles. Et c’est ce que j’ai écrit.

Patriquin réfère ensuite à un sondage qui montrerait selon lui que la charte est plus populaire auprès deshommes francophones blancs des régions éloignées de Montréal, tout en illustrant son propos par la citation de Janette Bertrand, une femme montréalaise (!). Il s’appuie là-dessus pour affirmer qu’en voulant rejoindre cette population «rurale sensible au populisme», le PQ, un parti de centre-gauche, s’aventure dans le même type de territoire que le Tea Party.

C’est faux, insultant et absurde. Outre que l’auteur a sans doute piqué cette idée provocante à Jérome Lussier, les faits indiquent tout le contraire. Comme je l’ai mentionné plus tôt, c’est sur le territoire le plus urbanisé du Québec, sur l’île de Montréal, que l’appui à la charte est le plus fort. C’est aussi trompeur quand on sait, ce qui est le cas de Patriquin, que de nombreuses femmes, y compris des intellectuelles (urbaines au possible), appuient haut et fort le projet de charte.

Nonobstant l’analyse, disons, unique de Janette Bertrand, les résultats de sondage auxquels Gobeil fait référence plus haut indiquent que la charte atteint le summum de sa popularité chez les francophones des régions. Susciter l’appui d’un groupe homogène en s’appuyant sur un sujet particulièrement explosif — en plus de s’acharner contre les adeptes de religions minoritaires — rappelle les tactiques du Tea Party. Il y avait précisément une phrase dans mon article qui affirmait autant — et elle ne me gêne pas du tout. Cela dit, et Gobeil le sait bien en tant qu’écrivain, ce n’est pas moi qui ai choisi le titre qu’on a pu lire dans le Times.

Il termine sa missive en prétendant que si les sentiments anti-immigration sont présents partout au Canada, le PQ serait le seul à vouloir l’exploiter.

C’est du libelle diffamatoire. Comment peut-on affirmer qu’un gouvernement est anti-immigration, alors qu’il vient d’annoncer que les portes sont grandes ouvertes pour l’accueil de plus de 50 000 immigrants au cours des deux prochaines années, un niveau très élevé par rapport aux autres pays industrialisés? Comment peut-on prétendre qu’un ministre comme Maka Kotto, issu de l’immigration, ou qu’une militante comme Djemila Benhabib, venue d’Algérie, sont anti-immigration? Comment peut-on accuser tous ces Québécois de toutes origines en faveur de la charte d’appuyer une politique qui serait de nature xénophobe, comme le prétend avec une mauvaise foi ostentatoire Martin Patriquin?

S’il avait véritablement voulu informer les lecteurs du NYT, il aurait pu exposer des faits objectifs, par exemple les statistiques qui montrent que c’est au Québec qu’il se commet le moins de crimes haineux au Canada.
Taux de crimes haineux

La raison pour laquelle il y a moins de crimes haineux au Québec est qu’il y a beaucoup moins de minorités au Québec.

L’an dernier, par exemple, l’Ontario a accueilli deux fois plus d’immigrants (environ 102 000 au total) que le Québec. L’Ontario n’a pas deux fois la population du Québec. Cela ne relève pas du mystère.

Laisser un commentaire

Vite! Vite! Il faut rapidement que quelqu’un explique à M. Patriquin ce que signifie un « taux ». Et quand il dénonce le fait de « Susciter l’appui d’un groupe homogène en s’appuyant sur un sujet particulièrement explosif « , il veut parler des politiciens libéraux qui font campagne contre le nationalisme québécois dans les comtés anglophones?

La raison pour laquelle il y a moins de crimes haineux au Québec est qu’il y a beaucoup moins de minorités au Québec.

Wow! Le tableau est par 100,000 habitants!
Au fait, dans quelle langue avez-vous rédigé votre texte? (je vous ai déja entendu à la radio et je doute que vous puissiez écrire en francais sans faute.

J’avais dans un autre article de Stéphane Gobeil intitulé : « Lettre à Philippe Couillard, d’un citoyen consterné » qui peut être parcouru ci-dessous :
http://www.lactualite.com/actualites/politique/avec-philippe-couillard-la-loi-101-naurait-jamais-ete-adoptee/

Exprimé dans mes commentaires, plusieurs réserves quant au projet de loi 13-60. J’avais tout comme vous fait mention du paragraphe 3 de l’article 30.

— Voici un court aperçu des commentaires négatifs portés ensuite sur mes propos :
« Lorsqu’on voit de la confusion là où elle n’existe pas, on ne peut que constater votre incompréhension du texte de loi, qui s’est manifestée aussi par votre interprétation de l’article 30, où l’activité interdite d’un service de garde doit viser l’apprentissage d’un précepte religieux. »

Aussi, je suis bien content de relever que votre compréhension des faits rejoint tout-à-fait la mienne.

La prochaine fois que vous me citerez, ayez l’honnêteté de mettre mon nom svp.

Comme vous, Patriquin interprète mal cet article en omettant des détails importants. Il ne suffit pas qu’il y ait « service de mets halals ou cachers (sic) » pour son interdiction, il faut que « le service » ait pour but « l’apprentissage » d’une religion par des « PROPOS ou des GESTES ». Donc, il faudrait que les mets servis soient accompagnés de propos ou de gestes qui transmettraient un précepte religieux. Il ne s’agit pas de découvrir si les mets offerts font partie d’un précepte religieux pour l’interdire, mais plutôt, s’il y a eu un apprentissage religieux par des propos ou des gestes accompagnant le service de ces mets.

Si le but de cet article était d’interdire le service de tous mets halals ou cachères, le texte de loi aurait été plus simple à écrire, on l’aurait carrément interdit, un point c’est tout.

Et comment M Patriquin explique-t-il les taux de crimes haineux plus élevés dans les autres provinces que l’Ontario? Surtout le Manitoba! M Patriquin a effort des demi-réponses car il ne pouvait réfuter les commentaires de M Gobeil. Pauvre tentative de défendre un texte intrinsèquement injustice.

Martin Patriquin dit « Un classique du PQ. Regardez bien le tableau auquel Gobeil fait référence : 49 % des Montréalais sont contre la charte, et 40 % l’appuient. Sa décision d’isoler les électeurs francophones en dit long sur la stratégie électorale du PQ et le cynisme qui règne au parti. »

Si les sondeurs prennent la peine de différencier les Montréalais francophones des non-francophones, c’est parce qu’ils savent bien qu’il y a deux solitudes à Montréal: les francophones, dont les opinions s’alignent en général sur celles des autres francophones, et les non-francophones, aux opinions souvent opposées. Ce n’est pas « un classique du PQ » mais bien « un classique de ceux qui prennent le temps de chercher les divisions réelles et non pas les divisions artificielles comme le fait justement Patriquin en opposant Montréal aux régions. Si les francophones de Montréal et d’ailleurs émettent des opinions dans des proportions semblables, et idem pour les non-francophones, alors que les opinions des francophones et des non-francophones sont fort différentes, cela montre bien que le véritable clivage est linguistique et non pas régional (sauf peut-être à Québec). La décision d’isoler les électeurs francophones est toute naturelle, considérant les différences d’opinion presque systématique entre les deux solitudes. Ce qui ne l’est pas, c’est d’isoler Montréal du reste du Québec.

À cet effet, la décision de Patriquin d’isoler justement les électeurs montréalais en dit long sur sa volonté 1) de présenter une prétendue opposition entre un Montréal multiculturaliste éclairé et un reste du Québec attardé, et 2) d’ignorer l’éléphant dans la pièce que constitue la fracture linguistique. Ceci, à son tour, en dit long sur le fait que le but de Patriquin n’est pas d’informer le lecteur, mais de faire la propagande de l’idéologie trudeauiste.

On a d’ailleurs pu voir le même genre de dynamique à l’oeuvre lorsque le même Patriquin, il n’y a pas si longtemps encore, n’avait rien de plus pressé que de proclamer le Québec province la plus corrompue, tout en ignorant superbement cet autre éléphant dans la pièce qu’était le fait que l’écrasante majorité de la corruption était le fait de fédéralistes (une fois de plus pourrait-on dire, car le scandale des commandites avait précédé tout cela). Curieux que ledit Patriquin était alors aussi timide quant au second fait que téméraire quant au premier. Mais encore une fois, il ne s’agissait pas d’informer le lecteur, mais de faire cette fois du Quebec bashing, ce qui est plus utile que le fédéraliste bashing pour ses objectifs.

Et maintenant, le même individu ose venir nous parler de stratégie et de cynisme de la part du PQ. On voit pourtant qu’il peut en remontrer à ce dernier à ce sujet. J’ai envie de dire: tout cela est du pur Patriquin.

En passant, Lisée n’avait pas besoin de lui répondre; les lecteurs du NY Times s’étant chargés eux-mêmes, sauf quelques Torontois et Anglo-Montréalais bien pensants, de le remettre à sa place. Comme quoi, contrairement à ce que les médias torontois semblent souvent penser, ce n’est pas parce qu’ils ont une opinion qu’elle est automatiquement celle de tout le monde civilisé. Ce dernier ne tourne pas autour de l’axe Toronto-Ottawa.

Patriquin, un autre ‘flo’ qui pour se faire un nom dit n’importe quoi et surtout calque ses propos sur les pires ‘redneck’ ‘Canadian’. Le genre de propos qui font saliver certains types de media jaunes et quelques ignorants incapables de faire preuve d’éthique journalistique.