Salaire de 175 000 $: André Boisclair devra désormais travailler à temps plein

QUÉBEC – L’ancien chef du Parti québécois (PQ), André Boisclair, devra désormais travailler à temps plein et jouer un rôle-conseil auprès du gouvernement libéral pour toucher son salaire annuel d’environ 175 000 $.

Ainsi en a décidé le gouvernement libéral cette semaine, après avoir constaté que M. Boisclair avait été nommé en décembre dernier par le gouvernement péquiste avec plein salaire à la tête du Comex, tout en ne travaillant que trois jours par semaine.

Jeudi, le ministre du Développement durable et de l’Environnement, David Heurtel, annonçait que M. Boisclair agirait dorénavant à titre de conseiller spécial en environnement deux jours par semaine, tout en continuant à exercer ses fonctions au Comex le reste du temps.

L’ancien ministre péquiste recevra donc le même salaire qu’avant, mais devra travailler cinq jours au lieu de trois, tout en prodiguant ses conseils aux libéraux.

«On va rentabliser l’emploi du temps de M. Boisclair», a fait valoir le ministre Heurtel, vendredi, en point de presse, en marge de l’étude des crédits budgétaires de son ministère pour l’année en cours.

Lors de sa nomination à la tête du Comex, en décembre, le gouvernement d’alors avait pourtant indiqué qu’il accomplirait ses fonctions à temps complet, même si son prédécesseur, Pierre Mercier, exerçait les mêmes fonctions depuis 2008 à temps partiel.

Peu connu, le Comité d’examen (COMEX) joue un rôle comparable à celui du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE), mais dans le nord du Québec, sur le territoire régi par la Convention de la Baie-James.

Le ministre Heurtel a indiqué qu’avec un tel salaire le gouvernement s’estimait en droit de demander à M. Boisclair de fournir une contribution additionnelle.

«C’est sûr que l’expérience de M. Boisclair, notamment en environnement, une expérience internationale, particulièrement sur la lutte contre les changements climatiques, ça va être très utile», a commenté le ministre.

«Tant qu’à l’avoir au sein de la fonction publique, pourquoi pas mettre à profit l’ensemble de cette expérience-là?», a-t-il ajouté.

Il a précisé que le mandat de M. Boisclair serait administratif et non politique. Il ne travaillera donc pas directement au cabinet du ministre.

«Il est un fonctionnaire et travaille au sein du ministère. Il ne fera pas de travail politique», a assuré M. Heurtel, qui promet aussi de construire «une muraille de Chine» entre ses fonctions de conseiller et celles de dirigeant du Comex, afin d’éviter tout conflit d’intérêts.

Mais les mandats qui lui seront confiés n’ont toujours pas été précisés. «On va définir le mandat», a-t-il promis, évasif.

De son côté, le porte-parole de l’opposition péquiste en matière d’environnement, le député de Jonquière Sylvain Gaudreault, a dit qu’il ne trouvait rien à redire à voir son ancien chef conseiller désormais les libéraux sur les questions environnementales.

«Si le gouvernement veut utiliser ses compétences, tant mieux», a-t-il dit.

Au moment de sa nomination en décembre, M. Boisclair a eu droit au même salaire qu’il touchait lorsqu’il était délégué général du Québec à New York, en conservant tous les avantages sociaux rattachés à la fonction.

Son salaire annuel pour diriger le Comex équivaut à près du double de celui qui était versé à son prédécesseur, soit 90 000 $ par année.

Entre son départ de la Délégation du Québec à New York et sa nomination au Comex, M. Boisclair a reçu son plein salaire pendant près de trois mois, soit plus de 40 000 $, sans avoir exercé aucune fonction.

En poste pendant seulement 10 mois, M. Boisclair avait demandé en septembre dernier d’être relevé de ses fonctions afin de régler devant les tribunaux le différend qui l’opposait à la Coalition avenir Québec (CAQ).

L’ex-chef péquiste a déposé en novembre une poursuite en diffamation de 200 000 $ pour atteinte à sa réputation contre l’ex-député caquiste Jacques Duchesneau, son chef François Legault et la CAQ. Il leur reproche d’avoir relié sa consommation passée de cocaïne à une promesse de subvention de 2,5 millions $ pour la rénovation de l’église Saint-James, à Montréal, un projet piloté par un de ses amis, Paul Sauvé.

Les commentaires sont fermés.

Il aura encore les moyens pour sa cocaïne…!
Et puis, combien a-t-il donné au parti libéral pour avoir un aussi bon traitement?
Serait-il à songer de faire ce que le docteur Barette à fait: changer de parti?
Devenir euh, pas devenir fédéraliste?
Ah la misère des riches et de l’élite qui savent ce qui est bon pour la population, comme augmenter les frais et les taxes, diminuer les services et intituler cela: de la rationalisation, couper des emplois avec beaucoup de chagrin par obligation pour sauver la nation de la faillite et des créanciers, pour l’avenir des services au petit peuple…que l’on coupera encore d’une façon ou d’une autre, une fois de plus, et encore et encore, toujours avec beaucoup de chagrin et pour le bien et pour assurer l’avenir !!!!!
La rationalisation pour les zamis et même pour les zennemis, aussi pour les ex-zamis et ex-zennemis….pour les mêmes raisons, il semble bien que ça n’existe pas! Même pas une perte d’avantages ou de vacances….de fond de pension…de fond de pension…de fond de pension…de fond de pension…de fond de pension…«oh pardon je m’étais endormi sur: fond de pension, je ne sais trop pourquoi…».
Ben en tout cas, la justice, la justice et l’égalité, la justice et l’égalité égal pour tous: ça doit-être ça!
Je ne comprend pas, mais ce n’est pas parce que l’on comprend pas que ce n’est pas justifié et surtout ainsi pour autant!
En fin de compte, c’est ben correct.
Chu ben content pour lui!
Que le bon dieu le bénisse….et que….

Ça alors…on en apprend des belles au sujet de protégé de J.-F. Lisée (Monsieur 13 mois!).

Le Parti québécois de Lisée nous a premièrement passé hypocritement le recrutement de Boisclair comme délégué à New-York avec emploi et pension garantis À VIE (!) pour ensuite reculer, devant la grogne populaire lorsque les Québécois ont appris les conditions d’emploi gargantuesques de son dit protégé. Ensuite, devant un procès en préparation, Boisclair a démissionné (mais a continué à être payé!!!) et pour finir, le Parti québécois lui a trouvé un autre emploi payé $176,000.00 par année pour trois (3) gros jours de « travail » par semaine et encore…on l’a tous cherché, son bureau officiel pour finalement nous rendre compte qu’il n’en avait pas!!!

Et tout ça en moins d’un an… Imaginez-vous 4 ans et pire, imaginez-vous si ces profiteurs avaient été à la tête d’un « pays »!!!

Malgré ce que je condamne.
Mais ce n’est rien ce $178,000. par année à comparer aux quelques milliers de profiteurs de la classe des affaires, plus spécifiquement du monde de la haute finance, dans les placements des papiers commerciaux, qui dans les derniers moments avant le déclenchement de la dernière crise, qui ont eux, avant de perdre leur emploi, en échange de leurs contributions à diminuer les impacts pour leurs patrons, c’est-à-dire pour certains faire des milliards de profits à la place de pertes, ont eu $200,000.00…l’heure et même plus, en plus de $?,000,000.00 en bonus et en placements de retraite.
Tout ça payé par qui?
L’argent n’est pas venu du ciel! Ni des arbres!
Combien L-P Rousseau a eu en récompense, en primes de toutes sortes y compris de séparation, alors qu’à sa tête dans la même période, la caisse de dépôts à perdu dans les $50,0000,000.00…sans compter une job pour les Desmarais que toute la classe politique et d’affaires encense autant?
Tout ça payé par qui?
L’argent n’est pas venu du ciel! Ni des arbres!
Le domaine des Desmarais a été payé avec quel argent indirectement? Par nous tous d’une manière ou d’une autre!

D’ailleurs j’en profite pour souligner comment autant de monde son naïf lorsqu’ils acceptent l’idée que lorsque c’est privé ça nous ne regarde pas!
Mais d’où vient donc l’argent du privé? Si non des poches des acheteurs sans qui aucune compagnie et aucun actionnaire ne pourrait penser y trouver son compte.
C’est sans compter les contributions indirectes que tout le monde paye d’une manière ou d’une autre.
Je n’ai pas encore ajouteé les subventions de toutes sortes, les programmes, les crédits de ceci et de cela, également payé par tous, sans même jamais profiter des services et/ou des produits offert par la très grande majorité!

François 1 vous êtes aveuglé par votre haine du PQ et oublié les travers des libéraux et des docteurs et de….!
Vous n’avez aucune crédibilité!
Combien avez-vous envoyé dans les paradis fiscaux?

Il va pouvoir proposer de nouvelles éco-taxes au gouvernement! Plus d’argent pour lui, moins pour nous! Tout ça avec un diplôme de CEGEP.

Eric, vous devriez consulter les sites officiels plus souvent. Il est diplômé des universités de Montréal et de Boston (Harvard).

Je regrette, il n’est pas dplômé de l’U.de Mtl, mais oui effectivement il a un diplôme court pour gestionnaire en milieu de carrière de Harvard, payé à nos frais naturellement.

Je crois qu`il peut se trouver très chanceux de garder son emploi. Ses expériences et compétences ne me convainquent pas et sincèrement juste le fait d`être payer si cher pour si peu d`heures travaillées fait foi de magouille d`aristocrates Péquiste telle celle du mari de P. Marois avec sa pension a vie de $80K autorisée par sa femme. Je me demande dans l`échelle salariale des fonctionnaires où se trouve son poste quel salaire il dicte?

Le salaire qu’il reçoit est celui qui est recommandé pour un tel poste…si non, il y a longtemps que tout les autres partis se seraient défoncés pour le faire savoir.

Je vous rappel que depuis quelques semaines déjà, peut-être ne le savez-vous pas, les libéraux ont pris le pouvoir! Il faut donc aussi les blâmer de reconduire le poste à la place de l’abolir, puisqu’ils ont promis d’abolir des postes…même de nombreux qui sont utiles, voir nécessaires…alors celui-là…mais ça peut toujours servir comme « je te gratte le dos…je te gratterai le tien quand tu en aura le désir… »!

Il y a un certain docteur Bolduc qui tout en étant député de l’opposition, a repris la pratique de la médecine en cabinet à temps partiel. Pendant ce court temps, il a accepté de devenir « le médecin de famille » de plusieurs. Il a accepté et reçu $215,000. en prime comme le précise le programme -qu’il a lui-même créé- parce qu’il acceptait de prendre des nouveaux patients.
Mais en devenant ministre il y a quelques semaines, il a cessé sa pratique et les a tous laissé tomber au bout de 18 mois…sauf sa prime! Dans mon livre, non seulement ce n’est pas mieux, mais c’est encore pire surtout parce que ses personnes doivent maintenant se trouver un à nouveau un « médecin de famille »…
Puis:
-$215,000. de notre argent sachant qu’il pourrait dans un avenir rapproché ne plus vouloir livrer le travail,
-en plus en profitant d’un programme qu’il avait lui-même créé,
-plus son salaire de député et le reste,
ça fait assez condamnable comme la corruption, la mafia, les motards et tout ce que l’on peut trouver à condamner à qui que ce soit occupant des postes d’autorité et décisionnel!