Science-fiction: quand l’Inde en montre aux USA

Le film s’appelle tout simplement Robot. C’est le plus couteux de l’histoire de Bollywood, sorti en septembre dernier. Avec deux superstars indiens, dont la magnifique Aishwarya. Dans l’extrait qui suit (post-syncronisé en russe!), vous comprendrez pourquoi:

https://www.youtube.com/watch?v=svOlz2ei4Yk&feature=related

Vous en voulez davantage, suivez-moi:L’extrait qui suit précède celui que vous avez vu. Plus de bagarre et une conversation intéressante avec des maringouins:

https://www.youtube.com/watch?v=tmSGpe41ZvA&feature=related

Toutes ces bagarres, c’est bon pour les gars. Mais pour les filles. Eh bien, il y a ceci:

https://www.youtube.com/watch?v=sGuhbe-jEw8

Laisser un commentaire

Incroyable ce film et ses effets spéciaux…même si je ne préfère pas les films d’action semblables, je crois que j’irais voir celui-ci pour toutes les cascades inimaginables…
Merci de nous avoir partagé ces extraits ! Ça change de la politique…ahah

Euh … comment dirais-je ? C’est … mauvais. Très, très mauvais. Qui montre quoi à qui ? Soyons sérieux un peu … c’est pas parque tu peux faire des effets spéciaux que tu peux faire un bon film …

Ah bon, il y a quelques choses à comprendre vraiment ?

Amusons nous gaiement, regardons des singeries pendant que des gens se font étriper en Égypte et autres dicatures.

Extravagant. L’influence culturelle est là. Ça me rappelle un peu « la Bhâgavad Gîta ».

On a l’impression de retrouver « la danse de Shiva ». Lorsqu’il est regardé comme manifestation de Brahman, Shiva est le « Nataraja », le roi de la danse.

Il y a aussi quelque chose « des mille visages de Krishna » : » Ô Arjuna ! J’ai de multiples faces dans toutes les directions. Contemple mes milliers de formes de toutes formes et couleurs et ces multiples merveilles. » /…/ » Je suis le commencement, le milieu et la fin de la création. Je suis le jeu des tricheurs, l’éclat de ce qui brille, la victoire des victorieux, la bonté des hommes bons. Je suis le silence des secrets, et la connaissance des savants. »

Evidemment, il y a un saut culturel à faire. Ce ne sont pas des Américains.

Il faut être à l’écoute des peuples. Il y a toujours une part d’eux-mêmes à l’intérieur de ce qu’ils produisent, de ce qu’ils créent. L’Égypte et la Tunisie ne sont pas deux pays seulement intéressants lorsqu’ils souffrent. Qui n’a jamais admiré les trésors culturels et spirituels de ces peuples ? C’est toute l’humanité qui s’en retrouve grandie. Souhaitons que le meilleur l’emporte à travers toutes leurs difficultés !

La culture ce n’est pas seulement écouter Robert Charlebois, lire les romans de Marie-Claire Blais ou les textes politiques de Pierre Elliot Trudeau, Jean Chrétien, René Lévesque et autres. Il y a aussi autres choses que les chansons de Céline Dion, et ça n’empêche pas d’être un Québécois. Va-t-on encore rouspéter parce que Paul McCartney veut chanter ? Diantre ! dirait M. Parizeau.

@Gilles

Ce qu’il se passe en Égypte arrivera quoi que vous (ou moi) fassiez; c’est un peu hors de notre portée tout ça.

NB: si vous attendez la fin de la dernière dictature pour vous amuser, vous irez au cimetière sans avoir ri.

Pour ce qui est du film, je n’ai pas tout vu mais c’est assez consternant (mode maringouin excepté).

La recette classique de Bollywood: Starlette toujours plus belle (à la Karina Kapoor), un vieux héros toujours plus laid (si on compare à la starlette bien sûr) des chorégraphies de danse dans des moments toujours mal choisis, et maintenant ajoutez à cela la recette sci-fi américaine et vous obtenez… un désastre !!! Malgré tout, je conseille à tous d’aller voir un film de ce genre en Inde, c’est vraiment une belle expérience. Pas besoin de parler hindi pour comprendre le scénario (évidemmment) et le party est dans la salle! Danse et cris de joie sont au rendez-vous!

Bonjour, juste une précision, il ne s’agit pas d’un film de Bollywood (cinéma hindi) mais d’un film de Kollywood, le cinéma tamoul, basé à Chennai dans le sud de l’Inde : voir l’article « Coup de projecteur sur Kollywood », sur le site officiel de La Nouvelle Revue de l’Inde.

J’ai déjà hâte au prochain festival fantasia!

@Patrice: il y a un point où le « mauvais » est la partie jouissive du spectacle. Quiconque a visionné « Godzilla contre le méchanosaure » ou « ultraman » sait de quoi je parle 😉

@ Gilles de NDH (# 4):

Ah bon…c’est la faute aux films de Bollywood s’il y a une crise au Magrheb!

Allez prendre une bonne tisane et ça presse Gilles.

Il paraît que la suite d’Avatar sera faite à Bollywood. C’est moins cher et le publique est plus nombreux en Asie.

Ça fait 14 ans que je fais des effets spéciaux pour les productions américaines. Dans l’industrie on a la chienne que l’Inde et la Chine vont éventuellement voler nos jobs. Bah, en voyant ce désastre visuelle je n’ai pas encore à m’inquiéter pource qui est de l’Inde.