Sept autochtones à Ottawa

Le plus important contingent de députés autochtones de l’histoire du pays a pris le chemin d’Ottawa le 2 mai dernier. Deux d’entre eux font partie du Conseil des ministres. Tous présentent un parcours impressionnant. Et nourrissent de grandes ambitions pour leurs communautés. Tour d’horizon.

Sept autochtones à Ottawa
R. Clarke (photo : D.R.)

Rob Clarke

Cri, 44 ans, PCC

Circonscription : Desnethé-Missinippi-Churchill River (Saskatchewan)
Profession : Sergent de la Gendarmerie royale du Canada
Objectifs
: Contribuer à ce que la justice criminelle reconnaisse mieux les victimes, « qui ont souvent moins de droits que les coupables ! » Améliorer les programmes sociaux et de santé offerts aux Premières Nations. Travailler à rendre les écoles des communautés autochtones aussi performantes que celles des réseaux publics provinciaux.

 

Peter Penashue

Innu, 47 ans, PCC

Ministre des Affaires intergouvernementales et président du Bureau du Conseil privé
Circonscription
: Labrador (Terre-Neuve-et-Labrador)
Profession
: Homme d’affaires. Leader et porte-parole de la nation innue du Labrador. Il a négocié des accords de revendications territoriales et d’autonomie gouvernementale.
Objectifs : Travailler à la réalisation du projet hydroélectrique du Bas-Churchill, améliorer les routes du Labrador et la base militaire 5 Wing, à Goose Bay.

 

Roméo Saganash

Cri, 49 ans, NPD

Critique en matière de ressources naturelles
Circonscription : Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou (Québec)
Profession : Avocat. Directeur des relations gouvernementales et des affaires internationales pour le Grand Conseil des Cris.
Objectifs : Amener le gouvernement à interdire la production, la vente et l’exportation de l’amiante. Veiller à ce que l’exploitation des richesses naturelles se fasse en tenant compte de l’environnement, du développement durable et responsable, ainsi qu’en partenariat avec les peuples autochtones et les collectivités locales. « Les ressources naturelles de ma circonscription sont cruciales pour le développement du Québec, dont l’avenir passe par le Nord », dit-il.

 

Jonathan Genest-Jourdain

Innu, 31 ans, NPD

Circonscription : Manicouagan (Québec)
Profession : Avocat
Objectif
: Rapprocher les communautés innue et québécoise de Manicouagan. « Il faut mettre nos compétences en commun et éviter de travailler en vase clos. L’exploitation de nos ressources comporte des incidences environnementales, sociales et culturelles que nos deux communautés assument. »

 

Rod Bruinooge

Métis, 38 ans, PCC

Circonscription : Winnipeg-Sud (Manitoba)
Profession : Entrepreneur, producteur de films et de jeux vidéo
Objectif
: Améliorer le système d’éducation dans les communautés autochtones. « Pour changer les choses, il ne faut pas forcément plus d’argent, mais s’impliquer davantage et s’inspirer de nouveaux modèles efficaces. »

 

 

Shelly Glover

Métisse, 44 ans, PCC

Circonscription : Saint-Boniface (Manitoba)
Profession : Policière
Objectifs : Durcir les peines pour les criminels et améliorer le soutien aux victimes. « Je veux aussi que les droits des femmes autochtones soient reconnus, notamment en ce qui concerne leurs biens patrimoniaux dans les réserves. »

 

Leona Aglukkaq

Inuite, 44 ans, PCC

Ministre de la Santé et ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord
Circonscription : Nunavut (Nunavut)
Profession : Haute fonctionnaire (Territoires du Nord-Ouest et Nunavut). Membre de l’Assemblée législative du Nunavut (ministre des Finances puis de la Santé et des Services sociaux).
Objectifs : Construction d’un barrage hydroélectrique à Iqaluit, d’une route entre Kivalliq (Nunavut) et le Manitoba, et d’un quai pour les cargos à Iqaluit. Des ouvrages qui, croit-elle, feront baisser le prix de l’énergie et de certains biens au Nunavut.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie