Slogans: entre efficacité et banalité

Caricature de l'excellent Garnotte, dans Le Devoir, publiée le 2 août dernier. Pour voir les autres caricatures de Garnotte: https://www.ledevoir.com/galeries-photos/les-caricatures-de-garnotte

Maintenant que tous les partis ont fait connaître leur slogan électoral, un constat s’impose: ce n’est pas parce qu’un parti est riche qu’il a de l’imagination!

À mon sens, les trois slogans les plus efficaces de 2012 appartiennent aux trois partis les moins nantis de l’Assemblée nationale.

Québec Solidaire a réussi, en un seul mot, à synthétiser sa pensée et toucher la fibre contestataire de son public cible, qui veut sortir des sentiers battus. Une référence aussi au printemps chaud et aux scandales libéraux. «Debout» en orange, ça veut tout dire. En six lettres.

Le changement n’est pas un thème original en politique, mais on sent ce désir chez une bonne partie de la population (après tout, la vague NPD du printemps 2011 n’est pas si loin). Or, le sondage Léger Marketing-TVA-Journal de Montréal dévoilé le jour du lancement de la campagne montrait que la Coalition avenir Québec est le parti qui arrive en tête à la question « Qui incarne le plus le changement? »

Avec le très direct «C’est assez, faut que ça change!», la CAQ exploite ce filon, tout en s’attaquant à l’impopularité du gouvernement sortant et à « la chicane » des vieux partis. L’utilisation d’une syntaxe qui se rapproche de l’oral le rend plus facile à utiliser dans les discours du chef.

Option nationale n’aura pas énormément d’attention durant cette campagne, mais son «ON peut mieux pour le Québec» est bien tourné, jeu de mots entre le sigle du parti (ON) et un désir de faire avancer le Québec.

En revanche, la banalité des slogans du PLQ et du PQ est surprenante. «Pour le Québec» (peut-on vraiment être contre?) et «À nous de choisir» (comme à chaque élection, c’est à la population de choisir), sont sans éclats.

Une chose est certaine, les slogans mémorables sont rares.

L’historique « Maîtres chez nous » de Jean Lesage en 1962, ou plus récemment, les « Nous sommes prêts » de Jean Charest (2003) et « Un parti propre au Québec » du Bloc québécois (2004), ne sont pas nombreux.

Cette liste qui recense les slogans du parti gagnant aux élections depuis 1960 montre bien que la plupart ne marquent pas les esprits au-delà des 35 jours de campagne.

Un parti remporte rarement une élection sur un slogan. Mais un mauvais jeu de mots peut valoir quelques jours de railleries et de distraction à une formation politique. Le « Parlons Qc » du Bloc québécois en 2011, qui sonnait bizarre à l’oreille avec le « Q » bien en évidence, n’était pas un grand cru.

Tout comme le « Droit devant » des libéraux fédéraux de Paul Martin au Québec, en 2004. Un slogan identique à l’entreprise Canada Steamship Lines, l’entreprise longtemps dirigé par… Paul Martin.

À mon sens, aucun désastre du même acabit cette année. Mais pas de grande trouvaille non plus.

Évidemment, l’appréciation d’un slogan est totalement subjectif. Mon opinion vaut la vôtre. Chaque personne est touchée davantage par un slogan plutôt qu’un autre.

Et vous, votre opinion sur les slogans cette année? Est-ce qu’il y en a un qui vous touche, vous dérange, vous fait rire, rêver ou pleurer…?

Et si vous aviez eu à inventer le slogan d’un parti, vous auriez été vers quoi?

Laisser un commentaire

Je trouve génial le slogan « Debout » de QS. Le slogan du PQ me déçoit beaucoup. Trop long. Timide. Fade. Les deux autres… Bof!

Au contraire, j’aime bien le slogan du PQ. Il y a un petit côté baveux envers le PLQ. M.Charest ramène toujours sa cassette sur le choix entre l’ordre et la rue. Le PQ rétorque avec un slogan qui semble dire qu’il y aura un choix à faire mais qu’il se fera plutôt entre la corruption et l’éthique. Je trouve ça intéressant.

Le slogan du PQ est à double tranchant. Positif, le rappel de la démocratie (peuple contre les gros corrompus) ou la visée d’occuper le pouvoir (où on choisire) ou le prochain référendum. Négatif: si le peuple choisit il peut aussi bien choisir contre le PQ (comme il l’a fait pour le Bloc).

Palmares des sondages:

1) C’est assez, faut que ca change: simple, simpliste, mais assez efficace, presque d’essence créditiste. Le plus concret de loin. Mais sera-t-il crédible?

2) Debout: très authentique, qu’on aime Québec solidaire ou pas. C est logique et on comprend le message vite. Superbe présentation sur les affiches de Françoise David.
3) Pour le Québec: banal, pas trop fort. Pour mieux endormir. Lavage de cerveau proposé en opposition aux »contre » C’est le mot »pour » qui est en vedette ici, contrairement à ce que tout le monde croit, et non le mot Québec.
4)A nous de choisir. Celui qu on retient le moins et porte à plusieurs interprétations malveillantes. Du Jean François Lisée. Comme si les anglais, les mauvais immigrants n avaient pas leur mot à dire. On peut lui faire dire n importe quoi: slogan hypocrite, racolleur et ratoureur , très collé à Pauline. Comme au Bloc québécois, mauvais choix de slogan. Désolé, le PQ a déjà fait mieux.

« «Debout» en orange, ça veut tout dire. » Ça veut dire aussi qu’on est déjà à terre! 😉

À nous de choisir?

Lorsque l’on peut former un gouvernement majoritaire avec moins de 35% des suffrages exprimés (pas même 35% des électeurs inscrits), est-ce vraiment ça la véritable démocratie? ou notre démocratie de type monarcho-constitutionnalo-parlementaire-britannique est-elle malade?

Est-ce vraiment nous qui choisissons?

Et pis, pour le PQ, c’est qui ça nous?

Bien d’accord avec vous M. Castonguay, quels slogans insipides des deux principaux protagonistes…

Le slogan du PQ est certainement le meilleur selon moi. Il expose un choix clair entre la corruption et la faiblesse devant Ottawa ou un gouvernement honnête, qui fait progresser le Québec vers son destin, être indépendant.

Le seul problème avec «Debout» que j’adore, c’est qu’on ne fera plus de « sit-in»…;-)

L’union citoyenne du Québec propose un : Enfin!

C’est direct et dans la trame du Désormais

DEBOUT définitivement le meilleur qu’on aime ou pas QS ce mot va droit au but: se tenir debout comme peuple face à la corruption, se tenir debout pour ses idées et ce peu importe les répréssions encourues (loi 78)se tenir debout comme peuple, fier de son pays, avec un avenir à construire… vraiment un bon sloggan court et efficace….

il faut plus parler d’option nationale regarder leur plateforme et parler en je crois que c vraiment ce quil y aurais de mieu pour le quebec mais les gens en parlent pas asser

Je suis tout à fait d’accord avec Sébastien Massé. ON vaut la peine qu’on s’y intéresse et qu’on en parle!
Un parti nouveau, non corrompu, avec des idéaux sensés pour le Québec! J’aimerais vraiment qu’ON fasse une percée au cours de cette élection! Mais les médias n’en parlent pas, ils ont peu de moyens et peu d’attention portée vers eux… ça leur prendrait un ou deux candidats vedettes pour mousser leur parti… les médias sociaux ne pourront pas tout faire…