Sondage : le PQ doit changer

La dure défaite électorale du Parti québécois, le 7 avril dernier, a laissé des séquelles dans l’opinion publique : pas moins de 80 % des Québécois estiment que le PQ doit changer la manière dont il aborde la souveraineté.

stephane-bedard-pq
Stéphane Bédard, chef par intérim du Parti québécois. – Photo : Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

La dure défaite électorale du Parti québécois, le 7 avril dernier, a laissé des séquelles dans l’opinion publique : pas moins de 80 % des Québécois estiment que le PQ doit changer la manière dont il aborde la souveraineté, soit l’article 1 de son programme, selon un nouveau sondage CROP-L’actualité.

Ainsi, 57 % de la population affirme que le PQ doit mettre « toute son énergie à former un gouvernement nationaliste et social-démocrate et reléguer au second plan la promotion de la souveraineté pendant un certain temps ».

En revanche, 23 % des répondants jugent que le parti doit prendre le chemin inverse et « faire de la promotion de l’indépendance sa seule priorité et reléguer au second plan sa volonté de former le gouvernement ».

Près de 20 % des personnes sondées veulent le statu quo et maintiennent que le programme actuel — qui fait la promotion de la souveraineté et d’un référendum au moment opportun, tout en souhaitant former le gouvernement — est approprié.

Depuis le 7 avril, plusieurs ténors du PQ ont dit souhaiter que, à l’avenir, les propositions du parti en ce qui concerne la souveraineté soient plus claires, alors que l’ambiguïté sur la date d’un futur référendum semble avoir nui au PQ lors de la dernière campagne électorale. Il faudra voir ce qu’en pensent les militants dans la réflexion qui s’enclenche.

Les jeunes de 18 à 34 ans sont ceux qui désirent le plus que le PQ soit au service de la souveraineté (34 %), quitte à diminuer ses chances de former régulièrement le gouvernement. De leur côté, les 35-54 ans sont les plus convaincus qu’il faut insister sur le « bon gouvernement » (62 %) et que la souveraineté doit être mise en veilleuse un certain temps.

graph_po

 

Les commentaires sont fermés.

Stivident que les non-péquistes veulent que le PQ tasse la souveraineté. Faudrait être fou pour les écouter!
Le PQ doit tasser la politique provinciale, sortir du débat gauche-droite qui fait mal au parti (la CAQ ne cesse de monter à droite et QS à gauche) et se concentrer sur sa raison d’être: la souveraineté.
Le PQ doit tasser les garderies, les urgences, le pétrole et se concentrer sur le Sénat, la monarchie, l’armée, la démographie, les bateaux, l’armée, le F35, bref sur l’ennemi.
Couillard et le PLQ ne sont pas nos ennemis: c’est notre gouvernement.

Je me suis fait exactement la même réflexion que vous. Ceux qui suggèrent de mettre de côté la souveraineté sont de toute évidence des opposants au PQ. La souveraineté devrait être le seul but du PQ. C’est l’ambiguité qui a tué le PQ : ceux qui ont peur d’un référendum n’ont pas voté pour eux et les souverainistes durs commencent à en avoir ras-le-bol de leur mollesse sur le sujet. Il faut en parler et promouvoir l’option souverainiste auprès des jeunes et des immigrants – en espérant qu’ils puissent oublier l’énorme bourde qu’a été la charte des valeurs…

Depuis un peu plus de 20 ans que j’ai émigré au Canada, j’ai à chaque fois que j’ai parlé de politique avec des péquistes et certains bloquistes évoqué l’idée qu’il est difficile de promouvoir un principe de pays sans avoir dans ses cartons un projet constitutionnel public, ni sans avoir un programme ou à tout le moins une « feuille de route » déterminant les diverses étapes d’accession à l’indépendance.

1_Pour obtenir effectivement de manière assurée une majorité lors d’un référendum
2_Les diverses étapes, procédures et échéanciers à respecter après le référendum

Usuellement, la réponse que j’ai obtenue, quelquefois polie, d’autres fois pas du tout, quelquefois agressive et d’autres fois gênée, c’est : de me taire et juste de voter. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait quelquefois de voter les yeux fermés pour le PQ et le BQ.

Autant dire que ce sondage me fait plutôt rigoler.

Le PQ est un parti provincial dont le principal objectif est de gouverner le Québec. Ce n’est en rien un parti capable de supporter un pays et ce n’est même pas un parti qui soit capable de s’entendre et de se définir sur ses lignes de gouvernance, à savoir si c’est un parti social-démocrate ou un parti conservateur de boutiques à saveur provinciale.

L’option de l’indépendance est désormais orpheline et même les partis de gauche (ON et QS) sont enfargés dans des paradigmes idéologiques resucées qui sortent tout droit de vieilles malles et des boules à mites. Les gens ne se situent par rapport à ce qu’ils sont, par rapport à ce qu’ils peuvent faire et par rapport à notre capacité en tant que groupe de pouvoir faire participer tout le monde aux activités.

La notion même de frontière s’entend en termes purement administratifs, quant au contraire le fait de participer et de pouvoir participer permet de développer l’esprit de corps qui transcende ou transcendera cette notion relativement abstraite de la seule appartenance à la nation.

Avec son débat qui n’en était pas un sur la « Charte », le PQ a su perdre définitivement toute forme relative de relation de confiance auprès d’une part non négligeable de l’électorat néo-québécois et je pense quant à moi que ce processus soit irréversible.

Pour ma part, la plus grande menace pour notre langue, pour nos valeurs humanistes et d’égalité des chances à la poursuite du bonheur, c’est un dérapage vers une idéologie politique de style républicaine américaine.

Seul un parti d’inspiration sociale-démocrate pourrait amoindrir les excès de libéralisme qui inspirent un gouvernement central comme celui de Harper.

Pour les intérêts supérieurs de notre province et, devant le constat que le peuple québécois est beaucoup plus AUTONOMISTE qu’indépendantiste, le PQ. DOIT se libérer de ses radicaux qui contraignent l’électorat à VOTER LIBÉRAL pour éviter des référendums et une souveraineté qu’il ne veulent pas…

La conscience sociale des membres de ce parti sera-t-elle assez ÉLEVÉE pour faire cette mutation. Je l’espère…. Le sabrage sévère que les 3 banquiers libéraux s’apprêtent à faire, mur à mur, à notre Etat…, sera un recul important et un affaiblissement à faire face aux aspects les plus négatifs de la mondialisation.

Plusieurs éminents économistes apportent des solutions que seul des gouvernements forts peuvent mettre en pratique. Il s’agit surtout de baliser un capitalisme qui pourrait devenir SAUVAGE avec la tendance à un individualisme exacerbé prôner par la Droite républicaine américaine.

Sondages?
Sondages à 3 questions?
Wow?
Je suis impressionné.
Je ne répond plus au sondage qui me donne un choix prédéfini de réponses.
Je suis assez grand pour avoir des opinions.
Je suis assez articulé pour exprimer mes opinions.
Je suis capable d’indiquer mes réponses.
Sondages…ça vaut plus d’la…

Malgré l’intérêt presque morbide des médias le PQ comme son option est en voie de devenir marginal. Un parti de têtes grises qui en vieillissant auront de plus en plus peur d’assumer leur propre idéaux.

Bon débarras, et en ce qui me concerne pas un instant trop tard!

Il est temps de passer à autre chose.

Les plus populaires