[Sondage] Lutte contre le terrorisme : faut-il accorder plus de pouvoirs aux policiers ?

Les répondants les plus favorables à donner plus de pouvoirs aux policiers sont clairement dans la région de Québec, alors que les résidants de Montréal sont plus sceptiques.

 

(Francis Vachon/La Presse Canadienne)
Photo : Francis Vachon/La Presse Canadienne

Le gouvernement Harper va annoncer, dès la fin janvier, plusieurs mesures afin de renforcer les pouvoirs des corps policiers dans la lutte contre le terrorisme. Le projet de loi est en préparation depuis l’automne et vise à faciliter la vie des forces de l’ordre en matière d’arrestation et d’identification.

D’autres mesures vont aussi permettre aux policiers d’avoir plus facilement accès aux informations de la population dans les différents ministères fédéraux. Les ministères pourront aussi s’échanger plus facilement entre eux des données sur les résidants. Les détails seront connus sous peu.

Deux anciens juges de la Cour suprême du Canada, John Major et Frank Iacobucci, ont affirmé — cet automne, lors d’une conférence à l’Université d’Ottawa — qu’il fallait d’abord examiner la panoplie de pouvoirs mis à la disposition des policiers avant de leur en accorder de nouveaux. Qu’il en va de l’équilibre entre la sécurité nationale et les libertés individuelles et les droits des citoyens.Politique

John Major a présidé la commission d’enquête sur l’attentat contre le vol d’Air India, qui a fait 329 morts en 1985. Frank Iacobucci a dirigé l’enquête sur le cas de trois Canadiens d’origine arabe qui affirmaient avoir été torturés à l’étranger avec la connivence des autorités canadiennes. Dans les deux cas, des failles et des erreurs ont été trouvées dans les agissements des forces de l’ordre.

Nous avons donc voulu sonder l’opinion des Québécois sur ces principes, avant le dépôt des mesures du gouvernement.

Le sondage CROP-L’actualité montre que les Québécois sont partagés.

«Plusieurs complots terroristes ont été déjoués au Canada dans les dernières années par les forces de l’ordre. Le gouvernement fédéral souhaite tout de même donner plus de pouvoirs aux corps policiers en matière d’arrestation préventive et d’identification. Selon-vous, le gouvernement devrait-il…»

Total Montréal Québec Reste du Qc
Agir rapidement pour donner de nouveaux pouvoirs aux policiers 42 % 39 % 57 % 43 %
Faire une étude complète des pouvoirs des policiers avant de considérer en accorder de nouveaux 37 % 36 % 33 % 40 %
Ne pas donner de nouveaux pouvoirs aux policiers 11 % 12 % 7 % 10 %
Je ne sais pas 10 % 13 % 3 % 8 %

Les répondants les plus favorables à donner plus de pouvoirs aux policiers sont clairement dans la région de Québec, alors que les résidants de Montréal sont plus sceptiques.

C’est dans le reste du Québec qu’on souhaite davantage faire une étude complète des mesures à la disposition des policiers avant d’agir.

Les réponses entre les hommes et les femmes ne varient pas, mais l’aiguille bouge en fonction de l’âge. Près de 55 % des 55 ans et plus veulent plus de pouvoirs, et rapidement, pour les policiers, alors que les jeunes favorisent une étude complète avant d’agir (48 % des 18-34 ans).

Les 18-34 ans sont aussi plus nombreux (16 %) à ne pas souhaiter que la police obtienne de nouveaux pouvoirs.

Les non-francophones sont plus nombreux à ne pas savoir quoi répondre à cette question (17 %) que les francophones (8 %).

.     .     .

Sondage réalisé du 15 au 19 janvier 2015 à l’aide d’un panel Web représentatif de la population. 1000 personnes ont répondu. La marge d’erreur ne s’applique pas.

* * *

À propos d’Alec Castonguay

Alec Castonguay est chef du bureau politique au magazine L’actualité, en plus de suivre le secteur de la défense. Il est chroniqueur politique tous les midis à l’émission Dutrizac l’après-midi (sur les ondes du 98,5 FM) et analyste politique à l’émission Les coulisses du pouvoir (à ICI Radio-Canada Télé). On peut le suivre sur Twitter : @Alec_Castonguay.

Laisser un commentaire

Hier en lisant les blogues de L’actualité, je me suis aperçu qu’un certain nombre d’internautes, tous des amis de l’humoriste Dieudonné, qu’ils n’avaient pas de mots assez durs contre cet État policier qu’est la France. Bref, il faudrait conclure, si ces points de vus étaient représentatifs de l’opinion publique, que les québécois estiment que tout compte fait, les extrémismes et les attentats, c’est pas grave et qu’il vaut mieux souffrir ces désagréments que de se voir spolié de ses libertés individuelles par un gros méchant État policier, surtout si cette État est d’obédience socialiste.

En ce sens, la question du pouvoir qui doit être donné aux policiers dans le cadre de la lutte contre le terrorisme est somme toute complexe (et je n’ai pas ici la moindre prétention de trouver les réponses), tout comme la question induite est aussi de savoir si les policiers en général sont les mieux placés pour lutter contre le terrorisme.

Je pense que pour lutter efficacement contre le terrorisme, cela prend des policiers qui soient effectivement formés et bien formés pour lutter contre ce fléau. Cela prend des gens qui soient formés et bien équipés dans le cadre de situations d’urgence (forces d’interventions), cela prend aussi des personnes bien formées et bien équipées pour pouvoir enquêter de manière quasi transparente (ici dans le sens d’invisible), en toute autonomie, presque en toute impunité et en toute discrétion.

C’est sur ce volet tout particulièrement qu’on touche à la question du droit et des libertés individuelles. Un de ces enquêteurs (ou plusieurs) ou de ces policiers peuvent-ils entrer dans ma vie personnelle, empiéter sur mes droits, sous prétexte que mon ancienne blonde ne m’aime pas et qu’elle a prétendu un jour à qui de droit que je me livrais par mes déclarations ou des insinuations à des activités louches ou des fréquentations qui pourraient être ou avoir été liées au terrorisme ?

Ou encore, le fait que j’ai partagé un temps une partie de ma vie avec une adorable algérienne (une fille de l’islam), cela pourrait-il faire de moi un terroriste potentiel ?

En cette occurrence, c’est la question du traitement et de l’analyse de l’information qui devient dans ce cas le cœur du problème. Je parle ici alors des services d’intelligence ; tout comme surtout et essentiellement de l’échange des renseignements, tant entre les administrations canadiennes, qu’avec aussi les pays amis.

Il est trop facile même toujours maintenant avec nos lois et nos règlements, de détruire la réputation ou la vie d’une personne sur la base d’informations erronées, approximatives ou incomplètes ou simplement mal interprétées par un tiers en autorité dans la chaîne de transmission de l’information. Et si ce ne sont pas des policiers, ce peut être des fonctionnaires ou encore des juristes.

Quelques soient les pouvoirs conférés à qui que ce soit. On ne peut lutter efficacement contre le terrorisme qu’en luttant à armes égales contre le terrorisme. Comme cela est une guerre, il y aura comme dans tous les conflits des victimes innocentes et des dommages collatéraux. Ce malgré des règles de droit, fussent-elles régies par des instances internationales. Le monde est cruel et ce qui fait le moins mal, c’est la prévention.

Prudence…

Il vaudrait mieux PRÉVENIR… au Québec par des mesures claires contre les RADICAUX… Car attendre les catastrophes ne font que permettre à certains dirigeants, avides de pouvoir, de se doter d’un état policier qui devient l’autre EXTRÊME de la radicalisation…

Chez les Conservateurs de M. Harper, la tentation est grande d’utiliser le pouvoir policier, l’ARME préférée dans tous les régimes dictatoriaux quand ce n’est pas l’armée….. ( Qui organise d’ailleurs des portes ouvertes à Québec, ces jours-ci….)

Cela semble donc facile d’orienter l’opinion des masses, surtout en temps difficile !!!!

Et PRÉVENIR…

C’est surtout par l’éducation, l’implication citoyenne, l’esprit ET l’oeil ouvert…. Par l’effort de se renseigner, de cesser de remettre entre les mains d’un autre, NOTRE responsabilité de citoyen… C’est d’exiger de l’information VRAIE de nos journalistes. Qu’ils nous laissent à Nous, les petits commentateurs, le soin de donner nos opinions émotives… ( qui devrait simplement servir à évaluer le degré de succès de l’Education citoyenne)

Le rôle essentiel de la presse (par le professionnalisme de ses journalistes), en démocratie RÉELLE, devrait être de servir la population en lui fournissant les outils pour exercer au mieux son droit et son devoir de voter.

» la propagande est à la démocratie ce que la violence est à un État totalitaire » (Noam Chomski)

Est-ce que c’est seulement un question de s’attaquer au terrorisme, ou est-ce que le probleme ne serais pas plus profonds que ca??.

Depuis au moins le 12ieme siècle, les Chretiens (incluants les Juifs)et les Musulmans sont en guerre perpetuelle. Est-ce que les Musulmans sont prets a accepter les valeurs de toutes les autres religions sur terre?? Sommes nous pas tous des Mecreants devant l’Islam??

Est-ce que nous ne devrions pas conclure que nous ne sommes pas fait pour vivre ensemble??

Pourquoi est-ce cette question n’est soulever publiquement venant de nos elus??

Jacques Daoust

@ Jacques Daoust,

Lorsque vous faites référence au 12ième siècle, vous faites référence aux croisades, tout particulièrement les Francs qui se sont installés au Moyen-Orient à cette époque, ont conquis Jérusalem. Et aussi vous vous référez tout spécifiquement à Saladin (1174 – 1193) qui fut l’artisan de la reconquête de Jérusalem et aussi l’édificateur d’un vaste empire qui préfigure l’Empire Ottoman.

Si bien sûr l’histoire a été marquée de diverses escarmouches entre les chrétiens et l’Islam, il y eut aussi à diverses époques et en diverses places dans le monde une véritable coopération entre les chrétiens et les musulmans. Par exemple des chrétiens du Moyen-Âge sont allés étudier la médecine en Perse (actuel Iran).

Vous associez dans vos propos les juifs qui auraient été en quelques sortes solidaires des chrétiens dans cette lutte contre l’Islam. Hors c’est loin d’être le cas. Il y a dans le judaïsme deux grandes branches. L’une plutôt indo-européenne et l’autre arabe.

Les juifs arabes n’ont pas et de loin été ceux qui ont eu à souffrir le plus de l’Islam. Il y eut même des ministres juifs dans certains califats. Même l’actuelle dynastie d’Arabie Saoudite a une part de ses origines juives arabes. Lorsque Saladin a reconquis Jérusalem, il a aussi redonné aux juifs le droit de pratiquer leur religion, droit qui n’était guère toléré sous la domination des Francs.

Ce sont les juifs européens qui ont eu le plus à souffrir dans leur histoire de l’intolérance de plusieurs États chrétiens. Pas tous d’ailleurs, puisque par exemple ils avaient pu prospérer pendant plus de 1000 ans en Pologne jusqu’à l’instauration du nazisme qui était plus athée que chrétien puisque beaucoup de religieux et de religieuses polonais ont souffert comme les juifs des mêmes atrocités.

C’est pourquoi, je pense que vos conclusions à l’effet que nous ne sommes pas faits pour vivre ensembles. Que ces conclusions manquent de fondement. Car l’histoire a surtout montré que ce qui est source de destructions, c’est plutôt la barbarie et non les gens de bonnes volontés d’où qu’ils viennent.

Hors, il n’y a pas de monopole de la barbarie. Elle peut se produire partout dans le monde et à tous moments.

La justice a tout ce qu’il faut, même trop.
Il faut juste interdir l’islam.
L’islam est le terrorisme. Au même titre que le chrétienneté, aux temps des croisades, l’était.
Que quelqu’un veut prier chez-eux ou dans sa tête, aucun problème.
Mais nous devons fermer les mosquées et tant qu’à y être les synagogues aussi car c’est le même racisme qui est à la base. Pour ce qui est des églises, elles se ferment tout seul.

Timothy McVeigh, avec la complicité de Terry Nichols, détruisit à l’explosif le bâtiment fédéral Alfred P. Murrah dans le centre-ville d’Oklahoma City, avec la mort de 168 personnes et plus de 680 blessés. L’explosion a détruit ou endommagé 324 bâtiments dans un rayon de seize pâtés de maisons, détruit ou brûlé 86 voitures et soufflé les vitres de 258 bâtiments à proximité. On a estimé les dégâts de la bombe à un minimum de 652 millions de dollars de l’époque.

Et c’était un bon chrétien

Hitler , qu’il brule en enfer, était un chrétien

Un attentat à Sarajevo commis par Gavrilo Princip, coûte la vie à l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire austro-hongrois, et son épouse la princesse de Hohenberg8. Cet attentat est considéré comme l’événement déclencheur de la Première Guerre mondiale. Et Gavrilo Princip ne croyait a aucune religion…

En 1920 ,16 septembre a New York, un attentat devant la banque JP Morgan fait 38 morts et 143 blessés9.
Et ce n’était pas un musulman.

En 1946 ,le 22 juillet : Israël attentat de l’hôtel King David, à Jérusalem. Perpétré par l’IRGOUN, il fait 91 morts11 et 46 blessés.Et encore une fois ce n’était pas des musulmans…

On pourrait continuer comme cela sur une liste de plusieurs kilomètres…..

Le terrorisme n’a pas de religion, n’a pas de frontière , n’a pas de sexe.
Il y a le terrorisme d’état : lorsque des personnes ayant réussi a prendre le pouvoir par quelque moyen que ce soit ( élections libres , élections truquées , par la force des armes etc..) s’estiment au dessus des lois et qu’elles détiennent la seule vérité que tous devront suivre,alors ils s’accordent tous les droits ( même assassiner leur propre population ou celles des pays qui ont le plus de richesses dont il est impératif de les spolier… LE NOMBRE DE MORTS NE COMPTE PLUS, MÊME SI ON LES COMPTE PAR MILLIONS…

Il y a le terrorisme dirigée par des fanatiques ( Juifs,chrétiens, musulmans, athées ou autre…)et c’est le plus dangereux car, ceux qui président a cet état de fait , diligentent des hommes ou des femmes a se faire exploser en les conditionnant et en leur faisant croire que par leur acte ils amélioreront la vie dans leur communauté ou sur terre et qu’ils iront a un paradis quelconque.
Ils oublient que pratiquement toutes les religions interdisent totalement l’assassinat d’innocents sous toutes ses formes, mais les hommes qui se disent investis par Dieu pour parler en son nom et nous expliquer Ses dires ( les hommes de religion juive , chrétienne, musulmane ou autres…)font en sorte d’interpréter les écritures a leur convenance uniquement, alors ils abolissent tout ce qui ne rentre pas dans le cadre de leurs pensées et relativisent le reste pour qu’il rentre parfaitement dans le moule qu’ils ont fabriqué…
Il n’y a aucune protection possible contre le fanatique qui est prêt a mourir en accomplissant son acte.
Il faut au contraire montrer aux citoyens musulmans que ce n’est pas parce qu’un fou de Dieu a commis des atrocités que nous les jugeons tous comme des criminels, aux citoyens juifs qu’ils ne sont nullement responsables des actes d’un Netanyahou dans l’assassinat des enfants de Gaza, aux citoyens chrétiens que nous ne les jugeront jamais pour les crimes du Ku Klux Klan par exemple…et lorsque nous marcherons tous ensemble contre un acte terroriste dans le monde, nous devront être ensemble dans la rue pour protester ou contester ( musulmans,juifs,chrétiens,athée…simplement comme des citoyens d’un même pays et non comme des communautés éloignées les unes des autres)
Si dans une famille , un des membres est un voleur ou un assassin, nous n’avons aucun droit de traiter le reste des hommes , femmes et enfants de cette famille comme des criminels…
Je ne suis pas pour le renforcement des lois, il y en a déjà tellement que nous approchons dangereusement la ligne très fine qui sépare une démocratie d’une dictature.
OUI et mille fois OUI pour mieux entrainer nos policiers …
OUI et mille fois OUI pour mieux les équiper.
Mais nous devons absolument garder l’esprit clair et juste pour ne pas tomber dans les excès qui ne nous mèneront jamais a rien de bon.

Combien y a t-il eu d’attentats terroristes au Québec depuis dix ans?

Le terrorisme est en baisse depuis 1970. Il est à dix pour cent de ce qu’il était en 1970.

OHHHHHHH. Le FLQ a fait sauter quelques boites aux lettres et a causé la mort d’un politicien dans des circonstances nébuleuses….

Tout un AMALGAMME, Pierre. Allez voir démagogie, dans le dictionnaire …. ( 😉

Je me souviens très bien de Robert Boussassa (J’ai voté pour lui), de Daniel Johnson, de Jean Lessage, de Paul Sauvé et de Duplessi.

Pour ce qui est des soldats en 70, je suis arrivé souvent face à face avec avec eux à la sortie du métro de Longueuil.

Ho! J’ajouterais que les politiciens, la police et l’armée ont terrorisé la population plus que le FLQ.

Terroriser: Faire peur, épouvanter ou imposer un régime de terreur à une population

Tout d’abord, comme démontre le sondage ci-dessus, ce n’est pas tout le monde qui est en accord pour augmenter le pouvoir des policiers. Bien sûr c’est toujours agréable et rassurant de se sentir protégé contre les attaques terroristes, mais de là à accroitre partiellement le pouvoir des policiers… je ne pense pas. Personnellement, ils font bien leur travail, mais ne devraient pas avoir accès à toutes nos informations confidentielles plus facilement qu’avant. Même s’ils veulent absolument nous aider et que leurs actions sont de bonne foi, il y a toujours des gens qui abusent de leur pouvoir pour leur propre intérêt et qu’ils en profitent pour tromper le système. C’est donc pour cette raison que selon moi, les policiers ne devraient pas avoir plus de pouvoir, car ils en ont déjà beaucoup et ce n’est pas nécessairement de cette façon qu’ils vont être capables d’empêcher les terroristes de passer à l’acte. Pour contrer ce problème, les hommes de la police devraient unir leurs forces pour obtenir une meilleure formation et être mieux préparé à agir dans d’extrêmes situations.

Je crois que les policiers ont déjà suffisamment de pouvoir à leurs actifs, mais devraient-ils en faire un meilleur usage? Ils pourraient simplement mieux exploiter ce qui leurs ait permis. Plutôt que de passer leur journée à faire du radar afin de remplir leur quota mensuel, ils devraient se concentrer sur la prévention de futurs attentats ou d’assurer une excellente sécurité lors d’événements de grandes envergures. Si le gouvernement en venait qu’à autoriser les policiers à avoir un plus grand accès à la vie privée des citoyens, la limite entre vie privée et vie publique sera franchise. Les citoyens ont droits à leur vie privée et si les Montréalais sont plus nombreux à demander une analyse plutôt qu’une augmentation de pouvoir immédiate, c’est peut-être parce que leur taux de criminalité est fortement élevé comparativement à la moyenne des autres villes québécoises.

Armes égales contre le terrorisme. Tout est là. La convention de Genève est de la foutaise quand on est en guerre. Mais pour gagner la guerre ou détruire ses ennemis, il ne faut pas combattre à armes égales. La guerre n’est pas un jeu. Il faut disposer de plus d’armes que l’ennemi, de plus de détermination et de plus de ressources. Or l’Occident n’est pas déterminé et ne gagnera jamais la guerre contre les barbares islamiques. Comme nous sommes des brebis, nous pouvons nous attendre à être saignés par les barbares islamiques. Eux, ils luttent contre nous sans cesse, ici comme chez eux. Mon constat semble dur, mais pensez un peu à ce qui est arrivé aux Juifs lors de la deuxième grande guerre. Les Juifs ne l’ont pas vu venir à Varsovie. Ils ont passé dans le grille-pain.

…et le monde fonctionne en noir et blanc, bons et méchants…. Convention de Genève de la foutaise? Et les droits de la personne, de la foutaise? La démocratie?

Les résultats du sondage ne sont pas surprenants car la question de la justice pénale et, surtout, du renseignement (services secrets) est éminemment complexe et chacun se veut un expert dans un domaine que souvent on ne connaît pas. Mais dans le fond la très grande majorité des gens aspirent à la sécurité et à la paix et quand on leur fait miroiter l’ombre d’un espoir de sécurité, on est content.

Malheureusement, le gouvernement Harper mise sur cette crainte de l’insécurité et les conservateurs voient leur popularité remonter s’ils posent des gestes qui tendent à rassurer les gens. Or, les lois actuelles sont déjà très suffisantes et dans certains cas les dispositions soit-disant « anti-terroristes » ont presque basculé dans l’abus des droits humains. Est-ce que ça rend la police plus efficace? Le système judiciaire? Pas du tout. Est-ce qu’adopter des lois plus dures va aider à l’efficacité de la police? Probablement pas et certainement pas si on ne viole pas les droits humains (emprisonnement sur soupçons etc.). On a eu un exemple de ce genre d’abus justement dans le cadre d’attentats terroristes de 1970 lors de l’emprisonnement de centaines de « suspects » qui avaient la tare d’être syndicalistes, artistes ou activistes etc, sur la base de vagues soupçons, ce qui n’a en rien aidé au dénouement de la crise.

En fait, ce qui paralyse la police et le système judiciaire c’est le manque de financement et le manque de ressources. Si on avait assuré une surveillance plus soutenue de certains individus qui sont sur la liste des suspects, on aurait probablement pu éviter ou au moins prévenir les attentats de St-Jean et d’Ottawa. Le gouvernement Harper n’a pas donné les moyens à la police de faire leur travail car ce n’est pas populaire pour gagner des votes et il préfère utiliser l’écran de fumée des changements législatifs, qui sont surtout de la poudre aux yeux dans la réalité, pour assurer sa réélection.

On aura beau avoir toutes les lois les plus dures les unes que les autres, rien n’y fera si les corps d’enquête et le judiciaire n’ont pas les ressources pour les appliquer. C’est là où les recommandations des ex-juges Major et Iacobucci sont vraiment pertinentes: qu’on regarde les lois qui existent maintenant et qu’on trouve les raisons pour lesquelles elles ne sont pas efficaces et on trouvera probablement que c’est parce qu’elles ne sont pas appliquées faute des ressources nécessaires.

En aucun cas je n’augmenterais les pouvoirs des policiers, leurs agissements lors du printemps érable (2012) a révélé un système (dirigeants, représentants et policiers eux-mêmes) trop semblable à ce qu’on peut voir dans un état policier. Cela m’a choquée et m’a fait peur. Plutôt, la lutte au terrorisme pourrait utiliser d’autres types de travailleurs ou de professionnels, des techniciens en droit par exemple, des techniciens archivistes, des informaticiens, etc.

Les policiers sont beaucoup critiqués au Québec. Pendant le Printemps érable, par exemple, on a entendu très souvent parler de brutalité policière, d’abus de pouvoir, etc. J’aimerais rappeler que les policiers sont là d’abord et avant tout pour protéger la population. En 2012, il faut dire que leur travail ne devait pas être facile. Faire face à une foule constituée de milliers de gens en colère qui sont prêts à vous lancer des roches à la première occasion ne doit pas être évident, et je comprends que certains policiers aient fait des erreurs. Donc, lorsqu’on me parle d’abus de pouvoir, de brutalité policière, et qu’on voudrait presque diminuer les pouvoirs des forces de l’ordre au lieu de les augmenter, je ne comprends pas. Les policiers ont la lourde responsabilité de protéger la population. Ils sont constamment pointés du doigt, et à la moindre erreur ils sont blâmés et critiqués. Je crois qu’il faut arrêter de voir les policiers comme des ennemis.

Lorsque des drames comme celui d’Ottawa nous frappent, on se dit qu’une catastrophe pareille aurait pu être évitée. En donnant plus de pouvoir aux forces de l’ordre, c’est ce qu’on peut faire, prévenir des tragédies. Bien sûr, la vie privée doit être respectée et un certain contrôle doit être fait sur l’utilisation des informations de la population par les policiers, mais dans l’ensemble je ne vois pas d’inconvénient à leur donner plus de pouvoir. Après tout, les policiers sont de notre côté. Ce sont des citoyens comme vous et moi, mais qui ont le mandat de faire respecter les lois et de protéger la population. Les information auxquelles ils auront accès seront utilisées uniquement pour combattre la criminalité ou le terrorisme. Pourquoi ne pas rendre leur travail un peu plus facile, et donc plus efficace?