Sondages favorables aux libéraux: du calme dans la cabane!

Les trois plus récents chefs du Parti libéral du Canada: Justin Trudeau, Michael Ignatieff et Stéphane Dion.
Les trois plus récents chefs du Parti libéral du Canada: Justin Trudeau, Michael Ignatieff et Stéphane Dion.

Les militants libéraux, autant fédéraux que provinciaux, sont particulièrement souriants aujourd’hui. On les comprend, les bonnes nouvelles n’ont pas été nombreuses depuis deux ou trois ans.

Le sondage CROP-La Presse publié ce matin place le Parti libéral du Québec et le Parti libéral du Canada avec de bonnes avances dans les intentions de vote au Québec.

CROP-La Presse fédéral

PLC 38 %

NPD 30 %

Bloc 18 %

PCC 10 %

CROP-La Presse provincial

PLQ 38 %

PQ 25 %

CAQ 22 %

QS 11 %

(Contrairement à Léger Marketing, Crop ne met pas de document en ligne pour avoir plus de détails. Le texte de La Presse est ici.)

Un coup de sonde qui va dans le même sens que le Léger Marketing-Le Devoir du 29 mars dernier, bien que ce dernier était moins exubérant dans l’écart entre les partis. (Voir ici)

Léger Marketing-Le Devoir – 29 mars 2013 – Intentions de vote provinciales

PLQ 33 %

PQ 29 %

CAQ 20 %

QS  9 %

PVQ 4 %

ON 3 %

Est-ce à dire que le rouleau compresseur libéral va aplatir les autres partis aux élections? Non, pas nécessairement.

Sans vouloir jouer les «casseux de party» pour les électeurs libéraux, un petit rappel historique s’impose. Un sondage est une photographie de l’opinion du moment. Et cette photographie de la marque libérale a déjà été identique il n’y a pas si longtemps. Inutile de remonter à Pierre Elliot Trudeau.

Au fédéral, en avril 2009, le PLC récoltait… 38 % des intentions de vote au Québec (sondage Léger Marketing). Le chef était alors Michael Ignatieff. Il venait de prendre les commandes du parti et il jouissait du sursaut qui vient généralement avec la nouveauté.

Léger Marketing – Avril 2009 – Intentions de vote fédérales au Qc

PLC 38 % Bloc 32 % PCC 14 % NPD 13 %

L’embellie a même durée trois mois.

Léger Marketing – Mai 2009 – Intentions de vote fédérales au Qc

PLC 37 % Bloc 33 % NPD 14 % PCC 13 %

Léger Marketing – juin 2009 – Intentions de vote fédérales au Qc

PLC 35 % Bloc 35 % NPD 15 % PCC 11 %

Deux ans plus tard, c’est le NPD qui remportait une victoire écrasante au Québec, détruisant le Bloc, le PC et le PLC de Michael Ignatieff.

On peut même remonter dans le temps encore un peu.

Février 2007, après l’arrivée de Stéphane Dion comme chef du PLC:

Sondage Léger Marketing – Février 2007 – Intentions de vote fédérales au Québec

PLC 32 % Bloc 31 % PCC 24 % NPD 6 %

Justin Trudeau n’est pas Dion ou Ignatieff. Leurs forces et leurs faiblesses ne sont pas les mêmes. Mais il devra lui aussi tenir la route pendant plus de deux ans, les élections fédérales n’étant pas prévues avant l’automne 2015 (date fixe).

Le vrai défi sera de dépasser l’engouement éphémère, l’attrait de la nouveauté. Être dans l’oeil des caméras sans arrêt use un politicien dans l’opinion publique. Ignatieff s’est accroché pendant trois bons mois en tête au Québec avant de voir son étoile pâlir…

Du côté du Parti libéral du Québec, même phénomène, mais avec une nuance: les prochaines élections viendront plus vite.

Est-ce pour autant un gage de succès? Non.

Retour au printemps 1998. Jean Charest débarque en sauveur à la tête du PLQ. Fin février 1998, un sondage Crop La Presse-TVA (une alliance possible à l’époque entre ces médias!) crédite le PLQ de 14 points d’avance, soit 52 % à 38 %, face au gouvernement sortant de Lucien Bouchard.

L’effet se maintient pendant des mois. En mars, Jean Charest et le PLQ ont 13 points d’avance. Et même 20 points d’avance en avril (CROP-The Gazette 4 avril 1998), qui accorde 57 % au PLQ et 37 % au PQ. En mai, le PLQ a encore huit points d’avance…

Lors des élections du 30 novembre 1998, à peine six mois plus tard, Lucien Bouchard et le PQ remportent un gouvernement majoritaire. Avec un peu moins de voix que le PLQ au total, c’est vrai, mais la victoire est tout de même dans la poche. Loin des résultats de sondages quelques mois plus tôt…

Évidemment, le multipartisme n’était pas aussi bien installé que maintenant, surtout chez les francophones. Il y avait moins de joueurs sur la patinoire politique. Maintenant, quand le vent des intentions de vote change de cap, il peut prendre plus qu’une seule direction.

C’est pourquoi l’entourage de Justin Trudeau et de Philippe Couillard ont intérêt à garder la tête froide. Ils peuvent réussir là où d’autres ont échoué, mais l’histoire enseigne une certaine prudence. Les rebonds post-congrès au leadership, c’est aussi courant que la neige en hiver. Maintenir le rythme est pas mal plus difficile. Et plus le parti monte rapidement, plus la chute risque d’être sévère éventuellement. Quelqu’un a dit «François Legault» dans la salle?

Être Pauline Marois et son équipe, je ne serais pas trop inquiète pour la survie du gouvernement. La force du PLQ est inversement proportionnelle à la faiblesse de la CAQ, qui, à 22 %, n’a pas intérêt à déclencher des élections à court terme. Philippe Couillard sait aussi très bien que son parti n’est pas prêt du tout à la bagarre électorale.

Être Pauline Marois, je serais davantage inquiète du taux d’insatisfaction à l’endroit du gouvernement. Il est stable ou en hausse depuis quatre mois consécutifs et oscille entre 63 % et 70 %. Quatre mois, ça commence à être une tendance. Le PQ devra commencer à l’inverser s’il veut redevenir compétitif dans les intentions de vote.

En septembre et octobre, une fois la poussière retombée, nous aurons une meilleure indication des forces en présence, autant à Québec qu’à Ottawa. En attendant, un peu de calme dans la cabane.

Laisser un commentaire

70% d’impopularité!!!

Pauline Marois et son « équipe » n’ont mis que 4 mois à atteindre ce « sommet » d’impopularité…

Il a fallu à Jean Charest 12 ans pour faire de même…

Priceless…

Après avoir gagné les TROIS (3) élections précédentes!!!

Z’aviez « omis » de le mentionner…

Je vous ai donné une référence, vous auriez dû la lire ainsi vous auriez constaté que je n’ai rien omis. C’est le Devoir du 23 janvier 2004, neuf mois après le premier mandat de Jean Charest comme premier ministre. On réfère à un sondage Léger qui mentionne une insatisfaction de 59 % et à un autre sondage de la semaine précédente de Som qui révèle une insatisfaction à 70 %.

cette arithmétique que vous nous livrez est peu probable. certes, on ne peut juger de la puissance d’un parti deux ans avant les joutes électorales, mais il est très pertinent de constater que les libéraux provinciaux sont vraiment en avance dans les intentions de votes. pour le provincial, il n’est pas nécessaire d’être analyste politique pour voir qu’ils sont loin derrière le PQ, et franchement, je suis sceptique à ce que le parti de Marois puisse renverser la vapeur quel que soit les allégations futures de la commission charbonneau (d’ailleurs, je pense que cette dernière fera plutot l’inverse de ce que souhaite les péquistes).

Je met de coté l’élection fédéral. Étant donné que ce ne sera pas avant 2 ans et la volatilité de l’électorat ceci relève plus du domaine de la voyance qu’autre chose.

Au provincial là ou je diffère d’opinion c’est au sujet de François Legault et la CAQ. Je crois que Mr Legault et Mme Marois se déteste profondément. Je ne crois pas que le chef de la CAQ laissera Mme Marois jouer à la première ministre trop longtamps.

Je crois qu’à pareil date l’année prochaine nous serons en élection. Mr couillard cherchera noise à tout le monde, Mr Marceau déposera son budget en mars et ça va pêter!!!

Bernard Théroux
Hochelaga

Justin Trudeau a du charisme et du panache, deux éléments essentiels à la réussite en politique moderne qui manquaient aux deux prédécesseurs. Ils avaient de la substance, ce que n’a pas encore Justin Trudeau, mais cela peut venir avec le temps. Qui sait.?

Donnons le temps au temps. Vivement que l’on nous débarrasse de l’équipe Harper et son fascisme congénital.

Je n’aime pas les Libéraux, mais entre deux maux…

Le dernier sondage CROP- La Presse

Il est écrit à la fin de l’article du sondage CROP-La Presse : « … Compte tenu du caractère non probabiliste de l’échantillon, le calcul de la marge d’erreur ne s’applique pas. »

Si un sondage est non probabiliste, alors il est non scientifique.

Les résultats d’un tel sondage sont souvent faits en fonction des attentes de ceux qui paient.

Les sondages de Gesca sont toujours erronés autour de 4 points ce n’est pas rien ceux de Léger sont les bons en crédibilité ce sont eux qui indiquent les tendances. Évidemment le PLQ monte jusqu’à quel point? Et le PQ descend jusqu’à quel point? Évidemment la politique du déficit zéro péquiste est un cul de sac et ne convertit pas des électeurs caquistes voilà!