Sous-traiter la sécurité aérienne: une idée périlleuse

La fermeture d’Aveos et le transfert potentiel au Salvador de ses services techniques — en contravention avec la lettre de la loi qui privatisait Air Canada — se déroule sur un fond de scène plus général d’impartition de ces services dans des pays du Sud. J’en parlais il y a un an dans cette chronique, que je vous ressors, en rappel:

*   *   *

 

Tous les astronautes, et la plupart des ingénieurs, connaissent bien cette caricature, épinglée dans des dizaines de cubicules d’employés de la Nasa, dans les années 60.

Quoi ? Tout ce qui est en-dessous de nous a été fabriqué par le plus bas soumissionnaire ?
Quoi ? Tout ce qui est en-dessous de nous a été fabriqué par le plus bas soumissionnaire ?

On y voit, comme dans un rayon-X, tout l’ingénieux dispositif technique allant de la base jusqu’au sommet de la grande fusée portant la petite capsule spatiale qui la chapeaute. Dans la capsule, un astronaute demande à son collègue : « Ça te rassure vraiment, toi, de savoir que tout ce qu’il y a en dessous de nous a été fabriqué par le plus bas soumissionnaire ? »

En 2011, voilà une question que sont en droit de se poser presque tous les passagers aériens du monde et beaucoup de consommateurs de médicaments. Car c’est maintenant la norme. Le plus bas soumissionnaire répare les avions et teste les nouveaux produits pharmaceutiques. Mais à la différence des années 1960, l’entreprise impliquée n’est plus dans le voisinage. Avec la globalisation, elle est souvent sur un autre continent.

Réparer vos avions en Chine

Les journalistes d’enquête de Frontline, l’émission du réseau public américain PBS, ont récemment noté que l’entretien des avions de ligne, jusqu’à récemment un élément « sacré » qui se faisait à l’interne, connaît une révolution de l’impartition. « Le tiers de l’entretien lourd était sous-traité en 2003, les trois-quarts en 2007 ». Les sous-traitants sont américains, canadiens, mais de plus en plus… mexicains, sud-américains et, massivement, chinois ! Alors qu’aux États-Unis, plus de la moitié des techniciens travaillant sur ces avions font état d’un diplôme adéquat, le taux chute à 4% au Mexique et à 1% en Chine. La revue Aviation Weekly cite pour sa part une étude de l’Université de New York concernant la capacité de 1 000 techniciens étrangers de lire les manuels techniques anglophones, rarement traduits. Alors que les techniciens américains affichent un niveau de lecture équivalent à 14 années d’études, leurs collègues chinois, mexicains ou espagnols n’en affichent que cinq.

Pour l’instant, l’industrie affirme que le nombre de fatalités causées par des défaillances techniques n’augmente pas plus vite que la somme des vols, au contraire.  Les critiques affirment que ce n’est qu’une question de temps avant que toutes ces économies se traduisent par des morts.

Et les médicaments ?

Les journalistes d’enquête, détenteurs de prix Pulitzer, Donald Barlett et James Steele croient pour leur part que l’impartition dans le milieu pharmaceutique a déjà fait ses victimes, qu’ils estiment à 200 000 par an aux États-Unis, soit davantage que les victimes d’accident de la route.

Dans un article percutant publié en janvier dans Vanity Fair, ils font état de l’extraordinaire augmentation des tests cliniques effectués sur des médicaments en Afrique, en Europe de l’Est et en Orient. En 1990, seulement 271 tests cliniques étaient réalisés hors-États-Unis. En 2008 : 6 485, une augmentation de 2000%.  Au total, 80% des demandes d’approbation de nouveaux médicaments reposent au moins partiellement sur des tests réalisés dans des pays étrangers, là où le contrôle de qualité est nettement moins contraignant qu’en Occident. Avec quelle supervision des autorités américaines ? Seulement 0,7% des sites étrangers reçoivent la visite d’un inspecteur. À Ottawa, Santé Canada s’inquiète du phénomène et s’apprête à mieux encadrer ces impartitions.

Car si une compagnie n’arrive pas à prouver l’efficacité de son produit en Occident, expliquent les journalistes, ils peuvent camoufler cette conclusion et refaire le test dans ces « pays de secours » (c’est le terme utilisé) où, subito presto, le produit fonctionne ! Dans le cas de Avantia, un produit anti-diabétique, le gouvernement Indien a forcé l’arrêt des tests sur son territoire bien avant que le gouvernement américain ne reconnaisse ses impacts néfastes auprès des patients – une augmentation de 27% de risque d’arrêt cardiaque, entre autres.

Une corruption peut en cacher une autre

Wikileaks vient de lever un autre coin de voile sur les conséquences politiques de l’impartition, cette fois au Nigeria. La pharmaceutique Pfizer a du verser 75 millions de $US en indemnités aux familles des onze enfants morts après avoir « testé » un produit contre la méningite. Le NouvelObs rapporte que le directeur de Pfizer au Nigeria s’est ouvert à l’ambassadeur américain de la riposte de son entreprise. Il s’agissait de trouver des preuves de corruption pour compromettre le ministre nigérian de la santé, qui s’entêtait à poursuivre Pfizer devant la justice.

La prescription a fonctionné. Le ministre a démissionné. Les poursuites ont été retirées. Pfizer-Nigéria est en bonne santé.

Et encore : Il y a eu en 2008 près de 2000 tests-cliniques en Chine pour des produits américains. Pourtant ce n’est qu’en novembre 2010 que les autorités chinoises ont publié leurs premières « lignes directrices éthiques » pour protéger les participants.

Laisser un commentaire

Dont worry be happy ! Est-ce le plus bas soumissionnaire qui dit au gouvernement ce qu’il doit faire comme appel d’offre ? Et les politiques et les lois ainsi que la publicité ? Pendant qu’on dort sur la switch !

Notre sécurité réside dans l’observation, la connaissance, la compréhension de ce qui se passe, c’est un début en tout cas. L’avanture de la vie a-t-elle jamais été aussi périlleuse ? Pourquoi les vampires craignent-ils les miroirs ? Et pourquoi avons nous sous traiter notre capacité de raisonnement ? Serait-ce plus politicly correct ?

L’histoire des tests médicaux de la pharmaceutique Pfizer au Nigéria a inspiré un roman et un film, par ailleurs exellent et oscarisé: La constance du jardinier (The Constant Gardener en version originale).

Je vous les recommande vivement!

Avant longtemps, nos gouvernements devront globalement revoir la position de l’État et de ses citoyens en fonction de certains paramètres stratégiques.

La « main invisible du marché » a démontré une incompétence crasse, en particulier lorsqu’on fait l’inventaire des causes profondes de la crise financière et économique qui a débuté en août 2007 par la débâcle du marché des « subprimes ».

Ainsi, le Brésil par exemple a décidé qu’il interdisait la vente de terre agricole à des états étrangers ou à des fonds souverains étrangers ou à des intérêts étrangers afin de préserver la capacité de l’État brézilien de continuer à nourrir ses habitants.

À quand une réflexion stratégique plus large de la part des États, et en particulier de l’État québécois?

Au Québec les routes sont construite par le plus haut soumissionnaire.

On peut constater que cette méthode est un gage de qualité…

On devrait interdire a l’état de contracter des dépenses qui sont payées a des étranger. Si le québec ou le canada n’a pas la ressource, il doit faire affaire avec une organisme québécois (maitre d’oeuvre ou importateur) qui lui même se doit de démontrer qu’il s’approvisionnera dans le marché québécois au pire canadien (main d’oeuvre et produits) afin que les argents publiques soient toujours dépensé ici.
Les manipulations (en mettant en chantier rapidement et mettant des critères qui excluent la possibilité que des cie d’ici puissent se qualifier) qui ont étés faites dans le cas du C.H.U.M. ne sont pas acceptable (inadmissible non plus de payer 15 millions a quelqu’un qui ne fera rien même s’il est québécois). Je m’en fou que c’est commencé ça n’est pas une raison pour ne pas annuler immédiatement ce contrat. Je m’en sacre des pénalités de fous qu’ils ont du mettre dedans pour s’assurer qu’on y mettrais pas fin. Qu’on arrête ça et qu’on vote immédiatement une loi qui empêche le gouvernement de transiger avec des étrangers pour les contrats publiques. Pis qu’on en fasse dont des lois pour protéger nos ressources (forest, terres, produits de la mer, mines, pétrol, eau, air on ne sait jamais) pour obliger une part dans l’entreprise (dans les décisions et dans le respects des normes environnementales), pas juste des redevances. Les boissons gaseuses, la vente de nos terres, qu’est-ce qu’on attend. Bientôt on va venir mettre des éoliennes pour approvisioner les voisins. Le gobalisme canada-us-mexique àa sent vient très vite. Agissons maintenant.
http://www.jfl.ca/francais/Portefeuille_actions_globales.html

« La “main invisible du marché” a démontré une incompétence crasse »

Le problème avec la théorie de la “main invisible du marché” conçue par Adam Smith est qu’elle suppose:
1) Une vraie concurrence (avec plusieurs dizaines, voire centaines de concurrents indépendants)
2) Que les entreprises en question soient localisées dans un endroit bien précis, ce qui fait qu’elles peuvent avoir à coeur le développement économique ET SOCIAL de leur région.

Ce qui était relativement vrai en 1776, mais qui ne correspond plus du tout avec la réalité moderne.
1) Non seulement n’y a-t-il, dans nombre de domaines, plus beaucoup d’entreprises en concurrence, mais en plus, les intérêts de ces quelques (énormes) entreprises sont souvent croisés (actionnaires et investissements communs, administrateurs passant de l’une à l’autre et gardant leur réseau « d’amis » un peu partout, etc.); ce qui en fait plutôt des « parteanires » (voire des complices) que des concurrents. C’est vrai dans le domaine financier, des hydrocarbures (pétrole, gaz naturel), de l’alimentation, etc.
2) Les transnationales n’ont plus de « centres » comme tel et transcendent les frontières. Grâce (à cause) de la nouvelle « liberté » (disparition des règles) de circulation des capitaux, elles n’ont plus d’intérêts locaux, pouvant piller et détruire l’environnement et la structure sociale et économique une localité pour, une fois le citron bien pressé, déménager ailleurs et recommencer ce cycle qui permet de maximiser ses profits (et surtout les revenus des dirigeants).

Parce qu’il y a un autre problème: les entreprises ne sont, souvent, plus personnalisées, étant dirigées par des conseils d’administration dont les membres ont quasi tous pouvoirs (en autres sur leur propre « salaire ») et changent souvent de conseil d’administration. En ce sens, les simples employés ont souvent beaucoup plus intérêt dans leur entreprise que les dirigeants qui peuvent ne chercher qu’à maximiser, à très court terme, les rentrées d’argent, sachant qu’ils peuvent partir n’importe quand (avec de bons « dédommagements »); ce qu’ils font souvent après cinq, trois, voire un an ou deux. Cela pousse ces CA à prendre des décisions qui peuvent être très dommageables pour l’entreprise à moyen ou long terme.

Finalement, plusieurs de ces transnationales sont plus riches et plus puissantes que nombre d’états. « Grâce » aux « accords » de libre-échange, les gouvernements n’ont plus que de faibles moyens de contrôler les transnationales (autrement qu’en leur fournissant de généreuses conditions). Cela veut dire aussi, moins de moyens de pression, donc moins de pouvoir de négociation. Les nouvelles « lois » internationales « protégeant » souvent mieux ces transnationales (via la « liberté de commerce ») que les populations (via les lois locales).

Bref, le système ne fonctionne plus correctement depuis longtemps. Adam Smith doit se retourner dans sa tombe, lui qui avait écrit:
« L’homme sage et vertueux est toujours prêt à ce que son intérêt privé soit sacrifié à l’intérêt public. »

Bien sur on doit tenir compte des besoins du monde. On a pas le droit d’être assis sur des richesses et de ne pas les exploiter intelligement en respectant la qualité de vie des travailleurs et la portection de l’environnement. Comme charité commence par soi-même on doit s’assurer de fournir notre marché d’abord et avant de faire des exportations. Je suis d’accord qu’on ne doit pas les mettre sur le marché a des prix dérisoire qui favorise le gaspillage. Mais on doit aussi assurer que chacun y ait accès au minimum a un prix acceptable. Ce sont les excédents qu’on doit surtaxer. Peut être en donnant directement sur l’impôt une déduction pour une utilisation normale acceptable selon le lieu et l,accessibilité a des transports en commun. Développer le plus vite possible des transports cen commun intelligents électriques accessible, rapide et économique comme le trensquebec et subventionné l’achat de véhicules électriques (auto, autobus, camion) pour réduire la pollution et l’utilisation d’énergie fossile. Il faut aussi assurer que les produits agricole du québec soient accessible a prix moindre que les produits importés en surtaxant les importations. La saq doit mettre en marché tout les produits québécois en les vaorisant et ce peut importe la capaicté de fournir toutes les succursale. On doit mettre tout ce qu’on a disponible et valoriser et favoriser le développement de d’autres produits en subventionnant les entreprises qui transformer les matières premières. Si le gouvernement vent l’électricité au étrnager il doit avoir l’obligation d’offrir le meme prix ici. Aucun commerce ne devrait avoir le droit d,exporter a prix moindre les produits d’ici.

À 3G$ l’échangeur le plus haut soumissionnaire a certainement gagné. Voyez un échangeur Turcot solide comme honorable, terminé en 2006 à 261M$.

Le même projet en valeur actuelle net au québec couterait environ 300M.

Pourquoi paie t-on 10 fois plus alors qu’on est cassé?

L’entretien des avions d’affaires est toujours fait ici, chez le fabricant même, là où ça coûte le plus cher et aussi là où on a le plus grand intérêt à ne jamais, au grand jamais être blâmé d’une faute, d’un problème technique ayant causé un accident.

Enfin, cette publicité défavorable aux compagnies aériennes me semble être à l’avantage de Bombardier, le plus grand fabricant de Jet d’affaires et, je peux vous confirmer que Bombardier place vraiment la qualité du service après-vente pour tous ses avions, incluant les modèles de l’aviation commerciale, tout en haut de ses priorités.

Donc pour l’aviation, ce qui favorise les statistiques, c’est la très haute qualité de la fabrication récente et actuelle rendant les avions très fiables, l’entretien fait à bas coût à l’étranger n’ayant pas encore eu d’impact. Tant qu’il n’y aura pas de fabricant-tricheurs comme par le passé, mettant en circulation des composantes non-conformes à bas prix, les risques sont faibles et, c’est pourquoi on n’a pas encore vu les effets de la délocalisation des services d’entretien.

Nous vivons toujours avec la même nature humaine, peu importe les produits technologiques utilisés, peu importe l’idée qu’on se fait de nous-mêmes et en particulier de la pseudo intelligence humaine. On ne pourra jamais éliminer les yupies, ni les bozos, ni les Morons et tout les autres parce qu’il y aura toujours de l’hommerie, l’incompétent, l’inconscient, l’idéologue, le complaisant, etc., enfin, le larron à l’humeur du gai-luron. Wow ! Jackpot !!

Rappelons-nous le principe de Peter, « tout ce qui peut faire défaut, un jour fera défaut ! », les humains étant les plus grands fauteurs, alors ?!?

P.S. Par la délocalisation des services d’entretien, on brûle du pétrole et on génère de la pollution atmosphérique supplémentaire. En d’autres mots, on choisit de polluer pour sauver des coûts, cela étant parce qu’on ne considère pas les coûts des calamités causées par les changements climatiques. L’homme est vraiment intelligent, n’est-ce pas !?!

Dans mon commentaire précédent (No 5), j’ai commis un impair (très humain (h.h.h)) en parlant du principe de Peter au lieu de la »loi de Murphy ». Mes excuses !

@lagentefeminine Je suis d’accord avec vous, ca prend de vraies mesures protectionnistes après avoir illiminé la corruption. Les mondialistes sont très sophistiqués et sont déjà très avancés dans leurs projets. Certains disent même que nous vivons déjà dans un état policier. Aux états-Unis on met des contrôles aux rayons X dans la rue ? Regardez en france, l’évaluation de 911 observatoire du nouvel ordre mondial, la France est très militarisée et ici des signes de contrôles sont mis en place à chaque jour, c’est très inquiétant. Et la publicité subliminale qui ne lâche pas d’une semelle. On fait appel à votre instinct de suiveux. Il faut en prendre conscience.

2 poids 2 mesures, goumand notre gouvernement veut le beurre et l’argent du beurre. On nous impôse au max (en disant que c’est pour nous offrir plus de services, éducation garderies, soins de santé blablabla). Mais aujourd’hui on va essayer de nous faire payer plus cher pour l’université etc etc sans bien entendu changer votre taux d’impôt.
Je te fais un prix tout inclus et après je commence a te charger des extra. Le downsizing :d

Ground control to Major Harp/Charest :

Yould you please call me soon, big prob. Stop.

Weinberg, Acurso, Chose binne de Mascouche, Lala de Saguenay, Tremblay (nom prédestinénon), Maire d’une ville où l’on dit que le fleuve rétrécit…
et autres amis du régime :

Don’t worry, ground controls with collaterals dammages.

JB, H, Y.

@Raphael Cantin »un état policier »
la parano ça touche les gens qui marche tout croche. Il ont toujours peur qu’un témoin de leurs méfaits finisse pas les mettre en boite. Quand tu sais que tu agis en accord avec ta conscience et les lois(et les lois? car si même si on juge légal l’avortement, l’euthanasie je ne juge pas les autres et je peux essayer de les comprendre mais je sais que j’aurais de la misère a vivre avec un tel geste, mais je n’y aurai pas recours et ça n’est pas une question de religion c’est une question d’intégrité dans mes valeurs).
Mais pour avoir personnellement eu plusieurs contraventions non justifiées, dans un très court lapse de temps (j’ai fini par aller contester et évidement avoir gain de cause, alors que je n’en avais eu qu’une seule en 20ans de conduite et avoir mis près de 400000km au compteur d’une de mes voitures), pour avoir vu ma cause depuis 10ans reportée et toujours pas encore entendue (des tinasmis du pouvoir officiel, un vrai nid de guêpes dans lequel j’avais mis les pieds, travaillant avec acharnement, loyauté, légalité et résultats exceptionnels) je croyais qu’on me laisserais faire mon chemin et apprécierais profiter des fruits de mon travail. J’ai du faire des plaintes au barreau, contre les avocats mais aussi contre la court qui n’a pas inscrit la cause malgré que le dossier est complet. Ils s’imagine que je vais tendre l,autre joue, ou bien faire l’autruche. Pour avoir quoi comme résultats en rencontrer un plus crosseur encore. (J’en avais déjà rencontré d’autres avant, domage pour eux mais j’ai décidé que c’était la dernière fois que je tournais la page sans rien faire et que cette fois j’irai jusqu’au bout. Il n’ya que comme ça qu’on peut sortir de la roue du hamster.
J’appel ça le syndrome de la femme battue. Elle quitte un profiteur, pour se mettre avec une manipulateur, le quitte pour une crapule et fini avec son assassin si elle n’a pas mis son pied a terre et fait faire justice pour finalement avoir écrit dans le front attention (pittbull tu pourrais y perdre tes couilles). Pas facile de se tenir debout quand les lois et le systeme de justice a mis la cangrene dans le systeme. Je vais commencer par cet avenue et je n’arrêterai que quand justice aura été rendue. Ensuite je sortirai ma liste et ferai rendre justice a mon frère qui a été assasiné, ma mère qui a été charcutée par une chirurgienne qui s’en est servie comme cobail,(mot utilisé dans le rapport d,autopsie), le fonctionnaire qui retenait mes chèques pendant plus de 2 ans parce qu’une femme qui a un enfant ça doit rester à la maison (l’écoeurant il a été réembauché à contrat). J’ai plusieurs compte a régler et je les règlerai un à la fois. C’est toujours le plus patient et le plus persévérent qui gagne. La lois ne peut pas toujours être au dessus de la morale. En ce moment l’application de la lois ça s’achète il suffit d’étirer les choses ou d,essayer après les faits de monter un dossier en essayant de nuire à la réputation. Ça n’est pas juste ma réputation qu’ils me font perdre mais ma vie. Mais une vie a se faire voler la vie et l’argent durement gagné sa n’est pas plus enviable que le stand bail en attente de l’excercise de la justice. Je sais que rien ne garanti que justice sera faite, mais quand je serai sur d,avoir épuisé cette voie j’en chercherai d’autres.

@L’agente féminine, C’est pas de la parano que de constater les conséquences que les gens honnêtes doivent subir ! Et je dirais que si c’est ca être parano, il faut l’être pour survivre ! Il faut être conscient que c’est le bon citoyen qu’on veut contrôler et jusqu’ou cela ira-t-il si nous sommes au pays des dépossèdeurs ?

@Raphael Cantin
»la parano ça touche les gens qui marche tout croche »
Ce que je dis c,est que même si toutes nos communications sont surveillée, si on me mettais des caméras à la grandeur de la maison, me mettrait une puce pour capter mes pensées. M^me si par le téléphone cellulaire et l’antidémarreur on veut vous pister à la trace et vous écouter chanter quand vous vous croyez seul dans votre voiture. Moi je m’en fou. Je sais qu’il ne feront pas une cenne avec ces enrégistrements. Qu’il n’y a rien de compromettant ou de secret. Je suis transparente. Je suis une personne honnête. J’ai la conscience tranquille. Quand bien même il y aurait une camera dans ma douche, je n’y fait rien d’anormal.
On peut bien sur monter un dossier sur des fausetés, fausser les résultats d’un tests de langue,(pis après ça essayer de me traiter de passer pour quelqu’un qui veut se faire payer un cours alors qu’elle n’en a pas besoin), mais si on écoutait mes converstions téléphoniques ou en personnes on s’appercevrait bien que c’est faux. Mais je leur met sur le nez qu’ils osnt pourri ceux qui marchent tout croche.
Même si je n’aime pas me me faire photographier, il y a des centaines de satellites qui prennent pleins de clichés. Que voulez vous habituez-vous a l’idée. Qu’une vie privée ça n’existe plus. Moi je n’ai pas de face book, le vedettaria c’est pas mon genre. Mais pour avoir vécu dans des petites places on s’habitue au fait que tout se sait. Idem pour les crosseurs qui fabriquent des histoires, ça fini toujours par sortir. Je ne vais pas me mettre a capoter et chercher des caméras partout. S’il y en a ben qu’ils se rincent l’oeil, mais ça ne m’empêchera pas de dormir encore moins de respirer. C’est plus facile pour des gens honnêtes de sadapter à ça que pour des malhonnêtes. Parce que des enrégistrements compromettant pour eux pourraient sortir. Ce que je dit c’est que pour ceux qui sont croche, eux ils paranoient ils ont peur de se voir a la télé dans l’émission la facture, enquête. La loi, la justice ça ne rime plus a rien.
Mais on parlait ce soir du ça de Madame Charest(elle a été décrite comme un monstre, mais les crosseurs eux la trouvent brillantes) et du fait qu’aux US ils ont emprisonné des gens à vie parce que la perte de confiance des investisseurs avait des répercussions graves sur la bourse et ils ont compris qu’il devait agir pour garder la confiance, sinon des citoyens ordinaires au moins des investisseurs. Il y a loin de la coupe aux lèvres mais on peut toujours rêver.
Moi j’aimerais ça que ça reviennent comme avant que si tu travaille ofrt, bien et que tu respecte les gens qu’ils vont te respecter en retour.
En ce moment c’est tout le contraire. Si tu es honnête et travaillant tu dérange. Tu dérange, les crosseurs, les malhonnêtes non seulement ils craignent que tu les dénoncent mais ça leur renvoit une mauvaise image d,eux même. Ah puis finalement je pense que pour l’image eux trouve que c’est une marque d’intelligence de contourner les lois, Ils trouvent les gens honnêtes imbécile, parce qu’on paient plus cher d’impôt, plus cher de taxes. Eux pensent qu’on est trop innocent pour comprendre comment ça marche alors qu’on est parfaitement conscien des effet bénéfique pour les pauvres qu’on paient des impôts, des effets négatifs des abus du système.

Ce n’est pas en Allemagne, société reconnue pour ses habiletés techniques, qu’on prends toujours le soumissionnaire au milieu?

La pétrolière BP paye et va payer beaucoup pour sa logique du plus bas soumissionnaire !

L’avion n’est pas supporté par la main invisible dans son envol ni dans sa fabrication que dans la maintenance. La mobilité du capital ne va pas de pair avec l’expertise et l’expérience des gens de la maintenance des avions ?

L’être humain est bon en soi, c’est la société qui le corrompt.

L’appât du gain ne fait pas partie de la nature humaine.

L’altruisme, le partage et la charité sont les motivations des affairistes.

La main invisible du marché et l’auto-régulation de l’industrie par l’industrie est en soi un gage de sécurité.

Faisons donc confiance à la non réglementation et à la nature humaine pour le plus grand bien de l’humanité.

Vous êtes donc pessimiste M. Lisée. À l’instar de Marcel dans «En pièces détachées» de Michel Tremblay, avec mes lunettes roses aucune de vos prédictions apocalyptiques ne pourront se produire…

Vous ressortez du vieux commentaires pour les mettre sur un article qui na pas trop rapport ecrit ces derniers jours je ne trouve pas ]ca integre intellectutellement.
Mais je pense toujours la meme chose concernant lhonnete et lintegrite.
Que ce soit aujourdhui ou il y a 10ans ce que jecris je lassume je prefererais parcontre quil soit presente dans son contexte.
Pour la securite aerienne comme pour toute leconomie. Je pense quon doit etre plus prtectioniste envers nos ressources, la transformation et notre marche en signant des ententes avec les provinces canadiennes et developper un club dacaht et de service pour integrer le maximum possible dentreprises dans un reseau dachat et de service pour faire la promotion et la protection du marche canadien. Une carte de credit avec des points pourraient y etre ratache donc quand on consomme dans notre province on a le double de point et quand on achete un produit fabrique quebec ou canandien on aurait un rabais automatique. Donc on developpe et protege notre economie et cest payant pour tout le monde. Et ce peut importe ce qui se passe au dessus de nos tetes par les gouvernements internationaux et ententes de libre echange.

David,

Avouez-que vous êtes de mauvaise foi. En quoi la collusion et l’implication du monde interloppe visant à gonfler les prix des contrat au Québec a telle quelque chose à voir la dedans?

On parle de l’impact général de la règle du plus bas soumissionaire pas de corruption.

Le présent sujet me préoccupe énormément. Nous ne devons pas oublier que l’Organisation mondiale du commerce (OMC)est justement l’organisation qui gère tout ce domaine. Sur son site ( http://www.wto.org ) on peut lire qu’elle est «l’organisation internationale qui a pour objectif d’assurer l’ouverture du commerce dans l’intérêt de tous.» L’intérêt de tous c’est avant tout celui des grandes entreprises et des spéculateurs qui dictent à l’OMC ce qui est le mieux pour leurs affaires, pas pour celui des consommateurs. N’oublions pas que si le Québec, comme l’écrit lagentefeminine édictait des règles comme elle le dit dans son premier commentaire, ça ne serait pas long qu’il y aurait des poursuites légales internationales voire même des sanctions. Pensons seulement à tous les affrontements avec les entreprises américaines sur le commerce du bois d’œuvre.

C’est dans ce contexte très global qu’on doit placer les politiques commerciales des avionneurs et des compagnies pharmaceutiques. Les grandes entreprises ont exigé de nos gouvernements la mise en place du principe de la libre concurrence qui fait en sorte qu’un gouvernement ne peut, sauf dans des domaines très spécifiques comme la culture je crois, empêcher des entreprises extra-territoriales de soumissionner pour un contrat ou un autre. Je crois que Bombardier, par exemple, a été impliqué dans une telle guérilla juridique.

Alors tant et aussi longtemps que nos entreprises d’ici feront des soumissions pour certains de leurs travaux, elles ne pourront empêcher toute entreprise de l’extérieur répondant à un minimum de critères de répondre auxdites soumissions.

Or nos grandes entreprises, celles qui sont cotées à la bourse, ont développées un mode gouvernance où la plus haute direction voit sa rémunération dépendre très principalement de la croissance à COURT TERME de la valeur des actions. Un tel mode de gouvernance tue dans l’œuf la possibilité que cette haute direction développe un réel sentiment de loyauté envers son entreprise.

Ce mode de gouvernance, en plus rend ces grandes entreprises extrêmement vulnérables aux stratégies cupides des grands spéculateurs qui s’ils ne sont pas satisfaits des résultats financiers retireront leurs millions, voire leurs milliards, ce qui fera s’effondrer la valeur boursière de l’entreprise.

Il n’est donc pas surprenant de voir des drames comme celui d’AVEOS se produire régulièrement.

Les citoyens et les employés sont très loin des préoccupations des gestionnaires. Ces derniers ne pensent qu’à leurs bonis, à leur programme d’achat et de vente des actions, de leurs millions de dollars qu’engendrent ou qui nuisent aux profits.

Voilà où on en est avec la globalisation du commerce. C’est parfait pour les gros financiers et les grands spéculateurs de Wall Street. C’est l’enfer pour citoyens et les travailleurs.

« Une des raisons pour lesquelles la main invisible est invisible, c’est peut être qu’elle n’existe pas. »
[Joseph Stiglitz, Quand le capitalisme perd la tête, 2003]

Lisée vient de trouver le secret du bonheur au Québec. Contrairement aux gorets que sont les américains ici on préfére faire des affaires avec le plus haut soumissionaire.

@ Paul Robert

« …aux gorets que sont les américains… »

Zètes pas trop gentils pour nos voisins et ma parenté vous. Vous avez aussi oublié notre bon premier ministre fédéral conservateur et ses avions royals, pas la soumission la plus cher mais pas de soumission pantoute, le bar ouvert quoi. Il ne faut pas négliger non plus les contrats du fédéral pour faire la prômôtion fédéraliste du Canada. Un autre bar ouvert Et finalement les contrats ne notre honorable PM fédéraliste conservateur du parti libéral. Là, le bar est sur le bateau fédéraliste. En prime, il va falloir installer des parachutes sur les avions fédéralistes.

Y’a pas à dire les contrats les yeux fermés, le bar ouvert et la corruption est hautement fédéraliste.

Le contribuable ne veut pas payer plus de taxes et le consommateur cherche toujours le produit le moins cher… Donc, il ne faut pas s’étonner si la qualité non seulement des travaux, produits etc. diminue mais aussi la sécurité quand il s’agit de l’entretien des avions car là aussi les voyageurs choisissent la plupart du temps les vols les moins dispendieux. Il semble que les voyageurs pensent que les accidents d’avion ne sont que des dommages collatéraux et que le nombre de pertes de vie demeure «gérable» et qu’il vaut la peine de prendre ce risque.

On voit ça un peu partout, y compris dans une coopérative comme MEC qui vend de l’équipement et des vêtements de sport qui sont pour la plus grande part faits en Chine. Même une certaine compagnie qui se vantait de faire ses vêtements de sport et de plein-air sur la côte ouest canadienne pour justifier des prix élevés a cessé de le faire et ses produits sont maintenant faits en Chine. Si on pose la question, on vous répondra simplement que c’est ce que veulent les consommateurs – le moins cher possible.

C’est donc aux consommateurs et aux voyageurs de définir leurs priorités et de décider d’encourager les produits d’ici ou de mettre la priorité sur leur sécurité et, dans ce cas, d’éviter les compagnies aériennes qui font l’entretien de leurs avions dans des pays où les normes et/ou les compétences sont inférieures aux nôtres.

Certains drettistes rigolent du fait qu’au Québec, ce sont les « plus haut soumissionnaires » qui ont obtenu les contrats gouvernementaux dans la réfection des infra-structures.

Relire la phrase quelquefois pour comprendre ce que cela signifie vraiment…

Je me marre.

Nos infrastructures québécoises ont été bâties par les « plus HAUTS soumissionnaires »…

I rest my case!

@inukshuk: le pire c’est que ce qu’ils disent est faux. Les soumissionnaires se sont arrangés pour gonfler leurs prix par la collusion, mais le plus bas était quand même choisi.
Coudonc, les dretteux… Si VRAIMENT vous aviez une cause valable, vous seriez obligé d’inventer, de mentir et de jouer sur les perceptions de façon aussi constante? Y m’semble que ça en dit plus long sur la cause que vous défendez que tous vos arguments, non?
Reposez-vous sur votre case tant que vous voulez, mais on va finir par croire qu’il vous en manque une.

PS:
Je saiiis. J’ai volontairement mal traduit.

@Denis Drouin, onle sait ça c,est justement pour ça qu’il faut lâcher la gauche et la droite et se recentrer. Avoir des entreprises socio-responsable. ¨Ca veut dire un ti-peu plus a droite qu’a gauche pour faire du profits avec le développement des ressources et la transformation mais aussi pour avoir les moyens de se payer des services et prendre soins de ceux qui n’ont pas les moyens, par fois c,est un petit bout de chemin parfois c,est plus long. Mais si on ne lache pas lUniversalité qui garde des frais artificiellement trop bas et empeche le systeme de profiter de largent de ceux qui peuvent les payer a juste prix et mettre les efforts avec les profits sur l’exploitation et la transformation des ressources pour payer pour ceux qui en ont vriament de besoins. Il faut que la gauche apprennent a compter et réaliste que ça prend de largent pour payer et que l,extreme doirte qui il faut bien ladmettre nexiste pas vriament au québec. Quand bien mem il y aurait des milions de commnuistes ou de sociéalites ça ne donnera jamais les moyens de payer des services à la heuteur des attentes. Il faut que les organisations qui fournissent des services puissent recevoir plus dargent des uns pour diminuer le nombre de ceux qui doivent recevoir de laide.

@ François 1#29

« I rest my case! »

La routine quoi.

Mais c’est interdit par la loi de prendre la soumission la plus haute.

Donc Lisée et la gauche doit approuver la décision de Harper pour ne pas aller en appel d’offre pour les F-35.

Imaginer s’il aurait fallu prendre le plus bas soumissionnaire !

Les plus populaires