Stephen Harper confirme le péage sur le pont Champlain qu’il qualifie de « local »

OTTAWA – Malgré la prise de position du nouveau gouvernement québécois contre un péage sur le pont Champlain, le premier ministre Stephen Harper, qui qualifie désormais la future structure de «pont local», n’a pas l’intention de changer d’idée.

L’épineux dossier du futur pont montréalais a été abordé la semaine dernière lors de la première rencontre entre M. Harper et le premier ministre du Québec nouvellement élu, Philippe Couillard.

Caressant manifestement l’espoir de voir Stephen Harper reculer sur la question du péage, le ministre québécois des Transports, Robert Poëti, a récemment avancé que les négociations à ce sujet seraient vraisemblablement plus faciles entre Ottawa et son gouvernement fédéraliste que lorsque le Parti québécois était au pouvoir.

Le gouvernement québécois, la Ville de Montréal et les municipalités de la rive sud de la métropole s’opposent à ce qu’un péage soit instauré sur le pont.

Mais Ottawa tient son bout et n’a jamais démordu de son intention d’imposer un péage, malgré ceux qui protestent et craignent l’encombrement des autres ponts, une situation qui pourrait être causée par les automobilistes qui voudront éviter de débourser le prix du passage sur le pont Champlain.

Interrogé mardi aux Communes par le chef libéral Justin Trudeau, Stephen Harper a laissé savoir qu’il n’a pas l’intention de revenir sur sa position.

Il s’agit d’être juste envers tous les Canadiens, a répondu le premier ministre.

«Le gouvernement construit un nouveau pont local majeur dans la ville de Montréal. Nous ne faisons pas cela nulle part ailleurs au pays. La seule base sur laquelle nous pouvons le faire est avec la participation financière des résidants locaux», a-t-il expliqué.

«Ce qui signifie que s’il n’y a pas de péage, il n’y aura pas de pont», a tranché le premier ministre.

Le pont Champlain est le plus achalandé au Canada et est une importante voie de transport pour le commerce avec les États-Unis.

Le Nouveau Parti démocratique s’oppose à un péage sur ce pont qui n’est pas un nouveau pont, mais bien une structure de remplacement, a expliqué le chef Thomas Mulcair.

«C’était plus qu’étonnant d’entendre le premier ministre aujourd’hui opiner que le pont Champlain est un pont local», s’est-il aussi exclamé.

«Le pont Champlain est non seulement une infrastructure vitale pour Montréal, c’est extrêmement important pour le Québec, voire pour tout le Canada. (…) Et aujourd’hui Stephen Harper tente de diminuer l’importance de son obligation, parce que c’est un pont fédéral, en disant qu’il s’agit d’un pont local comme si c’était un ponceau autour d’une crique», a dénoncé le chef.

Justin Trudeau est du même avis.

«C’est une infrastructure d’intérêt national et le gouvernement devrait jouer un grand rôle là-dedans et c’est inacceptable qu’on dise qu’on doit faire un péage même avant qu’on connaisse le plan pour le pont», a dit le chef libéral après la période de questions.

Quant au Bloc québécois, il anticipe une fin de non-recevoir du gouvernement Harper aux demandes pour un pont sans péage. Et cela, peu importe le parti au pouvoir à Québec.

«Je pense que M. Poëti peut faire toutes les représentations possibles, ça va être son travail, mais je pense qu’il va retrouver exactement la même fermeture de la part du gouvernement conservateur», a commenté le député bloquiste André Bellavance.

Les commentaires sont fermés.

Si c’est un pont local, inutile de le construire aussi haut pour laisser passer les bateaux vers l’Ontario et les US.
Ça va coûter moins cher et les problèmes causés ne seront plus les nôtres. C’est ça être local.

Bonjour ,il y a deja un pont a peage a Montreal sur l’autoroute 25,il est ou probleme.
Bonne reflexion.

Bonjour la veritable question l’argent va ou a Ottawa ou a Montreal si le tout va a Montreal le peage la ville il faut avoir des vignettes pour les residents ef pour les banlieux ,le systeme fonctionne deja sur l’autoroute 25.Si l’argent va a Ottawa bien qui valide des vignettes pour la population de Montreal et des banlieux autours gratuit, il est ou probleme ceux qui livre des produits vont avoir droit a un credit impot a la fin de l’annee fiscale, il est ou le probleme?
Bonne reflexion.

le pont de la 25 me semble être ce qui représente bien un pont local.
Le pont Champlain est le plus achalandé au Canada donc on peut raisonnablement penser qu’il est utilisé par plus de personnes que la population de Montréal et ses banlieues.
Pour les « vignettes .. pour la population de Montréal et des banlieues autour gratuit » Jamais entendu! Il serait étonnant que l’on instaure un pont à péage pour le rendre gratuit…
Dans quel marasme le gouvernement Harper veut-il plonger le transport routier qui transige par le Québec?
Sommes-nous dans la punition de ne pas l’avoir élu?

La très grande majorité des usagers sont des automobilistes qui habitent la Rive-Sud et travaillent sur l’île. Il serait injuste que les contribuables d’un océan à l’autre assument tout l’investissement requis pour un pont qu’ils n’utiliseront jamais. D’autant plus que le fédéral verse chaque année au Québec plusieurs milliards de plus que ce qu’il y prélève. À noter que le nouveau pont entre Windsor et Detroit, dont l’importance pour l’économie du pays est considérable, sera financé par un péage.

Bref, encore une fois, Harper a totalement raison et si cela arrive, ça sera la faute des élus montréalais et non celle du fédéral. Au lieu de mener ce combat populiste et d’arrière-garde, les opposants devraient lancer une étude approfondie sur la mise en place d’un système de péage régional, tel que l’avait proposé la Ville de Montréal il y a quelques années. En effet, le recours à cette forme de taxation pour l’ensemble du réseau routier supérieur Demi-Cadratin en vertu du principe de l’utilisateur-payeur Demi-Cadratin s’impose pour des raisons écologiques autant que financières.