Suggestions de lectures : démocratie, publicité et médias sociaux

La réforme de la loi électorale par le gouvernement conservateur fait beaucoup de vagues. Et pendant ce temps, ce même gouvernement ne lésine pas sur la dépense quand vient le temps de mousser ses propres affaires…

La réforme de la loi électorale par le gouvernement conservateur fait beaucoup de vagues.

Une disposition qui fait particulièrement sourciller est celle qui interdit au directeur général des élections de faire des campagnes de publicité pour encourager la participation électorale. Par exemple, il ne pourra plus communiquer avec le public sauf pour dire où, quand et comment voter. Dans une des rares entrevues qu’il a accordées, le DGÉ Marc Mayrand a parlé, samedi dernier sur les ondes de CBC, d’un affront à la démocratie. Préoccupant.

Pendant ce temps, ce même gouvernement ne lésine pas sur la dépense quand vient le temps de mousser ses propres affaires. Comme l’écrivait le Toronto Star cette semaine, les conservateurs ont dépensé 69 millions de dollars en publicité en 2012, dont une grosse part à la télévision, et environ 644 millions depuis leur accession au pouvoir en 2006.

Cass R. Sunstein, de l’agence Bloomberg, a tenté de vérifier la validité du message du pape François en vue de la prochaine Journée mondiale des communications. Sunstein s’est en fait arrêté à ce passage sur les médias sociaux : «La variété des opinions exprimées peut être perçue comme une richesse, mais il est également possible de s’enfermer dans une sphère d’informations qui correspondent seulement à nos attentes et à nos idées, ou même à des intérêts politiques et économiques déterminés».

Et bien, le Saint Père n’a pas tort, comme le montre une étude de Microsoft, bien qu’il y ait des nuances.

Bonne lecture !

 

Laisser un commentaire

Je cite votre citation : «La variété des opinions exprimées peut être perçue comme une richesse, mais il est également possible de s’enfermer dans une sphère d’informations qui correspondent seulement à nos attentes et à nos idées, ou même à des intérêts politiques et économiques déterminés». Ah! Ah! Ah! « s’enfermer dans une sphère d’informations qui correspondent seulement à nos attentes et à nos idées, ou même à des intérêts politiques… » C’est drôle c’est exactement l’idée que je me fais de vous, Mme Cornellier, alors que je consulte régulièrement des journaux comme le Globe and Mail ou le National Post et que j’y trouve une diversité d’opinions. Quand je viens sur votre blogue, vous réussissez à piger des opinion qui, comment vous dites déjà, correspondent seulement à vos attentes et à vos idées. Mais ne vous en faîtes, je ne vous en veux pas, je suis capable de faire le travail que vous semblez avoir de la difficulté à réaliser : chercher une diversité d’opinions qui pourraient même bousculer.