Suggestions de lecture : l’inégalité nuit à l’économie

Les inégalités économiques sont un enjeu qui attire de plus en plus l’attention, et c’est tant mieux, dit Manon Cornellier. La blogueuse suggère ici deux textes sur le sujet.

Les inégalités économiques sont un enjeu qui attire de plus en plus l’attention, et c’est tant mieux.

Pour alimenter votre réflexion sur le sujet, deux textes. Le premier, de David Macdonald, du Centre canadien de politiques alternatives, décortique dans le détail les dernières données de Statistique Canada sur la valeur des ménages canadiens. Éclairant.

Le second, paru dans The Guardian, résume un document de discussion produit par le Fonds monétaire international et qui porte sur les répercusisons économiques positives qu’ont les mesures gouvernementales d’atténuation des inégalités. (Voici un lien vers un texte en français, mais plus court. Celui du Devoir est plus complet, mais il est réservé aux abonnés.)

Bonne lecture !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Autre suggestion de lecture : « Le prix de l’inégalité » de Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie en 2001.

«Le capitalisme ne donne pas ce qu’il a promis et donne ce qu’il n’a pas promis : la pollution, le chômage et – c’est le plus important – la dégradation des valeurs jusqu’au niveau où tout est acceptable et où personne n’est responsable»
[Joseph E. Stiglitz; Le Prix de l’Inégalité]

À encore les inégalités. Il y en a qui en font une fixation. Au Québec entre 1976 et 2009, le revenu du quintille inférieur (le groupe de la population la plus pauvre) est passé de 13,000$ à 13,500$ (en dollars constants après impôt), une hausse de 3,5%. Durant la même période, le revenu du même quartille des albertins est passé de 12,200$ à 17,700$, une hausse de 45%! Durant la même période, le revenu moyen des albertins les plus riches s’est accru dans les mêmes proportions passant de 100,000$ à environ 145,000$. Dans l’aboslu, l’écart de richesse s’est creusé en Alberta, mais oh malheur!, les pauvres se sont enrichis alors qu’au Québec où on carbure à l’égalité des revenus, nos pauvres sont demeurés parmi les plus pauvres du Canada et nos riches ne se sont pas enrichis aussi rapidement. La recherche de l’égalité des revenus conduit une société égale dans la pauvreté! Beau modèle! Si c’est le modèle souhaité par certains, ils peuvent faire un chèque plus gros lors de la période d’impôt qui approche!

Martin, vivre décemment ce n’est pas nécessairement vivre pauvrement. L’égalité parfaite n’est pas possible ni souhaitable. Ce qui est souhaitable c’est faire en sorte de favoriser une meilleur distributions des richesses collectives et non pas de favoriser la polarisation de cette richesse entre les mains d’une minorité qui invariablement cherchera à monopoliser, renforcer ses possibilités de maintenir et instaurer des structures pour leurs propres avantages. ( C’est dans leur nature, c’est justement les qualités à jouer du coude qui les ont amenés là…

Élargit tes connaissances ! Fait la lecture que te recommande Denis… Ou celle-ci, plus près de nous au Canada et un peu moins technique:

LES MILLIARDAIRES: Comment les ultra-riches nuisent à l’économie. Par Linda McQuaid et Neil Brook.