Surfer sur la marée noire

Ed Stelmach, premier ministre de l’Alberta, se défend de profiter d’un désastre. Reste qu’en pleine crise de la marée noire en Louisiane il s’est précipité à Washington pour redorer le blason de ses sables bitumineux, cible d’une campagne de boycottage des écolos.

Ed Stelmach surfe sur la marée noire
Photo : Jeff McIntosh/PC

Les conséquences de la fuite d’un pipeline albertain seraient bien moindres que celles d’une plateforme de forage, a-t-il répété.

Les États-Unis – qui viennent de décréter un moratoire sur les forages en mer – dépendent plus que jamais des sables bitumineux. Ceux-ci leur fourniront, cette année, autant de brut que l’Arabie saoudite et le Koweït réunis !