Téléphone intelligent vs Professeur sévère

La multiplication des gadgets technologiques utilisés par les étudiants dans les classes est un phénomène mondial. Le niveau de tolérance des enseignants face à ces concurrents est variable. Voici comment un prof asiatique a développé une technique assez efficace de dissuasion:

https://www.youtube.com/watch?v=3gYqxjLctbM

Laisser un commentaire

Efficace, dommage que ce soit arrangé avec le « gars des vues ».
(De mauvais esprits (comme ce blog en sécrète) pourraient également penser que l’idée de la séquence est sortie d’un brain trust dirigé par Steve Jobs.)
* Si quelqu’une (ou qu’un) connaît le féminin de cette expression typiquement de chez nous-autres, bienvenue.

J’ai bien ri, Mais cette action aurait pu entraîner une poursuite criminelle puisqu’Il s’agit de vandalisme.

IL aurait été préférable qu’elle demande aux étudiants de fermer leur cellulaire au début de son cours.

Question de discipline et d’arrangement de dérangement ou d’entente.

Si l’étudiant passe une entente signée comme quoi l’appareil est confisqué en cas d’utilisation interdite, ce dernier n’a pas un mot à dire avenant un tel cas.

Son téléphone pourrait être vendu à l’enchère.

Mais la destruction reste de loin la solution la plus persuasive.

Au-delà du geste de l’enseigante et que l’on soit d’accord ou non avec elle, qu’en est-il de l’action de l’élève qui en plus de ne pas fermer son celluaire, répond et entâme une conversation directement devant l’enseignante?

Ils osnt dans un cours (possiblement Université) n’ont-ils pas encore appris à cet âge que si on choisit d’étudier, on choisit d’Assister au cours et non de répondre au téléphone ou de surfer sur son ordino.

Le respect ça se gagne et de toute éviodence, cet étudiant ne gagnera pas le miens.

@JPL – « Pourquoi cela serait-il arrangé avec le gars des vues? » Vous avez peut-être raison, peut-être pas complètement. La caméra est centrée, cadrée en attente de l’événement. De toute façon, si ce n’est pas la prof, ce sont les élèves, provoquant une réaction violente appréhendée. Dans ce cas, la professeure avait sans doute préalablement averti que tout appareil fautif « aurait la tête tranchée » (Le Schpountz de M. Pagnol avec Fernandel). Je continue à privilégier le remue méninge dirigé par Jobs ou tout autre dirigeant(e) de la filière cellulaire. C’est plus dans l’air du temps. J’appuie sans réserve les solutions @Albert.

Moi je pense que le gadget qui va dans quelques dizaines d’années disparaître, c’est LE PROF !
Pour avoir étudié à la TELUQ sans prof, je réalise à quel point celui-ci est plus souvent qu’autrement un obstacle à l’apprentissage.
Le monde moderne exige de plus en plus que l’apprenant décide seul son cheminement d’apprentissage et prenne seul les moyens de réaliser cet apprentissage. Qui sait lire, se poser des questions, et y chercher des réponses est de beaucoup en avance sur un apprenant qui dort en classe 45 minutes sur 60 (et encore je suis conservateur) et qui voit dans son cellulaire un objet salvateur face à un ennui démesuré…

J’ai une amie prof au HEC qui est régulièrement confrontée à ce problème, surtout que les étudiants y utilisent leur ordinateur portable en plus. Disons qu’elle a souvent envie d’arracher la tête à certains étudiants particulièrement irrespectueux.

Sa stratégie est d’arrêter le cours. Vous préférez naviguer sur le net et répondre à vos cellulaires ? Pas de problème, je vous laisse faire, et tant pis pour vous au prochain examen, parce qu’il va porter en partie sur la matière qu’on n’aura pas eu le temps d’aborder. Puis elle s’en va.

Mettons que les étudiants comprennent vite le message et que celui qui, au cours suivant, n’a pas éteint son cellulaire se fait rappeler à l’ordre par les autres.

mea culpa: c’était effectivement une pub.
c’était même mentionné en commentaire sur New Mandala (sept 21).

Même dans les classes plus jeunes, le cellulaire bruyant est un fléau. Notre prof d’histoire, au secondaire et au cégep, à défaut de pouvoir identifier le coupable souvent trop content d’avoir réussi son bon coup, lançait un avertissement, puis quittait le cours à la seconde sonnerie.

C’est tout aussi désagréable dans les cinémas, entre les cellulaires qui sonnent et ceux qui ne cessent pas de parler, mais ne se font jamais rappeler à l’ordre. Quoi faire contre ceux-là?

La prof a bien eu raison de se fâcher. La manière dont le garçon s’est comporté est irrespectueux et grotesque. Que ce soit un pub ou non, le message est clair qu’un manque de discipline personnel devient une rareté chez les étudiants. Ceci dit, les appareils sont indispensables aux élèves et cela devient une mode alors de répondre à un message ou de vérifier son compte facebook devient une nécessité ou une obsession. Cependant, l’élève doit aussi prendre conscience qu’il fait partie de la classe et qu’il doit respecter les autres qui font l’effort de comprendre ce que la professeure essaie d’expliquer. Quant à la professeure, elle aurait dû de mettre l’élève à la porte au lieu de casser son portable car il peut porter plainte.

Par contre, en tant qu’une étudiante je comprends qu’il est parfois difficile de ne pas se distraire surtout lorsque le/la prof ennuyeux/ennuyeuse. Il est pénible de résister.