Temps dur pour les anti-modèle Québécois

Chers auditeurs, nous interrompons temporairement le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public:

Taux de chômage en octobre 2009:

Québec 8,5%
Canada 8,6%
Ontario 9,3%
États-Unis 10,2%

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

18 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Attention. À quoi est due cette baisse du chômage? Ce n’est malheureusement pas très glorieux, si c’est parce qu’une partie de la population a quitté le marché du travail et de la recherche d’emploi… comme on le souligne dans La Presse de ce matin.

Mais non ça ne se peut pas, c’est bien connu par plusieurs personnes qui font souvent des commentaires sur les blogs de l’actualité, les Québécois sont la lie de la terre.

Vous devez vous tromper, nous ne pouvons être meilleur que qui que ce soit et encore moins meilleur qu’une autre région du Canada.

Encore faudrait-il que le modèle québécois perdure sans nous mener à la faillite économique… Merci aux baby-boomers pour leur inconscience persistante.

C’est la première fois de nos vies qu’on voit ça. Maintenant cherchez la nouvelle dans nos journaux et téléjournaux!

Pourtant, lorsque vient le temps de parler de notre pauvreté (on est les 54e plus pauvre du continent dit Alain-le-ML), de notre dette (êtes-vs tannés ? Moé j’en peux plus) et de la misère ( surtout dans un Québec souverain) on ne ménage jamais les gros titres. Mais là, pour un événement historique. Rien à matin.

Bienvenue chez les colonisés

M. Lisée,
Mon propos porte sur l’élément que rapporte M.Eric Desrosiers en son article d’aujourd’hui paru dans le Devoir à l’effet que : ‘Jean-François Lisée propose aussi de freiner la surconsommation en adoptant cette vieille idée d’un économiste anglais des années 1950, récemment revenue au goût du jour, et consistant à ne plus taxer les revenus des ménages, mais seulement leur consommation. On déduirait des revenus les dépenses jugées essentielles ainsi que l’épargne, et le reste serait taxé en vertu de taux marginaux croissants, comme pour l’impôt sur le revenu’.

Permettez-moi d’attirer votre attention à une proposition de fiscalité que je trouve plus générique et plus socialement neutre que la vôtre citée ci-haut et expliquée en Imaginez l’Après Crise.

Il s’agit de la proposition de l’économiste français M. Maurice Allais, auréolé du prix Nobel 1988. Il préconise la suppession radicale et originale de tous les impôts sur le revenu, partant du principe que l’état n’a aucun droit moral à taxer le fruit des labeurs du citoyen.

En contre-partie, il propose 3 impôts dont le plus important à garnir les coffres de l’état est celui sur la consommation sous forme de TVA et appliqué à tous les échanges de biens et services. L’avantage de la TVA est la transparence sans échappatoire légale des impôts versés par tous les contribuables, les riches commes les moins nantis, aux collecteurs de taxes que deviennent les commerçants.

les consommateurs achètent selon leurs moyens et pour autant payent la TVA correspondantes.

le gouvernement porra moduler la TVA selon les besoins essentiels des citoyens et des stratégies industrielles de l’économie comke M. Parizeau avait fait avec la taxe sudf les meubles et les vêtements.

Une autre taxe que propose M. Allais est sur le capital des entreprises tout comme M. Bernanke a évoquée il y a une semaine dans le but de contrer l,effet des entrerprises devenues ‘too big to fail’.

je vous invite à consulter ‘Nobel et Economie’ de M. Dominique Roux où j’ai puisé ses idées et que je trouve fort à propos sur l’après crise de 2008

Paul-André Dupuis

Soyons sérieux.

Le lien entre le modèle québécois et le taux de chômage suite à la crise est particulièrement faible.

1- L’Ontario a eu le « perfect storm » en terme des secteurs les plus durement touchés par la crise. (automobile et finance…que nous n’avons pas…ou est-ce la politique du québec de ne pas avoir d’industrie de l’automobile???…)

2- Nous avions déjà des projets d’infrastructure en marche bien avant la crise. Ce qui a permis des « shovels in the ground » bien plus rapidement.

3- Notre système bancaire est particulièrement robuste, et ceci est pancanadien. Les USA ont joué avec le feu avec les « investment banks » et ils se sont brûlés. Nous n’avons pas connu la contraction du crédit comme celui des américains.

Donc, à quel point le modèle québécois est vraiment la raison de notre plus faible taux de chômage…je ne pourrais dire…mais c’est clairement pas une relation facile à établir.

Complétement ridicule comme post, ca ne change rien au fait qu’avant la crise, le taux de chômage était plus haut qu’au niveau Canadien, le taux d’emploi plus bas qu’au niveau canadien. Et en plus,la baisse peut être dû tout simplement à cause de la définition du chômage qui veut qu’on soit considéré comme chômeur si ON CHERCHE UN EMPLOI! Si on ne cherche plus et qu’on quitte le marché point final…ben ca fait baisser la proportion…

Sérieusement ce n’est pas votre meilleur coup…

Monsieur Lisée nous avait déjà habitué à des commentaires pathétiques sur la souveraineté et l’immigration, voilà qu’il fait très fort sur une nouvelle économique. Premièrement, « anti-modèle Québécois »? Oh bien sûr, car l’ontario a un système social (en particulier l’assurance emploi qui est… fédérale) totalement différent du Québec… /sarcasme.
Deuxièmement, oh joie et bonheur, après 30 ans pendant lesquelles le Québec avait un taux de chômage supérieur au Canada et à l’Ontario, voici que grâce à la crise économique, nous avons que le Québec fait enfin mieux. Toute une preuve que le « modèle québécois » est probablement un acte de dieu. Bien sûr, le fait que l’Ontario ait l’industrie automobile qui souffre en ce moment n’explique en rien la montée du chômage dans cette province. Non, c’est la faute à l’anti-modèle Québécois…
Je suis juste surpris que Lisée n’en profite pas pour nous sortir un argument bidon en faveur de la souveraineté, du style: faisons la souveraineté, le modèle Québécois marche mieux.
Au fait, selon les données de StatCan, l’Alberta et la CB ont tjrs un taux de chômage inférieur au Québec. Je suppose que je devrais écrire un article avec le titre: so long for anti-BC models…

Voyons les chiffres de plus près pour le Québec (Qc), l’Ontario (ON) et l’Alberta (AL):

De septembre à octobre 2009…

Population totale:
Qc +6800, ON +12300, AL +500

Population Active:
Qc -14600, ON (stable, -100), AL -6500

Emplois à temps plein:
Qc +24000, ON +3200, AL -10000

Emplois à temps partiel:
Qc -22500, ON -15000, AL -5000

taux de chômage (entre parenthèses, septembre)
Qc 8.5 (8.8), ON 9.3 (9.2), AL 7.5 (7.1

Taux d’emploi(entre parenthèses, septembre)
Qc 59.3 (59.3), ON 60.8 (61.0), AL 68.1 (68.8)

source:
http://www.statcan.gc.ca/subjects-sujets/labour-travail/lfs-epa/lfs-epa-fra.htm

Pour les national-socialistes québécois et français, suffit que leur modèle lourd, fortement bureaucratique et inefficace soit légèrement mieux 10% du temps d’un cycle économique pour décréter que ce modèle socialisant est supérieur.

Je continue à croire que les endroits les plus libres et avec le moins d’interventions étatiques de nos bons politiciens biens-pensants sachant tout sur tous les sujets dominent.

Il n’y a qu’à regarder l’État limitrophe de la Beauce, le « Live Free or Die » State, soit le New Hampshire.

7,2% de chômage actuellement, alors que les États les plus interventionnistes aux États-Unis sont au-delà du 10%.

Quand l’économie roule au mieux, le chômage est entre 3 et 4%.

Trouvez-moi l’année où le Québec a eu ce taux de chômage, élément majeur pour déterminer le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

Probablement avant la Révolution tranquille (notre grand changement vers un système national-socialiste fortement calqué sur la France), alors qu’en 1953, le Québec avait le 2e rang pour ce qui est du PIB moyen par habitant.

Bref, 90% du temps, le Québec performe moins bien… et les bâtons (lois, interdictions, limitations, subventions aux entreprises – surtout aux entreprises condamnées d’avance) que nos super politiciens surhumains mettent dans nos roues ne font que nous nuire.

Donc, a contrario Monsieur Lisée, lorsque le Québec croupissait sous des taux de chômage 2 fois plus élevés que celui de notre province voisine, c’était également à cause du modèle québécois (que personne n’imite soit dit en passant…)!

Il ne faut pas se surprendre de la propagande anti-québécoise de la plupart des médias. Lorsque le Québec fait un bon coup il faut camoufler le plus possible mais s’il fait un mauvais coup et si jamais ce sont les méchants spéaratisses qui le font alors vous pouvez etre sur que mon oncle Po-Paul donnera un coup de téléphone à Dédé Pratte…….et lui dire que Toronto s’attend à ce qu’il attaque les séparatisses…..et ainsi Dédé se battra corps et ames pour Toronto !!!

«Il ne faut pas se surprendre de la propagande anti-québécoise de la plupart des médias.»

C’est bizarre, quand on revient d’un séjour à l’étranger, on se rend plutôt compte à quel point nous vivons dans un petit Québec très, très nationaliste et très, très étatiste.

Suffit de demander aux Québécois comment ils trouvent les Albertains ou les Américains.
Beaucoup de préjugés et beaucoup de jalousie vont sortir, sans même avoir déjà rencontré un seul Albertain.
Serait-ce pareil si le Québec avait du pétrole ou du gaz? Non, on dirait qu’il faut l’exploiter, que c’est normal, etc.

Suffit d’ouvrir la télé ou d’écouter une tribune à la radio: «J’ai un problème… Bla Bla Bla… Je demande à l’État de me le régler.

Mais on dit jamais « je », on dit « nous » pour donner du poids à mes intérêts propres, donner l’impression que tout le monde pense comme moi.

Que le chômage soit un peu plus bas ici, n’a rien d’un miracle économique… Les secteurs touchés par la crise ne sont pas vraiment des locomotives de l’économie locale…

Mais ne vous inquiétez pas, ça va finir par nous frapper par la bande…

facile d’avoir un taux de chômage moins élevé que nos voisins, tous ce beau monde travaille pour l’état et leurs salaires(ainsI que leurs fonds de pensions) est pompé sur la dette que nos enfants devront rembourser plus tard. pas surprenant qu’ils cr… leurs camp en Alberta