Temps dur pour les détracteurs du modèle québécois (suite)

Chers auditeurs, nous interrompons  temporairement (pour un quatrième mois consécutif) le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public:

Taux de chômage en janvier 2010:

Québec 8 %
Canada 8,3 %
Ontario 9,2 %
États-Unis 9,7 %

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Laisser un commentaire

Les droitistes finiront par déprimer avec ces bonnes nouvelles. Ces derniers souhaitent tellement de pauvreté et de misère pour le Québec.

Le Québec champion de l’Amérique du nord depuis des mois M. Lisée c’est absolument inacceptable. Vous faites partie d’un complot visant à démoniser le gros bon sens de la droite naïve du Québec.

Je vous le dis, nos droitistes qui aiment bien voir le Québec pauvre en ont leur voyage et menaceront de se révolter pour appauvrir leur pays qui devient pour eux inconfortable en s’enrichissant.

Y en ont leur maudit voyage de voir que leur niveau de vie ne baisse pas comme tout le monde.

Il y a de quoi à les virer gauchiste extrême.

Quelle démagogie de votre part!

Avec une économie aussi pauvre et communiste que celle du Québec autant avant qu’après une crise économique, c’ést difficile de faire pire que l’Ontario et les États-Unis!

Avez-vous remarqué que même avec un taux de chômage plus bas que les autres, on est toujours plus pauvre collectivement que ces derniers!

Alexandre

Sortez donc les données des 5 dernières années.

Évitez les commentaires économiques, vous êtes trop biaisé.

Ces données ne disent rien sur le modèle québécois. Elles reflètent surtout les différences en matière de structure industrielle. Pas d’industrie automobile ou pétrolière au Québec contrairement à l’Ontario dans le premier cas et à l’Alberta dans le 2e cas. Elles reflètent également la croissance des dépenses en infrastructure au Québec suite à l’effondrement du viaduc de la Concorde. La chronologie de ces évènements a fait en sorte que le Québec augmenten ses dépenses en infrastures juste au bon moment pour combattre la récession. Il est vrai, toutefois, que le gouvernement du Québec a adopté des politiques pour inciter les entreprises à maintenir leurs niveaux d’emploi pendant la récession. Un autre politique conjoncturelle qui n’a rien à voir avec le modèle québécois qui nous coûte si cher.

Et quelle est la ville qui a le plus bas taux de chomage au Canada? Ben oui, celle qui se cherche un nouveau nick: Labeaumeville

Bonjour,pas d’accord avec vous M.Lisée le texte devrait commemcé comme chers auditeurs ,nous interrompons temporairement ( durant les 15-dernières années ) le bloc n’a proposé aucune entente constitutionelle pour contitutionnaliser la constitution canadienne soit pour être un État autonome à l’intérieur du Canada ou si il y a refus de la part du gouvernement fédéral de faire un référendum dans les trente jours qui suivent pour faire cessation pour former un autre Pays .

Voilà pourquoi on triture l’opinion publique, afin de procéder à son démantèlement. Le modèle québécois, traversant les déferlantes successives, exposé constamment aux vents contraires, d’un océan à l’autre…constitue un affront à ses détracteurs-rapetisseurs.

Imaginez seulement, le jour où nous mettrons le cap sur notre indépendance nationale! Maîtres chez nous au ving-et-unième sciècle. Nous serons de vert, de bleu, de blanc, de notre terre la côte droit devant, phare, cormorans et puis aussi voilier vent dans les voiles sur notre majestueux s’agrandissant estuaire et océans odyssée fantastique dans l’espace et le temps.

Oui je suis un rêveur, mais je ne suis pas seul de mon équipage…

de quoi accorder des grosses augmentations aux employés du secteur public. combien de journées maladie accumulables à vie et encaissables ont-ils encore ?

Ils ont tellement peur de nous voir réussir puisque ce serait la preuve qu’un autre monde est possible. Ils ne peuvent nous anéantir alors que nous devenons plus forts. Le temps de l’asservissement achève. Le Québec a rendez-vous avec l’Histoire.

LOL !!!! Vous êtes très drôle M. Lisée. Selon les données de ce matin, la population active du Qc est maintenant de 5% moins élevé qu’en Ontario. Si elle était la même, notre chômage serait autour de 13%. Vous devriez savoir cela. C’est votre crédibilité qui est en chute libre avec cette triste interprétation des chiffres

Bombardier,Softimage,Ubisoft,Beenox,Bell hélicoptère,Héroux,Pratt&Whitney,Exfo etc…Voilà une économie moderne qui a pris naissance via le modèle Québécois et en grande partie grâce à Bernard Landry et le Parti Québécois.Imaginons si le Québec disposait d’une soixantaine d.ambassades dans le monde travaillant exclusivement pour la promotion de nos échanges commerciaux .

Plus je lis monsieur Lisée et plus cela me déprime. Voilà qu’il nous ressort sa petite statistique favorite car montrant, pour une rare fois, le Québec faisant mieux que les autres. Comme quelqu’un l’a dit: sortez donc les données depuis 5 ans, ou même 20 ans.

En plus, dans son rapport sur le marché de l’emploi, Statcan dit ceci:

« Si l’emploi n’a pas changé au Québec en janvier, le taux de chômage a fléchi de 0,4 point de pourcentage pour se situer à 8,0 %, sous l’effet de la diminution du nombre de personnes sur le marché du travail. »

Il s’est créé 41,000 emplois au canada le mois passé, dont 30,000 on Ontario. Rien au Québec. La seule raison qui fait que le taux de chômage a baissé est car les gens quittent le marché du travail!!! Génial, vive le modèle Québécois, le modèle qui décourage les gens de travailler.

@ Loraine King :
février 5, 2010 à 15:14
Quel est le taux d’emploi dans ces juridictions? »

Quelle est la meilleure performance économique de ces juridictions?

Y a pas de quoi se péter les bretelles. Voici ce que statscan écrit: « Si l’emploi n’a pas changé au Québec en janvier, le taux de chômage a fléchi de 0,4 point de pourcentage pour se situer à 8,0 %, sous l’effet de la diminution du nombre de personnes sur le marché du travail. Depuis juillet 2009, l’emploi dans cette province suit une légère tendance à la hausse (+41 000). » Ça veut dire que les gens sont découragés de se chercher un emploi et laissent tomber: ça s’appelle une « diminution du nombre de personnes sur le marché du travail ».

Regardons le Manitoba: « Après le repli important observé en décembre, l’emploi au Manitoba a augmenté de 8 000. Le taux de chômage a diminué de 0,4 point de pourcentage pour se fixer à 5,4 %. » Wow, 5,4%! Eux ils peuvent se péter les bretelles!

La situation au Québec est ce qu’elle est et le soit-disant modèle québécois n’est pas pire ni meilleur que les autres. Mais il est regrettable de voir que vous, M. Lisée, vous tordez les chiffres et tentez de leur faire dire ce qu’ils ne disent pas. Ça mine considérablement votre crédibilité mais faut dire que votre parti-pris est tellement évident qu’il ne vous en restait pas beaucoup. On devrait s’attendre d’un journaliste un peu plus d’objectivité.

« Plus pauvres que les autres » s’entêtent les droitistes.

Moi je préfère le bonheur national brut au produit intérieur brute.

Oui au Québec on est moins riche que l’Alberta mais est-t’on moins heureux?

Je ne crois pas.

Les droitistes sont obsédés par la richesse, surtout peresonnelle.

Moi je suis plus préoccupé par à une société heureuse.

Petit clin d’oeil à ceux qui voudraient que l’on se torde de douleur au Québec :
♫ ♫ LalalaLalèreuuuu ♪ ♫ :p

Mme King,

pour toute forme de statistique, veuillez aller sur le site de Statistiques Canada: STATCAN

Ceci dit, en y allant, on y découvre que même les taux d’activité et d’emploi du Québec rejoignent ceux de l’Ontario….

Ces chiffres devraient désormais faire partie intégrante de toute analyse comparative.

Et maintenant en dernier lieu, pour le blogueur qui se nomme » Économiste »;

en ce qui a trait aux 5 dernières années ( les 40 dernières en fait); à tous les niveaux de statistiques, on peut noter un rattrapage presque complet du Québec face aux chiffres de l’économie Ontarienne. En ce, de manière presque parfaitement graduelle ( sources: Statistiques Canada: STATCAN).

La raison possible: la prise de conscience identitaire des Québécois.

Salut!

Raphaël,
débardeur, port de Montréal

Encore une fois;

le taux de chômage américain serait encore plus élevé s’ils le calculaient de la même manière qu’au Canada ( et au Québec).

Mais bientôt, pour analyser l’état réel d’une économie ou d’une nation, il faudra adopter des indices de développement humain plus achevés, plus à même de refléter la croissance réelle d’une nation.

Les indices de développement humain utilisés par l’ONU sont un point de départ et non d’arrivée.

Les indices de croissance du PIB ou taux de chômage, commencent quelque peu à se faire obsolètes en 2010.

s’lut!

Raphaël

Gauche, droite, centre… »quaisement » une ligne d’attaque. Mais parmi eux, il y en a qui ont un chandail rouge en dessous du chandail bleu.
Cependant le jupon dépasse et vu qu’ils sont identifiés, ils jouent aux déséquilibrés.
Ce sont des insécures. Il faut leur donner la main pour traverser la rue…..ou les mettre sur le train.

Ce que Jean-François Lisée ne dit pas (tiré du communiqué de Statistique Canada):

« Si l’emploi n’a pas changé au Québec en janvier, le taux de chômage a fléchi de 0,4 point de pourcentage pour se situer à 8,0 %, sous l’effet de la diminution du nombre de personnes sur le marché du travail. »

Autrement dit, si le chômage baisse au Québec ce n’est pas parce qu’on crée des jobs, c’est parce que la population active diminue.

Vive le modèle québécois !

…et tout ça à l’intérieur de notre beau et grand pays, Le Canada!!! Pas mal non pour une province sensée être la victime d’un sombre complot de la part de ses voisins anglophones?

Voyez? Pas besoin d’entrer dans votre cage à homards pour prospérér…

Merci Monsieur Lisée de promouvoir le fédéralisme d’ouverture de Jean Charest avec autant d’énergie et d’ardeur. Continuez votre bon travail. Ne lâchez pas! Les fédéraux ont besoin de vous…

Par contre, je suis d’accord avec les interventions de Alexandre Bibeau et surtout avec celle de Serge Bernier. Le Québec prospère parce qu’il S’ENDETTE. Tout ça sa fait à crédit, avec de l’argent que l’on a pas et nous en paierons le prix fort très bientôt!

Attention aux statistiques. Des pourcentages, que des proportions. Mais combien parmis c’est 92% sont réellement aux études, à la retraite et non disponible pour l’emploi???
Combien parmis eux capitulé parce qu’ils calculent que le salaire de misère qu’ils auraient ne mérite pas toutes les dépenses et les efforts que demande l’occupation d’un emploi. Combien parmis eux sont retourné aux études espérant obtenir plus de qualification croyant pouvoir obtenir un salaire décent? Combien parmis eux fourent le système en recevant des prestations de toutes sortes alors qu’ils pourraient en être autrement? Combien parmis ceux qui sont en emploi sont sous payé pour leur travail leurs compétences et les heures qu’ils mettent? Combien parmis eux travaillent au noire? Combien parmis eux ont des entreprises duquelles ils déclarent tellement de dépenses qu’ils ne paient pratiquement pas d’impôt? Combien parmis ceux qui travaillent occuperaient des emplois leurs compétences seraient mis à profit moins cantonné dans des conventions trop rigides et contre productives et auraient par le fait même de meilleure conditions d’emplois ailleurs. A quel prix réellement pouvons nous être fier de ce 8%? Que représente t-il réellement? Une force du marché du travail, une économie saine et dynamique… pas si sur que ça.

Pratiquement à chaque jour je discute avec surtout des femmes mais je crois que c’est la réalité de bien des hommes aussi qui pour toutes sortes de raisons (conciliation travail famille, manque de reconnaissance de leur formations et expériences, au nom d,un minimum de stabilité, pour éviter de devoir voyager 2h à 3 h par jour, contrainte économiques ou de temps pour parfaire leur formation, travaillent moins d’heures parce que le gouvernement taxeraient plus et que ça seraient moins rentable, prennent leur retraite parce qu’ils ont le droit de retirer un chçque de pension et un suplément qui leur donne plus de revenus assuré que s’ils occupent un emplois etc etc). Alors c’est dans bien des cas la preuve que notre système favorise et valorise le petit pain à la reconnaissance de l,effort et l’incitatif à performer pour obtenir de meilleure revenus. Au lieu de taper uniquement sur ceux qui mettent des efforts et travaillent, il faudrait que pour recréer une classe moyenne augmenter le montant d’impôt à payer pas en pourcentage mais en montant réel ex. 4000$ par année peut importe si on travaillent ou pas subventionner ceux qui sont vraiment incapable de faire autrement. Augmenter le salaire minimum à 15$ l’heures, réduire la semaine de à 30 heures.(ils peuvent occuper un 2 ième emploi à temps partiel s’ils le veulent. ils Laisser le montant fixe (ex.4000$, je ne suis pas fiscaliste) pour les personnes qui gagnent jusqu’au double du salaire hebdomadaire minimum par semaine(pour stimuler les gens à travailler.
. L’idée c’est de ne pas tout mettre dans le même panier et si les gens devait travailler un moins grand nombre d,heures pour un employeur principal ou ils obtiennent de meilleurs conditions tout en ayant peut être un deuxième emploi a temps partiel moins bien rémunéré, plus valorisant sur le plan communautaire.
En bout de ligne ils seraient plus riche dans tous les sens. Freud disait qui disait que le bonheur c’est aimer et travailler.

« Évitez les commentaires économiques, vous êtes trop biaisé » écrit Économiste, commentaire puéril.

Comme si ceux des fédéralistes n’étaient pas biaisés.

Tiens quand on avait des mauvaises nouvelles c’était la faute du modèle Québécois. Maintenant que l’on a de bonnes nouvelles c’est la faute à notre structure manufacturière. hummmm comme disait sheckspeer doom if you do doom if you don’t

Le taux de chômage bas peut être même une très mauvaise nouvelle lorsque ces chômeurs qui n’existent plus sont devenus des BS des rentiers ou des handicapés et qu’il n,y a pas de relève
Le modèle Québecois au centre ni trop à droite ni trop à gauche est bon mais il est détruit par le modèle colonialiste impérialiste et royaliste canadian qui dépossède le Québec .
Aussi longtemps que les Québecois enverront plus de 50% des leurs fonds publics à Ottawa nos colonisateurs nous feront payés leurs éphigies nous mépriseront nous endoctrineront en laissant croire qu’ils nous font vivre et nous fermeront le monde

Le taux de chômage réel aux États-Unis serait de 17% plutôt que 10% selon la collaboratrice spéciale du Devoir (dans l’édition du 6 février).

Aux États-Unis, dès que quelqu’un cesse sa recherche d’emploi quelques jours, il n’est plus considéré comme étant en chômage.

L’écart de 1,4% des taux de chômage entre le Canada et les États-Unis tels que fournis par Jean-François Lisée est très sous-estimé.

François 1

Si le Québec avait attendu après le Canada pour prospérer,nous serions encore des porteurs d’eau.Peut être à votre plus grand bonheur d’ailleurs…

Oh…j’oubliais Monsieur Lisée, j’ai quelqufois de la difficulté à suivre votre jugement: avant-hier, vous vous en preniez à l’Alberta parce que le développement de son pétrole était sensé entraver cruellement le progrès industriel du Québec (!) et aujourd’hui, toujours selon vous, le Québec connaît un taux de chômage très enviable par rapport aux autres provinces canadiennes…

Explications SVP parce que moi…

Au Québec comme dans la plupart des pays occidentaux la sitution occupationnelle est la suivante ( Chiffres approximatifs évidemment )
1) 10% d’invalides permanents ou temporaires( = accident de travail)
2) 10% d’assistés sociaux permanents ou temporaires
3) 10% de chômeurs ( assurance chômage ou assurance travail)
4) 10% de travailleurs à temps partiel( pauvres ou riches )
5) 10% de travailleurs permanents mais pauvres
6) 10% de travailleurs syndiqués avec des bonnes conditions de travail
7) 10% de travailleurs non syndiqués mais profitant des mesures obtenus par les syndiqués
8) 10% des travailleurs haut de gamme syndiqués ou pas
9) 10% des professionels ou travailleurs autonomes
10) 10% du patronat des proprios des entrepreneurs et des riches

En fait à peine 50% des citoyens travaillent les autres sont soit des enfants des personnes agées des handicapés ou des chômeurs et des assistés .

@ #31 François 1

» j’ai quelqufois de la difficulté à suivre votre jugement: avant-hier, vous vous en preniez à l’Alberta parce que le développement de son pétrole était sensé entraver cruellement le progrès industriel du Québec (!) » (Francçois 1)

Nuance je n’entre pas dans votre cage à homard.

C’est le secteur manufacturier qui est touché et justement pas le progrès industriel.

Le Québec se dirige dans la bonne voie en diversifiant ses client et son industrie.

@ Yvon Fleurent:

Parfaitement d’accord avec vous.

Je ne faisais que souligner (peut-être un peu malhabilement) la fragilité de la théorie fumeuse du mal hollandais dont se régalait Monsieur Lisée la veille où il nous faisait part de la bonne nouvelle ci-contre.

Comme incohérence, il est difficile de faire mieux!