Tout sur les guerres biologiques

L’auteur du livre L’histoire secrète des guerres biologiques, le microbiologiste français Patrick Berche, m’explique à Planète Terre, les origines et le développement des guerres biologiques et son utilisation même… sur les Plaines d’Abraham.

Pendant les vacances, je vous offre quelques entrevues de Planète Terre qui vous ont peut-être échappé.

 

Guerre biologique même sur les Plaines d'Abraham...
Laisser un commentaire

En effet ! Charest est une bactérie mangeuse de richesse et d’identité, qui nous a été envoyée par Ottawa.

J’ai rencontré Charest. Je lui ai dit : « Partageons ! Je prends la goupille et tu gardes la grenade. »

Homer Simpson appartiendrait a Rupert Murdoch.Ca explique peut-etre la raison pour laquelle il se fout d`abrutir l`amerique et pourquoi pas l`occident au complet?
Ca pourrait peut-etre venir de la meme bacterie.Je ne sais pas si c`est netiquettable,mais tout ca semble se marier si bien avec une impression d`un empire qui chercherait a se reconstituer,que je me sens responsable d`allerter mon reve americain.
Il va falloir un jour que je trouve un moyen pour devenir plus clair…
Andre de Calgary

Est-ce que j’ai bien compris? Les Anglais se sont servis de cobayes canadiens pour contaminer les Américains lors de la bataille de 1775 (qui n’a pas eu lieu sur les Plaines, c’est pour ça que vous me mêlez un peu)

Durant la Guerre française et indienne, les troupes britanniques ont distribué en une occasion des couvertures infectées par la variole aux indigènes américains alliés aux Français. Selon les estimations, plus de 20 000 indigènes en sont morts puisque cette maladie était alors inconnue sur le continent américain.

« Les troupes britanniques ont distribué en une occasion des couvertures infectées par la variole aux indigènes »
Oui, et c’est Amherst qui était général en chef. Voilà pourquoi il serait grand temps de débaptiser la rue du même nom à Montréal.
Ce serait un beau geste à faire à l’endroit des Amérindiens.

Pour ceux qui veulent faire du tourisme au Québec prochainement, je suggère que vous fassiez le tour des fortifications à Québec. Faites le non pas par les rues, mais en marchant sur ou le long de la muraille des fortifications.

Vous apprendrez beaucoup, dont le sujet de la guerre biologique du temps, aussi si non plus dégueulasse qu’aujourd’hui. Vous apprendrez aussi comment vos ancêtres et les soldats vivaient dans le temps et ce jusqu’à la dernière grande guerre.

Je suis convaincu que vous en serez ravis si vous aimez connaître ce qui s’est passé avant vous.

Commencez tôt le matin. Pour les curieux deux jours.

Le soir un souper dans les environs de la rue Petit Champlain, la première en Amérique.

Bonne vacances!

Le questionnement des deux scientifiques sur la pertinence ou pas de garder le secret sur des découvertes et aussi sur l’éradication est juste.

Car le doute s’installe sur l’apparition soudaine de virus ancien et/ou nouveau et de la vaccination de la planète par les producteurs de vaccins surtout depuis la dernière H1N1…..


En réponse à Rod

J’ai compris comme vous que les Anglais se seraient servis de canayens majeurs et vaccinés…

Si la bataille n’a pas eu lieu sur les Plaines, elle a eu lieu pas loin :

Deux expéditions sont lancées en direction de Québec. Le général de brigade Richard Montgomery passe par le lac Champlain, tandis que le colonel Benedict Arnold mène ses troupes à travers l’arrière-pays du Maine. Pendant ce temps, le général Washington manœuvre pour empêcher les Anglais d’envoyer des renforts au nord. À la fin du mois d’octobre 1775, les troupes américaines arrivent en vue de Québec. En novembre, Arnold traverse le Saint-Laurent et campe dans les plaines d’Abraham, où il somme la garnison de la ville de sortir et de se battre … Wikipedia