Trois raisons d’aimer la réforme de la rémunération des députés

Yves Bolduc laissera peut-être un héritage politique intéressant bien malgré lui : sa décision de toucher une indemnité de transition suscite tellement d’indignation qu’elle incite le gouvernement Couillard à se pencher sur la réforme du salaire des élus, explique Brian Myles.

PolitiqueYves Bolduc laissera peut-être un héritage politique intéressant bien malgré lui.

Sa décision de toucher une indemnité de transition de plus de 150 000 dollars suscite tellement d’indignation qu’elle incite le gouvernement Couillard à se pencher sur la réforme du salaire des élus.

Les libéraux présenteront, d’ici le printemps, un projet de loi pour mettre un terme au versement d’indemnités de départ aux députés qui démissionnent en cours de mandat, comme l’a fait M. Bolduc la semaine dernière.

Ils en profiteront également pour revoir la rémunération globale des députés, incluant le régime de retraite.

Le ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Jean-Marc Fournier, devra appliquer les recommandations d’un groupe d’experts indépendants présidé par l’ex-juge de la Cour suprême, Claire L’Heureux-Dubé. Le rapport de la juge L’Heureux-Dubé, produit en novembre 2013, commençait à accumuler dangereusement la poussière sur une tablette obscure dans les officines gouvernementales.

Le rapport propose des recommandations toutes simples que le gouvernement Couillard doit mettre en application, et vite, s’il est sincère dans son objectif de moderniser les institutions démocratiques et de rétablir la confiance de la population dans la chose publique.

Il s’agit d’abolir les indemnités de départ en cours de mandat (sauf pour des raisons de santé), de forcer les élus à assumer 43 % du coût de leur régime de retraite (comparativement  à 21 % à l’heure actuelle) et d’augmenter le salaire de base de 88 186 dollars à 136 010 dollars, tout en éliminant l’allocation annuelle de dépenses (la hausse nette du salaire serait donc de 17 324 dollars).

Ces propositions forment un tout cohérent et elles permettent d’atteindre trois objectifs.

1. Elles font obstacle aux opportunistes qui souhaitent passer à la caisse même s’ils ont trahi la confiance de la population en ne complétant pas leur mandat.

2. Elles forcent les élus à montrer l’exemple sur la question des régimes de retraite, puisque les libéraux exigent des employés municipaux un partage à parts égales des coûts du régime. À 43 %, il y a un début de reconnaissance que tous, incluant les députés, doivent faire leur part.

3. Et elles offrent aux élus une rémunération convenable, et une forme de reconnaissance pour les sacrifices imposés par le service public.

C’est étonnant, pour ne pas dire décevant, qu’il faille attendre des crises avant d’espérer l’ombre du début d’un changement.

* * *

À propos de Brian Myles

Brian Myles est journaliste au quotidien Le Devoir, où il traite des affaires policières, municipales et judiciaires. Il a aussi été affecté à la couverture de la commission Charbonneau. Blogueur à L’actualité depuis 2012, il est également chargé de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On peut le suivre sur Twitter : @brianmyles.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

28 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« [L]a hausse nette du salaire serait donc de 17 324 $ » ? Ça, ça représente donc une augmentation 19.5% ce qui est considérable et ce, même si nous n’étions pas en période d’austérité. Bien des travailleurs et travailleuses seraient heureux et heureuses d’avoir une telle augmentation et cela aurait surement un effet positif sur leurs rendements. En ce qui me concerne, cela représenterait presque un doublement de mon revenu !

Les gens de la fonction publique demandent (initialement et globalement) 13% d’augmentation ? Ben, ils ne sont pas si gourmands ! On a eu droit à un show de bien mauvaise qualité récemment à propos des régimes de retraite où la cotisation à 50 % constituait, nous a-t-on dit, une question d’équité. Et ceux qui en beurraient des deux bords n’en cotiseraient qu’à hauteur de 43 % (tel que proposé par Madame L’Heureux-Dubé) ?

« Ces propositions forment un tout cohérent et elles permettent d’atteindre trois objectifs. » Je dirais plutôt que le « tout » est plus inique que cohérent. Et en plus, on peut ajouter un quatrième objectif : renforcer le cynisme de la population face à la chose publique et à leurs acteurs principaux.

Je ne quitterais pas sans laisser mon deux-sous. On est en période d’austérité ? Alors, gel du salaire et des allocations de dépenses pendant cette période et suppression immédiate de l’indemnité de transition. À ce que j’ai pu comprendre, personne au Salon bleu n’y voit un problème à ce dernier point. On formule, on lit, on adopte et que tout soit fini d’ici la fin de la semaine, qu’on puisse passer à autre chose.

Comment peut-on sérieusement demandé à la fonction publique un gel et d’un autre côté se graisser avec une telle augmentation! On essaie de noyer cela en disant que les coûts serait nuls? Essayant de détourner les primes de départ (complètement absurde) en camouflant tout cela en salaire!! Pourquoi ne pas faire comme le reste de la fonction publique et assurance chômage après comme tout le monde. Qu’on coupe ces primes ridicules et les élus auront les mêmes augmentation que les autres employés de l’état. On ne peut pas agir d’une manière avec des employés et differament pour les autres. En terminant, les élus savent en se présentant les conditions et ne pas se présenter si les conditions ne leur plaisent pas. En voyant l’empressement des médecins à se présenter tout en acceptant des baisses importantes de leur revenus je me dis que les conditions sont loin de cé qu’on essaie de nous faire croire.

Comme disait Couillard dans le bye bye:

«l’austérité pour toi, pour toi, mais pas pour moi»

Je suis surpris que le journaliste se soit fait berner par le gouvernement du PLQ.

La passe croche est la suivante :
Étape 1 : Les députés de Québec passent une Loi pour augmenter leur salaire ( »Coupe Couillard » a perdu sa hache ?)
Étape 2 : Le coût de leurs cotisations de retraite est augmenté drastiquement (curieusement la différence est compensée par l’augmentation de salaire …). À cout nul pour les députés mais pas pour les payeurs de taxes.
Étape 3 : Les députés vont dire à la population qu’en faisant cela eux aussi participent à l’amélioration des régimes de retraites … bla bla bla … et que les employés municipaux doivent faire pareil.
Étape 4 : Dans les médias, les députés vont dire que les employés municipaux sont des »gras durs du système » et la population en général va accuser les employés municipaux d’être des »fonctionnaires trop payés à rien faire incompétents et corrompus »

Sauf que les employés municipaux n’auront pas eu d’augmentation de salaire de 10%-25% Plutôt, »Coupe Couillard » a fait adopter la Loi 15 pour permettre aux villes de voler _légalement_ les employés municipaux. C’est ça le tour de prestidigitation.

De là à dire que ce sont des voleurs démagogiques …

Vraiment étonnement de voir comment les statégies issues de la publicité et du marketing peuvent transmformer n’importe quelle mesures impopulaires, voire dépourvues d’éthique élémentaire, en fait positif et jovialiste. Les nouvelles formes du sophisme, sans doute, décomplexé et zen.

Règle 1: Transformer un fait négatif (indemnité de transition du Dr Bolduc) en fait positif (réforme équitable du système de rémunération des députés). Ajouter un peu d’humour ou de pathos selon cas ou utiliser les forceps si nécessaire.

Règle 2: Jouer sur le sens des mots et utiliser toute l’artillerie lourde du langage et de la sémantique pour maquiller et enjoliver la réalité brute des faits. Ainsi, une bonification (terme à connotation négative, notamment dans l’actuel contexte d’austérité martiale décrétée et imposée par les élus) devient une « réforme » (terme à connotation positive) de la rémunération des députés. Un peu plus et l’on parlerait d’une mesure audacieuse, socialement équitable et, pourquoi pas, écoresponsable et antisexisme élaboré pour le bonheur de tous et non pour le bénéfice des élus. Même stratagème avec des mots tels que « tout cohérent », « rémunération convenable » et « sacrifices ». Mêmes régles: enjoliver, polir, poncer, arrondir, dématérialiser, anoblir, etc.

Règle 3: Ne jamais indiquer la mesure, les proportions réelles d’un fait. Utiliser des échelles de grandeur floues ou indéterminées ou a) accroitre l’étendue ou la taille des choses de dimensions restreintes ou b) réduire le volume ou l’ampleur des faits de grande envergure. Ainsi, des faits épisodiques et peu nombreux (démissions avant fin de mandat) deviennent, du fait de l’absence de mesure précises, des faits fréquents dans l’esprit de plusieurs lecteurs.

Calcul sommaire: Ainsi, pour des économies de quelques centaines de MILLIERS de dollars (1 ou 2 indemnités de départ par année, à un prix moyen de 150,000 $ X 2 = 300,000 $), le coût réel de la « réforme » sera de quelques MILLIONS de dollars (environ 50,000 $ par député X 125 députés = 6,250,000 $ par année). En lieu et place d’un gain, une perte, mais combien croiront toutefois qu’il s’agit du deal de la décennie ? Certainement plusieurs. D’ailleurs, qu’est-ce qui nous assure que ces règles ne seront pas modifié dans un an, deux ans ou 10 ?

Pour ces raisons et d’autres encore, je décline votre offre, Monsieur Myles, d’aimer cette « réforme ».

1. Il faut rémunérer équitablement nos politiciens, lésiner avec ça revient à faire des économies de bouts de chandelles.

2. Ceci dit, à mon avis les hypothèses que vous retenez pour faire vos calculs sommaires sont erronnées de même que votre conclusion (je ne cherche pas ici à justifier ou la proposition faite au Gouv). D’après les données qu’on nous présente ici l’enveloppe qui couvre les dépenses spéciales des députés serait de $30,000 hors salaire actuellement et la proposition dit que le salaire des députés qui passerait de $88k à $136k incluerait l’enveloppe de $30k, le gain net pour les député est donc $17k. Puis s’ils doivent contribuer 22% de plus à leur régime de retraite ça veut dire un peut plus de $10k le gain net tombe donc à $7k ou 6% du $118k ($88k + $30k) et ils perdraient leur allocation de départ pour ceux qui y auraient droit.

Si on amenait les députés à contribuer à 50% comme les autres employés de l’État à leur régime de retraite au lieu de 43% ( un 7% additionnel ) soit une contribution additionnelle d’environ $3700 ( 7% d’un MGA de $53600 ) ce qui ramènerait l’augmentation de salaire nette des députés à environ $3300 ou 3%.

Le Hic ici et quelqu’un d’autre là souligné, si la base de calcul de la rente de retraite est le nouveau salaire de $136k qui inclu l’enveloppe de dépenses autorisée, on distorsionne le système d’une autre façon alors que l’objectif est de le redresser.

A croire M. Lemay,

Que vous avez lu : PETIT COURS D’AUTODÉFENSE INTELLECTUELLE, de Normand Baillargeon. Félicitations ( 😉

J`ai travaillé toute ma vie et jamais jamais je n`ai recu une telle augmentation de salaire. Maintenant que je suis à la retraite , cette année le gouvernement du Québec m`a donné au commencement de l`année une belle augmentation de ma pension de retraite de 1.8% , de quoi me payer une tranche de plus de pain . Et en tant que retraité, je n`ai rien à dire.

Gaston Auclair

Jamais vous n’avez eu de portefeuille de dépense à assumer désormais via votre salaire, non plus.

Un héritage de 19% d’augmentation déjà un beau Cadeau Bolduc. De plus 7% de moins que les autres salariés pour la Une augmentation de 19%, moins 7% de cotisation du régime de retraite ici on ne parle pas de l’indexation alors que tous les retraités se voient menacé de la non indexation tout ça pour des personnes qui prétendent travailler fort. À coût nul, j’en veux une proposition pour tous les québécois et on passe à d’autre chose. mais bien sûr les travailleurs sont paresseux parce qu’ils se font plumé, insulté, intimidé, fouillé à nu sans pouvoir de riposter. Quatre ans à subir des élus arrogants, méprisants, sourds et sans compassion et en plus il faudrait leur remettre la bourse Bolduc. Ce sont là les raisons de non pas d’aimer mais d’haïr la réforme.

Je suis retraite de la fonction publique et j’ai toujours investi a 50/50 avec mon employeur pour ma retraite. Cependant, il fallait que je travaille 35 ans pour avoir droit a 70% de mon salaire a la retraite. Si je partais un peu avant, j’etais tres penalise.La loi qu’ils veulent voter grossit leur salaire et ils ne donneront que 43%. De plus, s’ils veulent donner exemple et etre comme nous, sont ils pret a cotiser le meme nombre d’annee soit 35ans ??? De travailler un ou deux mandats ne donnera pas beaucoup d’argent dans la caisse de retraite pour avoir une retraite a vie de 70%. Du vol voila tout

WOW ! Quelle grandeur d’âme que de se payer une toute petite augmentation de cette ordre… Moi, j’ai travaillé 20 ans dans la fonction publique québécoise, je n’ai eu qu’une maigre hausse de mon salaire d’environ 10 % en tout et pour tout. De plus, j’ai contribué à 50 % au régime de retraite du RREGOP. De plus, si en lisant la loi chapitre C-52.1 LOI SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET LE RÉGIME DE RETRAITE DES MEMBRES DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE, on se rend bien compte qu’ils sont déjà bien avantagés et qu’avec ce qui s’en vient, ils le seront encore plus. Donc, je dis aux fonctionnaires québécois, lâchez pas et Bonne Chance dans vos prochaines négociations. Peut être aurez-vous 5 à 6 % pour les trois à quatre prochaines années… C’est triste à en pleurer…

Ça va seulement être un moyen de répartir, la fameuse prime de départ. On augmente les salaires, donc on réparti la prime. On nous prend pour des imbéciles. Hé, les parlementeux, c’est 50/50 les fonds de retraite, pas besoin de niaiser la dessus.

Actuellement, les allocations non imposables sont-elles inclus dans le calcul des revenus de pension? Si c’est non, je vois le piège à con qu’on va se faire passer. Calculer une pension sur 136k$ plutôt que 88K$, même contribué à 43% (nouveau taux couvert par une augmentation généreuse), ça donne pas le même résultat.

Pas tous les 136k$ (88k$ + 17k$ ≠ 136k$) seront assujettis mais il n’empêche que ce que vous apportez est un EXCELLENT point, lequel passe surement inaperçu.

Méchante belle augmentation caché derrière des beaux principes mis en avant-plan. Si l’augmentation brut est au-dessus de 2 ou 3%, il y a de l’abus et un immense manque de respect envers les employés de l’état qui se font offrir un gel de deux ans. Couillard est selon-moi un mécréant n’ayant comme seul Dieu sa propre poche et celle de ses amis.

@Brian Myles: « Le ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Jean-Marc Fournier,….»

En voilà un qui devrait s’y connaitre au moins en matière d’allocations dites «de transition». En effet, il,ne s’est pas présenté lors de l’élection de 2008 pour un ensemble de raisons énoncées comme suit en conférence de presse:

«Élu sans interruption depuis 1994, Jean-Marc Fournier estime que, à l’aube de ses 50 ans, le moment est venu de passer à autre chose. Pour un certain temps du moins: il affirme qu’il ne «quitte pas la politique» mais qu’il prend plutôt un «congé», une «pause de ressourcement» loin de l’Assemblée nationale.«Prendre un peu de recul, vivre d’autres expériences me semble approprié après mon engagement des deux dernières décennies», a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse à Châteauguay. » (Source: La Presse, 03 novembre 2008 )

Les règles étant ce qu’elles sont, il a sans doute eu droit à cette allocation d’où vient tout le mal à cause de «l’affaire Bolduc»

Il est revenu en politique provinciale après un «ressourcement»d’abord chez SNC Lavalin puis au bureau de Michael Ignatieff , il est revenu à l’Assemblée nationale lors d’une partielle dans la circonscription de Saint-Laurent en septembre 2010. Le «ressourcement» aura duré moins de deux ans.

La révision à venir tiendra-t-elle compte des élus ayant déjà eu droit à une allocation dite «de transition»? Insérera-t-on une clause dite du «one shot deal» qui ne donnerait droit qu’à une seule allocation à vie et non pas une allocation à répétition pour cause de «départ-retour-départ-retour»?

Il me semble que la question mériterait d’être posée.

Cher monsieur, je vous félicite pour la qualité de votre article. il résume parfaitement ma pensée et permet de recadrer le discours émergeant à l’effet qu’il est indécent d’augmenter la rémunération des députés et ministres. Pour avoir des personne qui possèdent les qualifications requises pour assumer de telles responsabilités, il faut offrir une rémunération globale intéressante et compétitive. Quant à votre dernière remarque, comme spécialiste en psychologie du travail, je répète souvent à mes clients que dans ma vie personnelle comme dans celle des personnes et des organisations que je côtoie, j’aimerais tellement que les changements se vivent sans devoir être précédés d’une crise. Malheureusement, ceci ne semble pas possible. La crise permet l’émergence d’uns souffrance mobilisatrice qui nous aide à provoquer un changement nécessaire.

Ouf! Je lis les commentaires des blogueurs et j’ en ai la chair de poule! En résumé le travail des députés ça vaut pas cher!!! C’ est bien la nature mëme des québecois; t’ as pas le droit de gagner plus que moi! Il est vrai que le timing est VRAIMENT pas bon pour une réforme des honoraires de la députation a la veille des négociations dans le secteur public.

Un travailleur moyen de la fonction publique travaille entre 32.5 et 37.5 heures par semaine et a des congés payé plus qu’ il en a besoin, la sécurité d’ emploie ect…Sa prestation de travail n’ est pas trop disons stressante! Ses responsabilités sont pas ,mais pas du tout COMPARABLES aux députés!!! Donc un député ne doit jamais se plaindre et fermé sa gueule lorsque vient le temps d’ ajuster sa rémunération!! Ce sont des gens qui ont été élus pour représenter les citoyens de leur comtés et si vous croyez qu’ ils ne valent pas plus de ce que je viens de lire dans les commentaires précédents ; eh bien c’ est que vous ne mériter pas plus!! Adieu un gouvernement responsable qui n’ a pas le dont ses membres ne sont même pas reconnu par la population qui les élisent. S.V.P ayez un peu plus de justesse et de conscience intelectuelle. On a les députés qu’ on mérite!

Prendre l’argent des primes de départs en cas de démission ET se partager ce montant entre ceux qui reste C’EST SE PARTAGER LE BUTIN D’UN VOL.

Marc Pilon,vous êtes vraiment sans vergogne! Avez-vous une opinion ! Si vous n’ avez rien a dire , vous pouvez passer votre tour!

Les arguments sont valables mais la question de la contribution à la caisse de retraite laisse toujours à désirer. Si on veut cesser les discussions oiseuses sur le salaire de tel ou tel groupe, il faudrait uniformiser le pourcentage de contribution à la caisse de retraite, ce qui permettrait de comparer la rémunération globale, donc, des pommes avec des pommes. Si le gouvernement pense que 50 % est le bon chiffre, qu’il l’applique donc aussi aux élus.

Carole Dupuis, je suis d’ accord avec vous! 50% est à mon avis un bon compromis! Mais ça ne règle pas la situation des députés!

Je suis du même avis. Il faut cesser de prendre des moyens détournés (contribution moins grande au régime de retraite et primes de départ) pour en fait augmenter le salaire de nos élus, eux-mêmes pour éviter les fausses impressions devraient proposer de contribuer à 50% à leur régime de retraite comme les autres travailleurs de la fonction publique.

Pourquoi les élus ne sont pas dans un partage 50/50 comme ils demandent àleur foctinnaires?
Vous y croyez à la sincérité, la franchise , 1e bien commun des politiciens plutôt que ltriste cupidité, le protocole, les voyages payés à grand frais par le impôts ???
Comme dans bien des professions ils devraient être régis par un code public d’éthique et déontologie et en répondre publiquement.

Cette réforme est logique, sensée, nécessaire et raisonnable. Elle n’a donc aucune chance d’être acceptée.

On est au Québec ici!