Élections : trois scénarios probables et improbables

Une majorité libérale permettrait aux Québécois de découvrir un PLQ complètement renouvelé, à part pour son Plan Nord, ses positions sur la langue et la constitution, la plupart de ses ministres et la phrase récurrente «laissons l’UPAC et la police faire leur travail».

PolitiqueMa collègue Chantal Hébert vous a proposé sa boule de cristal politique. Pour ma part, je suis plutôt du genre tarot, feuilles de thé et astrologie. J’ai donc sorti mon kit des Dés de la destinée et mes osselets, afin de vous présenter, moi aussi, les scénarios les plus probables.

1. Un gouvernement majoritaire péquiste

Pauline Marois reste en poste, le temps que Jean-François Lisée, Pierre Duchesne et Pierre Karl Péladeau déterminent, grâce à un grand tournoi de roche-papier-ciseau, qui sera le premier à essayer de la déloger deux ans plus tard.

La Charte est adoptée. La barbe entre les jambes, les islamistes radicaux qui travaillaient dans la fonction publique rentrent chez eux. Tous les deux.

Le fameux livre blanc sur l’avenir du Québec promis par Pauline Marois est déposé. Afin d’éviter de faire des traces de doigts dessus (il est blanc après tout), celle-ci décide de ne pas l’ouvrir.

Philippe Couillard devient chef de l’opposition. Pendant quatre ans, il parle tellement de référendum que les «caribous» du PQ déçus de Pauline Marois le courtisent pour le faire changer de parti.

François Legault quitte la politique et occupe les années suivantes à passer de porte en porte pour engueuler les gens d’avoir refusé ses réformes.

Françoise David est élue, mais ne se présente jamais en chambre parce que son siège a été placé juste à côté de celui de PKP.

2. Un gouvernement majoritaire libéral

Philippe Couillard devient le premier premier ministre barbu depuis Louis-Olivier Taillon, en 1892.

Un vent de renouveau souffle sur le Québec, alors qu’arrive au pouvoir ce parti qui en était écarté depuis un bon 18 mois. Les Québécois découvrent un parti complètement renouvelé, à part pour son Plan Nord, ses positions sur la langue et la constitution, la plupart de ses ministres et la phrase récurrente «laissons l’UPAC et la police faire leur travail».

La Charte n’est pas adoptée. Dépitée, Janette Bertrand se voit obligée d’abandonner l’aquaforme pour se consacrer au bowling deux fois par semaine.

Pauline Marois démissionne. Pierre Karl Péladeau est dans la course pour la remplacer, mais ses appuis dégringolent après un discours qu’il termine le poing en l’air en disant «un parti !». Jean-François Lisée devient chef du PQ. En chambre, il commence toutes ses interventions par «comme je l’écrivais dans mon blogue ce matin…»

François Legault quitte la politique. Il rachète son autobus de campagne et part en road trip avec sa femme.

Françoise David et Québec solidaire sont accusés d’être responsables de l’élection du PLQ parce qu’ils ont divisé le vote. Des militants péquistes font circuler un graphique qui explique la situation. Jean-François Lisée les retweete.

diviser-le-vote

3. Un gouvernement minoritaire péquiste ou un gouvernement minoritaire libéral

C’est un retour à la case départ pour le Québec, qui, malheureusement, ne réclame pas 200 dollars pour autant.

Une autre élection est déclenchée quatre mois plus tard. Gaétan Barrette se présente alors pour Option nationale, le seul parti qui a des chances de gagner, maintenant que la commission Charbonneau s’est intéressée au financement des partis politiques.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique depuis 2014. Il est aussi chroniqueur musique pour le magazine L’actualité depuis 2011 et co-rédacteur en chef du webmagazine culturel Ma mère était hipster, en plus d’avoir participé à de nombreux projets radio, dont Bande à part (à Radio-Canada) et Dans le champ lexical (à CIBL). On peut le suivre sur Twitter : @OursMathieu.

Laisser un commentaire

Bonjour,tu a raison tous pour l’equipe de M.Legault car les deux vieux partis l’un et l’autre en pleine campagne vraiment il faut faire,d’une part le parti liberal denonce la mauvaise gestion du gouvernement du parti quebecois,et de l’autre part le parti quebecois denonce le gouvernement liberal de leur mauvaise gestion qui vient conclure que les deux vieux partis ont mal gerer le Quebec en pleine campagne les deux vieux partis nous donnent cette certification.
Alors le 7 avril vous,moi,et nous tous ont peut changer les choses et faire le grand menage,car un enfant a la naissance a une dette de$$$ 45,000 sur le dos et si vous avez pas compris bien ils vous reste a payer encore beaucoup de dollars $$$$$$$$$ mais il y a un mais vous avez rempli votre mandat en payant vos taxes et vos impots,jour apres jour,semaine apres semaine,mois apres mois,annee apres annee, alors le 7 avril il vous appartient a chacun de vous de vouloir changerrrles choses alors bon vote.
Bonne reflexion.Ecris avec un pointeur lazer alors pas d’accent.

Je ne vous connaissais pas Monsieur Charlebois mais la lecture de votre article ce matin m’a tellement fait sourire et rire que cela m’a fait du bien. Vite qu’on en finisse de cette élection qui confirme à mes yeux que les québécois ne sont juste bons qu’à tourner en rond, et ce depuis deux siècles…..

Cette article plutôt bien dans l’ensemble laisse entrevoir un soutien net en faveur des Libéraux de la part de l’auteur ,

Une victoire Libérale permettrait de retrouver un parti complètement renouvelé, ,(WOW ou avez vous pris ca.) cela est impossible de la nature même des libéraux et de leurs supporteur .

Quand la défaite des Péquiste , pas besoin d’être un grand génie ,politicologue , ou analyste pour attribuer la cause aux parties siphon ( QS et ON) le cas échéant

On verra bien ce que le peuple décidera

Chose certaine de tout les gens que je connais il semble y avoir concensus de ne pas avoir de sondage dans les 30 jours précédant une campagne électoral

@ JL Vous écrivez : « Une victoire Libérale permettrait de retrouver un parti complètement renouvelé, ,(WOW ou avez vous pris ca.) cela est impossible de la nature même des libéraux et de leurs supporteur . »
Avez-vous lu le billet? Ou êtes vous imperméable à tout humour?

Moi aussi je veux jouer:

Québec Solidaire l’emporte parce que tout le monde a menti et le Québec entier s’aime et bâtit un pont Champlain avec des rondins pendant que Francoise David appelle Stephen Harper et fait fondre son coeur de Robocop en lui disant qu’elle, elle l’aime tel qu’il est.

Le PQ l’emporte, il y a un tremblement de terre immédiat, c’est le Québec qui part à la dérive dans l’océan Atlantique, emportant avec lui le Labrador pendant que Couillard pleure à chaudes larmes et crie « Je vous l’avais dit! JE VOUS L’AVAIIIIS DIIIIIIIIIT!!! » La charte passe et tous les immigrants refusent de porter un tailleur ce qui cause une crise vestimentaire sans précédent. Jean-Paul Gaultier meurt.

Le PLQ l’emporte. On sait pu rien, on parle de Ricardo et de sports extremes. L’argent disparait mais l’industrie pharmaceutique met du Xanax dans l’eau pour qu’on s’en crisse.

La CAQ l’emporte, on a une équipe de baseball, de football, les Nordiques et les chefs d’entreprise respirent du nez tour à tour dans les micros de TVA. Tous les noms de ministères changent et André Pratte souligne que si on avait voté libéral, on en serait pas là.