« Trop d’immigrants » au Canada, selon les électeurs conservateurs

Selon le dernier sondage de la maison Léger, plus des deux tiers des électeurs qui ont l’intention de voter pour le Parti conservateur jugent que le Canada reçoit trop d’immigrants. 

Photo : iStockPhoto

OTTAWA — Plus des deux tiers des électeurs qui ont l’intention de voter pour le Parti conservateur jugent que le Canada reçoit trop d’immigrants — une donnée qui porte à croire que l’immigration occupera une place importante dans la prochaine campagne électorale fédérale.

Les résultats contenus dans un coup de sonde de la maison Léger témoignent d’une division à ce chapitre : les participants qui comptent voter conservateur sont 68 % à penser qu’il y a trop de nouveaux arrivants, contre 27 % pour ceux qui ont une préférence libérale.

Toutes allégeances confondues, ils sont 45 % à être de cet avis. Mais la plus large part des répondants, soit 49 %, sont plutôt favorables à l’immigration : le Canada en accueille trop peu (9 %) ou juste assez (40 %), croient-ils.

Cette polarisation laisse présager que la prochaine campagne fédérale pourrait ressembler à celle qui s’est jouée au Québec, où le thème de l’immigration a été prépondérant, d’après Christian Bourque, vice-président exécutif de la maison de sondage.

« Autant ça a été un enjeu dans l’élection provinciale au Québec, autant ça va devenir un enjeu plus important qu’on l’a vu dans les dernières élections, parce que la situation américaine a changé entre l’élection de 2015 et aujourd’hui », analyse-t-il en entrevue téléphonique.

« Il commence à y avoir une certaine inquiétude quant à notre capacité d’accueil comme pays, et c’est ce qui fait que les gens sont divisés. […] Ça a un impact chez certains électeurs qui vont plutôt se tourner vers les conservateurs », note M. Bourque au téléphone.

L’enjeu préoccupe aussi l’électorat de Maxime Bernier : 57 % des électeurs du Parti populaire estiment que le Canada reçoit trop d’immigrants, selon ce qui se dégage des résultats, bien que l’échantillonnage soit trop petit pour conclure à une tendance lourde.

Le député de Beauce, qui a dénoncé le « multiculturalisme à l’extrême » que prônent selon lui les libéraux de Justin Trudeau en claquant la porte du Parti conservateur, y voit une validation de ses propositions, notamment celle de « faire une pause » dans l’accueil des nouveaux immigrants.

« Les gens […] veulent avoir une position claire sur l’immigration avec un chiffre clair, 250 000 nouveaux Canadiens par année, comme on avait sous le gouvernement Harper, et non pas 350 000, ce qu’on va avoir dans deux ans », a-t-il argué en entrevue à La Presse Canadienne.

Le NPD en difficulté

L’enquête obtenue par La Presse Canadienne, non probabiliste, a été menée en ligne du 16 au 20 novembre auprès de 1 521 Canadiens âgés de 18 ans et plus. Un échantillon probabiliste de cette taille comporterait une marge d’erreur de 2,5 %, 19 fois sur 20, selon Léger.

Ses résultats font état d’un glissement des appuis au Nouveau Parti démocratique (NPD). Après répartition des indécis, les libéraux dominent avec 39 % des intentions de vote. Les conservateurs suivent avec 33 %, tandis que le NPD se contente de 14 %.

Cette chute est de mauvais augure pour le parti en prévision du scrutin d’octobre 2019.

« Auparavant, le NPD faisait quand même relativement bien, ce qui faisait qu’on se retrouvait souvent pratiquement avec une égalité statistique entre libéraux et conservateurs. Plus on voit la performance faiblir, plus ça redonne une avance au PLC », explique M. Bourque.

Léger recul du PLC au Québec

On constate, dans le sondage Léger, un léger repli des libéraux au Québec — bien qu’avec 37 % des intentions de vote, les troupes de Justin Trudeau détiennent toujours une bonne avance sur celles d’Andrew Scheer, qui en recueillent 23 %.

« On les a rarement vus en bas du 40 % », commente le vice-président exécutif chez Léger. Le score conservateur, lui, est « embêtant », car « à 20 %, ils n’ont pas plus que cinq à 10 sièges, et à 25 %, là ils sont dans le potentiel d’avoir 20 sièges », dit-il.

Le Bloc québécois arrive en troisième position au Québec avec 16 % des intentions de vote, suivi par le NPD, qui en recueille 15 %. C’est Maxime Bernier qui ferme la marche, avec un score de 4 % d’appuis dans sa province natale — autant qu’à l’échelle nationale.

L’échantillon du sondage n’est pas assez grand pour déterminer si le Parti populaire pourrait faire élire un député au Québec, mais « à 4 %, statistiquement, il n’aurait pas de siège », soutient Christian Bourque.

Le chef autoproclamé populaire devra commencer par s’assurer de conserver son siège ; son ancien parti travaillera activement à le déloger en octobre 2019.

 

Dans la même catégorie
36 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Pourquoi une photo biaisée (immigrantes musulmanes) qui fausse la définition de l’immigrationr dans cet article?

Entièrement d’ accord avec vous! Pourquoi toujours montrés des femmes avec voiles? Est-ce une stratégie des medias pour nous » brainwasher « ??
Faudrait demander à GND car il semble connaître beaucoup de chose à ce sujet!!

probablement parce que c’est plus facile de reconaitre immediatement que c’est un immigrant quand c’est une personne qui porte un voile..?.. et pis franchement, cessez d’etre offusquer par tout et rien..

Et voilà : la campagne de propagande des médias libéraux subventionnés est commencée en vue des élections de 2019! Vu que le Canada et le Québec reçoivent déjà pas mal plus d’immigrants en proportion de leur population que la plupart des pays occidentaux, y a-t-il lieu de se poser des questions? Une immigration illimitée dont les seuils vont toujours en augmentant sont-ils nécessairement bénéfiques? Pour les médias et les libéraux, il ne faut pas se poser de questions, mais surtout diaboliser ceux qui se les posent.

on prend ce que l on a besoin sans quata mais selon la capacité des candidats a remplir les jobs disponibles en acceptant principalement les latinos qui vont apprendre le francais rapidement mais alors on remplace nos possible travailleurs qui ne veulent pas travailler et on fait quoi avec ces derniers ……………
A SUIVRE

Je ne suis malheureusement pas surpris. Le Canada est dans la mouvance du monde
c’est a dire de plus en plus à droite.
Nous sommes du genre: j’ai rien contre ..mais pas dans..ma cour. Et pour conclure les même personnes vous dironse: vous savez je ne suis pas raciste.
Mais nous sommes heureux des avoir pour récolter nos légumes en été, de les avoir pour laver la vaisselle dans les restaurants, pour nettoyer les toilettes etc.

C’est quand la dernière fois que vous avez appelé au Gouvernement? A la ville de Montréal? A la RAMQ? A la SAAQ? A Revenu Canada? C’est plein d’immigrants qui vous répondent: sont favorisés à l’embauche. Ce sont nos enfants qui sont discriminés dans leur propre pays.

Serge, l’exagération en regardant que par un côté de la lorgnette, peu importe le focus n’est jamais une bonne chose.
1- Associer le racisme au questionnement sur la quantité d’immigrants que l’on aimerait, voudrait, devrait accueillir est assez pernicieux et malhonnête et démontre un esprit très hermétique à la diversité d’opinion et à la réflexion tout en demandant une ouverture inconditionnelle à l’immigration sans contrainte ou limite.
2- Donner des exemples que de ce qui pourraient être condamnable voir raciste dans notre accueil des immigrants est assez tordus.
a) Comme s’il n’y avait ou qu’ils n’y avait eu que des immigrants qui cueillaient des légumes dans nos champs ou qui lavaient notre vaisselles dans nos restaurants.
Je serais surpris qu’un immigrant, travailleur saisonnier aussi, viendrait ici faire ce genre de boulot s’il avait déjà un travail dans son pays d’origine ou s’il avait un diplôme d’architecte. Tout comme les Québécois né ici d’ailleurs!
Il semble cependant que des immigrants diplômés aient des problèmes à se trouver de l’emploi, surtout dans leur domaine et que malgré des diplômes se retrouvent à occuper des emplois pour lesquelles ils sont surqualifiés. Ça doit être changé.
Ainsi tout n’est pas que noir ou que blanc.
b) Il faut cependant se rappeler que le Canada s’est construit avec des immigrants…ils sont devenus au fils du temps des Canadiens, des Québécois, des Montréalais et tout ceux qui peuvent et veulent travailler travaillent.
Et ils ne sont pas que des laveurs de vaisselles et des cueilleurs saisonniers de légumes, qui sont de toute façon des emplois aussi nécessaire que médecins ou ingénieurs, mais ils sont aussi des maires de municipalités (Saint-Laurent: M. Desousa; Gagnon, Côte-Nord: noir et haïtien, premier maire noir du Québec depuis 1973), également de nombreux enseignants et médecins, député et ministre à l’Assemblée Nationale (Joseph Facal et Maka Koto pour ne mentionner que ces deux là) … et évidemment de trop nombreux chauffeurs de taxi qui est également aussi nécessaire que les autres.
3- Pour les natifs ou pour les immigrants tout ne fonctionnent pas toujours et nécessairement du premier coup ou comme on le voudrait. S’il faut changer des choses pour améliorer des situations qui trop souvent inacceptables, pour les uns comme pour les autres il faut y travailler.
Dans notre société, il n’y a rien qui soit que très pourri ou que très bon! Pour les immigrants comme pour les autres qui un jour, eux ou leurs pères et mères ou leurs ancêtres ont été des immigrants.
4- Pour terminer, je présente l’exemple d’un interne qui travaillait à l’hôpital, au bureau de l’ophtalmologiste que je fréquentais alors. Il s’occupait de recevoir les patients pour les examens préliminaires. Du début jusqu’à la fin il n’a cessé de me raconter son histoire négative de médecin immigrant de Russie au Québec et de ses difficultés que lui faisait le ministère de la santé en lui refusant pour la troisième fois son permis et l’obligeant encore une fois à recommencer son internat.
1- On lui disait qu’il ne passait pas les tests de français alors que lui me disait qu’il parlait très bien le français. Sauf qu’il m’a parlé que l’anglais durant toute la rencontre!!!???
2- Il n’a pas cessé de faire des références à ce qu’il ferait s’il était en Russie, comment on ne me donnerait pas de médicament à cause de la pression mesuré dans mes yeux…(en fait il parlait de normes que nous n’appliquons plus ici depuis plus de 15 ans)… et je passe le reste…
J’ai fini par lui demander pourquoi s’il parlait aussi bien le français il ne me parlait qu’en anglais. Il m’a dit parce qu’en Amérique tous les hommes parle l’anglais!!!??? J’ai été tellement choqué et de tout le reste que j’ai comme figé.
Je regretterai toujours de ne pas avoir fait toutes, toutes les plaintes nécessaires, utiles et possibles. J’espère que jamais il n’a eu le permis de pratique au Québec. Avant de partir, j’ai pensé lui dire de retourner en Russie, mais je ne l’ai pas fait!
Comme quoi, tout n’est pas que rose et que du même rose.
Pour autant je ne crois pas que ce médecin reflète les réactions et les agissements des immigrants, mais il y en a aussi comme lui!

Dans notre société, il n’y a rien qui soit que très pourri ou que très bon!
Les nuances sont toujours, et dans tout, à rechercher et à prendre en considération.
Le faire est un signe d’intelligence et de recherche d’une plus grande vérité pouvant refléter plus justement les situations.

Oui, et alors ???
Quand j’étais étudiant, j’ai fait comme bien d’autres avec un petit job de magasin pas trop bien payé. À la fin de mes études avec un diplôme de technicien, j’ai commencé dans les mines de l’Ontario à nettoyer les toilettes quand ce n’était pas de creuser des rigoles à la pelle pour évacuer l’eau dans la mine pour enfin, après deux ans, trouver un travail dans ma branche. faut bien commencer quelque part.
Pour ce qui est du racisme, cessons l’hypocrisie, on en a tous un petit fond bien caché, et même notre premier ministre fédéral adoré en a, et peut-être même plus que la majorité d’entre nous . Avec ses beaux discours d’ouverture, ça fait bien son affaire d’avoir plus de votes ethniques, car ceux de sa propre race lui sont de moins en moins fidèles. Comme les siens ne votent plus pour lui, aussi bien les écraser sous le nombre avec des immigrants qui marchent par la peur. Et quand on veut écraser les gens de sa propre race, c’est pire que du racisme xénophobe. Les Trudeau et Couillards de ce monde sont de ce genre !

@ jack2:

Vous êtes capable de « voir un immigrant » au téléphone vous…

Eh ben. Dites-nous votre secret.

Suggestion de lecture: « L’étrange suicide de l’Europe » de Douglas Murray, numéro 1 en librairie à Londres pendant 20 semaines !!!!!

Le Bloc vient de dépasser le NPD. C’est parti mon kiki. Y’a 35% de souverainistes qui se cherchent un parti à Tawa. S’agit juste de parler d’immigration, d’accommodements déraisonnables et de frontières poreures, pour scorer dans un but vide puisqu’il n’y a pas de cerbères.

Les séparatistes sont presque toujours populaires ENTRE les élections. Quand ça ne compte pas.

Attendez un peu que la VRAIE campagne commence et vous verrez ces appuis théoriques fondre comme un banc de neige en juin (voir les résultats catastrophiques du PQ aux dernières élections provinciales, quand ça comptait VRAIMENT!).

Au-delà des partis politiques…

Le Québec et le Canada ont besoin d’une forte immigration. Que ce soit à cause de notre faible démographie, de l’occupation de notre territoire et du maintien de nos infrastructures vieillissantes, d’une diversité culturelle et intellectuelle à nourrir et surtout pour une économie plus prospère.

Peu importe l’orientation politique, mous n’avons pas besoin de petits politiciens qui se font du gain personnel sur le dos des peurs de la population. Ce que nous avons besoin, c’est des vrais leaders politiques qui accompagnent notre société à atteindre son plein potentiel.

Mon épouse et mon fils sont nés au Mexique et ont appris le français et l’anglais depuis leur arrivée au Québec, il y a plus d’une décennie. Je suis très fier d’eux et il faut que les médias travaillent encore plus fort à promouvoir des histoires positives d’immigration plutôt que de nourrir les peurs.

Bien sûr, on entendra s’exprimer des craintes et des incompréhensions sur le risque de perdre nos repères identitaires ou certains feront des raccourcis intellectuels et associeront des pertes d’emplois à l’immigration alors qu’il s’agit de problèmes structurels ou de marché. Or, nos entreprises peinent à recruter les employé-e-s dont elles ont besoin et ce message n’est pas assez présent dans l’espace public.

Au-delà des partis politiques et pas seulement en période d’élections, nous avons besoin de promouvoir activement l’immigration. Il faut cependant mieux s’organiser et renforcer notre système de recrutement et d’intégration des immigrants afin que le Québec et le Canada réalisent pleinement nos aspirations collectives.

J’ai eu la chance plus tôt en novembre d’assister à une autre cérémonie de citoyenneté organisée à Ottawa à l’occasion du lancement de la semaine de l’immigration francophone. J’étais ému de voir 32 nouveaux citoyens et citoyennes issus de l’immigration afficher leur fierté de contribuer à leur nouvelle patrie. J’espère que beaucoup d’autres auront cette chance et peut-être qu’un jour on amènera des classes du secondaire à voir une telle cérémonie pour ainsi mieux comprendre ce que sont nos valeurs et pour que les générations futures n’aient plus peur de l’autre.

C’est Yvon Deschamps qui disait cette semaine ‘’Je rêve d’un Noël blanc dans un Québec vert’’. Je suis d’accord et j’ajouterais dans un Québec vert et inclusif.

Je conclurais en disant qu’il ne nous faut pas moins d’immigration, il nous en faut plus. C’est avec un dialogue constructif et intelligent que nous trouverons notre point d’équilibre comme société accueillante et enviée partout sur la planète.

Quand on parle d’ un léger recul @ 37% pour les libéraux au Québec ; vous n’ avez encore rien vu! En effet si notre » selfiman » national continu à rester dans son petit univers echo vedette , il aura sans doute une déception monstre!
Ce type -là n’ a rien d’ un leader et surtout d’ un chef d’ état comme son père! Au Québec surtout il aura à prendre des décisions contraignantes d’ ici la fin de son mandat ( dossier franco-ontariens, dossier Bombardier, dossier Oshawa GM, dossier environnement, dossier immigration et surtout ses niaiseries et déficits antérieur ) !!!!!!

Vous oubliez dans votre nomenclature de dossiers important à revoir, l`ouverture de la porte ouverte aux producteurs agricole Américains dans notre Gestion de l`offre, ouverture qui à cour terme va diminuer les revenus de nos producteurs agricole Canadiens, et du Québec en particulier, et des centaines de chômeurs à long terme, la destruction de notre indépendance alimentaire, la destruction à cour terme les PME Agricole qui appartiennent à des

@ Antoine:

Au contraire, je remercie le fédéral d’avoir ouvert nos frontières aux autres producteurs agricoles ce qui nous permettra en tant que consommateurs de bénéficier de prix plus compétitifs et d’un meilleur choix.

Ça fera également en sorte que nos propres producteurs feront preuve de moins d’arrogance et de plus de créativité et de performance devant cette nouvelle compétition et c’est tout le pays en bénéficiera.

Bravo au fédéral. Y’en a marre de choyer un petit groupe de millionnaires au détriment de toute une population.

C’est simpliste de dire que voter pour les conservateurs c’est voter parce qu’on veut moins d’immigrants, tout comme dire que voter pour la CAQ était pour les mêmes raisons???

Ben oui amnez-en masse pour satisfaire la gogauche de notre belle petite république qui nous egorge avec les impôts et les taxes. Qui dirigeait les projets en PPP du CHUM et qui nous a floués??

La capacité d’accueil dans le système d’éducation, en particulier au niveau primaire, est un baromètre important à prendre en compte. C’est une expérience professionnelle qui a sonné l’alarme pour moi, en 1997, dans une école de l’Ouest d’Ottawa et qui m’a même convaincue qu’il était temps de changer de profession après 15 ans de bons et loyaux services. Un programme de français langue seconde qui demandait à l’enseignant d’accueillir des groupes successifs d’une trentaine d’élèves de quatrième ou de cinquième année pendant 40 minutes. Comme l’école était située dans un quartier qui accueillait de nombreux immigrants, une grande partie des enfants provenaient d’Afrique et d’Asie. Plusieurs enfants africains n’ayant pratiquement jamais été à l’école, ils avaient de la difficulté à s’asseoir sur une chaise plus de 10 minutes. Mais ils avaient quand même été intégrés aux classes de quatrième et de cinquième années en raison de leur âge. Ajoutez à cela que le fait que français n’était pas vraiment leur langue seconde, mais leur troisième ou leur quatrième langue et vous pouvez imaginer le résultat! L’idéalisme du premier ministre Justin Trudeau, qui dit avoir choisi son camp, est louable, mais je pense que le poste d’enseignant en théâtre qu’il a occupé jadis au niveau secondaire dans l’Ouest du Canada ne lui donne pas l’heure juste et qu’il devrait aller constater par lui-même sur le terrain le manque de ressources des enseignants qui ont la charge d’intégrer ces enfants à leur classe et à la société en général.

Qui a eu la géniale idée d’illustrer ce texte avec 3 femmes voilées ?!?

Est-ce que l’idée est de jeter de l’huile sur le feu ou de pousser dans la gorge de vos lecteurs que les femmes voilées sont là pour rester et qu’ils faut accepter ce fait ?
J’ai 73 ans et je me suis toujours considéré de gauche. Péquiste de gauche. Démocrate et capitaliste mais avec un penchant à gauche et ouvert au monde. Aujourd’hui, on me traite de xénophobe, de raciste simplement parce que je critique ce qui se passe dans notre société. Par exemple, qu’il y a trop de femmes voilées.

@ Pierre Cloutier:
C’est drôle de réaliser que je ne suis ni de gauche ni de droite, ni du centre. Je suis aussi péquiste (qu’on dit à gauche), et si elle était ici au Québec, je voterais Marine LePen qui est classée extrême droite, et même fasciste et nazi. faut-il être exclusivement de gauche pour mériter le qualificatif de recevant, d’ouvert au monde ? Je suis trois ou quatre ans plus jeune que vous, donc, de la même génération, et comme vous, je rejette l’idée que tous nos immigrants viennent ici pour continuer à faire ici ce qu’ils ont fui dans leur pays, peu importe la raison. Et ce sont justement ceux qui me traitent de xénophobes et d’anti-ci, anti-ça qui me rebutent le plus avec leur fausse pureté de citoyen du monde.

Intéressant Pierre Cloutier.
Comme vous êtes mon aîné de 4 ans, basé sur nos vécus que j’imagine communs à bien des égards, nous avons sans aucun doute en mémoire que nos mères et nos soeurs de l’époque de notre enfance et un peu au-delà, pour les plus vieilles ne sortaient pas sans un couvre-chef quelconque qui se traduisait souvent par le foulard, mais surtout n’entraient jamais dans une église sans celui-ci, peu importe sa forme.
Pourquoi ce foulard s’appelle-t-il maintenant un voile?
Était-ce aussi dérangeant que ça?
Évidemment cela était une règle demandée par l’église catholique.
Aujourd’hui cela à changé pour les catholiques.
Un autre groupe arrive qui croit en une autre forme religieuse et qui impose la même règle (et d’autres et différentes aussi). Et pourtant à ce que j’ai compris cette règle n’existait pas pour les musulmanes alors qu’elle existait pour les femmes catholiques. Ça c’est inversé.
C’est certain que si j’analyse la situation dans son ensemble j’aurais beaucoup à relever qui me titille.
Sauf que sincèrement pourriez-vous me dire ce qui vous dérange et qui pourrait vous empêcher de dormir, dans le fait qu’en sortant de chez vous, vous verriez un homme portant un haut de forme en 2018 ou une femme portant un foulard?
Si on avait en a faire une discussion, avec ou sans eux et elles, je pourrais bien faire quelques heures, mais au fond, pas plus ou moins que la casquette ou la tuque que je porte et que certains portent presque 365 jours par année.
Par contre à choisir, il y a tellement d’autres sujets à discuter et à chercher des améliorations que ce que mon voisin ou ma voisine porte ou ce qu’il ou qu’elle pense, tant et aussi longtemps que ça ne devient pas une nuisance « réelle » pour quiconque, je choisirais une autre bataille à relever.
Le seul point négatif que j’ai et qui semble pourrait causer des soucis, c’est aussi un signe religieux pour certain, un signe religieux que je ne veux pas voir dans un interaction quelconque que j’aurais (et que j’ai quelque fois maintenant déjà) avec non seulement quelqu’un en autorité y compris des enseignantes, mais avec quiconque en dehors de la sphère privée et donc par exemple comme avec une chauffeuse d’autobus ou une commis à la banque.
Aux élections qui viennent de se terminer, j’ai refusé de travailler comme directeur de bureau de scrutin pour ne pas avoir à accepter en respectant les règles imposées, comme je l’ai fait aux élections précédentes en tant que directeur de scrutin en allant contre mes convictions.
Comme il ne m’arrivera plus jamais d’accepter de parler à quiconque refuse de me donner la main parce que sa religion lui interdit.
Se présenter en offrant la main est un geste de politesse et social accepté partout, mais des musulmanes orthodoxes qui « respectent » leurs croyances refusent de donner la main aux hommes!
Tout ceci étant et pouvant aussi être des irritants à être pour l’immigration tout azimut et en acceptant se faisant de donner des privilèges au nom de la liberté de religion.
En tant que non croyant et laïc je de demande pas et n’ait droit à aucune faveur à cause de cela.
Je ne comprendrai jamais pourquoi un couteau ordonné ou porté au nom d’un prophète serait autre chose qu’un couteau, une dague ou une épée ou un sabre.

Bienvenue dans le club. On trouvera pas québécois plus ouvert sur le monde que bibi. Mais aujourd’hui je n’en peux plus. J’ai envie de crier comme le bon vieux Pélo qui vient de mourir. Le Québec actuel, dévoré par la rectitude politique m’étouffe, me donne envie de foutre le camp, loin d’a peu près tout ce que Québec Soso vénère.

Sur ce sujet comme sur d’autres, j’entends et je lis beaucoup d’opinions.
Beaucoup d’opinions basés sur toutes sortes de choses comme des souhaits, des inepties, sur des préjugés autant pour ou contre, mais il n’y a rien de concret.
Avons-nous besoin plus d’immigrants?
Oui!
Basé sur quoi?
Non!
Basé sur quoi?
Peut-on se poser des questions, plusieurs questions sur le sujet, dont les réponses seront basées sur des faits, des études et des statistiques à la place des sentiments et en fait sur rien du tout?

Non pas trop d’immigrants mais trop d’illégaux et d’integristes difference

@ Dominique Beaulieu:

Ah…bon…il y a les « bons immigrants » qui votent bleu et les « mauvais » qui votent rouge…c’est bien ça? J’ai bien saisi?

Avec le récent rapport du DPB à Ottawa qui mentionne que «[l]’afflux des migrants arrivés en 2017-2018 coûtera 340 millions (…). De plus, Yves Giroux conclut que les coûts pour le gouvernement fédéral pourraient atteindre plus d’un milliard de dollars pour l’année en cours et la suivante. »(R.-C.) Ce sondage risque d’être déjà désuet.

250 000 par année? C’est encore trop! 40 000, dont 10 000 au Québec! Marine Le Pen propose 10 000 par année pour toute la France! Bien sûr, dans ce 10 000, on ne comptera pas les Français, Belges, Suisses et Luxembourgeois, pour des raisons évidentes, ce qui pourrait faire monter notre total à 15 000 ou 20 000.

Je n’ai aucun problème à ce qu’ils viennent par chez nous, ce n’est pas comme si nous accueillons n’importe qui. En effet, la sélection des candidats à l’immigration est stricte. De plus, nous n’avons pas assez de travailleurs pour combler les postes d’emploi, je trouve que c’est une excellente idée de leur offrir ces postes et pour ceux qui disent qu’ils « volent » l’emploi de nos travailleurs, je crois qu’au contraire ils font rouler l’économie tout comme nous. Juste pour votre information , le taux de chômage actuel au Québec est environ à 5,4 % , je ne pense pas qu’ils prennent vraiment notre place.

À François 1, c`est triste de voir ta façon SIMPLISTE à la Maxime Bernier, de voir les agriculteurs et les fermiers du Québec et du Canada comme des millionnaires, ces millionnaires créent des milliers d`emploies, occupent le territoire, ce sont tous des PME familiales Canadienne et Québécoise, ils font parti de notre indépendance alimentaire, c est la première chose qu`un pays tient à cœur, car manger trois fois par jour c`est primordial. Renseigne toi sur le sujet tu en as grand besoin, méfie toi des gens qui trouvent que c`est toujours plus beau chez le voisin, AMÉRICAIN, c`est vrai qu`ils sont tellement généreux pour la Canada..