Trump n’a rien inventé…

Le vent isolationniste qui souffle sur les États-Unis n’a rien de nouveau, rappelle Jean Lamarre, professeur d’histoire américaine au Collège militaire royal du Canada.

(Photo de Donald Trump: Getty Images. Photo de Warren Harding: Domaine public)

Le programme de Donald Trump, fondé sur le slogan «Make America Great Again», reprend à peu de choses près celui de Warren Harding, candidat républicain à la présidence… en 1920. La campagne de ce dernier, appuyée par le slogan «Return to Normalcy» (retour à la normale), prônait un retour au laisser-faire économique et à l’isolationnisme par rapport à l’Europe, deux valeurs qui ont fait la grandeur des États-Unis à la fin du XIXe siècle.

Non au réformisme

Warren Harding en a contre le vent réformiste, progressiste et humaniste qui s’est mis à souffler sur le pays au début des années 1900, alors que des lois limitant les abus du capitalisme et améliorant les conditions de vie des travailleurs sont adoptées.

Non à l’Europe

Lors de la campagne électorale de 1920, à la lumière du contenu du traité de Versailles — qui met fin à la Première Guerre mondiale, dans laquelle les États-Unis sont engagés —, les républicains reprochent à leurs prédécesseurs d’avoir mis leur pays dans une position qui les lie trop intimement (et financièrement) à la reconstruction de l’Europe. Leur proposition de « revenir à la normale » semble trouver écho dans la population américaine : Harding remporte les élections avec 60 % des voix, contre 36 % pour son opposant démocrate, James Cox.

Non à l’immigration

Les années 1920, ces « années folles » caractérisées par une forte croissance industrielle et économique, semblent donner raison aux républicains. Pendant cette période, les États-Unis limiteront pour la première fois les niveaux d’immigration, et assisteront à la renaissance du Ku Klux Klan, organisation ouvertement anticatholique, antisémite et anti-immigration.

À lire aussi:

Utile, boycotter Trump?


Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Vous auriez au moins pu mentionner que le vent réformiste, progressiste et humaniste qui s’est mis à souffler sur le pays au début des années 1900, alors que des lois limitant les abus du capitalisme et améliorant les conditions de vie des travailleurs sont adoptées, fut le travail du président Woodrow Wilson de 1912 à 1921.

En fait monsieur Wilson à contrecarrer les politiques et leurs effets sur l’économie américaine que les républicains avaient mis en place et menère à la grande crise de 1873 et d’une économie vasillante jusqu’à la première guerre mondiale.

Ce fut grâce aux deux présidents républicains suivant que la crise de 29 survint. C’est tout à fait normal, le partie républicain a comme souverain, le signe du $.