Typologie d’une crise: quel type de laïc êtes-vous?

crucifix
Photo: Francis Vachon/Presse Canadienne

Tel que prévu et espéré par ses commanditaires, le débat sur le projet de « Charte des valeurs québécoises » déchire le Québec depuis deux semaines. Les oppositions sont féroces, elles ne semblent pas prêtes de disparaître, et à certains égards elles ne suivent pas le script habituel de nos tranchées politiques.

Du côté des partisans de la Charte, on trouve évidemment le PQ et ses alliés habituels, mais aussi les éléments plus conservateurs de la CAQ et des chroniqueurs nationalistes et conservateurs tels Mathieu Bock-Côté et Joseph Facal, ainsi que le souvent-très-critique-du-PQ Richard Martineau, notamment.

Du côté des opposants, on trouve évidemment le PLQ et ses alliés, mais aussi Québec Solidaire, tous les partis politiques fédéraux, ainsi que de nombreux chroniqueurs et éditorialistes plus habitués à s’opposer qu’à s’entendre — d’André Pratte à Josée Legault, en passant par François Cardinal et Lise Ravary. Le conseil municipal de Montréal (principalement visée par la Charte) s’est prononcé contre. Louise Harel, l’ex-ministre péquiste, a même fait une sortie en règle contre son ancien parti en déclarant que «les valeurs sont universelles» et que, par conséquent, «les valeurs nationales n’existent pas.»

Malgré les divergences profondes qui se dessinent dans ce débat, tout le monde s’entend sur une chose: l’État doit être laïc. (À peu près tout le monde semble aussi s’entendre sur l’interdiction du voile intégral, au moins dans les institutions publiques.) Au-delà de ces consensus, toutefois, au moins quatre camps se dessinent.

1. Les laïcs fermés: Les adeptes de la laïcité fermée souhaitent essentiellement faire disparaître la religion de l’espace public. Réticents à (ou conscients de l’impossibilité de) bannir toute religion, les laïcs fermés en élimineraient au moins les manifestations dans l’appareil public et parapublic. Souvent athées, assimilant régulièrement le fait religieux à l’opium du peuple, ces militants ont le mérite d’être cohérents: ils feraient disparaître les kippas, les voiles, les croix et les turbans de tout le monde, de même que le crucifix de l’Assemblée nationale et les crèches de village. Ils critiquent le cours d’Éthique et Culture Religieuse (ECR), qu’ils trouvent encore trop religieux à leur goût. Les laïcs fermés ne croient pas à la valeur « patrimoniale » des symboles religieux, qu’ils considèrent comme tels. Ils constatent à regret que la liberté de religion (qui comporte le droit d’expression religieuse) est protégée par les chartes québécoise et canadienne, mais ils rêvent (secrètement ou non) de subordonner ce droit à d’autres, sinon de l’abolir carrément. Pour eux, les nuances et les subtilités des «accommodements raisonnables» devraient être sacrifiées au profit d’un refus simple et total de tout accommodement religieux, pour qui que ce soit. Les laïcs fermés appuient le principe de la charte du PQ, mais ils dénoncent son biais en faveur du catholicisme traditionnel, illustré notamment par le maintien du crucifix «patrimonial» à l’Assemblée nationale.

2. Les laïcs ouverts: Tenants eux aussi d’un État neutre et laïque, les laïcs ouverts considèrent que l’État québécois est toutefois déjà sécuritairement neutre et laïque et que la «Charte des valeurs québécoises» constitue une dérive démocratique grave. À l’instar d’Irwin Cotler, les laïcs ouverts croient que les laïcs fermés font preuve d’une «incompréhension de la séparation de l’église et de l’État» qui les pousse à violer la liberté de religion des fonctionnaires plutôt que de simplement s’assurer qu’ils exercent leur fonctions de manière neutre. Pour les laïcs ouverts, la laïcité de l’État implique la neutralité de ses actions, mais pas nécessairement l’absence de religiosité ou de diversité culturelle de ses employés. Les laïcs ouverts considèrent par ailleurs qu’en cherchant à réglementer les «valeurs» et «l’identité» de ses citoyens, le gouvernement outrepasse les limites de son pouvoir et s’immisce dans la sphère intime pour imposer une «identité nationale» qui limite la diversité culturelle au profit d’une homogénéité figée et anachronique. Les laïcs ouverts croient à l’exercice du jugement et aux nuances et limites des accommodements raisonnables. Généralement favorables au rapport Bouchard-Taylor, ils interdiraient les signes religieux pour certains employés de l’État en position d’autorité ou de force, mais ils les toléreraient pour les autres. La plupart d’entre eux retireraient aussi le crucifix du Salon bleu de l’Assemblée nationale.

3. Les conservateurs: Les conservateurs identitaires ne sont pas des tenants idéologiques de la laïcité. L’enjeu de la séparation de l’église et de l’État est plutôt instrumentalisé par eux pour servir une entreprise de préservation d’une culture traditionnelle franco-catholique qui tolère mal l’arrivée de minorités culturelles et religieuses au Québec. Les conservateurs identitaires (et leurs cousins obsédés par une invasion islamique imminente) sont moins préoccupés par la neutralité de l’État que par la menace que posent ces nouvelles minorités pour l’hégémonie du patrimoine historique québécois. Les plus militants détestent eux aussi le cours d’Éthique et Culture Religieuse, mais pour des raisons complètement opposées à celles des laïcs fermés: ils reprochent au cours d’ÉCR d’avoir dilué l’enseignement de la tradition chrétienne au profit d’un enseignement trop neutre, pluraliste et accommodant. Le crucifix «patrimonial» de l’Assemblée nationale ne dérange pas les conservateurs. Les manifestations religieuses non plus — pourvu qu’elles soient «patrimoniales». Ils interdiraient ou limiteraient toutefois l’expression de la différence culturelle ou religieuse de l’étranger, qui devrait soit «retourner chez lui» ou alors «prendre le pli identitaire» du Nous traditionnel. (À ce titre, le changement de nom de la « Charte de la laïcité » pour la « Charte des valeurs québécoises » est révélateur: il marque la transition de la défense d’un principe à la défense d’un clan.) Pour les conservateurs identitaires — qui appuient massivement la Charte péquiste — le gouvernement devrait pouvoir imposer des «valeurs nationales» et régimenter la liberté de conscience et de religion comme il l’entend, sans se préoccuper des droits des minorités et autres obstacles à la volonté de la majorité traditionnelle.

4. Les gestionnaires: Ils appellent au calme, il attendent de voir les détails, et ne comprennent pas pourquoi les esprits s’échauffent. Ils ne sont normalement pas religieux eux-mêmes, mais contrairement aux laïcs fermés, ils n’ont pas d’hostilité particulière envers les religions, qu’ils assimilent à une forme de hobby vaguement pittoresque. La notion de droits fondamentaux et de liberté de conscience n’intervient pas davantage dans leur réflexion que celle de la laïcité de l’État ou de la préservation d’un patrimoine quelconque. Pour ces gestionnaires désincarnés et peu portés sur les grands principes, la Charte péquiste n’est qu’une proposition de réglementation sociale comme une autre, comparable aux limites de vitesse, à la taxe sur le tabac et aux normes sur la qualité de l’eau. Le gouvernement prétend qu’il y a un problème, et il propose une solution. Il faut en débattre calmement, une fois les détails connus, et peut-être faire quelques amendements, justifiés par le pragmatisme ou l’efficience. Pour les trois autres camps — et en particulier les laïcs ouverts — cette posture de sérénité détachée ignore la gravité des questions en jeu, qui n’ont rien à voir avec la gestion gouvernementale habituelle.

*           *          *

Les sondages suggèrent un appui populaire important au projet de charte des valeurs du PQ. La grande majorité de ces appuis proviennent sans doute du camp des conservateurs, auxquels s’ajoute un certain nombre d’adhérents idéologiques de la laïcité fermée.

Les opposants (dont l’auteur de ces lignes) sont pratiquement tous, à divers degrés, dans le camp de la laïcité ouverte.

Quant aux gestionnaires, ils devront tôt ou tard réaliser que l’affrontement en cours concerne des idées fortes et des principes fondamentaux, et que, dans ce débat essentiel sur la tolérance, la diversité et le rôle de l’État, les détails du projet de Charte risquent fort d’être, justement, des détails.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

15 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Selon certaines Musulmanes, si elles portent le voile tout le temps, elles iront au ciel des heureux musulman et si elles ne le portent pas assez souvent, elles iront aux enfers des malheureux incroyants.

La burka et le nikab qui voilent tout, tout, tout, même les visages des femmes musulmanes, une invention divine ! ? Non, un simple religieux asservissement.

Un joli voile qui ne couvre que les cheveux serait bien suffisant et plus acceptable aux autres Québécoises qui pourraient en faire tout autant.

Encore une fois, je vous pose la question: Quand et où avez-vous été servi par et/ou croisé des musulmanes qui portaient la burqa ou le niqab dans les rues de Montréal Monsieur Bousquet? Hein?

http://www.lapresse.ca/photos/caricatures/201308/31/12-11116-caricatures-du-1er-au-7-septembre-2013.php#738101-3-septembre-2013

Et à quand remonte votre dernière présence à une lapidation au Québec Monsieur Bousquet? Hein?

Cette charte de la laïcité récemment pompeusement renommée charte des valeurs québécoises se dirige vers un affrontement entre Québécois totalement vain et superflu d’autant plus que la commission Bouchard/Taylor avait clairement conclu qu’aucun problème majeur n’émanait de la cohabitation entre les différentes ethnies au Québec et principalement à Montréal.

Vouloir faire du Québec un immense Hérouxville est complètement ridicule.

Les valeurs sont personnelles et intimes et l’État déjà ventripulant, obèse, tentaculaire et oppressif n’a rien à y foutre.

Bonjour,

Tout en ayant vécu pendant plus de 45 ans à Montréal, ayant été l’heureux propriétaire de 77 logements répartis sur 9 propriétés dont deux 8 logements dans des quartiers multiethniques soit sur la rue de l’Épée dans le Parc Extension entre Beaumont et Jean Talon et l’autre 8 par 4 ½ pièces sur la 10ème Avenue à Ville Saint Michel, soit deux quartiers avec une gentrification tout à fait maghrébine. Afin de fermer le clapet de certains nationalistes québécois, je n’ai jamais mais jamais VU une seule femme musulmane avec une burka de ma vie.

Tout en avertissant nos pauvres nationalistes québécois « avec leur poignée dans le dos », des montages photographiques en communication, cela existe……Au plaisir, John Bull.

J’ai vu une femme portant une burka jaune, marchant derrière son mari, sur le Boulevard des Capucins, à québec, il y a 4-5- ans.
Il y a 3 semaines, en pleine canicule, 3 femmes ont défilé sur la Grande-Allée, avec de belles burkas.

Montréal est la ville la plus voilée en amérique du nord. Impossible de rouler 5 minutes en ville, sans voir une femme voilée. Y’a 20 ans, y’en avait aucune

Oh…juste un point: seriez-vous en train de nous affirmer que vous devanceriez les véritables objectifs de Drainville et iriez jusqu’à réglementer la façon dont les gens devraient s’habiller en public, dans le métro, sur les trottoirs, dans les centres d’achat, etc…?

Développez un peu SVP…

La burka est portée par des femmes pachtounes (Afghanistan, Pakistan), c’est pas étonnant que vous n’ayez pas vu une burka chez des maghrébines.

« Les laïcs ouverts croient à l’exercice du jugement et aux nuances et limites des accommodements raisonnables. »

D’autres truc sur les « laic ouvert »

(vous trouvez pas le proceder rhetorique laic ouvert et ferme un peu simplet ? on dirait une astuce 1ere annee primaire ….)

Mais d’autres truc sur les « laic ouvert » …

(0)

Les laics ouverts sont pret a accepter la negociation entre les partis concernant des droits et des atteintes aux droits au cas par cas ….

Et ensuite ils accusent pierrejeanjacque qui veut modifier une charte de pas respecter les droits individuels et meme d’etre contre les droits individuels …

(1)

Les laics ouverts definissent …

Un accomodement est raisonnable par s’il n’est pas excessif et n’est pas excessif si les couts, les atteintes aux autres droits et les contraintes a l’entreprise sont raisonnable ….

Je pense qu’il faut aussi aimer la subtilite des arguments circulaires pour etre laique ouvert …

(2)

Il faut aussi etre creatif pour etre laics ouverts et parfois quand il y a une atteinte a un autre droit comme pour les agent de l’etat qu’on voudrait d’un sexe plutot qu’un autre quand on est un usager …

On reflechit et on se dit et si on faisait un systeme ou l’employe ne sait pas qu’il a vecu de la discrimination bingo … plus d’atteinte aux droits deraisonnables …

car on sait qu’une discrimination qui se fait notre insu n’est pas une discrimination deraisonnable …

(3)

Les laics ouverts …

Pour la discriminaiton consentie comme des femmes qui vont s’assoir a l’arriere dans une conference a l’universite dans une section reserve he bien c’est pas de la discrmination

(4)

(a)

Pour l’atteinte a la liberte de conscience des enfants et leur choix de ne pas avoir de religion … on va ne pas en parler la plupart du temps …

Car dans le fond comment justifier que la liberte d’expression religieuse des parent l’emporte sur la liberte de conscience des enfants …

(b)

Mais on a un autre truc des fois quand on est laic ouvert …

On va faire comme si la religion de leur parent etait la leur …. car on le sait la religion est une caracteristique intrinseque d’un etre humain qui se transmet genetiquement ….

(c)

On va faire aussi comme si les ecoles juives assidiques ou les filles et garcons ont pas la meme instruction et ou c’est essentiellement religieux n’existaient pas …

Au pire on dira que c’est marginal …. car on le sait tous qu’on peut brimer le droit a l’education d’enfant si le nombre est marginal …

(5)

Quand on est laique ouvert …

On va lire les textes juridiques comme si c’etait des livres saints qui devaient pas avoir besoin de retouche car ils ont ete ecrit par dieu ou ses representants dans un tres lointain passe …

Ensuite on va se voir comme des savants religieux qui seul eux peuvent bien lire les differents codes et nous mener au droit chemin …

Pis ultimement on va vous sortir des niaiseries comme c’est meme pas important ou on ecrit et comment on ecrit la laicite ou l’egalite homme femme dans une charte …

Et pis vous dire meme si c’est pas ecrit c’est pas grave … c’est comme si c’etait ecrit ….

—-

Remarque supplementaire aux laic ouvert concnernant le droit

Qu’on se rappele que les juristes etaient capable de bien dormir le soir avec le sentiment de travail accomplit meme a l’epoque ou les femmes avaient pas le droit de vote ….

La nature du droit et de ceux qui le pratique c’est aussi ca …

Belle analyse.
J’aime votre parenthèse qui souligne » la transition de la défense d’un principe à la défense d’un clan ».

À vos fins bassement partisanes, vous pouvez réduire le débat actuel à une « gué-guerre » de clans, celle du nationalisme inter-culturaliste québécois vs nationalisme rocanadian multiculturaliste, soit. Il demeure un fait: Lorsque le crucifix surplombant la tête du fauteuil de la présidence de la toute première institution de notre État démocratique soi-disant laïque et que le hidjab (symbole de la soumission de la femme à l’homme chez les musulmans) seront remisés au Musée québécois des artefacts archaïques de régimes théocratiques, nous aurons alors fait avancer les causes que sont la neutralité religieuse de l’État du Québec et l’égalité homme-femme au Québec, deux valeurs universelles, certes, mais non moins québécoises.

Je vais prendre un numéro trois. Je veux un pays québécois pour mes enfants et petits enfants. Pour les mordus du multiculturalisme, y’a 59 autres États en Amérique du Nord pour s’épivarder.

Quel genre de laïc êtes vous?

Le suis le genre de laïc qui refuse d’interdire à un juif ou une musulmane de devenir médecin ou juge.

Je suis le genre de laïc qui va se battre pour que ces minorités puissent continuer d’avoir ce droit.

Je suis un laïs triste, catastrophé et en colère devant un Québec en est apparemment rendu là (entre autres niaiseries perpétrées par l’état Québécois…).

LAIC FERMÉ: Tout travailleur de l’état représente l’état et comme l’état doit-être neutre, l’employé ne devrait pas porter de sigles ou logo ostentatoires de religion, idéologie politique ou autre. Après le travail, faite ce qui vous plait.

Pourquoi ? Afin que la jeunne fille de famille (musulmane, Juive, Orthodoxe etc) qui se présente à la travailleuse sociale de l’école pour la « pilulle’ du lendemain ne soi pas intimidée ou ne change pas de bord en voyant une « représentante » de la religion de ses parents qui ont le sait portent un jugement assez clair sur le sujet….et qui sait peut-être qu’elle le dira à la mosqué-synagogue-église…

Pourquoi ? Afin que la femme qui en a marre des violences de son mari et qui décide « enfin » de porter plainte, envers et contre les « conseils » de ses contacts au sein de son milieu culturel (amies-famille-minitres du culte) ne se retrouve pas face a face avec un(e) representant(e) de ce culte-milieu…

Pourquoi? Afin qu’un applicant Musulman-Juif-Hindu-Orthodoxe tentant de l’aide sociale, dépourvu et sans le sou, ne soit pas reçu par un « agent décideur » qui devra la refusr/accepter……dont la présence est fortement assaisonnée de tout ce qui représente un BIAIS potentiel Croix gammée-Kirpan-Foulards- Capine etc

Alors QUI profiterais de travailleurs de l’état en habit Laïque ? Les religieux minoritaires qui seront ainsi assuré de n’avoir a composer qu’avec les demande de l’Employé et non pas avec les Messages véhiculés non verbalement par les HABITS IDEOLOGIQUES de chaque travailleur.

La laïcité du PQ s’affirme au nom de soi-disant valeurs québécoises qui n’existent pas.
La Province de Québec a été l’un des derniers gouvernements aux USA et au Canada à permettre le vote des femmes (1944).
La neutralité religieuse évi est une blague, puisque l’on maintient le crucifix à l’Assemblée nationale au nom de raisons irrationnelles (pour le respect du patrimoine, comme Barrès invitait les français il y a 100 ans à respecter sa Terre et ses Morts, avant la grande hécatombe de 1914). notre Terre et nos Morts).

Au nom de la laïcité, en France on efface des traditions et symboles chrétiens sans danger ni intolérance, dans l’espoir que les musulmans limiteront leurs symboles idéologiques et leurs us marqués par la brutalité. Dans ce potlatch, on perd : offensés par tout, ils obtiennent par exemple la suppression du poisson le vendredi à la cantine mais nous expliquent qu’il ne faut pas de porc du tout. Supprimer le poisson ne nous offense pas, mais admettre le non halal les offenserait gravement : c’est celui qui se dit le plus offensé qui dans une logique victimaire obtient ce qu’il veut. Au nom du « respect », ils virent sans aucun respect tout ce qui n’est pas dans l’islam.