Ukraine : vers l’état d’urgence ?

À l’heure où l’ensemble des médias internationaux a les yeux tournés vers les Jeux olympiques de Sotchi, l’Ukraine a connu, mardi, l’une des journées les plus dramatiques de son histoire.

Photo : AFP / Getty Images
Photo : AFP / Getty Images

À l’heure où l’ensemble des médias internationaux a les yeux tournés vers les Jeux olympiques de Sotchi, l’Ukraine a connu, mardi, l’une des journées les plus dramatiques de son histoire.

Après une période de relative accalmie consacrant des négociations factices entre le président Viktor Ianoukovitch et l’opposition, une trentaine de civils et de policiers sont morts dans des affrontements meurtriers à Kiev qui opposaient forces de l’ordre et manifestants du mouvement d’Euromaidan.

La descente aux enfers

Après plusieurs semaines d’un dialogue de sourds entre l’opposition et le gouvernement, la violence a ainsi atteint, mardi, une ampleur sans précédent.

Les troupes antiémeutes du ministère de l’Intérieur ont mené l’assaut sur la place de l’Indépendance contre des manifestants radicalisés, marquant un tournant irréversible dans la crise politique qui agite l’Ukraine depuis plusieurs mois.

Les manifestations ont débuté fin novembre, à la suite du refus du président de signer un accord de libre-échange prévu de longue date avec l’Union européenne, ce qui a provoqué la colère de milliers de manifestants pro-européens dans plusieurs villes d’Ukraine.

Le gouvernement avait alors cédé aux pressions russes, Moscou offrant à l’Ukraine — au bord du défaut de paiement — une aide de 15 milliards de dollars et d’importantes réductions sur les prix du gaz.

Après le retrait de plusieurs lois liberticides vivement condamnées par la communauté internationale en janvier, le président avait entamé une période de négociations avec l’opposition. Mais depuis plusieurs semaines, des factions extrémistes et de nombreux opposants au gouvernement sont venus grossir les rangs de ce qui devient peu à peu un bras de fer entre le peuple et le pouvoir quasi dictatorial en place.

Une loi d’amnistie avait permis ces derniers jours la libération d’une grande partie des manifestants arrêtés depuis novembre, et les opposants avaient quitté la plupart des bâtiments officiels qu’ils occupaient. Le Parlement était quant à lui chargé de travailler à l’élaboration d’une nouvelle Constitution sur le modèle de celle de 2004, censée réduire les pouvoirs présidentiels au profit de l’équilibre parlementaire.

Mais la lenteur du gouvernement à statuer sur les amendements constitutionnels en question, de même que la défiance grandissante des opposants envers le président, a dangereusement attisé les tensions.

Des assauts meurtriers

Mardi matin, des incidents ont éclaté près du Parlement, opposant plus de 20 000 opposants et des policiers de la brigade antiémeute.

Les manifestants prévoyaient interrompre la séance parlementaire consacrée à la réforme constitutionnelle, mais le défilé a rapidement dégénéré. Deux camions de la police visés par des cocktails Molotov ont pris feu, et les forces de l’ordre ont répliqué à coups de grenades lacrymogènes, qui ont embrasé les tentes des manifestants installées depuis plusieurs semaines sur la place de l’Indépendance.

La police a alors mené l’assaut contre les barricades érigées par les opposants : trois véhicules blindés munis de canons à eau ont tenté de déloger les manifestants, qui ont riposté par des jets de pierres et d’engins incendiaires, entonnant sans relâche l’hymne national ukrainien.

À Lviv, dans l’ouest du pays, environ 500 opposants ont investi l’administration régionale et le siège de la police, incendié des casernes militaires et pris le contrôle des dépôts d’armes.

Mardi soir, l’opposition faisait état d’une centaine de blessés et d’une trentaine de morts, tandis que les affrontements continuaient.

La situation est proche de l’état d’urgence dans la capitale : le métro est fermé et la circulation en direction de Kiev, fortement limitée en vue d’éviter de nouvelles violences.

Photo : AFP / Getty Images
Photo : AFP / Getty Images

Quelle issue ?

Les États-Unis et les pays européens ont fait part de leur inquiétude — condamnant vivement l’usage de la violence dans les deux camps — et ont enjoint le gouvernement ukrainien à reprendre le dialogue avec les manifestants sous peine de sanctions. La Russie, quant à elle, a condamné l’ingérence des États-Unis dans la crise, accusant Washington de vouloir influencer l’opposition et ainsi faire obstacle au libre choix du peuple ukrainien.

Les divergences entre les puissances internationales impliquées dans la crise ne permettent donc pas d’espérer une médiation internationale cohérente : en témoigne l’affaire récente du «Fuck the EU», révélé au gré d’une conversation enregistrée entre deux officiels américains au sujet d’une stratégie de transition politique pour l’Ukraine qui exclurait la Russie et écarterait l’Union européenne.

Une solution doit être trouvée au niveau interne, mais les discussions n’ont pas abouti mardi soir entre le président ukrainien et l’un des chefs de file de l’opposition, Vitali Klitschko.

Viktor Ianoukovitch a fait savoir au service ukrainien de Radio Free Europe/Radio Liberty qu’il ne négocierait pas avec les manifestants et ne stopperait pas les assauts tant que les violences ne cesseraient pas.

Les manifestants ont pour leur part confirmé leur intention de poursuivre la lutte, si violente soit-elle. Arseni Iatseniouk, figure de l’opposition, prononce ainsi ces mots : «Nous restons, nous défendrons notre mouvement, nous défendrons notre Ukraine, et notre avenir».

 

Aurélie Allain

Chercheure en résidence, Observatoire de géopolitique

Chaire @RDandurand @UQAM

Suivez-la : @allainaurelie

À lire aussi :

Comment « sauver » l’Ukraine? – mercredi 12 février 2014
Ukraine : l’ultimatum d’un peuple en colère –  vendredi 24 janvier 2014
L’Ukraine crie son désir d’Europe – mardi 3 décembre 2013
L’Ukraine peut-elle se permettre le choix de l’Europe ?, mardi 19 novembre 2013

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie