Un adieu émotif pour Alain Saulnier

Le très respecté directeur général de l’information de Radio-Canada, Alain Saulnier, a été viré ce jeudi de ses fonctions.  Les journalistes sont souvent très durs envers leurs patrons — et inversement. Je connais ce milieu depuis une trentaine d’années et jamais je n’ai vu une manifestation de respect et de tristesse à l’égard du départ d’un patron comme celle qu’on a pu voir, en direct, sur RDI, avec un élégant commentaire de Michel Viens:

J’avais connu Alain Saulnier au début des années 1980 lorsqu’il réalisait une émission à laquelle je participais à Télé-Québec, puis l’avais beaucoup apprécié comme Président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. J’avais été heureux aussi de sa collaboration pour la remise du Prix de la personnalité internationale de l’année, en tandem avec le CÉRIUM et Le Devoir.

On ne connait pour l’instant rien des raisons pour lesquelles Alain Saulnier a été éjecté de son poste. À suivre.

Laisser un commentaire

On ne connait rien des raisons pour lesquelles Alain Saulnier a été éjecté de son poste. Les connaitra-t-on jamais ?

Est-ce qu’il faisait partie du soi-disant nid de séparatistes qui parait-il pullulent à la SRC Radio Canada ?

Un lien avec le « Lamarche-gate » ? Une histoire qui devrait faire rougir de honte le département de l’info de la télé d’État…

La raison est pourtant simple.
Il vont engager quelqu’un pour fermer la SRC.

La qualité vas baisser graduellement et les cottes d’écoute vont baisser. Les revenues publicitaires également. Puis le coup fatale! Ils vont fermer radio Canada et vont ouvrir radio country (unilangue anglaise) avec la prière sur l’heure du midi. Il y aura des émissions du genre « jugement en direct » où l’on pourra voir le procès de famille trop pauvre pour se vêtir et donc seront jugé pour leur indécense en publique. Et des condamnations de père de famille pour avoir menacer un médecin pour qu’il puisse opérer son enfant. On y trouvera des émissions d’auto défense pour se protéger contre l’attaque de gens affamés. Des télé réalite de pendaisons en directe. Et il y aura en fin de journée le discourt du monarque Harper. D’une duré de 3 heures on pourra entendre tous les soirs les méfaits de la masturbation et comment l’homme s’est debarassé des dinosaures.

Évidemment l’écoute de ce nouveau poste sera total. Tout sera parfait, aucune critique, personne de mécontent.

Dans 5 ans…?

Dire qu’on aurait pu tout éviter ça en 1980,,,,

C’est rafraîchissant de constater qu’il y a encore quelqu’un qui a un code d’éthique. Il y a des limites qu’un boss ne peut franchir ou imposer à un employé, sinon le boss tue à petit feu son directeur de l’info dans ce cas-ci.
M. Saulnier n’avait pas d’autre choix que de démissionner. Sinon, il aurait eu l’impression de se trahir ou de se prostituer.
C’est une grande perte et une tristesse pour l’information.
Et Alain Saulnier est encore plus grand…

Ce commentaire est plus qu’élégant, il est même courageux dans les circonstances. Michel Viens pourrait même devoir en payer le prix. Pas sûr que Céline Galipeau aurait fait de même.

C’est clair comme de l’eau de roche. Les conservateurs seront au pouvoir pour une dizaine d’années encore. Ils s’accaparent la chaîne nationale comme les Libéraux ont fait avant eux. Vont-ils l’utiliser à leur avantage? Vont-ils la démanteler? Je ne sais pas mais comme dit Michel Viens dans la vidéo, il y a des coupures budgétaires. On pourrait aussi faire le parallèle avec le sénat où les conservateurs sont désormais majoritaires. Ce n’est que le début, l’Ouest canadien se réveillent que cela fasse plaisir ou non aux Québécois, Ontariens, fédéralistes, souverainistes, etc.

Il est temps que ce nid de syndicaleux gauchisto-séparatistes soit nettoyé.

À Radio-canada, ça prend 3 techniciens de plateau pour déplacer 3 chaises…

Parlez-en à tous ceux qui fréquentent les télés privées – VS – Radio-canada. Z’en reviennent pas du gras qui se cache dans tous le replis de cet organisme obèse et empâté.

On devrait dégraisser ce couvoir de syndicaleux pour ensuite le privatiser.

On en tirerait de bons revenus.

L’information, dans tous les domaines, est essentielle pour vivre et survivre.
Alors sil’information est vitale à l’homme pour assurer sa survie en tant qu’individu et en tant qu’espèce, l’information est un droit.
Si l’information est un droit fondamental de l’homme, auquel il a droit du seul fait qu’il est homme, les autres hommes et la collectivité ont alors le devoir de l’informer.
Il ne saurait y avoir de véritable démocratie sans une information claire et entière.
Pourquoi ne pas confier à Radio-Québec ce mandat de nous bien informer pour que nous puissions prendre des décisions éclairées?
Car, actuellement, la liberté de presse, c’est et c’est uniquement la liberté de publier ou non ce qu’on veut, quand on veut, où on veut et de la manière que l’on veut, pourvu que cela rapporte économiquement ou politiquement

Il est évident que ce congédiement est politique suite aux pressions que le gouvernement
Réformiste Allianciste Créationniste Biblique Militariste de Steven Harper a exercé à la SRC en ce sens.

Ceci dit, la SRC bénéficie de très fortes cotes d’écoute au Québec à la fois pour sa radio
( Première chaine et Espace Musique ) , sa télévision ( SRC et RDI ) et pour l’utilisation de ses différents services internet.

Au niveau national, l’audience de la SRC est composée à 90 % des Québecois francophones
ce qui confirme que la SRC est « De Facto » la radio et la télévision d’état ….. du Québec !

Si le gouvernement Harper veut créer une nouvelle crise avec le Québec et encore faire monter le Parti Québecois dans les intentions de vote et bien ….. qu’il coupe fortement dans les budgets de la SRC.

Ce qu’il va de toute façon faire dans son prochain budget, question de « flatter » sa base électorale de l’ouest canadien qui est viscéralement anti SRC/CBC et accessoirement pro « Sun News ».

Selon le dernier sondage Crop, le PQ est à 30 % dans les intentions de vote.

Si au cours des prochains mois :

le PQ passe de 30 à 32 %
le PLQ passe de 29 à 30 %
la CAQ passe de 26 à 24 %
et
si QS passe de 8 % à 7 %

Le Parti Québecois atteint alors le seuil minimal pour former un gouvernement majoritaire.
PQ : 63 députés
Partis d’oppositions : 62 députés

Faites en vous même l’essai ici :
http://www.tooclosetocall.ca/p/quebec-simulator.html

En passant monsieur Lisée, pour votre information personnelle, à partir de ce simulateur et des résultats du sondage Crop d’hier, la circonscription de Rosemont demeure au PQ
avec 46 % des voix.

On a affaire à des fascistes à Ottawa et il faut travailler à le démontrer au plus grand nombre pour qu’arrive le jour UN de la Souveraineté du Québec, le plus tôt possible.

Nos vies sont à nous-même et conséquemment, il faut se prendre en main.

Vive la Liberté !!!

C’est un bel hommage de Michel Viens pour monsieur Saulnier en effet. On sait que C.B.C. n’est pas très écouté dans le Canada anglais, les Restes du Canada (R.O.C.)comme ils disent. Monsieur Harper est un anglophone des Restes du Canada et je serais agréablement surpris d’apprendre qu’il ait un jour écouté la S.R.C. Les Beaux Dimanches par exemple. C.B.C. n’est pas écouté, il est donc inutile. C.R.C., c’est la version française de la C.B.C., c’est pareil. La S.R.C. est écoutée ? C’est écouté seulement par les francophones, principalement par ceux du Québec qui ont voté non pour le N.P.D. mais contre le P.C.C. De plus, la S.R.C., c’est bien connu, est un nid de séparatistes. Je crois que les Conservateurs débutent leur entreprise de démolition de notre réseau pan-canadien, le seul permettant à tous les francophones de Comox à Goose Bay, par la mise-à-pied d’un de ses principaux et plus apprécié soutiens.

y veulent relever le niveau du débat et ça a l’air que les conservateurs voudraient nommer l’actuel éditorialiste en chef de l’hebdo régional l’écho de la beauce au poste de m.saulnier,les chiens écrasés du rang 4 de st-gédéon vont enfin reprendre de leurs importance.c’est le fun ça rappel les purges des intellectuels du régime de mao,c’est vous dire le progrès,lol

@ David:

Si nous relevions le nombre de fausses informations que vous disséminez chaque jour, la honte ne vous ferait pas rougir, mais carboniser.

La paille et la poutre, comme on disait autrefois.

Peut-être n,y a-t-il rien à faire contre cette volonté harperienne de détruire l’âme de Radio-Canada. Tout porte à croire que ce mouvement s’accélère.

Si les Québécois avaient de la colonne, ils retiendraient les sommes normalement prévues pour R.C. et les verseraient à Télé-Québec de façon à récupérer les compétences qui quittent R.C.

Télé-Québec pourrait ainsi enrichir et améliorer ses propres activités et occuper l’espace médiatique libéré par l’effritement de Radio-Canada.

La nature ayant horreur du vide, ce dernier sera sera nécessairement occupé. La question est par qui ? Péladeau, Rogers, Power Corp. etc., etc.???

«La pensée idéologique est toujours contre quelqu’un. Elle est toujours un instrument de violence. Elle en est imprégnée, empoisonnée.»
[Francesco Alberoni]

C’est de toute évidence, un coup de force, téléguidé d’Ottawa, dans le but de nous museler un peu plus, nous faire rentrer dans le rang de ceux qui ne critiquent plus.C’est un jour sombre pour l’information.J’imagine qu’avec ça, il y aura des coupures aux émissions de type »enquêtes » qui nous apprennent des choses,qui font que nous sommes moins ignorants, moins dupes et soumis aux dictats de l’autorité.

@David

Le «Lamarche-gate»?
Cela ne me rappelle rien – et je ne suis pas le
seul. Peut-être pourriez-vous nous rafraîchir
la mémoire.

Merci.

Il est grandement temps de faire de tele-quebec,Le réseau d’information privilégié des québécois.Il faut construire un réseau d’information national et international.J’espere que le prochain gouvernement péquiste s’y attellera.S’il cherche un directeur de l’information,monsieur Saulnier pourrait faire l’affaire.
michel lafrance

Excellente nouvelle. Espérons que c’est le debut d’un grand ménage et du processus de démentèlement de cet organe de propagande.

On apprend que c’est l’acadien Michel Cormier
qui prend le flambeau.

Oui, geste très courageux de Michel Viens!

@michel lafrance

Très bonne idée! Ce sera notre télé nationale.
Une télé anti démagogie… où les ignares pourront enfin s’instruire gratuitement un contre poid au radio poubelle et télé V idanges.

Je crois que la Fédération professionnelle des
journalistes du Québec en fait une analyse tout à fait lucide :

http://fr.canoe.ca/divertissement/tele-medias/nouvelles/2012/02/23/19415141-qmi.html

«Sa mise à la porte, présentée officiellement [jeudi] comme un “départ”, prend les allures d’une première salve des conservateurs dans leur bataille pour réduire la taille, l’influence et le budget de Radio-Canada», a écrit la FPJQ sur son site internet.

«À la veille de compressions importantes à la SRC, la FPJQ craint plus que jamais qu’on saborde le mandat d’information du diffuseur public», a poursuivi l’organisation qu’a déjà présidée Alain Saulnier, de 1991 à 1997.

Selon la FPJQ, le départ «aussi précipité qu’inexpliqué» de M. Saulnier «fait craindre le pire pour l’avenir du journalisme chez le diffuseur public».

Remerciements à Michel Viens pour ses commentaires habilement insérés dans un reportage venant de Trois-Rivières.
L’indépendance du Québec n’est pas la solution de remplacement au gouvernement Harper. Nous devons nous libérer du PM et des ministres de ce gouvernement qui gouvernent pour eux et non pour la population du Canada. Nous sommes dans un pays libre et progressiste. Nous sommes au 21e siècle. Ce PM et ses ministres sont rétrogrades et vivent dans le passé. Ce PM fonctionne à la manière de George Bush. Il aime se servir des forces armées pour valoriser le dévouement et l’implication des Canadiens outre-mer…dans des guerres sans issue. Des jeunes Canadiens perdent la vie inutilement pour les guerres des autres ou les guerres du PM. Mais il faut s’ouvrir les yeux et savoir reconnaître la contribution de nos journalistes, de nos policiers, de nos pompiers, de nos ambulanciers, de nos médecins, de nos professeurs … qui oeuvrent en territoire canadien.
Monsieur Alain Saulnier: votre carrière n’est pas terminée. Il est impérieux que vous nous aidiez à changer ce gouvernement qui ne correspond pas aux attentes des Canadiens du 21e siècle.

On apprendra peut-être dans les prochaines semaines que l’émission Enquête est retirée des ondes. Raisons: ce n’est pas le mandat de Radio-Canada de dire la vérité.
Comme le disait l’humoriste Coluche: «Il ne faut pas dire la vérité à la télévision, car il y a trop d’enfants qui écoutent…»

Anecdote amusante.

Avant de devenir « journaliste » pour Radio-Canada, Alain Saulnier a été le candidat du parti communiste ouvrier dans la circonscription de Marie-Victorin lors de l’élection de 1981.

@ Denis Drouin et michel lafrance

De mémoire il me semble qu’un réseau appartenant au gouv du Québec ne peut pas avoir un bulletin de nouvelles. Ce serait une exclusivité fédérale.

C’est à vérifier.

Surprise de taille: est-ce que le départ de Monsieur Alain Saulnier pourrait marquer le début de la censure chez les journalistes ?

Et, Monsieur Saulnier est remplacé par Michel Cormier qui a réalisé un reportage très tendancieux sur la division de la Tchécoslovaquie et en République Tchèque et Slovaque à une semaine du référendum de 1995 à une heure de très grande écoute à la SRC.
De toute évidence, c’est un Naufrageur. Regardez-le bien aller! Et suivez l’évolution au cours des prochains mois.

Ça pue cette histoire là.

Il n’y a aucun doute que ce renvoi est fait pour des raisons purement politiques et partisanes.

J’espère que l’on découvrira la vérité là-dessus.

Radio-Canada est considéré comme non pas la télévision d’État canadienne, mais bien la télévision d’État québécoise.

Si les Conservateurs se sont mis le nez là-dedans, ce sera la goutte qui fera déborder le vase et qui fera réveiller le peuple québécois.

Le Canada devient de plus en plus un régime totalitaire.

Vous souvenez-vous, l’été passé, la CBC, basée à Toronto avait tenté de couper en douce le service francophone de nouvelles.
Alors, j’imagine que le service francophone de Radio-Canada y passera avant celui de Toronto. Et on se dit vivant dans un pays bilingue. Hum!!!

@ Youlle (# 31):

Vous devriez être satisfait non?

L’ex-URSS n’était-elle pas l’emblème même de la gauche?

@ michel lafrance (# 21):

Quoi? Après toutes ces années (Télé-Québec a été crée en 1968!!!) et ces centaines de Millions de beaux dollars de « subvention » (cet argent dilapidé aurait pu servir à soigner nos malades ou à aider nos étudiants universitaires!!!), Télé-Québec, qui s’adresse rappellons-le, principalement aux francophones québécois, n’a pas encore réussi à s’imposer au QUÉBEC?

Avez-vous des explications à ce mystérieux phénomène Michel?

@ David (# 29):

Merci de cette précieuse information David.

Monsieur Lisée nous avait soigneusement caché cette information.

Voilà qui explique sa « popularité » auprès des employés syndiqués achetée avec l’argent des autres…

À venir sur votre déclaration d’impôt: êtes-vous souverainiste ou fédéraliste? Tout dépendant de votre réponse vous aurez droit à un crédit ou à un discrédit.

Sur une note plus légère.

Alors que la SRC bénéficie de très fortes cotes d’écoute uniquement par l’appui de la majorité Québecoise francophone la seule cote d’écoute potable de la CBC dans le ROC est illustrée ici.

Le saviez vous ?
Don Cherry joue du Piano !
http://www.youtube.com/watch?v=qdJp5-g69go

C’est Michel Cormier qui remplace Alain Saulnier.

Le rêve des mandarins non élus de l’Unité Canadienne a toujours été de transformer le Québec en une sorte de gros Nouveau Brunswick 2.0 bilingue et graduellement assimilé à l’anglophonie Canadienne et Nord Américaine.

Le fait francophone au Canada doit ainsi absolument correspondre dans l’imaginaire de tous
à une minorité folklorique sympathique sans plus, équivalente par exemple aux minorités
multiculturelles chinoises de Vancouver ou Tamoul de Toronto.

L’information Radio-Télévision-Internet étant le nerf de la guerre dans toutes les sociétés
modernes quoi de mieux alors pour un Louis Lalande fédéraliste que de nommer le très docile
Michel Cormier fédéraliste et acadien de surcroit, pour atteindre cet objectif et transformer et réduire la SRC au Québec en l’équivalent de « L’atlantique en direct » de « L’Ontario en direct » et de « L’ouest en direct ».

Voila quel sera le mandat de Michel Cormier.
Unité Canadienne oblige !

Ce départ est lié à la guerre avec Quebecor
RC à fait ce geste en échange Quebecor va arrêter de dénigrer RC
Qui n’a pas vue le reportage d’enquête sur la fabrication de nouvelle à Quebecor , un pure délice

@ Cincibol et François1 et les autres, 100% d’accord avec le commentaire sur le nid de séparatisse. Tout débat à l’appui du contraire est futile.

Je gage une petite poignée de sel que Drainville aura un compagnon de carrière à l’Assemblée dite Nationale, sous peu.

J’ai déjà des nausées sachant que c’est à TLMEP que le petit peuple prendra sa version de la ‘vérité’ sur le départ de Saulnier. On gage une petite poignée de sel?

D’ailleurs, toujours le sujet de ce nid de séparatisses, souhaitons vivement que TLMEP apparaisse très bientôt sur le bon radar des hauts dirigeants de la Société Radio-Canada.

« Avant de devenir “journaliste” pour Radio-Canada, Alain Saulnier a été le candidat du parti communiste ouvrier dans la circonscription de Marie-Victorin lors de l’élection de 1981. »

Oh mon dieu! Appelez la police, enfermez-le! Plus sérieusement, je trouve ça désolant que ça justifie un congédiement, 30 (TRENTE) ans plus tard, aux yeux de quelques zélotes.

L’ex-URSS n’est plus l’idole de la gauche depuis longtemps. C’est juste devenu l’épouvantail de la droite.

@Michel Lafrance:

Votre idée a du bon: Quand je regarde le nombre de congédiés du journal de Montréal (et de Québec), de Radio-Can etc, il me semble qu’on pourrait faire un méchant bon poste d’information.

Si on veut faire ça, faudra donc y aller avec le rapatriement de nos pouvoirs en matière de culture (avec les revenus d’impôt qui vont avec). Vu que Jean Charest et Robert Bourassa ont tour à tour suggérés cette idée, on peut donc supposer que nos habituels libéraux non-assumés seront d’accord!

Avant Saulnier et Lisée, la série de vidages a commencé subtilement avec celui de Pierre Sormany, le producteur de l’émission « Enquête », justement, à la suite d’une imprudence digne d’un débutant, il faut le reconnaître. Il a laissé un message strictement personnel sur le site d’une amie sur Facebook ou peut-être Twitter. Un message critique pour le moins, à l’endroit ou plutôt à l’envers, puisqu’il l’a très mal reçu, de Jean Lapierre. Sur les sites sociaux, qui ne le sont pas toujours, le message repris par des « amis » de Sormany a fait le tour du Landernau médiatique puis politique. Ordre ou zèle? Sormany a été viré… euh, a démissionné. Au lieu de défendre le responsable d’une de émissions d’affaires publiques les plus sérieuses et surtout pour SRC, des plus regardées. La direction de la chaîne a donc fait son maximum pour que Sormany s’en aille. Comme pour Sormany, pas de soucis pour Alain Gravel, s’il est obligé de … comment déjà… démissionner, il sera un plus dans n’importe quelle structure de média.
NB. Si la mémoire de Lapierre est aussi brillante dans le cas des faits rapportés par Sormany que pour son vote lors du référendum de 95 et si quelqu’un(e) s’est donné(e) la peine d’enregistrer quelque chose, le déroulement du procès (s’il a lieu) qu’il a intenté à Sormany risque d’être distrayant. Comme dirait René Homier Roy.

Les dernières décisions à Radio Canada s’orientent probablement vers une volonté de canadianiser davantage encore Radio Canada au Québec quitte à réduire encore plus les côtes d’écoutes de RDI et des téléjournaux qui passablement déjà pan canadiens forcent des centaines de milliers et des centaines de milliers de Québécois vers l’info TVA malgré ses ratés comme ses bons coups et les radios privées du type 98 fm de Montréal.

L’internet actualité ou ce que j’appelle l’Info-Web reste la seule option néanmoins pour sortir du quasi monopole informatif audio visuel de Radio Canada-TVA.

J’écoute de moins en moins l’information radio canadienne parce que le Québec qui concentre la majorité presque écrasante des francophones au Canada puisque nous sommes toujours légalement des Canadiens hélas compte comme une région du Canada pour le Téléjournal. Radio Canada doit tenir compte que les francophones sont essentiellement Québécois tout en même temps devoir alimenter une réseau francophone pan canadien, les responsables s’arrachent les cheveux parce que c’est une situation insoluble!

Et nommer comme nouveau directeur de l’information un Acadien comme Michel Cormier probablement très fédéraliste ne risque pas de résoudre la quadrature du cercle délirante qui enferme Radio Canada à suivre relativement une actualité locale à Toronto ou Winnipeg qui n’intéresse pas les Québécois puisque deux solitudes culturelles cela reste à distance surtout lorsque l’une d’entre elle forme 21% de la population canadienne et est minoritaire dans le Canada.

Si A.Saulnier a essayé de maintenir une identité québécoise moyenne à SRC et qu’il en est congédié face à un gouvernement conservateur majoritaire et canadien monarchiste, SRC ne s’améliora pas dans sa traduction de la réalité québécoise.

Non!

@ François 1 #39

« @ Youlle (# 31):

Vous devriez être satisfait non?

L’ex-URSS n’était-elle pas l’emblème même de la gauche? »

Vous êtes dur de comprenure M. François.

Ce qui se passe avec Radio Can et Harper est pareil ou = à l’URSS d’autre fois un régime totalitaire.

Faites en vos propres conclusions. Si vous trouvez que Harper est de gauche, c’est comme vous le voulez.

Le nouveau vice-président de Radio-Canada, Louis Lalande,n’entretenait pas de bonnes relations avec Alain Saulnier. Plusieurs personnes aiment voir des complots inutiles selon leur optique fédéraliste-indépendantiste.

Radio-Canada se doit d’être neutre car c’est une télé-radio publique.

Le problème à Radio-Canada réside plutôt dans son parti pris favorable à la gauche. Elle n’est pas toujours objective. Au fait, il y a beaucoup d’employés dans cette boîte…et, dernièrement, on semble plus préoccupé par les coupures du prochain budget que de renseigner le public.

http://www.youtube.com/watch?v=ZC2eKN1C8nU

La démission de ce monsieur, en plus de votre propre congédiement, ont tous les signes de congédient politiques. Déjà que la société d’État était l’image d’un instrument de propagande fédéraliste gouvernementale.

Il est flagrant que le mot Québec est de moins en moins présent dans le vocabulaire des commentateurs depuis quelques années pour identifier le NOUS!

Les coupures budgétaires ne sont là, à mon avis, que pour refermer l’emprise du gouvernement fédéral sur notre information et faire de Radio Canada un pur organe de propagande d’État. Qu’est-ce que cela va devenir si les commentateurs souverainistes sont interdits de cité dans cet organe de propagande politique?

Question pour vous monsieur Lisée : Croyez-vous que le congédiement de monsieur Alain Saulnier a quelque chose à voir avec son supposé refus de vous congédier?

@Philippe

« dernièrement, on semble plus préoccupé par les coupures du prochain budget que de renseigner le public. »

Avez-vous des exemples de cas où il y aurait eu baisse de la qualité des nouvelles en ce moment?

Pour ceux/celles qui voudraient avoir avoir un peu de contexte sur Radio-Canada vs la question nationale, voici un extrait de mon livre de 2005 consacré à l’ombudsman de la SRC sur Google Book http://bit.ly/xXtdr9.

Certains haïssables haïssant tout ce qui est québécois se lèvent la nuit pour détester Télé-Québec, même hors d’ondes.

Au bénéfice de ceux qui ignorent que CBC et RC ont le monopole d’État de la diffusion de la propagande pro-colonialisme rocanadian au Québec: il est interdit par le CRTC (Canadian Radio-television and Telecommunications Commission) de créer un service public d’informations nationales et internationales au réseau de sa colonie, Télé-Québec.

J’imagine déjà les fédos applaudir cette politique impérialiste du gouvernement du Rocanada sur sa colonie, la Province of Kwibek. Pathétique !!!

@Jean-François Trottier

De nombreuses fois, les lecteurs ou les journalistes soulèvent la question des coupures en ondes. C’est de la propagande corporatiste et cela me semble quelque peu déplacé.

@Philippe:

La SRC et CBC sont constamment sujettes d’attaques de réseaux Québécor ( c’est pire en anglais avec Sun News ) alors je vois mal pourquoi ils resteraient là sans se défendre. Ça aussi, ça sent la propagande corporatiste, et pas rien qu’à peu près. Quand Richard Martineau se plaint de la SRC, en tant que lecteur ou auditeur, je ne demande pas à entendre parler de ça, je veux des vraies nouvelles. Et quand on connaît la proximité PC-Québécor, on ne peut pas s’empêcher de penser: les coupures, c’est pour l’intérêt public ou pour un retour d’ascenseur?
Pour le biais de la SRC à gauche, si on avait autre chose comme télé généraliste que TVA et mini-TVA, peut-être que le sort de la SRC me dérangerait moins. Mais écouter n’importe quel média Québécor, ça sent la fabrication d’opinion. Déjà que GESCA me tapait sur les nerfs, ils ont réussi à les battre en encombrant leurs pages de pseudos-messies.
Alors qu’il y ait UN endroit qui soit un peu plus à gauche, j’endure. Parce que je ne suis définitivement pas de cette droite puérile style Liberté-Québec. Ils ont un peu trop de micros, qu’ils en laissent aux autres.