Un conflit créatif : spécial casseroles

À Paris
À New York
Dans les cieux
En publicité
En anglais

 

Dans les quartiers
Finalement... dans l'urne !

Signalez-moi le nom des auteurs de ces créations pour que je puisse leur en attribuer le mérite.

N’hésitez pas à me signaler d’autres élans créatifs, dans la section Commentaires ici, sur Facebook ou Twitter.

Laisser un commentaire

Bonjour à vous

Le principal responsable de cette crise, notre cher Jean Charest a fait réagir ma plume. Il en est sorti non un dessin, je suis nulle dans ce domaine, mais un texte et une petite fable que je me permets de vous envoyer :

A Charest, en toute franchise…

Ô que j’aime ce chant de casseroles
Qui dit si bien notre ras-le-bol !
Charest, as-tu les portugaises ensablées
N’entends-tu pas qu’on en a assez
De subir ton incompétence
Et les affres de cette loi violente ?
Pis, faut que t’le dise
Avec toute ma franchise
Tes magouilles, tes malhonnêtetés
On en a plus que soupé.
Quant à ton mépris, ton arrogance
Et toutes tes viles manigances
On en a marre, plein le pompon.
La jeunesse a donné le ton
Injuste est cette augmentation.
Comme j’ai mes 71 ans rebelles
Je suis de tout coeur avec elle
Fais-toi donc déjà à l’idée
Que quand viendra le temps de voter
On se souviendra de toi
De la répression de cette loi
On se souviendra d’un triste printemps
Où un irresponsable gouvernement
A voulu museler
L’expression de notre liberté.

P’tite fable

Maître Charest, certain de son bon droit
Était rouge de fierté devant sa nouvelle loi.
Ils vont m’obéir, ces fichus québécois
Pensait-il, je vais les mettre au pas.
Mais, notre bonhomme ayant si peu d’esprit
Avait fort mal jugé et n’avait pas compris
Que le peuple tanné de subir son mépris
Allait lui tenir tête et dans un bel élan
Faire un aimable pied de nez à son gouvernement.
Descendant dans la rue, la casserole à la main
Parents, grands-parents, étudiants et enfants
Tous unis, solidaires, d’une seule voix décidèrent
De lui offrir un inédit et harmonieux concert !

Morale : mépris, arrogance et autoritarisme apportent parfois de méchantes surprises

Cordialement de la part d’une de vos lectrices
Béatrice-M Dom

Je suis habituellement assez sympathique aux mouvements de revendication, en particulier quand c’est pour dénoncer une politique injuste du gouvernement Charest.

Dans le cas des casseroles, toutefois, je me pose des questions sur la perception à l’étranger de ce genre de manifestation. Si le bruit des casseroles par les citoyens du Chili de Pinochet servait à manifester contre les sérieux dérapages de la dictature (tortures, meurtres, etc.), au Québec, c’est une toute autre affaire, tout le monde en convient.

Il est vrai que les Acadiens, quant à eux, tiennent leur tintamarre à tous les ans, sauf que sa signification et sa symbolique sont bien connus.

Au Québec, à constamment crier aux loups, sans discrimination, peut-être qu’un jour, lors d’un enjeu franchement historique et majeur – mettant en jeu les fondements même de notre société (espérons que cela n’arrive jamais) -, nous ne serons plus écoutés par le reste du monde.

Une idée comme ça.

Bonnes images, et de très drôles, merci.

Vous savez, je suis personnellement du Village et puis, j’assume complètement le choix de casseroles. Il nous représente tout à fait.

🙂

À chacun sa casserole! Et pourquoi pas le <> de la casserole… Pour que ça passe; Faut que ça brasse; Faut que ça casse la cuillère sur la marmite; Faut que ça frappe dans le tas; Pour que les politiques sortent de leur placard; Pour que notre avenir se pose dans leur regard; Faut que ça brasse dans le chaudron; Faut que ça réveille le marmiton; Pour ne pas devenir un poltron!

Bonjour,

Une petite citation du Dimanche: « Un printemps érable pour se sortir d’un long hiver libéral ».

Voilà 🙂

Bonne journée.

L’annulation de la journée porte-ouverte du Grand-Prix, un autre bon coup pour Montréal…

@ inukshuk

« …peut-être qu’un jour, lors d’un enjeu franchement historique et majeur – mettant en jeu les fondements même de notre société (espérons que cela n’arrive jamais)… »

Mais c’est ce qui se passe présentement un enjeu majeur, même que nous sommes suivis et imité internationalement.

Le fait que les gens sont prêt a affronter la grande violence de la police et de la contester est plutôt une preuve de détermination pour nos relations. Le fait que les manifestants sont pacifique comme rarement ou nulle part dans le monde est une preuve d’une certaine maturité.

En fait tout ce qu’il faut pour mériter le respect.

Nom des auteurs pour crédit:
Pour « J’ (casserole) MTL », je l’avais cherché pour le poster sur mon tumblr:
http://bruvu.tumblr.com/post/23866819162
Son nom est Francis-William Rhéaume. On peut trouver sa page sur Facebook.

Je vous ai copié « Keep Calm ». Merci d’indiquer l’auteur si vous le trouvez.

@ Béatrice-Marie Dom (# 1):

« Morale : mépris, arrogance et autoritarisme apportent parfois de méchantes surprises » (sic)

C’est exactement ce que je me dis lorsque je vois la face de Nadeau-Dubois à la télé et que je constate que les appuis à Jean Charest augmentent par la même occasion.

@Béatrice-Marie Dom

Superbe!

Merci d’avoir partager votre créativité.

@inukshuk

Je vous rassure: Lorsqu’il est question des casseroles à l’étranger, les commentaires sont très sympathiques.

Et le mouvement avait aussi été récupéré en 2009 par les Islandais qui ont ainsi renversé un gouvernement corrompu qui les avait plongé dans la crise en étant complice, par collusion et copinage, avec les grands financiers avides du pays.
Le gouvernement qui a pris alors le pouvoir a nationalisé les 3 principales banques, flanqué en prison les financiers responsables du désastre économique et financier, forcé les banques à renégocier à la baisse la dette publique et poursuivi l’ancien premier ministre pour corruption.
Pas trop différent de ce qu’on vit (bien que je doute qu’on aie le courage d’aller aussi loin que les Islandais, mais on peut rêver).

@ M. Inukshuk:

À mon avis, on y est, à un enjeux franchement historique et majeur. C’est un peut la social-démocratie contre le néo-libéralisme, le peuple contre les puissants… Non, ce n’est pas le Chili de Pinochet, ce n’est pas la Syrie ni la Korée du Nord… Mais faut-il attendre d’en être rendu là avant de bouger? Mieux vaux prévenir que guérir, comme le dit le dicton. Ce n’est qu’un premier pas, mais à mon sens il est important qu’on s’interpose avant d’être véritablement dans la mouise, pieds et poings liés.

Et bon, on crie constamment au loup? Pas tant que ça, je trouve! Ça fait bien 15 ans que le monde est endormi et s’en laisse passer…

La cuisine libérale aura fait coller au fond un magma inmangeable et franchement déguelasse.

Alors on tappe sur les casseroles pourries de la corruption puisqu’on ne peut plus cuisiner proprement avec elles.

La table est mise pour se libérer des magouilleurs de l’assiette au beurre.

cf. Charivari (Wikipedia):

« Le charivari pouvait durer très longtemps, tant que les personnes mises en cause n’acceptaient pas de verser une sorte de rançon, comme au minimum offrir à boire aux participants, et souvent de « courir l’âne » (asoade en Gascogne) : les conjoints devaient enfourcher un âne, la femme dans le bon sens, l’homme à l’envers, tourné vers le derrrière et tenant en main la queue de l’animal, en général au moment du carnaval, au milieu de la foule qui les conspuait. Ces rituels effectués, le calme revenait. »

Alors, c’est clair, soit le gouvernement paie une rançon (gel ou annulation des frais de scolarité) ou bien Charest et Courchesne enfourchent l’âne, et la paix reviendra…

Un charivari (du latin de basse époque caribaria emprunté au grec καρηβάρεια (karêbária) qui signifie « lourdeur de tête », « mal de tête ») est un rituel collectif occidental, très similaire au carnaval. Il s’en distingue toutefois en ce qu’il n’est pas lié au calendrier.
Il s’agit d’un cortège dans lequel de nombreux musiciens et passants font du bruit avec toutes sortes d’objets, généralement détournés de leur usage traditionnel (ustensiles de cuisine), ou instruments rudimentaires tels que crécelle, claquoir ou tambour à friction.
Le terme désigne aussi bien le défilé en lui-même qu’un bruit discordant généré par de nombreuses personnes, du tapage ou encore du bruit accompagné de désordre. Dans ce dernier cas on parle aussi de chahut. Le rituel est attesté dès le xive siècle. Il se tient à l’occasion d’un mariage jugé mal assorti (c’est notamment le cas des charivaris organisés lors du mariage d’un homme âgé avec une jeune femme) ou d’un remariage (notamment quand un veuf ou une veuve se remarie trop vite après le décès de son premier conjoint : il s’agit alors d’un rite funéraire dans lequel le bruit est le seul moyen d’expression du défunt1). Le charivari pouvait durer très longtemps, tant que les personnes mises en cause n’acceptaient pas de verser une sorte de rançon, comme au minimum offrir à boire aux participants, et souvent de « courir l’âne » (asoade en Gascogne) : les conjoints devaient enfourcher un âne, la femme dans le bon sens, l’homme à l’envers, tourné vers le derrrière et tenant en main la queue de l’animal, en général au moment du carnaval, au milieu de la foule qui les conspuait. Ces rituels effectués, le calme revenait. Si les personnes incriminées refusaient de « courir l’âne », ils étaient remplacés par des comparses qui jouaient leur rôle, mais en ce cas c’est leur position au sein de la communauté qui était gravement compromise. Les autorités interdisaient la pratique du charivari qui troublait l’ordre public.

@ Youlle,
@ P. Lagassé,
@ internaute,

Merci d’apporter cet autre éclairage. Autant je peux parfois pousser un peu dans le cynisme, autant parfois je suis d’une candeur qui ferait rougir JJ Rousseau en personne.
😉

12 François 1 :

Hé! hé! nous n’avons vraiment pas la même vision.
Sur la face de Jean Charest, je vois le mensonge, la corruption, la manipulation…

Sur la face de Gabriel je vois la persévérance, l’intelligence, la générosité, le désir d’un monde plus juste, la jeunesse remplie de fougue et de motivation. Bravo à lui. Cela me donne confiance en l’avenir.

12François 1 :

Ainsi vous semblez être de ceux qui appuie un vil manipulateur, un amis des mafiosos, friand des magouilles et adepte d’une foncière malhonnêteté, je vous confie que je suis enchantée de n’être pas dans votre peau… Mais, il est vrai que chacun est libre de ses choix, puisque nous vivons en démocratie, du moins avant cette infâme loi 78, digne de Duplessis comme le dit très justement Julius Grey, avocat spécialiste en droit constitutionnel.

On a donc les constellations de la grande casserole et de la petite casserole (aussi appelées la batterie de cuisine), et la constellation du pégase devient celle du carré rouge à cause de sa forme.
L’étoile polaire se trouve « dans le Nord, autant que possible. »