Un été politique à surveiller

L’arrêt des travaux au Parlement n’est pas pour autant synonyme de pause des activités politiques. La blogueuse Manon Cornellier présente ici les dossiers chauds qu’il faudra suivre tout au long de l’été.

À Ottawa, la saga des dépenses des sénateurs Mike Duffy et Pamela Wallin, tous deux ex-vedettes de la presse parlementaire canadienne, entache la réputation du journalisme politique.
Photo : Alamy

Le Parlement a fait relâche pour l’été… et il était temps, car l’atmosphère y est plus empoisonnée que jamais. L’arrêt des travaux n’est toutefois pas synonyme de pause des activités politiques.
Politique

Dès lundi, tous les yeux seront tournés vers quatre circonscriptions où ont lieu des élections partielles. Deux châteaux forts conservateurs sont en jeu en Alberta, mais l’issue y est prévisible, le PC l’ayant emporté avec environ deux tiers des voix, en 2011.

La bataille est nettement plus intéressante dans les deux circonscriptions de la région de Toronto. Libéraux et néo-démocrates y défendent chacun un siège. Celui de Scaborough-Agincourt, que détenait sans danger le libéral Jim Karygiannis, est à l’image des nouveaux sièges que les conservateurs convoitent dans la région, et ils n’y ménagent pas leurs efforts pour noircir Justin Trudeau.

Dans Trinity-Spadina, laissé vacant par la néo-démocrate Olivia Chow (qui tente de se faire élire à la mairie de la Ville Reine), les libéraux salivent après avoir arraché le même siège au NPD lors des dernières élections provinciales. Le NPD ne peut se permettre de perdre un bastion à un an d’élections fédérales, où il voudra s’imposer comme la solution de rechange aux conservateurs.

En juillet, c’est le comité de la justice qui pourrait retenir l’attention puisque, fait inusité, il devrait tenir ses audiences sur le projet de loi sur la prostitution.

Les retombées des dernières décisions du gouvernement fédéral dans les dossiers des travailleurs étrangers temporaires et du projet de pipeline Northern Gateway pourraient se faire sentir.

On devrait aussi en savoir plus, d’ici la fin de l’été, sur les nouvelles contestations judiciaires qui attendent le gouvernement. Le Conseil des Canadiens et la Fédération canadienne des étudiants ont déjà annoncé qu’ils contesteraient la constitutionnalité de certaines dispositions de la réforme électorale. L’avocat torontois Rocco Galati, qui a lancé le processus ayant conduit à l’invalidation de la nomination du juge Marc Nadon à la Cour suprême, cible maintenant la nouvelle loi sur la citoyenneté.

Le premier ministre doit nommer un autre juge québécois à la plus haute cour du pays pour remplacer le juge Louis LeBel, qui prend sa retraite en novembre. Le processus de sélection reste à définir, étant donné que celui que le gouvernement avait lui-même implanté a été complètement discrédité à la suite de l’affaire Nadon. Le temps va réellement presser si rien n’est fait à ce sujet cet été.

Enfin, et comme toujours, la saison estivale s’achèvera sur les réunions des différents caucus, qui prépareront le dernier droit parlementaire avant les prochaines élections.

Bonnes vacances ! Je vous retrouve en août.

* * *

À propos de Manon Cornellier

Manon Cornellier est chroniqueuse politique au Devoir, où elle travaille depuis 1996. Journaliste parlementaire à Ottawa depuis 1985, elle a d’abord été pigiste pour, entre autres, La Presse, TVA, TFO et Québec Science, avant de joindre La Presse Canadienne en 1990. On peut la suivre sur Twitter : @mcornellier.

Laisser un commentaire

…Bon matin Manon Corneillier! Vous me faites aimer la Politique fédérale. Suis-je un Québécois normal?

Comme un bon Ontarien, je tente depuis plusieurs années de comprendre le cadre fédéral… Je pense

y arriver avec votre approche et votre objectivité… J’essaie de penser un instant que je suis plus à-même

de comprendre le monde en essayant de saisir toutes les nuances canadiennes. Suis-je quand même

un bon Québécois? Avec un sourire estival… G.D.