Un gouvernement pas trop curieux

Ce n’est qu’en lisant un article de L’actualité que Philippe Couillard a appris ce qui se passe au MTQ. C’est flatteur pour nous, mais c’est aussi un peu inquiétant.

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Ça brasse au Parti libéral depuis deux semaines.

D’abord, fait rare: des militants qui se rebellent. L’aile jeunesse ne s’est pas levée contre les compressions en éducation, ni contre les compressions en CPE, mais pour appuyer une multinationale étrangère qui fait du transport-qui-est-pas-du-taxi-même-si-c’est-pas-mal-pareil. Chacun ses priorités, on ne juge pas. (Ok, on juge.)

Et maintenant, c’est au tour de Robert Poëti de faire des vagues. Un député et ancien ministre libéral qui sort du rang, c’est rare comme un beau chandail Humeur Design.

Mais que se passe-t-il au PLQ? On en vient à se demander quel autre paradigme va chavirer en politique québécoise. Verra-t-on une unanimité au PQ? Une idée de la CAQ que personne ne vole?

Si la révolte Uber de l’aile jeunesse a pu être rapidement mâtée en leur lançant les miettes d’un «chantier de l’économie de partage», ça va être plus difficile de calmer la tempête Poëti. Il est clair que ce dernier va dîner seul à la cafétéria de l’Assemblée nationale pour un bon petit bout.


À lire aussi:

L’UPAC a-t-elle ignoré des plaintes du ministère des Transports?


Quand on l’a écarté de son poste de ministre, en janvier dernier, c’était pour faire de la place aux jeunes, aux femmes et aux régions. Son successeur Jacques Daoust a beau être une dynamique jeune femme de l’exotique région de Montréal, il ne semble pas aussi pressé que Poëti de s’occuper des pratiques inquiétantes au Ministère des Transports du Québec.

En fait, personne ne semble bien pressé. L’enquêteure engagée par Poëti a averti le chef de cabinet de Jacques Daoust du manque de collaboration du MTQ en février et en avril. Puis, fin avril, c’est Robert Poëti lui-même qui a écrit à Jacques Daoust. Le 28 avril, Poëti rencontrait le chef du cabinet du premier ministre. Et l’information s’est arrêtée là.

Ce n’est que le 18 mai que Philippe Couillard a appris ce qui se passe au MTQ, en lisant un article de L’actualité. C’est flatteur pour nous d’être une si bonne source d’information, mais c’est aussi un peu inquiétant.

À l’Assemblée nationale, les partis d’opposition ont eu peine à croire que le PM ne savait rien. En chambre, le caquiste François Bonnardel a soumis cette hypothèse: «M. le premier ministre, êtes-vous atteint du syndrome Gérald Tremblay: “Je ne le savais pas”?»


À lire aussi:

«C’est un secret de polichinelle que plusieurs membres du MTQ souhaitent
ardemment mon départ»


Depuis, parce que la politique québécoise est une chose formidable, l’expression «Syndrome Gérald Tremblay» est un terme interdit à l’Assemblée nationale. «Infection Gérald Tremblay», «Pathologie Gérald Tremblay» et «Lymphoréticulose Gérald Tremblay» sont encore permis. Amusez-vous bien, chers députés.

L’actualité a appris en exclusivité le nom de l’employé du MTQ chargé d’imprimer le rapport. Il s’agit d’un dénommé Clippy.
L’actualité a appris en exclusivité le nom de l’employé du MTQ chargé d’imprimer le rapport. Il s’agit d’un dénommé Clippy.

Pour ajouter à l’impression qu’on nous cache des affaires, il manquait des pages à un rapport du MTQ réclamé par des élus. Mais manquaient-elles vraiment? On a d’abord prétexté un problème d’imprimerie, puis de numérotation de pages.

«Ce n’est pas tout le monde qui est nécessairement un expert en Word», a expliqué hier le ministre Daoust. Ça augure bien pour la Stratégie numérique lancée aujourd’hui.

Est-ce possible que le premier ministre n’ait rien su alors que tout son entourage savait? Peut-être. Mais si on ne l’informe pas d’allégations de manœuvres douteuses au ministère du Transport, de quoi l’informe-t-on?

L’octroi de contrats est le voyage de cailloux dans les souliers du Parti libéral depuis un bout maintenant. Être à la place de Philippe Couillard, après les années d’enfer que le PLQ vient de traverser à cause de la Commission Charbonneau, je demanderais à être informé de tout au MTQ. Une cantine de chantier vend ses sandwichs trop chers? Je veux le savoir!

Le premier ministre est-il «un touriste», comme l’a dit François Legault ? Pas vraiment. Un touriste, ça achète un guide et ça s’informe avant de prendre l’avion.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

10 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« Mais si on ne l’informe pas d’allégations de manœuvres douteuses au ministère du Transport, de quoi l’informe-t-on? » Votre question n’est pas pertinente puisque vous avez dit plus haut dans ce texte qu’il était en train de lire le journal l’Actualité. Nous ne pouvons tout de même pas lui demander de faire deux choses à la fois, non mais ! ! !

Les branle-bas de combat à l’intérieur de la députation c’est une chose, mais à l’intérieur du conseil des ministres, personne n’en lui aurait glisser mot ? Bon bon, ont nous prend pour des valises, je veux bien mais là, le couvercle ne ferme pas ou le zipper « pète è fretttte ».

Il lui fallait du temps pour savoir qui dit vrai et qui ment dans toute cette histoire où tout ce beau monde pointent les autres du doigt. Hors, il semblent qu’il y a beaucoup d’aveugles volontaires dans ce ministère ce qui exige beaucoup de temps pour deviner qui sont les malfrats dans le groupe.

Dans le but d’aider le ministre d’août il faudrait l’informer que dans un traitement de texte moderne, qu’il s’agisse de MS Word, ou autre la numérotation de page se fait automatiquement. Si l’auteur supprime une ou plusieurs pages la numérotation va s’ajuster automatiquement. Pour qu’il manque des pages il faut soit n’imprimer qu’une sélection de celle-ci ou supprimer certaines pages après l’impression. On ne peut donc qu’en conclure que le rapport a été trafiqué.

Votrre aqnalyse est non seulement amusante – je suis conscient que ce n’est pas son but premier – mais très pertinente et très bien articulée. Je ne vous connaissais pas, mais vous m’avez convaincu de vous lire attentivement désormais. J’ose croire que cette analyse va réveiller vos lecteurs trop cléments envers les politiciens qui semblent se complaire dans l’indifférence et l’inertie…

« Son successeur Jacques Daoust a beau être une dynamique jeune femme de l’exotique région de Montréal… » Voici que l’informatique nous joue des tours pour la publication d’un commentaire.

Vous dites que c’est en lisant l’Actualité que P. Couillard a appris. Ça me semble peu probable: il se vante de ne pas lire les journaux québécois! Quelqu’un a dû l’informer … Son chef de cabinet? Ça lui arrive?

Voici l’art de faire passer les citoyen pour des épais sans que sa paraissent ce cher Phillip Couillar n’étais pas au courant

de ce qui se passent dans son entourage immédiat belle preuvent d’incompétence d’un premier ministre je serais gener de clamer ceci sur la place publique.

Une preuv flagrante qu’il faut se débarasser de ses incompétent au pouvoir et vite il sont en train de détruire le QUÉBEC et l’autre cave lui s’occupe du CANADA on attend quoi pour se tenir debout.