Un message d’Option Nationale: « Ça va bien, quand on y pense, PLQ ou pas! »

Je ne comptais pas revenir sur la question de la division du vote, mais je ne pensais pas non plus qu’un parti souverainiste et progressiste allait ouvertement souhaiter la réélection du PLQ. C’est pourtant ce qui s’est produit ce dimanche lorsque Option Nationale a validé, dans la Gazouillosphère, l’argumentation de sa candidate dans le beau comté de Taschereau:

Un appui sans équivoque !

Or que dit Mme Dorion dans sa réplique ? Voici l’extrait-clé :

Et puis, je vais me faire traiter d’hérétique, mais je n’ai pas peur que le PQ ne soit pas élu. Oui, avec un gouvernement de droite, notre bien continuera à se faire piller par les lobbys et les amis des ministres. Mais a-t-on une assurance que le PQ pourra, lui qui est toujours à plat ventre devant les sondages, se tenir debout face aux lobbys de toute sorte pour protéger notre bien ? […]

C’est après dix ans de PLQ que le printemps québécois est arrivé. Nous sommes plus en santé politiquement qu’il y a cinq ans. Les choses bougent. Ça va bien, quand on y pense, PLQ ou pas. La politique ne se passe pas qu’à l’Assemblée nationale. Elle se passe surtout entre nous, et entre nous, ça vient de recommencer à vivre. Le PLQ ne nous a pas empêchés de renaître politiquement, nous les jeunes et/ou les désabusés, et de nous retrousser les manches. Peu importe le prochain gouvernement au pouvoir, nous continuerons notre éveil jusqu’à ce qu’il balaie le parlement.

Jean-Martin, je ne peux pas croire que tu vas laisser passer ça ? Que « Ça va bien quand on y pense, PLQ ou pas? » Que ça va bien pour les étudiants, pour la classe moyenne, pour la propriété de nos ressources naturelles, pour la corruption, l’éthique, la justice, la langue, la souveraineté ?

Que, pour toi, Jean-Martin, un gouvernement formé de tes anciens collègues Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Nicolas Marceau et tous les autres ne serait pas plus résistant aux lobbys que Tommy Tomassi ?

Je ne peux le croire. Je ne le crois pas.

Les commentaires sont fermés.

ahahah le PLQ un parti de droite, faites-moi rire.
OK peut-être à droite au Québec, mais dans le PLQ a dirigé au centre-gauche.
L’interventionnisme d’État et la réglementation rigide mène inévitablement à la corruption.
Nous sommes dans un système corporatisme.

Bonne chance Jean-François pour le 4 septembre !

Et non, ça ne va pas.

D’une certaine façon, je suis d’accord avec Mme Dorion: ça va beaucoup mieux que ça allait seulement avec tout ce qui s’est passé depuis le printemps et peu importe si le PLQ est reporté au pouvoir ou non, la commission Charbonneau va leur rentrer dedans à la mis septembre.

Je crois que le PLQ risque de se dissoudre, soit à cause de cette commission, soit à cause des étudiants / casseroles / autres (s’ils sont réélus). Dernier truc: le PQ n’est pas blanc comme neige non plus. Nous le verrons probablement à la mi-septembre ça aussi.

Comme Mme Dorion, je n’ai donc pas vraiment peur de leur réélection.

« blah blah blah, vieille politique, blah blah blah, J-M tient tes candidats en laisse comme le PQ, blah blah blah, » voici ce que j’ai retenu.

Je ne pense pas que JMA appuie ces propos.

Je vous appuie Lisée, le PQ a la meilleure équipe avec vous, mais je trouve aberrant que le PQ ait présenté un candidat dans Nicolet-Bécancourt. J’espère que Jean-Martin Aussant sera réélu autant que j’espère que le PQ sera élu.

Vous savez que dans ce comté, si Aussant deviendrait, à la rigueur, la balance du pouvoir, les forces souverainistes n’en seraient que plus solides à l’Assemblée Nationale.

Vous le savez. Je sais que vous le savez.

Conclusion boîteuse qui déforme les propos de la personne citée.

Monsieur Lisée, la partisanerie ne vous pas bien.

Bof, vous savez, M. Lisée, je vous aimais bien avant que vous deveniez un indécrottable partisan. Ces temps-ci, vous n’avez plus que la peur à la bouche. N’avez-vous donc pas de projets rassembleurs, tout le monde abandonne-t-il soudainement sa passion quand il rentre au PQ? Personne de sensé ne souhaite la réélection du PLQ. Ceci dit, faut-il s’abaisser au vote stratégique? Aux États-Unis, les démocrates ne passent pour de la gauche que parce que les républicains sont de l’extrême droite. Moi, je souhaite autre chose pour le Québec qu’un parti qui se roule par terre devant les PKPs de ce monde, je souhaite autre chose que le PQ.

Je suis certain qu’au fond vous êtes une bonne personne et un souverainiste convaincu, tout comme la plupart des autres péquistes. Ceci dit, sans pouvoir pointer le bobo du doigt précisément, le parti est visiblement gangrené, il m’a perdu définitivement.

Faire rentrer les libéraux dans quelques comtés pour avoir une alternative au PQ? N’importe quand. D’ailleurs, j’invite tous les péquistes souverainistes à voter stratégique et à déserter le navire. Ça doit bien marcher dans les deux sens, non?

Je ne comprends pas ces gens-là. Mais ils sont vraiment entêtés, tout le monde va y perdre.
Qui va règner dans cette division? La raison doit l’emporter…Sinon on se bat tous pour rien.Pourtant le seul et unique parti qui a l’équipe pour gouverner c’est le PQ. Tout le monde se rallie sinon on aura Charest ou Legault au pouvoir et des cauchemards durant quatre ans.

Abonimable comme commentaire !
Mais dans Taschereau (mon compté), on ne la connait pas elle. Mais on connait Agnes…

Vous faites preuve ici de mauvaise foi en faisant semblant de ne pas comprendre ce que Mme Dorion veut dire. Il est évident qu’elle dit « Ça va bien, PLQ ou pas » dans le sens où le cynisme (vous savez, celui que vous dénonciez en début de campagne) recule.

Vous savez très bien, tout le monde le sait très bien, que de dire ce que Mme Dorion a dit, ce n’est pas, oh non, « souhaiter la réélection du PLQ ».

Passer du discours de chroniqueur estimé à celui d’un vendeur de balayeuses, ça doit pas être facile. L’arrogance du PQ est-elle si contagieuse?

Alors dans ce cas à la place d’utiliser des arguments de peur comme le fait Charest pourquoi ne pas nous vanter le programme du Parti Québécois, les gens sont tanné d’être pris en otage, se faisant dire que de voter selon ses convictions est mal et que le seul choix possible pour les progressistes souverainistes est le PQ… de toute façon, peu importe le résultat, ce sera un gouvernement minoritaire, donc les prochaines éléctions ne seront certainement pas très loins… Voter PQ maintenant, c’est s’enfermer dans un étérnel balais entre deux machines à votes qui alternent depuis beaucoup trop longtemps.

Des débats au sujet des redevances, non, ce n’est pas de la résistance face aux lobbys, monsieur lysée. La nationalisation des ressources naturelles, ça c’est se tenir debout, c’est simplement arrêter de donner ce qui nous appartient.

Vos tactiques me répugnent, M. Lisée. Je suis tellement déçu de la façon don vous avez choisi de faire de la politique. Vraiment désolant!

M. Lisée,

Avec tout le respect que j’ai pour vous, je trouve que ça frise un peu la fameuse « petite politique », ce genre de réponse.
Je m’explique: je crois qu’il faut comprendre les propos de Mme. Dorion dans le sens où il faut cesser de chercher à faire peur aux Québécois en dramatisant excessivement dans le but manifeste de gagner des votes. Tout le monde est bien d’accord pour dire que Charest ne rend pas du tout la marchandise (c’est un euphémisme), les gens d’ON les premiers à le dire, mais il n’arriverait pas non plus à transformer le Québec en petit tas de cendres à jamais stériles. Alors on se calme, et on utilise des arguments et des idées intelligentes à la place, s’il vous plait. Parce que, disons-le franchement, choisir le PQ *JUSTE* parce qu’on devrait se sentir « forcé » de le faire, ça n’a vraiment rien d’emballant, surtout pour le genre de personne qui est du type à voter pour un nouveau parti comme ON !
Par ailleurs, je pense que si votre but est de convaincre les gens qui, comme moi, voteront pour un petit parti le 4 septembre au risque de « diviser » le vote, vous devriez plutôt parler d’indépendance, de gratuité scolaire et de réforme des institutions démocratiques selon un système proportionnel, plutôt que de chercher des poux à Mme. Dorion tout en ignorant soigneusement le vrai message de son article.

Merci.

Votre réponse, M.Lisée, est mince, de mauvaise foi, condescendante, et frôle le détournement intellectuel. Cheap et indigne de vous.

Ça va bien, quand on y pense, dans la perspective d’ON, c’est-à-dire qu’on met le cap vers l’indépendance.

Résister à la dépossession, avec le PQ, par exemple, ce n’est pas initier les bases, enfin, pas pour construire patiemment, mais enfin correctement notre pays, c’est juste de mieux administrer une colonie, mais ça ne change pas le statut de la dite colonie…

Catherine Dorion ne dit pas que ça va bien au Québec, elle dit que ce qui va bien va bien dans ce qui importe, nous somme à 4 ou 8 ans de prendre le pouvoir au Québec avec ON et pour réaliser l’indépendance. Lisée est un littéraire, ce référent est implicite pour qui connait un brin ON… Il faut connaitre le contexte, le contrat de lecture, Dorion ne dit pas que ça va bien au Québec tout court… Ou alors vous n’avez pas écouté son vidéo «faire du sens»…

Lisée fait une erreur capitale parce qu’il n’a pas lu Maurice Séguin, en dépit de toute sa culture. Il néglige l’oppression essentielle : le Québec serait sur les rails qu’il serait encore complètement annexé au Canada, ce qui est épouvantable pour notre développement.

Ce que les patriotes doivent faire, c’est tout mettre en oeuvre pour qu’enfin nous nous libérions. Donc dans cette perspective, nous sommes enfin là, un parti a commencé. «Ça va bien».

Par contre, le PQ, avec Lisée qui montre l’exemple, se terre encore dans la provincialisation, la médiocrité et la petitesse de l’administration coloniale.

C’est épouvantable la manière dont Charest permet que l’on pille la province. Mais ce mal là est possible parce que le Québec est une colonie, ce qui permet une oppression économique, politique et culturelle, c’est-à-dire que le Québec croupit dans l’inaction imposée parce qu’une nation le remplace. 50% des pouvoirs contre 100% des problèmes comme le dit Dorion.

Cela mine les esprits et la manière de penser. Ça rend petit. Ça accouche de plateforme provinciale.

La priorité? Consolider la base indépendantiste pour remettre l’indépendance sur les rails. En 70 je présume que seuls les Libéraux pouvaient barrer la route à l’Union nationale. En 73, c’était la même chose, Mais est-ce que le PQ aurait été élu en 76 si des rêveurs déterminés n’avaient pas persistés?

Crime, en 70, c’était la Loi des Mesures de guerre! Pourtant ça «allait bien au Québec» même avec l’élection des Libéraux en 73, parce qu’une équipe était en chemin pour du vrai changement en 1976.

C’est la même chose avec ON, n’en doutez pas. C’est pour ça que le PQ a peur. Mais s’il veut «sauver le Québec», qu’il commence par montrer qu’il peut convertir des électeurs dans le bassin de la CAQ et des Libéraux, s’il est capable de faire ça, les sympathisants de ON ou de QS seront beaucoup plus impressionnés…

M. Lisée. Êtes-vous réellement en train de perdre votre rigueur légendaire ? Ma collègue Catherine, lorsqu’elle dit que «ça va bien au fond», parle UNIQUEMENT du fait que la jeunesse et les désintéressés reviennent à la politique.

Point.

Elle n’est pas en train de dire :«Youppi ! Hop la vie ! Je tripe sur les Libéraux et le Plan Nord.»

Elle félicite seulement l’éveil du Québec. Elle refuse de sombrer dans l’obscurantisme dans lequel vous entraînez les Québécois. Bien sûr que l’heure est grave au Québec. On est pas idiots. Mais le fatalisme ne mène jamais à la lumière.

Christian St-Pierre
Candidat d’Option nationale dans Jean-Lesage

Mais pourquoi se concentrer sur Madame Dorion quand son chef a dit quelque chose de semblable il y a quelques mois?

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201204/24/01-4518621-souverainete-charest-moins-nuisible-que-le-pq-croit-aussant.php

Remarquez que chez Québec Solidaire, Richard Desjardins a dit qu’il pouvait « attendre 150 ans ».

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/elections2012/archives/2012/08/20120816-123150.html

J’aime le travail sur le long terme (je dis cela sans ironie, je suis catholique pratiquant donc quand on est dans une institution qui a 2000 ans on comprend qu’on ne peut tout changer d’un seul coup). Mais là on me permettra de penser que le Québec ne peut se permettre « 150 ans » de Charest-Legault et autres variantes.

Ceci dit, la logique des Dorion, Desjardins et autres est que plus les choses vont mal, plus les gens seront « conscientisés », plus les mouvements plus radicaux prendront de l’ampleur jusqu’à la victoire finale de la « vraie gauche » (ou des « vrais souverainistes »). On peut trouver cela absurde (c’est mon cas) et croire qu’une victoire de Charest ou Legault aurait un effet démobilisateur terrible (sans compter la régression que représente un parti champignon comme la CAQ) mais ce type de raisonnement est très répandu dans ces partis.

N’y a-t-il pas une différence entre souhaiter la réélection du PLQ et affirmer que la politisation des Québécois n’est pas si mal, MALGRÉ la présence du PLQ? Car comme Mme Dorion le souligne, c’est effectivement grâce à ce parti de cercles d’amis qu’on a assisté à une grève non plus étudiante mais sociale.
Je crois que Lisée y va fort (malgré toute l’admiration que j’ai pour lui) en disant qu’Option Nationale souhaite ouvertement la réélection du PLQ.
Dans les propos qu’on peut lire, j’interprète plutôt un certain doute quant à la capacité du PQ à vraiment se détacher de ses intérêts électoralistes et à gouverner sans avoir peur d’être impopulaire aux grosses poches et électeurs hésitants de ce monde. Doute que je partage, soit dit en passant. Ce que je remarque, en plus, c’est que (comme Mme Dorion le dit elle-même) la population du Québec est capable de se lever et de manifester son mécontentement. PQ ou pas PQ.

M.Lisée, je n’ose pas croire ce que je lis!!! Pas de ce que Catherine Dorion a écrit mais vous!! Oui, oui, vous!!! Vous avez toujours eu une plume extraordinaire, mais là, vous retirez sans hésiter deux paragraphes d’un argumentaire parce que cet extrait fait votre affaire!!! Belle déformation pour pouvoir faire un argumentaire incendiaire!!! Vous me décevez…vraiment!!!

Entre vous et moi M. Lisée, soyons sérieux un instant car vraiment vous ne l’êtes pas. C’est évident que vous êtes ancré dans la vieille mentalité du nombrilisme politique, tout devrait revenir au PQ. Mais en bon politicien que vous êtes, vous devriez savoir que pour obtenir un vote, IL FAUT LE MÉRITER!

Si vous êtes rendu à quémander des votes, peut-être que vous n’avez rien de bon à offrir? Il est temps de laisser la place aux nouvelles idées et définitivement, le PQ semble à court de nouvelles idées pour s’en prendre à une candidate d’Option nationale, c’est de la petite politique.

Bah la petite politique entre vous et moi, vous, gens d’Option Nationale qui voulez combattre le cynisme, il me semble que c’st assez ironique de fanfaronner de la sorte en souhaitant que le PLQ soit réélu. Gouverner est une épreuve très difficile et tous les partis font des erreurs de parcours et auraient pu mieux faire les choses et quand on a jamais exercer le pouvoir, on a toujours beau jeu et il est facile de se positionner comme un »Saint »… Il faut élever le débat et si Option Nationale veut un pays rapidement, il me semble que des charges contre le PQ et le souhait d’une réélection du PLQ est contradictoire.

M.Lisée, qu’est-ce qui est mieux pour la cause souverainiste??? Un parti fédéraliste ou un parti souverainiste qui ne fait pas la souveraineté du Québec(exactement ce que fait votre parti, il en parle, mais n’agit pas)??? C’est dans cet optique que Catherine Dorion parlait, bizarre que vous ne l’ayez pas remarqué, ça doit être votre nouvelle ligne de parti que vous devez suivre car auparavant vous auriez probablement dit la même chose!!

Oh god, c’est plutôt cheap mr. Lisée. Vous êtes passé d’«homme très crédible» à «j’suis pu sûr que j’vous trouve pertinent.» S’il vous plaît, retrouvez votre rigueur intellectuelle d’antan. Elle nous manque!

Monsieur Lisée,

Aussant m’a impressionné au cours des derniers mois. J’ai même cru en lui, mais aujourd’hui, j’ai « déplogué » Option Nationale. Daniel Breton, votre candidat dans Ste-Marie/St-Jacques m’a dit la semaine dernière qu’il avait tenu des propos semblables il n’y a pas si longtemps. Voilà que tout a été confirmé aujourd’hui.

J’ai été voté cet après-midi. J’avais l’intention de voter ON, compte tenu que le PQ est assuré de la victoire dans mon comté. Cette affirmation de Aussant, combinée à l’arrogance de Catherine Dorion à votre égard – je l’aimais beaucoup, voire infiniment -, a fait que je n’ai pas voté « stratégique ». J’ai simplement voté avec le coeur pour le PQ et ma député sortante.

Je vous écris cela au sortir d’une discussion sur facebook avec une amie pro-QS, mais qui commençait à se sentir drôlement proche de ON. Elle a « déplogué » elle itou, après avoir pris connaissance des dires de Aussant.

Comment un type aussi brillant comme lui peut-il s’avérer aussi inconscient de l’urgence de se délester d’un parti/gouvernement qui brade sans coup férir les acquis de la nation? Comment croire qu’il préfèrerait la conciergerie populo-provincialiste de la CAQ à un PQ armé des Breton, Ouellet, Bergeron, Drainville et al?

Si nos plus brillants ne comprennent pas que la politique, c’est l’art du possible, cela après 50 longues années de combat, alors nous sommes dans le trouble pour un autre 50 ans. Maurice Séguin, l’historien, disait que nous étions condamnés à la médiocrité dans le contexte canadien. La médiocrité se prouve ici: brillance dans l’analyse, mais nulleté au niveau stratégique et tactique.

Le PQ devenu ennemi à abattre? Préférer le pire plutôt que le mieux dans l’instant présent, sous prétexte que ce mieux n’est rien d’autre qu’un leurre nous condamnant au provincialisme? Ce jusqu’au-boutisme, à mon avis, ne peut que nous entraîner sur le terrain où nous connaîtrons l’une des plus graves défaites de notre histoire.

100% d’accord avec Lisée. Mmme Dorion est sympathique mais elle fait de l’angélisme… bête. La division du vote souverainiste fait l’affaire des Charest et Legault. On s’en rteparle le 5 !

Que vous n’y croyez pas ne changera rien. Des souverainistes voteront pour l’ON, d’autres ne se déplaceront pas pour voter, pour à peu près les mêmes raisons. Il,elles en ont soupé de l’électoralisme partisan, obtus, obstiné. Le vôtre.

Et… le PQ pour cela, pourrait être ne pas pouvoir former un gouvernement majoritaire, voire, ne pas pouvoir former un gouvernement minoritaire.

Le drame, ce ne sont pas le choix des citoyen,nes, c’est votre aveuglement partisan qui ne veut obstinément pas envisager la constitution d’une vraie Coalition. C’est parfaitement irresponsable. Et, vous, personnellement, comme les autres en serez imputable devant le peuple et devant l’Histoire.

On peut éviter ça. Suffit de rompre avec l’isolationnisme péquiste débilitant et voter intelligent sous proportionnelle pragmatique citoyenne transpartisane.

Alerte démocratique !

Mots d’ordre de reports des voix démocratiques !

Mots d’ordres lancés par le NMQ-Un nouveau mouvement pour le Québec

Pour élire une députation radicalement démocratique qui cesse de nier la primauté de la souveraineté démocratique du peuple souverain du Québec.

http://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151117070467427&set=a.74291042426.71628.722482426&type=1&theater

Il faut vraiment ne pas avoir suivi la campagne et ne pas avoir lu le programme du PQ pour prétendre que ce parti n’offre pas d’option crédible et qu’il joue la peur. Certes, le PQ n’a pas de droit acquis sur le vote souverainiste, c’est un fait! Par contre, quand M. Lisée dit la chose suivante : »Que, pour toi, Jean-Martin, un gouvernement formé de tes anciens collègues Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Nicolas Marceau… » Il rappelle à Option nationale que oui le PQ a une équipe de qualité qui a quelque chose a offrir au Québec. Que vous le vouliez ou non, Catherine Dorion a tout de même écrit dans son article que ça ne lui dérangerait pas si le PLQ était réélu… Elle a bien le droit, mais ne niez pas ce fait! Vous êtes en mesure de lire son texte au complet pour voir que cet extrait ne déforme pas les propos de l’auteur.

La phrase la plus creuse écrite par JfLisée, c’est celle de Pariseau attribuant la défaite du référendum de 1995 à l’argent et au vote ethnique. Pour ma part, je crois que si on a perdu le référendum en 1995 c’est à cause des gens de Québec qui ont voulu se distinguer et qui contrairement au reste du Québec francophone a voté en majorité pour le NON.
Le mystère de Québec…
Ils peuvent bien voter pour la CAQ à Québec !

Pauvre M. Lisée. Ce débat avec les ONanistes risque de durer longtemps.

Leur seul argument est qu’ils sont mieux que le PQ avec exactement le même objectif.

Si vous parlez de vote stratégique, ils vous accusent de nombrilisme, d’être moralisateur, de vouloir leur dire quoi faire, etc. Comme si le 3% qu’ils vont récolter va changer quelque chose à la souveraineté à part favoriser le PLQ ou la CAQ à court terme.

Selon eux, si nous ne sommes pas encore souverain, c’est à cause du PQ. C’est parce que le PQ n’en parle pas à chaque seconde que nous ne sommes pas indépendant. Mais leur nouveau messie LUI va convertir les 60% qui n’en veulent pas actuellement. S’il n’est pas capable d’avoir plus de 3% du vote, c’est bien partie pour convertir tous le monde en caribou.

Horrible réplique a un billet qui avait du bon sens (meme si l’accusation de plagiat allait trops loin. ) Pleurer sur la division du vote est plus simple que de défendre ses convictions. Le PQ est seul responsable de son éclatement et si ENFIN Pauline Marois et le parti est revenu un tantinet a gauche et nous parle de Souveraineté (quel surprise d’entendre cela dans les débats) c’est que QS et On ont changé la donne plus que les médias nous donnerais a penser. Ayéz quelque chose a offir, et peut être qu’un jour on vous reviendra

Pourquoi M. Lisée devenez vous soudainement le porteur du discours de la peur détaché de tout sens rationnel.

Vous me rappelez les odeurs de fin de régime du PQ entre 1998 et 2003, ce maternalisme, ce même vide, ce « autre chose c’est pire », et surtout, ce « on va penser à votre place » quand ce n’était pas l’indigeste « vous n’avez pas compris, on va vous le redire autrement ».

J’étais content de vous voir arriver au PQ je me disais bon ben lui, Drainville, Hivon, Girard finiront par tasser Marois pis on fera quelquechose….

Et bien non, vous répondez à Parizeau et à Aussant, vous faites des films de terreurs rivalisant avec le pire de Leni Riefenstahl, vous nous prenez pour des cruches et tentez de nous rentrer par les narines le pamplemousse enflé de vos rhétoriques bancales à la mathématique douteuse sur la supposée nécessité de remplacer des bandits compétents par des bouffons à la fois pédants et peureux (faut le faire).

…Et puis vous expliquez, vous expliquez et vous réexpliquez….comme dans le temps. Je trouvais Charest dégueulasse de ne plaider que l’ère 1998 pour vous planter aux débats mais je commence à comprendre. La poussière n’a jamais été balayée des vestons péquistes, pire elle s’est accumulée.

Pourquoi voterais-je pour le pire parti d’opposition de l’histoire du Québec ? Vos explications et réponses sur tout ne m’amène pas à oublier que sans Enquête et JE vous n’étiez rien ou presque….

…Ce matin je votais Nicolas Girard…

Je rentre du travail. Je vois votre chef faire d’elle une vraie folle en bafouant le vote des souverainistes conservateurs (elle n’avait pas compris la question heu non attend ! on va réexpliquer!). Puis je vous lis, sur tout les sujets, je vous vois utiliser des glissements rhétoriques trompeurs, des « je ne peux croire que mon ami X et mon ami Y (qui sont en fait vos opposants) vont refuser de se trucider pour laisser mon brillant et transcendant parti tasser l’envahisseur…

…Ce soir je ne voterai plus pour Nicolas Girard. Vous irez lui expliquer cela, par une vidéo peut-être ?

Les Québécois M. Lisée je vais vous dire ce qu’ils attendent. Ils attendent un acte de contrition, un geste d’humilité de votre part. Oui ça va être dur dur M. Lisée mais c’est ça ou la chute lente et douloureuse. Vous le savez, vous avez joué dans ce film…en 1998.

Vous avez raison d’avoir peur, vous êtes sensible, et comme moi vous sentez cette même vague de fond que vous sentiez venir dans les 6 derniers jours de la dernière campagne fédérale.

Et vous avez raison, celà pourrait faire passer des libéraux dans au moins 11 comtés. Et des caquistes ailleurs ? Bref vous serez au mieux minoritaires sinon dans l’opposition.

La solution est entre vos mains, et simple à part de ça !! Laissez la voie libre à Aussant (et pourquoi pas Dorion ?), laissez-en 4, 5, 6, (7 ?) à QS et aucun de vos comtés fragiles ne seront perdants. Devenez les architectes de ce partage démocratique historique. Bombez vous le torse et devenez les pompiers sauveteurs qui distribuent des bonbons dans les fêtes de quartier, personne ne vous en tiendra rigueur, au contraire, le Québec en entier vous encensera de ce geste fort et révolutionnaire. Vous serez les 1er à avoir fait ce pas.

Parce que les québécois sont reconnaissants, ont de l’honneur et aiment naturellement les gestes de coopération et de solidarité…et par dessus tout M. Lisée – vous devez le savoir ça aussi – les Québécois ont un respect infini pour l’humilité.

Alors voilà, c’est lancé, c’est entre vos mains. Comme à la fin d’une partie de Monopoly, il est temps d’échanger vos cartes, d’offrir 4 maisons pour un hotel risquer un chemin de fer pour avenue du Parc et qui sait, gagner à 2 plutôt que de tout perdre…

Parce que vos arguments pour demander une majorité ne tiennent pas:

1- Pour appliquer des mesures progressistes ? ON et QS seront là avec vous.
2- Pour faire un pays ? ON et QS y seront aussi.
3- Pour Battre Charest ? ON et QS sont pas mal de cet avis.

Ça m’amène à me demander si vous voulez le bien du Québec ou le votre. Dans le 1er cas, ON et QS pensent comme vous. Dans le 2eme, vraiment pas. Vous demandez le beurre et l’argent du beurre et risquez de perdre les 2.

Cessez de quéter des votes aux électeurs en utilisant l’horrible spectre de l’apocalypse.

Bien à vous, à vos stratège et à Pauline (qui a menti aujourd’hui – déjà hélas ! – menti à Rhéal Séguin, à moi, à notre nation, y’est tôt un peu)

Demain, je voterai….

…c’est entre vos mains M. Lisée et celles de votre parti.

À tous les fanatiques d’ON. Jean-Martin Aussant a décidé de quitter le PQ et de fonder son propre parti car il n’était pas parfaitement d’accord avec toutes les politiques de ce parti. C’est une manoeuvre individualiste et nombriliste qui est vouée à l’échec car aussitôt qu’on ne sera pas en parfait accord avec les vues de notre parti (soit PQ, QS ou ON) la suite logique sera de fonder un autre parti pour encore plus diviser le vote souverainiste et progressiste. Les partis ne sont pas des entités statiques dirigés par une seule personne et une bonne façon d’apprendre la démocratie et la vie en société est de s’impliquer dans un parti et d’y faire cheminer ses idées. Si ces idées ne sont pas reçues dans un parti politique, qui pourait croire qu’elles seraient mieux reçues dans la société.

Le jeu d’alternance entre partis traditionnels aux propositions relativement semblables, implique toujours la construction d’un adversaire absolument abominable qu’il faut chasser à n’importe quel prix.

C’est là que nous en sommes actuellement, alors que le PQ et ses relais médiatiques passent le plus clair de leur temps à nous décrire un Québec vicié, pourri et au bord de la catastrophe, celle qui nous attend, évidemment, si nous ne votons pas « du bon bord ».

Comme l’essentiel du message péquiste tient à cette fabrication, on vous comprend de réagir fortement lorsque quelqu’un dit que de se demander qui, du PQ ou du PLQ, gouvernera prochainement, ne l’empêche pas de dormir.

Si vous voulez récupérer le vote souverainiste, ayez donc la décence de proposer la souveraineté. Ce serait, me semble-t-il, un minimum.

M. Lisée… Un homme de votre intellect ne devrait-il pas comprendre qu’il s’agit ici d’un message quant à l’éveil du peuple? Je vous en prie, cessez ces jeux bas de politiciens qui ont peur de la défaite et montrez nous vos forces plutôt que de pointer les faiblesses de vos adversaires… Ne la jouez pas PLQ!

Extrait de mon texte : http://www.vigile.net/Vote-strategique-ou-idiot-utile
(…)

« Ni Québec Solidaire, ni Option Nationale, ne voient l’urgence de sortir Charest du pouvoir et de reprendre le contrôle de notre État. Voici la position de J M Aussant dans Le Devoir :

« Face à l’hypothèse d’un « parti souverainiste qui prendrait le pouvoir sans faire la souveraineté », il préfère encore « attendre une élection de plus » et, dans l’intervalle, laisser la place à un gouvernement formé des libéraux ou de la Coalition avenir Québec. « Pour le mouvement, ce serait pire d’avoir des souverainistes qui restent au pouvoir quatre ou huit ans mais ne font pas la souveraineté. »

http://www.ledevoir.com/politique/q

Il y a deux déni chez ON. Le premier porte sur la gravité de la situation. Et, il ignore la condition première pour obtenir le changement de statut d’un État (souveraineté) : Bâtir un rapport de force favorable.

..

Il y a un parti qui a réagit concrètement au vol de nos ressources. La candidat Daniel Breton a porté plainte pour le vol de nos ressources le 22 novembre 2011, et s’est engagé au nom du Parti Québécois a confier au V G le mandat de faire la lumière sur ce qui pourrait bien être le vol du siècle :

http://corruptionliberale.com/anticosti_la_trahison_de_nathalie_normandeau/

Là dessus, silence radio des idéalistes du Grand soir.(Grands patriotes devant l’éternel mais impassible devant ceux qui pillent nos terres).

Et Parizeau?

Monsieur Parizeau, en vieillissant, est devenu « la belle-mère » gaffeuse.

À l’avant-dernière élection, en 2003 (?), Landry et le PQ étaient en avance avant le débat des cheufs. La veille du débat, Parizeau a sorti ses grosses bottines dans la Mauricie en parlant « du vote ethnique ». Le lendemain, au débat, Landry s’est fait ramasser d’aplomb en relation avec cette déclaration de Parizeau. À partir de là, Landry et le PQ ont commencé à descendre et ont perdu l’élection. Merci Monsieur Parizeau!

Pis là, il arrive ecore avec ses grosses bottines de « belle-mère »!

« Mon Dieu, occupez-vous de mes amis..quant à mes ennemis, je m’en charge ».J’ai déjà entendu cette sentence!!

« Que “Ça va bien quand on y pense, PLQ ou pas?” Que ça va bien pour les étudiants, pour la classe moyenne, pour la propriété de nos ressources naturelles, pour la corruption, l’éthique, la justice, la langue, la souveraineté ? »..

Comment un ONiste peut-il(elle) émettre pareille affirmation?

Comment justifier le statu quo? La partisanerie aveugle!

L’adversaire commun de tous les progressistes et souverainiste mous ou durs,c’est à mon avis plus la CAQuophonie de lego,car charest semble largué.Je trouve le programme de lego encore bien pire que celui du PLQ qui l’est déja pas mal merci.Ceci dit M Lisée je suis 100 % d’accord avec vous car seul le PQ(qui le seul parti capable en sièges potentiels,d’éjecter la droite du pouvoir)est l’alternative pour l’instant.Car que deviennent les belles intentions de QS et ON si le PLQ ou la CAQ restent/vont au pouvoir?Cela serait criminel y compris pour vos soutiens,de nous offrir 5 autres années de droite pour un ou deux sièges manquant.En France la gauche a su s’unir(même à contre coeur)pour sortir sarkozy et c’est fait.Il avait fait tellement de dégats que personne dans toutes les gauches et les Verts ne voulaient ne fusse que lui donner la moindre chance de gagner.Donc le vote stratégique est parfois indispensable sinon c’est faire le jeu de nos adversaires communs qui eux se marrent en voyant nos stupides divisions.Je me demande si les Québécois sont masos parfois, à moins qu’un geste manqué,finalement pour certains rester colonisés à vie c’est pas si pire comme dit Me d’ON..triste mentalité cela lui retire tout son crédit.

Au niveau de l’argumentaire, ça commence à déraper pour Option Nationale:

– Certains commencent à souhaiter une ré-élection du PLQ plutôt que l’élection du Parti Québécois!

– Hier, un autre ( Verdun) nous dit tout bonnement que le 50%+1 n’est pas nécessaire pour se déclarer souverain…que « la communauté internationale suivra »…

Ayoye!

Oui l’argumentaire commence à être sérieusement tordu chez Option Nationale.

Quelle épaisse cette Mme Dorion…elle ne mérite aucun vote dun souverainiste digne.

QS et ON se fient sur les péquistes pour mettre les libéraux dehors, tout en leur mettant le plus d’embûches possibles. C’est typiquement québécois, quand ça va bien faut que ça à aille mal. Quand on avait un parti Bloc fort pour défendre nos intérêts on vote pour des Canadians.

Je voulais vous répliquer,cher M. Lisée, mais je m’aperçois avec bonheur que plusieurs se seront pourvus de leur droit de parole et exprimés haut et fort avant même que je tombe sur votre article déplorable. Petite politique va… quand tu nous tient par la barbichette.

Jamais de toute ma vie, outre M.Lévesque et M.Parizeau je n’ai vu d’homme politicien aussi intègre et digne du plus grand des respects qu’en ce Jean-Martin Aussant.

D’écrire sur lui tout ce que vous voudrez n’y changera rien. Alors cessez donc de vous ridiculiser. Ça fait mal de vous lire ce matin et je crois même que je vais cesser d’ailleurs.

Pourquoi tant de déception aux propos de monsieur Lisée? C’est un intellectuel, certes, mais ce n’est pas un ange désincarné. C’est aussi un stratège et un tacticien bien ancrés dans la réalité du jeu politique. Il sait bien qu’une élection, ça se gagne sur le terrain, vote par vote et que tous les votes comptent. Pensez au référendum de 1995.

Bonjour M. Lisée,

J’ai eu un doute certain lorsque les rumeurs de votre candidature pour le PQ dans Rosemont se sont confirmées. J’ai eu alors l’impression que nous ne pourrions plus lire vos analyses avec le même bonheur, car elles seraient nécessairement plus frileuses, teintées de partisanerie, bayonnées par la ligne de parti. J’avais tout de même l’espoir que vous sauriez vous élever au dessus de cette malheureuse attitude qu’adoptent trop de politiciens.

À tous le moins j’avais l’espoir que vous seriez de bon conseil auprès de vos nouveaux collaborateurs du PQ afin de leur faire comprendre qu’il ne fallait plus jouer au vieux partis mais que le temps était venu de recommencer à dire les choses avec plus de franchise. Avec pédagogie leur expliquer comment il fallait changer la façon de diriger. Expliquer à la population du Québec comment une gestion plus écologique des ressources énergétiques, ne serait pas nécessairement moins rentable économiquement, et dont clairement rejeter les gaz de schiste.

Expliquer concrètement en quoi une approche différente au Plan Nord serait plus avantageuse pour tous les Québécois. Comment des changements nécessaires aux modes de fonctionnement du milieu agricole pourrait le rendre moins vulnérable aux marchées internationnaux, et nous rendrait le support aux régions plus urgent. Supporter un mode de scrutin proportionnel qui demande du courage mais qui est nécessaire pour redonner au citoyen un peu de son influence.

Marteler toutes les économies possibles dans la réalisation des projets gouvernementaux en s’engageant ouvertement contre le financement occulte des partis et en débusquant les corrupteurs. Expliquer sans cesse pourquoi nos acquis sociaux des 40 dernières années sont si importants, mais aussi reconnaitre que certains secteurs nécessitent une réorganisation et des négociations avec les syndicats. Et bien sûr parler avec passion et sans gêne de la beauté d’un pays et de sa nécessité dans le contexte canadien actuel.

Mais voilà que les pires de mes appréhension se réalisent. Vous parlez si peu de toutes ces choses que je vous sais savoir et apte à communiquer et vous vous contentez de déblatérer sur les commentaires des »twitters ». Il me semble que par les années passées il vous fallait plus de 150 caractères pour vous satisfaire.

Il vous reste une semaine pour nous montrer que vous êtes bien celui que j’ai toujours vu en vous. Ayez un peu de courage Jean-François, la politique stratégique ne vous sied pas très bien.

Amicalement.

C’est soit un manque total de maturité,de connaissance historique parce que le PQ sait comment gouverner.

Je lui rappelle que le PQ a tenu deux référendums en 80 et 95. En 95 il manquait quelques milliers de oui et nous avions un pays.

Ça peut être aussi un délire passager car dans la basse ville il fait très chaud présentement…

C’est vraiment très désolant M. Lisée – et vous le savez maintenant ! – de mener une charge de la sorte. Après une carrière importante en politique, vous avez de la difficulté à faire une campagne de 35 jours. Vous étiez de ceux sur qui nous pouvions compter, pour un avenir. Je dois désormais mettre une croix sur votre candidature et mon X ira à Option nationale sur le bulletin de vote. Mais ça, je le savais déjà.

Vraiment M. Lisée??!! Vous venez, bien que je le savais depuis un bon moment,de me confirmer que je ne voterai pas pour vous dans la circonscription de Rosemont, mon appui sera, comme vous le dites si bien dans le vidéo ayant amené à cette réplique de Mme Dorion,de me faire plaisir et de voter selon mes convictions et pour le parti défendant le plus mes valeurs et ce ne sera pas votre candidature dans Rosemont qui la recevra assurément!

M. Lisée,

En toute transparence, je suis ami avec Catherine. J’ai toujours cru que le PQ était le seul véhicule viable pour la souveraineté. Cette campagne sème de gros doutes, et je ne m’en sens pas coupable. Le message de Mme Marois demeure ambigu. Vous voulez sans doute masquer votre stratégie, mais de l’extérieur, vous souhaitez faire la guerre à Ottawa pour mettre les fédéralistes en colère en réclamant des pouvoirs qu’on vous refusera. Pourquoi ne pas travailler plus fort à les convaincre ? Pour moi, c’est uniquement ON qui le fait en ce moment. Et je suis sympathique à ce discours. Et j’ai envie que ce parti vive encore pour forcer le PQ à renouveler dans son discours les raisons de la souveraineté. Pour les marteler. Pour refaire les ponts avec ceux qui ont voté non, entamer la discussion, tenter de les convaincre, eux, du bien fondé de la cause, et non de l’échec du fédéralisme, car c’est le PQ qui en portera la faute. Pour qu’ON vive, il aura besoin de votes un peu partout, pour le financement, le remboursement des dépenses électorales, etc.

Jean-Martin est compétent, articulé, essentiel à la cause. Son choix de quitter le PQ ne m’appartient pas, ni à vous d’ailleurs. Moi, j’ai envie d’entendre encore son discours parce qu’il décide de ne pas s’en prendre trop souvent aux autres mais de s’affairer à imaginer l’avenir.

Je vous admire beaucoup M Lisée. Vous êtes un grand intellectuel, un militant essentiel, vos arguments sont presque toujours complets et fouillés. Mais la partisanerie à tout prix donne des réponses à fleur de peau. Un peu pour Catherine, mais dans le cas de ce billet, beaucoup pour vous. Revenez à la promotion de votre programme et de votre idée maîtresse. À moins que vous manquiez de confiance en l’un ou l’autre… Ce que je ne crois pas. Mon vote balance encore entre un discours que je trouve beaucoup plus clair et séduisant, complet, accessible et ouvert (ON) et une volonté de gouvernance avec de solides candidats, un programme intéressant, des volontés louables, mais une ambiguité constante quant à l’objectif principal sur le comment, ou plutôt sur la justification du comment (PQ).

J’aime ON quand il n’attaque personne (c’est presque toujours le cas.) C’est pourquoi je déplore en partie le billet de Catherine. Mais tant que le PQ attaquera tout ce qu’il y a autour, incluant ses propres alliés lors d’un éventuel référendum, je me demande sincèrement si c’est la bonne écurie. Vous serez (fort probablement) nouveau à l’Assemblée nationale. J’espère qu’il y aura plus d’idées, de projets, d’entraide que les critiques uniquement partisanes qu’on y voit depuis plusieurs années. Ça repose en partie sur vous, qui êtes un pilier de la formation péquiste. Pour redonner le goût de la politique aux citoyens, parlez d’avenir avec espoir, non du présent avec une certaine forme d’amertume.

Cela reste mon opinion, le PQ peut encore avoir mon vote, mais surtout pas par des attaques aux autres souverainistes. Ou alors j’aurai compris qu’il y a plusieurs projets de pays, qu’il y a plusieurs équipes qui s’affronteront éternellement. Je sais que vous n’étiez pas là pour en débattre, mais il aurait été plus judicieux pour tous de faire des élections primaires afin d’éviter ces appels insensés où la tête dervait affronter le coeur. Pour moi c’est insensé. Quand je vote, c’est avec l’un et l’autre.

Avec toute mon admiration pour ce que vous faites… Et ce n’est que ma modeste opinion…

Pour des gens qui sont dogmatiques (manichéens en quelque sorte), mieux vaut le PLQ ou la CAQ que le PQ. Ils pourront ainsi mieux mettre en évidence que les bons ce sont eux (l’opposition) et les autres (le pouvoir) les méchants. J’ai vu des gauchistes (et ‘dirigeants’ syndicaux) se payer un party de réjouissances au cognac (noblesse oblige), suite à la défaite du PQ en 1973, un parti bourgeois selon eux.

Les caribous du PQ ne sont rien à côté des lemmings de la gauche.

Parlant de pillage…

Comment se fait-il qu’on entende si peu parler de l’accord de libre-échange que M. Harper est en train de nous concocter avec l’Europe?

À tort ou à raison, chaque fois que j’entends parler de nouvelles ententes de libre-échange, j’ai l’impression que le mot « souveraineté » perd encore du peu qui lui reste de signification.

Je vous comprends de ne pas laisser passer cela M.Lisée. Il y a des limites à se contredire de la sorte.. non mais, que veut ce parti dont le chef, quelques semaines avant de quitter le PQ, endossait 100% des positions du parti!

Et tous les partisans d’ON qui viennent commenter sans saisir, de toute évidence, la portée des propos de Mme Dorion…

Pas étonnant qu’ON baisse déjà dans les sondages. Mauvaise campagne, incompréhensibles raisons pour former un autre parti souverainiste, non mais zut, ce n’est pas sérieux tout ça.

Et M.Aussant ne peut remercier que les médias pour sa visibilité qui ont compris où se jouera cette élection…

Je ne veux pas ici me chicaner avec des collègues voir des frères et soeurs souverainistes, je veux donc simplement argumenter car pour espérer mettre au monde le pays du Québec un jour si c’est ce dont il s’agit, à un moment ou l’autre, majoritairement, il faudra des frères et des soeurs avec comme liant l’amour du sol qu’ils foulent de leurs pieds…….La naissance d’un pays n’emprunte que très rarement l’autoroute de l’égo, celle-ci emprunte le plus souvent un sentier étroit et sinueux, les pieds parfois dans la vase de l’abnégation, d’une majorité collective prête et décidée à le faire……

S’il y avait eu 3 peut-être 4 partis souverainistes aux élections de 1976, jamais le PQ aurait pris le pouvoir et tout ce qui s’en suit…….
Ce que semble proposer Mme Dorion, c’est la politique de déni, de l’attente que les choses disons se dégradent mais cette politique, cette façon de faire pourrait-elle porter atteinte à la démocratie ?……

M. Lisée à tout à fait raison de signaler cette dérive, celle des partisans de la politique du pire qui est pourtant la pire des politiques. On m’a dit que les militants de ce mini-parti sévissaient comme des mouches du coche sur tous les blogues. En voilà encore un exemple. Une équipe de commandos francs-tireurs qui passent plus de temps à tirer sur le PQ que sur les libéraux et la CAQ. On se prépare de beaux lendemains avec des extrémistes pareils. Quand on se radicalise, on se marginalise. C’est une vieille loi de la politique.

Combien de libéraux et de caquistes madame Dorion a-t-elle amené à Option nationale et dans le camp du « oui »? Pourquoi les 1 ou 2 % d’onistes écrivent à peu près 15% des commentaires sur le net (25% à QS) et passent 50% de leur temps à vomir l’expérience du PQ? Un peu de sérieux, ne comparez pas le programme du Parti québécois au conservatisme de l’Union nationale!

Si ON pense réussir avec intransigeance, pureté idéologique et précipitation là où la coalition péquiste modérée éprouve des difficultés, et bien se sont eux les caribous-2012. Avec les jusqu’au-boutistes, nous courrons droit à une troisième défaite référendaire. Pensons à l’intérêt supérieur du Québec et des Québécois.

Il faut dire, au risque de ne pas être « tendance », qu’avec le mode de scrutin proportionnel qu’ils favorisent, il n’y aurait jamais eu de référendum. En effet, jamais un parti souverainiste n’a obtenu plus de 50% des voix. Les référendums de 1980 et 1995 ont eu lieu grâce au mode de scrutin actuel. Oups! Sacrilège que de s’en souvenir!

Option nationale veut faire du neuf en misant sur un effondrement, non du PLQ, mais du PQ. Petit rappel: l’idéal souverainiste doit composer avec l’art du possible qu’est la politique.

C’est pas possible de donner à Charest et/ou Legault ce qu’il leur faut pour amener avec eux les indécis.
Maudit Petit Québécois coincé dans leur petit monde du Plateau et D’ailleur qui y ressemble.
M.Lisée,arrêter d’alimanter la discution avec des minus.
Soyez au dessus de la mêlé et travailler très fort pour une majoritée du P.Q. le 4 septembre.
Après cela vous aurez tout le temps pour répondre aux minus……

Oui des souverainistes voteront pour ON et aussi pour QS.

Et voilà comment nous, Québécois, on est habile, très habiles, à se tirer dans le pied.

Ce qu’il nous faut faire, c’est unifier nos votes pour chasser de notre vie l’hydre libéral, et la non moins pire gang de caqueteux.

Bien des gens pensent de façon insolente qu’ils ne goûteraient pas à la médecine des apprentis sorciers de Legault, remake de l’ADQ.

Imaginez Delteil ministre responsable de la langue. Imaginez Caire ministre responsable de la fonction publique. Imaginez le reste… Pour moi c’est une perspective détestable, quasiment obscène.

Est-ce que notre peuple raisonne ou bien s’il résonne aux bruits ambiants ? Réponse le 4 septembre.

Jamais je ne pardonnerais aux péquêteux d’adhérer à la constitution des rocanadians en retour d’un lestage, de leur gouvernement national central (Ottawa), de quelques pouvoirs résiduels d’intendance coloniale-provinciale à leur colonie Kwibek. Indépendantistes, nous devons tout faire en notre pouvoir pour empêcher l’élection d’un gouvernement majoritaire péquêteux le 4 septembre prochain. Est-ce assez clair M. Lisée ?

Très décevant tout ça.

Aussant qui se drape d’un manteau d’intransigeance téméraire, doctrinaire et inconsciente, Lisée qui perd son esprit d’analyse légendaire et qui frémit sous la pression, Marois… Marois qui accumule les bourdes, qui ne semble comprendre ni les questions ni son programme. On se surprend à se demander s’il eut été préférable qu’elle soit mortier plutôt que béton.

Très décevant.

1- Je conseille à tous de lire le texte de Mme Dorion pour se faire une idée:

http://www2.lactualite.com/catherine-dorion/2012/08/25/la-peur-de-lisee/

2- Quand Mme Dorion écrit que « Ça va bien, PLQ ou pas », elle fait référence à l’éveil citoyen et au fait que les gens (en particulier les jeunes) se réapproprient enfin la politique. M. Lisée, votre interprétation est malhonnête, je vous suit avec intérêt depuis longtemps, mais aujourd’hui vous me décevez…

À quoi sert une élection? Est-ce
(1) pour déterminer la façon dont nous seront gouvernés et les politiques concrètes qui seront réellement adoptées et mises en oeuvre ou bien est-ce plutôt
(2) une sorte de concours de popularité?

Il me semble que les gens d’Option Nationale et de Québec Solidaire répondent #2. C’est comme s’ils étaient devenus ivres du processus et en avaient oublié les objectifs de départ. C’est triste.

À ceux qui pense que plus on va se faire avoir par la caquistes ou les libéraux, plus le peuple va se réveiller, regarder au fédéral. Depuis Harper il n »y a jamais eu autant de fédéraliste au Québec. NPD caquistes et autres. C’est rêver en que
de penser qu’un parti souveraineté dans l’opposition fait avancer la cause. Moi je ne veux pas attendre 10 ans comme Legeault ou 150 ans comme Desjardins, pour commencer à reparler de pays.

M. Aussant, talentueux et sincère, est un atout à l’Assemblée nationale. C’est tout le Québec qui gagnerait à ce qu’il y siège.
Mme Marois, dans un geste noble et généreux pour tout le Québec, peut l’aider à être élu dans Nicolet-Bécancour. Et par le fait même, elle priverait la CAQ d’un siège.
Peut-être le siège qui lui assurera la majorité.

non mais!! pauvre peuple qui ne réfléchit pas, qui se laisse manipuler et qui ne fait qu’ergoter au lieu de tavailler lucidement à sa liberté . Allez ergotez ! les libéraux et les caquistes rigolent.

Certains n’ont pas l’œil du Tigre, d’autres n’ont pas le cri du cœur. Monsieur le ministrable, si vous avez le premier, vous et le PQ n’avez certes pas le second. Cela vous manque cruellement, mais vous ne vous en rendez pas compte happez comme vous l’êtes par l’intérêt personnel et l’aveuglement partisan. Et en bon intello devenu politicien, vous restez muet, sans mots devant celui de Catherine Dorion et de ceux qui ont choisi la liberté de penser. La langue de bois a ses limites face aux véritables convictions qui s’expriment par l’émotion et la spontanéité.
Contrairement à Mme Dorion, moi je ne vous ai jamais admiré. Tout au plus j’ai apprécié votre adresse passée à jongler avec ce que je croyais être des idées, mais qui n’étaient finalement que des vues de l’esprit. C’est ce que je veux dire par jongler. C’est votre métier après tout.
Je suis plus que fatigué que des « candidats vedettes » essaient de me dire quoi faire. (Vedettes de quoi au juste?) Ce n’est certainement pas votre publicité de séries B qui influencera mon vote.

Le 4 septembre, si pour me décider je devais choisir entre votre logique à courte vue ou la possibilité d’effeuiller une marguerite, je choisirais sans hésiter de m’en remettre au sort plutôt qu’à votre pseudo stratégie. J’aurais au moins le sentiment d’avoir pris ma décision démocratiquement. Heureusement, ce jour-là, il me suffira de cocher ON.

Votre rengaine à propos du vote stratégique que vous défendez comme étant le seul bouclier qui pourrait nous sauver d’une menace effroyable me fait penser à ce film d’Alain Chabot : « RRRrrr!!! » dans lequel, lorsque que la nuit va tomber, les habitants du village sont systématiquement mis en garde par un « Attention, il va faire tout noir! » sous entendant par là qu’ils feraient mieux de rester chez eux, la nuit étant menaçante et dangereuse. J’ai envie de vous faire la même réponse que tous ces habitants font eux aussi systématiquement : « Ta gueu..! »

Tout ce qui découle de cette affaire, est l’erreur
(à mon avis) d’avoir présenté un candidat dans le
comté de M.Aussant.

Vu que le caquiste sera élu dans ce comté,

Mme Marois pourrait s’en mordre les pouces
s’il lui manquait un appui pour ces principaux
engagements.

Le PQ a refusé une coalition avec les autres partis de gauche, mais aujourd’hui ose demander à leur électorat de vous sacrifier leur vote.

Le PQ pensait mieux saisir le pouvoir sans eux. C’était un mauvais calcul politique pour le PQ, mais surtout, pour le Québec.

Dans le cas d’un résultat décevant le 4 septembre, j’espère que le PQ fera lui aussi son examen de conscience car la division du vote ne provient pas seulement des électeurs.

Je suis l’auteur du commentaire #59 de votre billet sur la crainte de la division du vote, mes idées qui vont dans le même sens que celles de l’auteur du #63, et je persiste et signe:

Promettez l’adoption d’un mode de scrutin proportionnel, et vous gagnerez mon vote.

Si le PQ n’est pas élu, il n’aura que lui-même à blâmer. Ce n’est pas aux citoyens d’user de stratégie pour faire ou défaire un gouvernement. Le PQ n’avait qu’à être stratégique lui-même. Il n’avait qu’à ajouter une alternative à notre mode de scrutin dans son programme et il l’aurait eu sa majorité. Au lieu de mentionner qu’ils vont faire une réforme… …instauré des élections à date fixe!!! Selon moi, c’est le plus gros enjeu des élections actuelles, la réforme électorale. Les nouveaux partis proposent plein de belles choses et eux, ils sortent Drainville qui vient nous parler d’élection à date fixe!!! Après ils nous font la morale en disant: « SOYEZ STRATÉGIQUE! Sinon c’est de votre faute si les Libéraux rentrent »

On va mettre une chose au clair! Notre job c’est de voter pour ce qu’on préfère. Votre job, c’est de faire les propositions parmi lesquelles on choisit!

@Tristan McKenzie : J’approuve complètement vos arguments. Le PQ devrait laisser des sièges à Aussant, Dorion, Khadir, David et quelques autres de QS pour montrer qu’ils sont justement solidaires au mouvement souverainiste.

Tous ces gens mentionnés ci-haut sont des atouts pour la souveraineté du Québec et il faut faire preuve de maturité au PQ pour le démontrer.

M. Lisée, c’est en effet entre vos mains. Il ne vous reste que quelques jours!

J’ai lu le billet de la candidate à quelques reprises, et j’ai de la difficulté à comprendre sa logique.

Oui, c’est vrai, je l’ai dit moi-même et quelques fois plutôt qu’une, le PLQ a servi à nous réveiller. C’est un point positif de cette crise sociale, mais est-ce pour se rendormir 5 autres années dans le même lit avec le PLQ ? Pour qu’un réveil reçoive les bienfaits de l’éveil, il ne faut pas se rendormir les poings fermés en rêvant sa vie au lieu de la vivre !

Que je ne voie pas la logique de cette dame est une chose, peut-être a-t-elle écrit sur le coup d’une émotion envahissante, mais que monsieur Aussant ne rétablisse pas la situation et que, tout au contraire, s’en prenne à votre intégrité en affirmant que l’esprit partisan ne vous va pas du tout, me déçois de l’Option nationale. Pour moi, c’est grave d’être déçu de ON, infiniment plus grave que le PLQ pour qui, je ne suis plus déçue, mais complètement désabusée.

@ Kevin Dubé : ce n’est pas le PQ qui a refusé une coalition mais QS. M. Lisée l’a déjà expliqué longuement. De qui faites-vous le jeu en écrivant des faussetés? Un peu plus de sérieux, merde.

Je ne suis pas d’accord avec cette jeune femme, par contre, je trouve pauline très cheap d’avoir présenté un candidat contre Aussant. Tout ce que cela produit, c’est de donner un siège à la CAQ, alors qu’en l’absence d’un candidat péquiste, Aussant serait certain d’être élu.

Je suis d’avis que le PQ a, lui aussi, besoin d’une opposition qui compte du sang neuf et que la présence de David, Khadir et Aussant est de toute première importance pour enrichir le débat et diversifier les points de vue.

Très dommage que pauline ne soit pas une chef plus consensuelle. À cet égard, elle n’a pas d’envergure, ni de vision et son attitude fait politique de vieux parti revanchard.

Aux péquistes, un vieux adage dit : on n’attire pas les mouches avec du vinaigre… À bon entendeur, salut !

@Gilles Lebeau: Si c’est vrai dans le sens que vous le dites, ce doit l’être dans l’autre. Et Amir a dit aux Coulisses du Pouvoir, au sujet des appuis au PQ: «Il y a 20, 25 comtés où la division de vote pourrait avantager un libéral ou un caquiste.»

Bref, Amir lui-même a admis que la division du vote pourrait faire élire un gouvernement libéral ou caquiste. Alors merci de raisonner… dans les 2 sens.

Je suis membre d’ON et même contributrice. Mais, comme M. Lisée, je ne peux pas croire qu’ON a validé l’ineptie de Mme Dorion. Si J.M. Aussant la laisse passer, il peut être assuré que je quitterai son parti au plus vite et que je vais en entraîner d’autres avec moi. J’attends donc de M. Aussant des explications… Tout le monde a droit à son opinion, mais celle-ci m’horripile…

M. Lisée, je vous croyais un excellent stratège. Si vous l’êtes, vous devez aussi savoir que même les indépendantistes ne veulent pas de référendum, dans les faits, si c’est Pauline Marois à la tête du OUI.

Comment Marois pourrait-elle gagner un référendum si elle arrive troisième après la CAQ et Legault à Québec?

Comment ne voyez-vous pas cela? Ça me dépasse…

En fait, je suis tellement en colère, qu’ON vient de perdre mon vote. Je voterai PQ.

Il me semble que pour que la souveraineté se fasse, il faut d’abord élire un parti souverainiste. Pour gagner des élections, il faut une machine électorale, une expérience du pouvoir et une équipe. ON n’a pas tous les ingrédients requis. Les aura-telle jamais? Dans 12 ans? Le soir même de la victoire péquiste (que nous devrions tous, les souverainistes, souhaiter ardemment), Mme Marois doit promettre l’union des forces souverainistes (inviter ON et QS) dans une large coalition. M. Lisée, il faut vous engager d’abord et avant tout là-dessus : il y a en dehors du PQ des gens estimables qui peuvent aider la cause. Ce pays ne peut pas se faire sans eux. Il en va de votre engagement politique de mener à terme cette large coalition.

Ma priorité comme citoyen qui est fatigué de voir des politiciens véreux aux commandes de l’État être pris à répétition dans des allégations de scandales, de collusion avec la mafia et de constater que le Premier ministre a complètement créé un conflit social et l’a abjectement instrumentalisé pour ses propres fins électorales, ma priorité donc est de me débarrasser de ce gouvernement.

Si je votais dans un comté où un(e) candidat(e) de QS ou de l’ON avait des chances d’être élu, je voterais pour cette personne. Autrement je voterai pour le PQ.

Si le PQ cessait de se « pelure-de-bananiser » lui-même de mille et une façons, mon vote irait certainement au PQ nonobstant les autres partis.

Je suis fatigué de ce parti politique qui se dit être une coalition mais dont certains éléments qui le constituent trouvent toujours un moyen de mettre le parti dans l’embarras et donc, ne parvient pas à assurer sa propre cohérence interne.

La guérilla interne que se livrent les factions péquistes même en période électorale fait probablement plus de mal et nuit certainement autant que toutes les attaques des autres partis politiques mis ensemble. Le PQ accueille-t-il des agents-doubles, des taupes dont la mission est de nuire ?

Le PQ serait-il devenu une coalition trop disparate pour assurer l’existence d’un nécessaire ciment entre tous les éléments ? Il ne reste qu’une semaine au PQ pour le démontrer.

«Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !»
[Voltaire]

Je pense que Mr Lisée est très gentil et ménage ses adversaires ( ou possibles alliés). Je ne vois pas dans ses propos des arguments de peur mais de prudence. Il est effectivement possible que des votes qui iront à QS et à ON empêchent l’élection d’un député du PQ ouvrant ainsi la voix à un gouvernement de droite.
Lorsque JF Lisée a lancé le débat c’est suite à la réception d’un pamphlet électoral de QS qui affirmait que des députés de QS pouvaient former la balance du pouvoir d’un gouvernement péquiste. La circulaire ( que je viens de recevoir) explique cette STRATÉGIE avec des CALCULS détaillés. C’est donc QS qui a initié le débat du vote stratégique. Mais du même coup QS explique que l’on doit voter selon ses convictions! Selon QS on peut voter avec conviction parce qu’il est fort probable que le PQ formera le prochain gouvernement (de gauche – mais pas vraiment de gauche, parce que seul QS est la vraie gauche). Ce qu’explique Mr Lisée c’est que ce n’est pas certain du tout et que des votes donnés à ON ou QS en se disant le député va gagner de toute façon peuvent faire boule de neige et donner en bout de route un gouvernement de droite.
Mais les gens de ON veulent que l’on parle de contenu. Parlons-en. On peut parler de leur programme qui est selon moi tout simplement farfelu. Amorcer le repatriement de tous les pouvoirs avec 30 à 40% des voix est selon moi insensé et irréalisable dans un système électoral britannique et encore plus irréalisable dans un système proportionnel qui oblige à des compromis. Si les fédéralistes n’ont pas attaqué ce programme illogique c’est que la division du vote instituée par ON les favorise. Pour moi c’est très clair. Le premier acte de la stratégie de On pour accéder à la souveraineté consiste à diviser le vote souverainiste en deux sections. C’est la première partie de la stratégie, justifié par le fait que selon Aussant le PQ n’est pas un parti souverainiste! Les adversaires du PQ savent qu’il le parti québécois un parti souverainiste et Aussant lui ne le sait pas. Passons sur ses affirmations selon lesquelles le PQ est un parti provincialiste! Ce parti qui a fait deux référendums dont un sous la houlette de Parizeau ne serait pas souverainiste!! Moi je voterai pour le PQ parce que je veux être certain de prendre le pouvoir et que l’industrie des gaz de schiste soit stoppé, que la hausse des frais de scolarité soit aboli, que la loi 78 soit jetée à la poubelle. Les mouvements sociaux c’est très important mais si ils ne trouvent pas de relais politique ils risquent de tomber dans l’impuissance, la désillusion ou la violence,et ça c’est exclu! Et tout ça c’est dans le programme du PQ.

Il ne faut pas s’alarmer à ce point où sinon il y a un risque réel. Le PQ doit quoi qu’il en soit regarder droit devant présenter le programme péquiste, l’attaque c’est la meilleure défensive comme cela a été fait par l’entrevue chat à Radio Canada web reproduite ici. Les gens ceux qui suivent l’actualité et qui sont les mêmes qui supportent QS et O.N, ils sont capables de réfléchir face à des déclarations anarchistes, de -comment faire table rase de tout en encourageant le pire-, la possibilité d’un gouvernement caquiste ou libéral en souhaitant des feux d’artifices dans la rue. Il y a des militants optionnistes qui ne peuvent qu’être en dissidence devant des propos aussi frivoles.

Catherine Dorion nous connaissons à la connaître, extraordinaire au moment des rencontres sur l’avenir du Québec organisé par Bizz de L.Locass au printemps témoignant dans une émotivité fulgurante de la misère colonisée enfouie dans le Québécois et du comment c’est difficile d’en sortir de notre situation de subordination inséré dans nos têtes. La même Catherine qu’on a vue passionnée dans une assemblée du Bloc Québécois en avril 011 demandant que l’indépendance soit nôtre et ne soit jamais abandonnée. Catherine Dorion maintenant avec O.N et directement en politique brûle toujours la chandelle émotivement par les deux bouts et semble sombrer dans le romantisme inconditionnel de la pré révolution nationale et sociale.

Il nous reste à faire la part des choses entre l’art qui se fait politique jusqu’à se brûler les mains puis les pieds où de faire confiance à la politique engagée mais réfléchie tenant compte de la situation de blocage sans s’y enfermer mais sans l’ignorer non plus.

Catherine Dorion, votre inspiration est flamboyante, engagée mais après il y a le comment et ce qu’on peut faire. Continuer le rejet du PQ systématiquement en restant branché sur la crise du PQ de juin 2011 lié aussi à la chute du Bloc c’est stérile et c’est faire le jeu de toute cette droite fédéraliste à deux têtes.

Ces jours ci, La Presse se trouve des alliés objectifs dans QS et O.N tout en faisant confondre un sondage sur le vote dans la ville de Québec avec un sondage sur le Québec selon Pierre Dubuc qui a aussi une tête pour voir.

Il y a des souverainistes qui souhaiteraient revenir au Québec brut et très douloureux du Speak White de Michèle Lalonde. Ce n’est pas la voie. En encourageant la régression de la droite à deux têtes?

Speak white

(…) mais quand vous really speak white
quand vous get down to brass tacks

pour parler du gracious living
et parler du standard de vie
et de la Grande Société
un peu plus fort alors speak white
haussez vos voix de contremaîtres
nous sommes un peu durs d’oreille
nous vivons trop près des machines
et n’entendons que notre souffle au-dessus des outils

speak white and loud
qu’on vous entende
de Saint-Henri à Saint-Domingue
oui quelle admirable langue
pour embaucher
donner des ordres
fixer l’heure de la mort à l’ouvrage
et de la pause qui rafraîchit
et ravigote le dollar

speak white
tell us that God is a great big shot
and that we’re paid to trust him
speak white
parlez-nous production profits et pourcentages
speak white
c’est une langue riche
pour acheter
mais pour se vendre
mais pour se vendre à perte d’âme
mais pour se vendre (…..)

http://membres.multimania.fr/poetesse/souvreine/poetes/hl/lalonde/lalonde01.html

Je trouve la réflexion de nouveau franchie # 77 extrêmement intéressant et plein de bon sens.

Mais peut-être les égos sont-ils trop gros. Je pense que trop de clans ne voient pas qu’une fois la souveraineté réalisée, comme tous les Pays normaux, les citoyens pourront se prononcer sur une vision plus de gauche ou plus de droite.

C’est comme si les différents clans souverainistes sautaient volontairement l’étape essentielle, la souveraineté, pour passer tout de suite au type de société que sera alors un Québec souverain.

C’est comme ces différents clans se disaient : «Le pays souverain du Québec sera comme nous le voulons ou il ne sera tout simplement pas.»

Quel égoïsme ! Quel absence du sens de l’État et de l’idée de son absolue primauté pour qui veut le servir.

«Un fanatique est quelqu’un qui ne peut pas changer d’avis et qui ne veut pas changer de sujet.»
[Winston Churchill]

«Au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi, mieux vaut attendre un peu qu’on le change en ami.»
[Georges Brassens]

cest pathétique jusqua quel point le pq na pas de stratege.
répétez ça a haute voix
vous avez lintention de voter pour un autre parti parce que leur programme vous a plus mettez le de cote et votez pour moi pour que jai une majorité pour réaliser MON programme
pathétique
elle aurait du dire on doit construire sur ce que nous avons de commun et le mettre en priorité dans les réalisation et discuter dici làa pour arriver a se concerter (et non un consensu tout le monde sait bien que ce nest pas réaliste)ç
je sais pertinament que plusieurs observateurs on du y penser mais je ne peux pas croire que cest moi qui vous le dit.
Quand on veut rassembler les gens on ne met pas en avant les différences mais bien les points commun

Étonnant que Charest n’ait pas relevé ces propos. Lui qui est si prompt à féliciter ses adversaires.

Le but premier c’est la souveraineté. Pas de défaire ce que le PLQ a fait, pas de nous promettre plus de places en garderie, pas l’annulation de la loi 78 ou de meilleures redevances minière. C’est la souveraineté.

Le PQ a les mains liées par l’obligation d’être un parti du pouvoir. L’indépendance n’est pas politique M. Lisée, c’est une idée et on l’embrasse ou pas. Elle ne vient pas avec des promesses et un budget. Elle se fait.

Vous savez très bien qu' »écouter le peuple » est une utopie. Jamais sa voix ne s’élèvera à l’unisson pour un parti de dirigeants et de promesses, qui nous suggère de « s’exprimer ».

Si ça se trouve, c’est le PQ qui devrait se rallier à ON.

@ Denis Drouin

« Si le PQ cessait de se “pelure-de-bananiser” lui-même de mille et une façons, mon vote irait certainement au PQ nonobstant les autres partis. »

Tous les partis se « pelure-de-bananisent » eux même et pendant cette campagne c’est plus évident que jamais.

Le PQ n’est ni plus ou moins pire que les autres.

Le seul ciment qui lie certains partis sont les grand financier.

@ nouveau franchie

« Il me semble que pour que la souveraineté se fasse, il faut d’abord élire un parti souverainiste. »

Vous avez donc raison.

Pour l’instant c’est le véhicule qui est important.

Que les citoyens s’emparent du navire et qu’ils le mènent à bon port.

Ce que plusieurs auraient du faire plutôt que démissionner et de dilapider les forces.

@ Louis Fournier. Vous avez raison et je m’en excuse. Je prenais mon information de l’article du Devoir du 5 juin 2012 « Marois rejette l’appel à l’unité des forces souverainistes lancé par Curzi », je n’avais pas vu l’article de M. Lisée informant qu’un appel similaire de nov-déc 2011 avait été rejeté par Amir.

Je continue de trouver ironique que d’une part on appelle au vote stratégique parce que le mode de scrutin actuel pourrait faire mal tourner la balance du pouvoir, mais qu’on ne s’engage pas à changer ce problématique mode de scrutin.

C’est bizarre mais à tous les fois que je lit un commentaire ONiste j’ai l’impression d’écoute les raelliens…

Ça me rappelle cette histoire du petit oisillon tombé en bas de son nid douillet. Le pauvre piaillait de froid, nu sur le sol. Un paysan passant par là, le remarquât et pour le réchauffer le déposa dans une bouse de vache bien fraîche, bien chaude. Regaillardi, le petit oiseau se mit à chanter sa joie et son réconfort. Or Nestor, le chat du paysan entendit le piaillement gaillard du petit oisillon, il s’en approcha et d’un coup de gueule le bouffa !

Il y a deux morales à cette histoire. La première, c’est pas parce que quelqu’un te met dans la marde qu’il ne veut pas ton bien. Et la deuxième, quand tu es dans la marde, dis-toi: «Ça va bien, quand on y pense » et «fârme» ta gueule !

Alors, voilà pourquoi, la majorité silencieuse vote Libéral.

CQFD.

Lisée est sous le choc, il vient de rencontrer une personne avec des principes.

À force de fréquenter le PQ il pensait que ces gens n’existaient plus.

D’où vient ce plaisir masochiste de l’échec qui s’empare des puristes ? Refuser le Pouvoir pour ne pas avoir à en affronter les réalités, pour être certain-e de rester dans le rêve immaculé de la contestation. Pas d’pouvoir, pas de risque de sortir des rails de l’idéale idéologie.

Il faut le prendre du bon côté. Pauline a eu sa chance et a démontrée quelle nest pas a la hauteur de la situation. Le pq a trop de bagages comme le bloc il faut faire place nette.
Vous reconstruirez un parti de la gauche efficace avec pour objectif la réalisation du plan d’atteinte
dindépendance économique en misant sur le développement de coopératives de travail, d’entreprise coopératives, dautres a partenariats multiples
D’indépendance culturelle en allant chercher plus de pouvoir sur toutes les spheres déducation de culture, de langue de travail, daffichage, de services
dindépendance sociale, environnemental et politique en devenant un joueur actif au sein de la communauté international.
En développant la coopération citoyenne, une plus grande participation des citoyens et moins dinfluence pour les groupe sur les décisions gouvernementales par une plus grande place a la démocratie pas celle initié par des groupe mais régulé dans les processus décisionnels.
Votre parti de la gauche efficace devrait etre gouverné par vous et mme david

laissez les arrivste de côté tel que parizeau, landrix duceppe, drainville, exigez un engagment idéologique et politique envers le parti, ses représentants pas de détracteurs qui veuelent jouer au kid kodack ou prendre des initiatives en donnant des interprétation différentes de celles adopté par le parti aux médias. Toutes communications doit au préalable avoir fait lobjet dentente au parti.
Pas de malavois, de kadir, de bec en cult de poule (jai oublié son nom) un vrai parti de la sociale démocratie pas de lautocratie des syndicats et des marionettiste a la Parizeau Le parti se discociera de toutes déclarations dinitiatives extérieur. Ce nest pas un 200$ qui donnera le droit de dicter les lignes du parti aux médias pour venir interférer dans les positions du parti.

Ouf! J’ai lu presque tous les messages.

Une chose est vraie: le PQ aurait eu beau jeu de ne présenter personne devant Aussant et que des poids-plumes devant David et Khadir (au minimum!).

C’est dommage. Et le PQ aurait très bien pu faire cela de manière unilatérale, sans attendre de recevoir la pareille. Il est facile pour un colosse peut faire de la place aux lutins. Même sans appel officiel de leur parti, les électeurs potentiels de ces partis auraient vu là un geste magnanime et coopératif de la part du PQ et cela aurait favorisé le vote stratégique et votre prise du pouvoir au gouvernement.

Aussi, le PQ devrait mettre ses énergies à gruger le vote caqiste et libéral. Marois perd trop de temps dans Gouin, ele perd son sens de l’orientation et ses réflexions sur le vote des souverainistes conservateurs vont lui coûter beaucoup plus cher qu’un siège pour Mme David!!!

Tout cela perd la carte.

Mais une chose me surprend aussi beaucoup. Ce sont tous les gens qui semblent penser qu’à force de plier l’échine, de s’angliciser, et de se corrompre, le Québec va se tanner et lors d’un grand soir, se téléporter vers un avenir brillant et enchanteur, sans passer par des étapes intermédiaires. Ils semblent croire que la société est comme un photon, capable se sauts quantiques. Mais la réalité est toute autre: la société est une masse sujette à des forces comme la force d’inertie (l’habitude, l’effet d’entraînement, etc.). Charest, tout comme Harper, vont beaucoup plus loin aujourd’hui qu’au début de leur mandat. Harper aurait sorti la reine en 2006 qu’il aurait créé un tollé. Charest aurait essayé d’ignorer 200 000 manifestants, en niant carrément le vote des assos, qu’il aurait créé une commotion. Mais les gens s’habituent. La vie est faite pour s’adapter à tout, même aux poisons toxiques du cynisme.

La révolution française ne s’est pas faite pendant Louis XIV, qui était beaucoup plus tyrannique, mais sous Louis XVI, qui écoutait le peuple, et montrait une tolérance envers les écrits républicains. En d’autres mots, une société ne se téléporte pas comme un photon; elle avance toujours en commençant par un pas, puis un autre dans une direction avec des étapes intermédiaires.

Et la dernière affaire qui me surprend, c’est de voir tous ces gens qui pensent que l’urne est une sorte de lampe magique avec un génie capable d’exaucer nos souhaits! Un peu comme jeter une cenne à la fontaine pour faire réaliser un vœu. Ou encore, que le vote est une sorte de jugement dernier où le candidat (ou son parti) doivent subir une sorte de karma électoral distribué par l’électeur-jugeur. Un jeu où le nouveau-venu sera toujours le préféré, parce que blanc comme neige.

Ces gens ne comprennent pas que le but du jeu est de constituer une chambre législative dont la majorité s’entendra sur un gouvernement qui gèrera l’État, avec des conséquences concrètes dans nos vies. Quelqu’un qui vote pour exprimer un souhait, pour distribuer un karma ou pour n’importe quelle raison qui n’est pas élire un député réel et effectif brouille beaucoup le jeu démocratique. Et ils sont étonnement nombreux. Mais s’il y avait un élément de proportionnel la volonté de ces gens seraient beaucoup mieux représentée, et la démocratie aussi.

Malgre mon attachement pour ON je suis plutot d`accord avec votre position ce que j`ai deja exprimer avant meme la campagne electorale.Toutefois trois jours plus tard le sujet commence a sentir la decomposition .
Andre de Calgary.

Jean-François, Jean-Martin, Amhir, Françoise et les autres: Je n’y crois plus…

Si ça continue comme ça, le 4 septembre prochain, l’adage à l’effet que l’on a les gouvernements que l’on mérite se perpétuera dans toute son éloquence.

Ma seule consolation se trouve dans cette autre maxime: «vox populi, vox dei», les québécois obtiendront ce qu’ils auront collectivement décidés.

Je saurai alors si tous ceux qui sont descendu dans les rues au printemps dernier l’auront fait en vain…

Les péquêteux de résidus de pouvoir colonial ne démordent pas; ils ne veulent plus lâcher l’os de l’alternance du pouvoir d’intendance coloniale- provinciale depuis leur renoncement à l’indépendance du Québec avec Ubu Bouchard en 1996. Le PQ est alors devenu autonomiste-provincialiste, qu’un parti reluquant des sièges à l’Assemblée nationale pour occuper le pouvoir colonial de la Province of Kwibek, que pour mousser des carrières de candidat(e)s ronds-de-cuir en politique.

Voila que 16 ans plus tard ils sont à se faire jouer un très vilain tour, non pas par ON et QS, mais par nul autre qu’un des leurs qui est sur le point de les doubler à leur propre jeu, François Verra Legault. Un vieux dicton dit que l’on récolte ce que l’on sème; des caquêteux renégats, jouant sur le même terrain que les péquêteux, ont les deux mains sur le volant de la moissonneuse-batteuse pour récolter ce que les péquêteux ont semé.

M. Lisée, je ne vois pas de service à rendre rendre au projet d’accession du Québec à l’indépendance en votre tentative d’occulter les raisons réelles des difficultés du PQ dans l’atteinte d’une majorité d’élus péquêteux le 4 septembre prochain.

M. Lisée,

N’a-t-on pas le droit d’avoir peur également d’un gouvernement majoritaire du PQ? Mme Marois parle de politiques sociales ‘audacieuses’ qui seront présentées par un PQ majoritaire, mais sur nombre de sujets, de l’éducation aux garderies en passant par l’environnement, votre parti a évité les engagements précis, préférant parler de consultations et d’études futures.

Je n’ai rien, bien sûr, contre la consultation et les études qui sont nécessaires pour comprendre tout enjeu complexe. MAIS, il semble que les positions ‘audacieuses’ et précises du PQ dans cette campagne ne se situent pas dans le domaine social, mais plutôt sur des questions identitaires. La charte de la laïcité qui s’applique différemment pour les chrétiens et les autres, l’idée de retirer la citoyenneté aux autochtones (leur langues et cultures ne sont elles pas menacées bien plus que le français?), empêcher des adultes d’aller à l’école anglaise s’ils le souhaitent.

Il m’est difficile de comprendre en quoi ce repli défensif, identitaire, du PQ constitue un pas vers un Québec souverain. Il m’est surtout difficile de comprendre en quoi ces prises de position favorisent le renouvellement du mouvement souverainiste. Il n’est pas surprenant que de plus en plus de jeunes désertent votre parti pour QS et ON.

Votez en masse pour ON et pour QS, un petit % suffit pour faire perdre le PQ et revenir aux conservateurs libéraux.

Ainsi vous donnez les meilleures chances au plan B Legault, celui des grands financiers du Canada, pour qu’ils obtiennent le pouvoir et ainsi finir leur job à propos des ressources du Québec, de son l’anglicisation pendant CINQ ans. Dans cinq ans, les cas des ressources naturelles sera pratiquement réglé et l’anglicisation irréversible à Montréal et difficilement réversible dans sa couronne.

Même la presse de ces financiers cale Charest pour donner à la CAQ, le plan B, afin que ce dernier récolte le vote des libéraux pour former un gouvernement majoritaire qui sera contrôlé par les mêmes intérêts qui contrôlent les libéraux.

Au moment d’écrire ces lignes, moi en région, évidemment francophone, je viens de recevoir un appel de 15 secondes d’une anglophone me demandant si j’appuie les libéraux!! Est-ce que c’est pour m’écoeurer afin que je me tourne vers la QAC de Legault qui ne parle pas en anglais?

Une chose est bien claire pour moi en lisant les commentaires ici : Parce qu’ils en veulent à un certain personnage ou un parti, ils sont prêts à se faire tondre le porte-feuille comme des moutons pour se venger.

Ce qui prouve que les Québécois, qui, depuis près de DEUX CENT CINQUANTE ans, ne sont pas encore tannés d’agoniser.

J’aurais dû ajouter que les Powers finances de la CAQ et du PLQ doivent applaudir et se frotter les mains depuis Dimanche. Ils sont à la veille de sabrer la bouteille.

Au Québec en 2012, moi, je garde vraiment MON vote !

J’avais trop hâte de garder MON vote, alors j’ai décidé de garder MON vote par anticipation…

La preuve… http://monvote.org/

@PLM Où avez-vous vus que l’on veut priver de la citoyenneté québécoise les autochtones? Le programme du PQ est très clair. Tous les citoyens canadiens résidants au Québec seront citoyens québécois. Les règles d’admission relatives à la langue ne s’appliqueront que pour les futurs citoyens. Quant à la charte de la laïcité, elle s’appliquera aux membres de toutes les religions (et aux athées et agnostiques) sans distinction. La seule « exception » se situe au niveau du crucifix à l’Assemblée Nationale qui sera maintenue pour des raisons historiques et patrimoniales. On peut avoir des réserves sur cet élément (et même sur les autres) du programme en matière de laïcité, mais on ne parle pas d’une discrimination au niveau des droits des individus entre les chrétiens et les autres citoyens. Remarquez que dans les faits, il est vrai que des règles plus strictes au niveau des signes religieux affectent davantage les membres des autres religions que les chrétiens, mais cela a à voir avec les règles internes respectives des différentes religions et non d’une discrimination inscrite dans le projet proposé par le PQ à proprement parler. Le christianisme, dans ses différentes composantes, n’impose pas à ses simples fidèles des règles d’habillement ou de port de signes distinctifs (à moins d’être un prêtre ou une religieuse, porter une croix est « optionnel »). À partir de cela, on peut débattre des mérites ou non de ce que propose le PQ, mais ne faisons pas dire au programme ce qu’il ne dit pas.

Il ne faut pas trop prendre les jeunes à rebrousse-poil. Beaucoup ont aimé voter pour de parfaits inconnus du NPD il n’y a pas si longtemps en croyant qu’ils allaient révolutionner le Canada en entier. Cette fois-ci c’est ON ou QS que beaucoup favorisent, quitte à attendre encore des années. Comme si l’indépendance n’était pas urgente!

La nuit porte conseil, j’y ai songé, et bien que le vote stratégique m’irrite, quand je regarde la division du vote dans plusieurs circonscription, j’avoue que je suis triste de constater qu’un total important du vote de gauche va disparaître au profit de partis de droite. C’est triste pour la gauche.

Heureusement pour moi, je peux me permettre de voter avec mon coeur dans ma circonscription, le PLQ et la CAQ sont loin derrière le PQ et QS. Ceci n’est pas la situation de toutes les circonscription, informez-vous du contexte de la votre ici :

http://votestrategique.com/

Après, comme le suggère M. Lisée, avec un PQ majoritaire on pourra toujours tenter d’avoir un mode de scrutin proportionnel en utilisant les RIP.

Mais je dois admettre qu’un parti en pouvoir de faire la lumière sur Anticosti me paraît plus pressant/important pour le Québec que l’adoption du vote proportionnel.

Selon les projections du site très reconnu et indépendant « Too close to call », en date du 28 août, les effets de la division du vote ressembleraient entre autres à ceci (en ordre alphabétique, selon le compté):

Dans le compté d’Anjou, le PLQ gagnerait avec 35,6% alors que PQ, QS et ON obtiendraient respectivement 34,0%, 8,6% et 3,5%.

Dans le compté de Berthier, la CAQ gagnerait avec 41,7% alors que PQ, QS et ON obtiendraient respectivement 39,3%, 5,9% et 2,1%.

Dans le compté de Blainville, la CAQ gagnerait avec 37,6% alors que PQ, QS et ON obtiendraient respectivement 37,5%, 5,0% et 2,0%.

Dans le compté de Bonaventure, le PLQ gagnerait avec 37,5% alors que PQ, QS et ON obtiendraient respectivement 35,3%, 10,4% et 1,9%.

Ces quelques exemples proviennent seulement de comptés débutant par « A » ou par « B ». Une liste complète serait évidemment beaucoup plus longue. Prétendre que la division du vote n’a aucun effet pervers est faux.

le probleme elle a le vent dans les voiles elle croit l,avoir, en fait quand monsieur aussant parle de petite politique en voila un belle exemple!!!

« La politique du pire est la pire des politiques. »

Il y a longtemps que les souverainistes québécois(es)n’ont pas eu la possibilité de porter au pouvoir une aussi formidable équipe!

Il était une fois, dans un village gaulois, un idiot fort sympathique sachant se rendre utile…

Toutefois, quand on lui montrait la lune en la pointant du doigt, il regardait fixement le doigt.

Avouons que François Legault et sa bande de despérados divisent le vote fédéraliste aussi, on lui doit une fière chandelle à cet illustre vire-capot.

Monsieur Lisee’

Vous m étonne quel. Manque de savoir vivre

Aujourd hui votre présence avec Mr Legault

Ceci est mon opinion
Merci

La question est plutôt : « Qui est vraiment responsable de la division du vote progressiste ? ON et QS… ou
– le parti qui n’a pas voulu s’entendre avec eux avant la campagne sur des alliances ou la « répartition » des comtés
– le parti qui va jusqu’à présenter des candidats de poids contre QS (Amir Khadir en particulier) ou envoie Pauline Marois en renfort dans la circonscription de Françoise David
– le parti qui a été au pouvoir pendant si longtemps sans réformer ce mode de scrutin archaïque à l’origine fondamentale de la situation (autant demander à un dictateur de mettre en place la démocratie)
– le parti qui se préoccupe tellement de la réforme du mode de scrutin qu’il ne l’a même plus à son programme
– le parti qui a formé autant de figures de droite (Lucien Bouchard, André Boiclair, François Legault…)
Jusqu’à quand le PQ va-t-il demander aux « progressistes » de voter « utile » en définissant eux-mêmes le progressisme et l’utilité ?

***Réplique avec brio**

Pour le moins prétentieux comme affirmation. Il s’agit surtout d’un texte étonnamment mesquin vers Jean-Francois Lisée en particulier et le Parti Québécois en général.

Au départ, je trouvais Catherine Dorion rafraichissante…pour ensuite rapidement me rendre compte qu’elle est à côté de la plaque.

Je pensais prendre ma carte de membre d’ON. Des gens comme Catherine Dorion me font hésiter.

Pas certain que je désire être associé à de tels commentaires qui ne faciliteront certainement pas la nécessaire coalition des troupes souverainistes.

Personnellement, je suis davantage favorable à la diversité des sièges de la gauche qu’à une majorité du PQ. J’encourage à voter Jean-Martin Aussant car il n’y a pas vraiment de de danger de faire rentrer un parti de droite en le faisant, si Aussant passe pas, ce sera le PQ.

La circonscription d’Outremont pourrait être volée aux libéraux si les péquistes votaient stratégiquement pour Québec Solidaire, qui est en avance selon les projections du 30 août.

Il y a plus d’une centaine de circonscriptions où le vote stratégique ne semble pas nécessaire.

Toutefois il y en a 27 (c’est énorme) où la balance du pouvoir peut tomber à droite alors que le vote stratégique envers le PQ (sauf Outremont–>QS) aurait des chances de faire remporter la gauche.

Comme disait l’autre, c’est pas l’temps d’niaiser!

Pour un aperçu de ces circonscriptions: http://on.fb.me/QKhopB

Option nationale a un chef spontané , intelligent, non arrogant ( inspirez-vous de lui M. Lisée). Pauline Marois m a carrément fait débarquer du PQ

Monsieur Lisée

Pourrais-je savoir d’où à où va la classe moyenne… Ça fait quoi, ça mange quoi la classe moyenne? Où ça vit? Où ça travaille? Où ça va en vacances?

Je me doute que c’est le cadet de vos soucis en moment, de fournir une définition. Mais quand vous aurez le temps …

Merci.