Un réfugié dans la blogosphère: Jacques Brassard

Depuis qu’il a quitté la politique, l’ex-ministre péquiste Jacques Brassard est devenu le pendant de droite de VLB.

Contester l'existence du réchauffement, cela prend du sang froid ! (Photo PC)
Contester l'existence du réchauffement, cela prend du sang froid ! (Photo PC)

De son Lac-Saint-Jean, il a lancé six ans durant, dans ses chroniques de l’hebdomadaire Le Quotidien, oukases et onomatopées contre l’internationale des gauchistes, écologistes, étatistes et poteux de tous acabits qui, à son avis, a pris le contrôle du Québec.  C’est un peu le capitaine Haddock de la droite régionale québécoise.Il faut louer son courage. Être pro-Bush en pleine guerre d’Irak, de légalisation de la torture, cela prend du cran. Contester avec fougue que les terriens soient responsables du réchauffement climatique, cela prend du sang froid.  Sur toutes ces questions je suis en désaccord avec Jacques dans 110% des cas — c’est une moyenne.

Mais il a décidé de mettre un terme à sa chronique, écrit-il, car son éditeur était mécontent d’un texte où il dénonçait avec verve l’ascension médiatique de Steven Guilbeault. L’article, intitulé Mgr Guilbeault et que l’on peut lire ici, suinte la mauvaise humeur mais n’a rien de diffamatoire. Extrait:

Il est à toutes fins pratiques le Professeur Tournesol attitré de Radio-Canada. Récemment, en zappant le matin ( ce qui m’arrive rarement ), je l’ai vu et entendu à l’émission Les Lionnes. Il pérorait sur le climat tout en dénigrant le PM Harper devant des Lionnes, douces comme des agneaux, en extase devant le » guide spirituel » et buvant comme du petit lait ses doctes et prétentieux avis. En fait, à ma connaissance, je n’ai jamais vu ce fat personnage sérieusement questionné et talonné par les animateurs-bureaucrates de la société d’État. Ces derniers ne sont toujours que des faire-valoir lui permettant de présenter sa salade sur la forêt où sur le climat. Jamais de questions embarrassantes qui risqueraient de mettre à nu les lacunes et les faussetés de sont bric-à-brac doctrinal.

Parti des pages du Quotidien, Jacques se recase dans la blogosphère. Il s’est mis à son clavier le 11 novembre et ses fans peuvent l’y retrouver. Étant foncièrement favorable à la polyphonie, en démocratie, j’applaudis à cette nouvelle. Lorsque je n’aurai plus de café, je pourrai aller lire son dernier billet pour faire augmenter mon rythme cardiaque.

Je signale l’arrivée d’une autre grande signature dans le cyberespace: Jacques Parizeau. Il a ouvert cette semaine un blogue chez son éditeur, où il discute, pour l’instant, de la teneur de son dernier livre. À suivre.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

30 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Est-ce que dans son cas on peut parler d’un dinosaure. Ce vestige de l’ère précambrienne serait plus à sa place aux États-Unis où il pourrait s’inscrire au parti républicain et trouver un plus grand public pour ses élucubrations.
Franchement nier le réchauffement climatique et être favorable à la légalisation de la torture en 2009 faut le faire!
Tiens l’ADQ se cherche un chef,il pourrait soumettre sa candidature,sauf que même eux n’en voudraient probablement pas.

À part la séparation du Québec, je me trouve plusieurs points communs avec Monsieur Brassard qui n’a pas peur, lui, d’écrire ce qu’il pense sans utiliser la langue de bois adoptée beaucoup trop souvent pour lénifier certains points de vue.

J’imagine, Monsieur Lisée, que vous savez qu’il n’y a eu aucun réchauffement de la planète depuis 1995…et qu’en plus, la planète Mars, elle, se réchauffe et c’est pas les Hummers qui en sont responsables.

À lire, même si ça vient d’un site autre que gauchiste (et pas besoin d’un café…):
http://www.iedm.org/main/show_editorials_fr.php?editorials_id=750

Attention à la sensibilité Jeannoise M.Lisée, M. Brassard vient du Lac-St-Jean et non du Saguenay…!!! Même si nous n’avons plus beaucoup de raison d’en être fiers!

Brassard est-il un polémiste…bravo!

Il y a différents points de vue sur le climat.
Et dans une certaine mesure d’autres perceptions sont utiles en tenant compte que personne ne détient la vérité ce qui inclus bien sur Brassard et Guilbeault.

Évidemment les autorités compétentes qui ne possèdent elles aussi la vérité voient dans les changements climatiques une occasion de développer un projet économique.

Parce qu’après réfléxion, si la situation est telle que l’on va étouffer dans moins de 10 ans, les dirigeants autant politiques, économiques, déjà des décisions radicales eurent déjà été prises en réaction pour la protection de la vie.

Un résumé….les corporations, le gouvernement, l’économie commande une société de consommation….on consomme, et sur les sociétés en émergence, on commence à consommer et ça pollue encore et encore…..l’économie marche quand on consomme…et quand on consomme ça pollue.

Et les gouvernements n’osent pas réglementer l’industrie, on préfère dans cette société asceptisée remettre la faute sur les consommateurs.
Personne n’est prêt à se défaire de services ou de consommation qui ont fait la vie moderne.

Les centres de triages sont plein et les surplus sont dirigés vers les sites d’enfouissement.

La religion verte fait des adeptes et développe son économie. Cela crée des emplois. Alors répéter sans cesse que dans 50 ans la vie risque de s’éteindre tient du pur alarmiste. Pas fort, la vie s’en va et on continue dans cette société de consommation….pas fort…paaaaaaaaaaaaaaas fort.

Il y a aussi les tenants que les changements climatiques sont dus au soleil qui influe semble-t-il également sur les autres planètes ( dont la planète mars selon la nasa avec des photos de glace transformée en eau).

« Faque » Guilbault et les autres…..même s’il répéterait le message 1000 fois…pas sur du tout. Mais bon s’il a tort, il ne sera pas le premier à vivre d’illusions. Brassard non plus d’ailleurs.

Je vous avais parlé la semaine passée du congédiement de Brassard. Aucune réaction au Québec. Silence totale.

Je partage entièrement son point de vue sur Guilbeault. Guilbeault fait parti de ces stars médiatiques qui me donnent de fortes montées d’adrénaline…

Comment expliquer qu’un gars qui a une formation en théologie soit le grand gourou de l’Environnement au Québec?

Comment expliquer qu’à chaque entrevue on est à genous devant le gourou? Jamais on questionne ses compétences? Jamais on conteste ses réponses. Tout est ex cathedra!

Monsieur ne rate pas une seule conférence à l’étranger. Qui le finance?

Pourquoi a-t-il quitté Greenpeace?

Pourquoi est-il contre le réchauffement de la planète alors que le Québec et le Canada vont être les grands gagnants du réchauffement?

Bref, pourquoi qu’on ne lui pose jamais les vraies questions?

Vous n’allez tout de même pas me dire que vous êtes en désaccord avec ses positions proisraéliennes claires et courageuses? Il y a tout de même des limites à la rectitude politique, non?

N’est-il pas tout à fait vrai que Steven Guilbeault n’est jamais « sérieusement questionné et talonné par les animateurs » de Radio-Canada?

Je suis fondamentalement opposé à ceux qui nient le réchauffement planétaire mais il est vrai qu’on donne un passe droit médiatique aux Laure Waridel et Stephen Guilbeault de ce monde. Le problème est de savoir où se termine le bon journalisme teinté de scepticisme et où commence la politique et la propagande. Ce n’est pas parce que l’objectif final est louable que ça justifie la suspension du jugement.

Voir à ce sujet un bon petit article sur Slate: http://www.slate.com/id/2169863/fr/rss/

Quand Steve Guilbeault (ou un animateur qui l’interviewe) nous rappelle-t-il que, 9 ans sur 10, le Canada se retrouve entièrement sous 1 km de glace ? Cela se nomme les ères glaciaires. Seul un réchauffement climatique pourrait nous libérer de cette fatalité : en gros 30 ères glaciaires successives depuis 3 millions d’année, chaque ère-la normale pour le Canada-étant séparée de la prochaine par une courte période de temps chauds d’une durée moyenne de 10 000 ans (et nous sommes dans une ère chaude depuis 10 000 ans).

Quand nous rappellent-t-ils qu’un climat tropical (ou plus chaud) est excellent pour l’agriculture : le Brésil est plus productif que les Etats-Unis, question soya et cotton.

Quand nous rappellent-t-ils que la concentration de CO2 dans l’atmosphère (380 parties par million ou 0,038 %) est présentement 3 fois MOINS grande qu’il y a 35 millions d’années ?

Quand mentionnent-t-ils (Guilbeault ou les animateurs) les avantages d’un réchauffement climatique pour le Canada: en circulation et mécanique automobile, en déneigement, en réduction de chauffage, en production agricole et forestière augmentée, en plus grande durabilité de nos routes, en plus grande sécurité aérienne, etc..

Sources: Nature 454: 869-872 (2008): North American ice-sheet dynamics and the onset of 100,000 year glacial cycles.

Proceedings of the National Academy of Sciences USA 106, E120 ( numéro du 27 octobre 2009) : Do nonlinear temperature effects indicate severe damages to US crop yields under climate change ?

Nature, vol. 460, pages 85-89 (numéro du 2 juillet 2009): “The role of terrestrial plants in limiting atmospheric C02 decline over the pas 24 million years.”

Monsieur Laugrea,

Votre argumentaire tiendrais si nous étions, avec grande certitude, en période de refoidissement climatique.

Vous faite un plaidoyer pour le contrôle climatique. Vous devez le faire dans les deux sense pour être conséquent.

On doit protéger la terre d’un réchauffement, ou d’un refroidissement important.

Votre kilomètre de glace, on aurra le temps de le voir venir, et on agira a ce moment là.

De plus vous ne pouvez pas déconnecter votre argumentaire du fait que la plus grande partie de la population mondiale n’est pas située au Canada.

La droite individualiste et la gauche collectiviste menacent l’humanité entière depuis 1917 et ils se comportent comme des véritables dynosaures canadians
Comme le Parti Québecois est une coalition gauche centre et droite pas surprenant que nous y retrouvons des décollectés d’avec la réalité et comme le fédéralisme est une dictature colonialiste royaliste orangiste pas surprenant qu’ils soient tous des anti Québecois .

J’ai connu Jacques Brassard alors qu’il était minusse des transports. J’étais alors assis de l’autre côté de la clôture, celui des élus municipaux.

Je retiens du personnage l’arrogance qu’il déployait pour masquer sa profonde ignorance de ses dossiers.

Brassard dénonce « Mgr Guilbault », ce qui tend à occulter la réputation de gourou que lui ont faite les Libertariens. La nouvelle du lancement de son blogue a été saluée par ses groupies, comme s’il s’était agi de la naissance d’un nouveau Messie…
http://www.antagoniste.net/2009/11/11/delit-dopinion-2/

Ce que pense Jacques Brassard je m’en tape. Mais ce que pensent les jovialistes au sujet du réchauffement climatique me fait penser que ceux-là ne sont pas vraiment conscient des perturbations que nous pourrions subir.

Avec pour effet des répercussions imprévisibles et peut-être dévastatrices sur toute la chaine alimentaire.

Peut-être ne pouvons nous rien faire d’efficace pour arrêter le mouvement qui se dessine, mais soyons au moins conscient des conséquences qui s’en viennent.

Tout cela nonobstant ce qu’en pense Jacques Brassard.

Vous avez bien raison,je crois que Voltaire l,avait bien résumé » Je suis pas d’accord avec vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour qie vous puissiez les exprimer »

J’ai mis son site dans meds marque-pages.

Pourquoi le réchauffement est plus rapide sur Mars si la Terre est plus près du soleil ? (Une question qui devrait être répondu avant de crier aux complots écolos.)non ?

Je lisais à l’occasion M. Brassard – un ancien minstre de l’Environnement du Québec, ne l’oublions pas – plus pour apporter un sourire à ma journée que pour nourir mes idées plus à droite! Un excellent talent d’humoriste: il pourrait écrire des lignes pour Louis-Josée sans problème!!!

Chacun crois ce qu’il veut. Personnellement entre croire le Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui est constitué de milliers de scientifiques de partout dans le monde qui étudient le climat depuis des décennies et qui nous disent qu’il y a réchauffement climatique et qu’il y a 95% de chance que ce réchauffement soit du à l’activité humaine ou croire les Jacques Brassard de ce monde qui ni connaissent absolument rien, je préfère croire le GIEC.

pour en savoir plus:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_d%27experts_intergouvernemental_sur_l%27%C3%A9volution_du_climat

Le professeur de géographie Pierre DesRochers, de l’Université de Toronto, parle de thèmes chers à M. Brassard, sur antagoniste.net (billet « Radio Free Quebec »). Discussion intéressante, qui inclut des mentions de M. Lisée et de Richard Hétu.

M. Lisée, seriez vous un conspirationiste ? Vous ne croyez pas la version officielle des armes de destruction massives en Iraq qui confirmait l’urgence d’envahir ce pays ?

Pour ce qui est de ce Steven Guilbeault, M. Brassard n’a pas tort ! Si ce n’étaient que les opinions scientifiques ou personnelles des individus tels que Guilbeault, Gore ou Claude Villeneuve (le rédacteur des discours de Pauline Marois), il n’y aurait pas de problème, mais ce n’est pas le cas. Ce que ces individus et leurs pseudos Organismes « Non Gouvernementals » (subventionés par le fédéral et médiatisés par la télé d’État) colportent ce sont des changements de comportements chez les jeunes générations. C’est de l’idéologie politique, du conditionement de la pensée chez la masse. Oui, le gouvernement leur offre la tribune pour en faire des gourous dont on ne conteste pas les vérités.

Ils ont tous le même discours qui est celui de modifier son comportement maintenant afin qu’il soit compatible à un contexte futur dont ils jurent sera innévitable.

C’est illogique, car si ce futur est innévitable, notre comportement s’adaptera progressivement tout seul à ces changements de contexte et surtout à ceux que ces « prophètes » n’auront pas prévus !

Aucun gourou de l’environement fut nécessaire pour convaincre les automobilistes d’achetter des voitures moins énergivores. Ce sont les patrons de l’industrie de l’automobile en Amérique qui avaient besoin de ce message. Ils ont malgré tout continué à produire des grosses énergivores et se sont écroulées en pertes de ventes. Or, qui a payé la note pour les sortir du trou ? Les impôts de la masse qui avait changer d’elle-même son comportement !

L’arnaque de ces ONG c’est de faire croire qu’ils sont des guides de changements quant en fait ils ne sont agents de rien du tout autre que des campagnes d’opinions au service des gouvernements et pour endosser des prix de « bonne respossabilité corporative » aux corporations en mal de bonne image.

Vous trouverez dans la présente chronique de Jacques Brassard une très intéressante critique de Paul Desmarais père, son ancien patron!

Montréalais (#10), vous dites : « Votre kilomètre de glace, on aura le temps de le voir venir, et on agira a ce moment là. » Ma crainte, c’est que rien ne pourra être fait pour contrecarrer l’arrivée de la prochaine ère glaciaire, sauf (seul espoir) si rien n’est fait maintenant quant au réchauffement climatique actuel. Rappelons le nom de la période dans laquelle nous vivons : « période interglaciaire ».

Qui va nous suivre quand nous demanderons au reste de la planète une augmentation des gaz à effet de serre pour contrer notre retour sous la glace? Les pays scandinaves et la Russie. Ce sera à peu près tout.

Votre préoccupation présente pour les autres pays de la planète, soyez-en au moins conscient, ne vous sera pas retournée. Vous vous sentirez naif ou floué. Il y aura des voeux pieux pour éviter une arrivée trop rapide de l’ère glaciaire, mais d’un tropique à l’autre, personne ne collaborera.

Alors, comme maintenant, l’inaction sera reine. Sauf que l’inaction maintenant (pas l’inaction totale, nous voulons tous lutter contre la pollution, ce qui inclut les polluants à effet de serre) peut nous être avantageuse.

A ceux qui craignent comme l’enfer un réchauffement climatique de 3 ou 4 degrés centigrades, rappelons que durant la période interglaciaire précédente, il y a 125 000 ans, la température terrestre était 6 degrés plus chaude que présentement, Cela n’a pas empêché, 15 000 ans plus tard, que le Canada se retrouve sous 1 km de glace, et ce, pour près de 100 000 ans de suite.

Référence : « Evidence for warmer interglacials in East Antarctic ice cores », Nature 462 : 342-345 (numéro du 19 novembre 2009).

Diantre nous sommes vraiment en train de devenir un pays !!!!
Nous avons même notre propre « Rush Limbaugh »
Québecois.
À quand une chaine radiophonique internet animée
par Jacques Brassard ?
À quand une émission télévisée animée par Jacques Brassard ? ( À Canal V ? )
Ca ferait un bon « Freak Show » d’humour !

Aussitôt élu Charest à livré toutes les énergies polluantes aux PPP et dépossédant Hydro Québec de notre avenir énergétiques .
Et avec nos impôts les PPP polluantes de Charest et sa gang de brasseurs nous préparent un Québec puant , de Serres , d’égoûts et de nuages noirs

Je suis déçu du traitement que le journal Le Quotidien à livrer à Jacques Brassard. Jacques Brassard contribuait à faire réagir l’establishment médiatique. Malheureusement, la direction du journal Le Quotidien a voulu museler leur journaliste-vedette pour des raisons idéologiques. Cela me démontre que le journalisme n’est plus une vocation. M. Brassard est mon héros, il a eu le courage de ses opinions.

Éric Lanthier

bonjour, je me présente Sabin étudiant a l’UDEM

J’ai bien aimé votre article M. Lisée, mais je doit tout de même souligner un sophisme majeur dans votre texte.

Vous dites que M. Brassard nie l’existence du réchauffement climatique, ce qui n’est pas du tout vrai. Cependant, il remets en question la cause percu de ce réchauffement (Les émissions de gaz carbonique anthropomorphique).

Une nuance importante, et si vous ne la faite pas, il s’agit d’un »homme de paille (Strawman en anglais). Un des sophismes les plus pervers qui soit. (Je ne doute pas que ce ne soit qu’un erreur d’inattention cependant).

(Une dernière faute… on n’est pas les seuls, semble bien… «que les terriens soient responsables réchauffement»… il manque un «du» dans cette phrase.)

Je trouve imbuvable la personnalité qu’est devenue Steven Guilbeault, tant mieux pour lui s’il veut l’attaquer. Mais ça semble voler très bas de son côté aussi. Décidément, il y a des choses qui ne méritent pas d’être connues. Jacques Brassard peut pérorer en paix, il se trouvera bien un public pour s’enthousiasmer pour ce genre de bêtises… Glenn Beck est après tout un homme qui a un auditoire monstre de l’autre côté de la frontière. Donc, les déclamations chocs, ça doit pouvoir faire vendre un peu de livres.